La langue française

Stuc

Définitions du mot « stuc »

Trésor de la Langue Française informatisé

STUC, subst. masc.

A. −
1. Enduit composé de marbre blanc pulvérisé, de chaux éteinte et de craie gâchés dans l'eau, ou de plâtre très fin dissous dans une colle forte, pouvant prendre les nuances colorées de divers marbres, acquérant une grande dureté et un beau poli; p. méton., matière servant à effectuer des moulages divers, des statues. Un stuc si poli, si luisant, qu'on l'eût dit du plus beau marbre de Paris (Sue, Atar-Gull, 1831, p. 29).Des couloirs interminables succèdent aux couloirs, silencieux, déserts, surchargés d'un décor sombre et froid de boiseries, de stuc, de panneaux moulurés − (A. Robbe-Grillet,L'Année dernière à Marienbad, Paris, éd. J'ai lu,1974 [1961],p. 25.Sur la brève console un petit groupe en stuc de style Louis XVI représentait une nymphe et un satyre (P. Quignard, Le Salon de Wurtemberg, 1986, p. 10).
SYNT. Stuc blanc, italien, peint, vénitien; colonnes de stuc; décorations, encadrements, figurines de stuc; piédestal de stuc; ange en stuc blanc et rose; femmes en stuc; salon en stuc; statuette serre-livre en stuc verdâtre; peintures sur stuc; solives enveloppées de stuc.
2. P. méton. Motif décoratif achevé fait de cette matière. À la lueur des globes de gaz, que les stucs, les dorures, les marbres se renvoyaient avec un éclat incroyable, les valets ne faisaient que ranger les bouteilles dans des manières de casiers de chêne (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 111).Le soleil du matin (...) lèche et réchauffe les stucs livides (Morand, Londres, 1933, p. 112).
3. P. anal., rare , dans le domaine de l'art culin.Décoration. Le gadget [une bombe de crème chantilly] (...) permet (...) d'apporter une note de fantaisie à vos desserts: dessins tortillonnés, reliefs de stuc (Cl. Tardat, Une Mort sucrée, 1986, p. 25).
B. − Au fig., péj. [À propos d'un sentiment, d'une attitude] Dureté, insensibilité. Quelque insensibles que soient les duchesses, ces femmes, dont le cœur est en stuc, ne voient pas l'une de leurs amies en proie à la folie sans que ce spectacle ne leur fasse une impression profonde (Balzac, Splend. et mis., 1847, p. 587).
REM. 1.
Stucage, subst. masc.Opération qui consiste à poser du stuc; travail qui résulte de cette opération. La boiserie (...) cède la place aux fresques en grisaille, aux stucages à l'italienne (Morand, Londres, 1933, p. 31).
2.
Stucature, subst. fém.,rare. Ornement de stuc. Ces gracieuses églises souabes ou autrichiennes tout en stucatures bleues, blanches et roses (M. Tournier, Le Vent Paraclet, 1980 [1977], p. 29).
Prononc. et Orth.: [styk]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1533-34 stucq « enduit imitant le marbre » (doc. ds Comptes des bâtiments du Roi (1528-1571), éd. L. de Laborde, t. 1, p. 88 et 89); 1535 id. (doc. ds M. Roy, Artistes et monuments de la Renaissance, Ph. de Lorme, p. 234); 1812 p. ext. « ouvrage en stuc » (Stendhal, Corresp., t. 1, p. 393). Empr. à l'ital.stucco « enduit à base de gypse pulvérisé » (dep. le xiiies. d'apr. DEI; xives., Pataffio ds Tomm.-Bell.), d'un longobard *stucchi « croûte » corresp. au n. h. all. stück, a. h. all. stucki, ags. stukki. Voir FEW t. 17, pp. 264b-265a. Fréq. abs. littér.: 70. Bbg. Hope 1971, p. 224. − Kohlm. 1901, p. 57. − Sculpt. 1978, p. 569. − Wind 1928, p. 146, 200.

Wiktionnaire

Nom commun

stuc \styk\ masculin

  1. (Architecture) Enduit à base de marbre blanc pulvérisé, mêlé avec de la chaux et de la craie, dont on fait des ornements d’architecture et qu’on emploie aussi pour imiter le marbre.
    • […] les parois en sont revêtues d’une espèce de stuc si bien gâché et si proprement appliqué, qu’il semble que la main de l’homme y ait passé, aussi la queue leur sert-elle de truelle pour appliquer ce mortier qu’ils gâchent avec leurs pieds. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, « Le Castor », in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 833)
    • Il n’y a pas un seul morceau de marbre employé dans la construction intérieure de l’Alhambra. Il en est de même du Généralife : nul peuple d’ailleurs n’a poussé plus loin que les Arabes l’art de mouler, de durcir et de ciseler le plâtre, qui acquiert entre leurs mains la dureté du stuc sans en avoir le luisant désagréable. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Corniche de stuc.
    • Figures de stuc.
  2. (Par métonymie) Décoration de cette matière.
    • Le soleil du matin […] lèche et réchauffe les stucs livides. — (Paul Morand, Londres, 1933, p. 112)

Nom commun

stuc

  1. Stuc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

STUC. n. m.
Sorte d'enduit fait ordinairement de marbre blanc pulvérisé, mêlé avec de la chaux et de la craie, dont on fait des ornements d'architecture et qu'on emploie aussi pour imiter le marbre. Corniche de stuc. Figures de stuc. Ouvrages de stuc.

Littré (1872-1877)

STUC (stuk) s. f.
  • En gâchant le plâtre avec une dissolution de colle forte, introduisant ensuite des matières colorées dans la masse lorsqu'elle est encore en bouillie, et la polissant lorsqu'elle est solide et appliquée sur les objets que l'on veut en recouvrir, on fait un enduit qui imite parfaitement le marbre, et qu'on connaît sous le nom de stuc, Thenard, Traité de chim. t. II, p. 430, dans POUGENS.

    On fait aussi du stuc avec du marbre blanc pulvérisé et de la chaux. Le stuc était connu des anciens ; il fut réinventé au commencement du XIVe siècle en Italie, où le climat sollicite et protége cette manière commode et peu coûteuse d'orner l'intérieur et même l'extérieur des habitations, De Laborde, Émaux, p. 502.

HISTORIQUE

XVIe s. À Barthelemy de Miniato, paintre florentin, pour neuf mois entiers qu'il a vacqué à besongner pour le roy, ès ouvrage de stucq, De Laborde, Émaux, p. 502. Ceste Junon estoit faite d'estuc si blanc et si bien taillé, qu'il n'y avoit celluy qui ne le print pour vray marbre, De Laborde, ib. p. 502.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

STUC ou marbre factice, (Art méchan.) le stuc ou le marbre fictice est une composition dont le plâtre fait toute la base. La dureté qu’on sait lui donner ; les différentes couleurs que l’on y mêle, & le poli dont il est susceptible, le rendent propre à représenter presque au naturel les marbres les plus précieux.

La dureté que le plâtre peut acquérir, étant la qualité la plus essentielle à cet art, c’est aussi la premiere à laquelle les ouvriers doivent s’appliquer. Elle dépend absolument du degré de calcination que l’on doit donner au plâtre ; & comme la pierre qui le produit, est susceptible de quelques petites différences dans sa qualité intrinseque, suivant les différens pays où elle se rencontre, il faut tâtonner & étudier le degré de calcination qu’il faut lui donner, pour que le plâtre qui en viendra, prenne le plus grand degré de dureté qu’il est possible. On ne peut donner ici de notions sur cette méthode qu’en ce qui regarde le plâtre de Paris ; ce sera l’affaire des ouvriers d’essayer de calciner plus ou moins les pierres gypseuses des autres pays, afin de trouver le plus grand degré de dureté où l’on puisse porter le plâtre qu’elles produiront.

On casse les pierres à plâtre de Paris avec des marteaux, en morceaux à-peu-près gros comme un petit œuf, ou comme une grosse noix. On enfourne ces morceaux dans un four que l’on a fait chauffer, comme si on vouloit y cuire du pain ; on bouche l’ouverture du four. Quelque tems après on débouche le four pour en tirer un ou deux des petits morceaux de plâtre que l’on casse avec un marteau. Si l’on s’apperçoit que la calcination a pénetré jusqu’au centre du petit morceau, de façon cependant qu’on y remarque encore quelques points brillans ; c’est une marque que la calcination est à son point de perfection, & alors on retire du four promptement tout le plâtre par le moyen d’un rable. Si dans la cassure on remarquoit beaucoup de brillans, ou qu’on n’en remarquât point du tout, ce seroit une preuve dans le premier cas, que la pierre ne seroit point assez calcinée ; & dans le second cas, qu’elle le seroit trop.

Quoique le plâtre devienne très-dur, lorsqu’il est calciné à son point, la surface se trouve cependant remplie d’une infinité de pores, & les grains sont trop faciles à en détacher pour qu’il puisse prendre le poli comme le marbre. C’est pour remédier à cet inconvénient, que l’on prend le parti de détremper le plâtre avec de l’eau dans laquelle on a fait dissoudre de la colle, qui remplissant les pores, & attachant les grains les uns aux autres, permet que, pour ainsi dire, on puisse user & emporter la moitié de chaque grain, ce qui forme le poli.

Cette colle est ordinairement de la colle de Flandre ; il y en a qui y mêlent de la colle de poisson, & même de la gomme arabique. C’est avec cette eau chaude & collée que l’on détrempe le plâtre ; mais comme le peu de solidité du plâtre, sur-tout lorsqu’il n’est point appuyé, demande qu’on donne une certaine épaisseur aux ouvrages, pour diminuer la dépense, on fait le corps de l’ouvrage ou le noyau avec du plâtre ordinaire, & on le couvre avec la composition de plâtre dont on vient de parler, en lui donnant une ligne & demie ou deux lignes d’épaisseur.

Lorsque l’ouvrage est suffisamment sec, on travaille à le polir, à-peu-près de la même façon que le véritable marbre. On employe ordinairement une espece de pierre qui est assez difficile à trouver. C’est une espece de cos ou pierre à aiguiser, qui a des grains plus fins que ceux du grès, & qui ne se détachent pas si facilement de la pierre ; la pierre de ponce peut aussi y servir. On frotte l’ouvrage avec la pierre d’une main ; & on tient de l’autre une éponge imbibée d’eau, avec laquelle on nettoye continuellement l’endroit que l’on vient de frotter, afin d’ôter par le lavage à chaque instant ce qui a été emporté de la su face de l’ouvrage ; pour cet effet, il faut laver l’éponge de tems en tems, & la tenir toujours remplie d’eau fraîche. On frotte ensuite avec un tampon de linge, de l’eau, de la craie ou du tripoli. On substitue à cela du charbon de saule, broyé & passé très-fin, ou même des morceaux de charbons entiers, pour mieux pénétrer le fond des moulures, en employant toujours l’eau avec l’éponge qui en est imbibée. On finit par frotter l’ouvrage avec un morceau de chapeau imbibé d’huile & de tripoli en poudre très-fine, & enfin avec le morceau de chapeau imbibé d’huile seule.

Lorsqu’on veut un fond de couleur, il suffit de délayer la couleur dans l’eau de colle, avant de s’en servir à délayer le plâtre.

Il semble qu’on pourroit ajuster les pierres à polir dont on vient de parler, à des morceaux de bois faits en façon de varloppes ou d’autres outils de menuisier ; les surfaces de l’ouvrage en seroient mieux dressées, & les moulures plus exactes ; mais il faut se souvenir de laver toujours à mesure que l’on frotte.

Lorsqu’on veut imiter un marbre quelconque, on détrempe avec l’eau collée chaude, dans différens petits pots, les couleurs qui se rencontrent dans ce marbre ; on délaye avec chacune de ces couleurs un peu de plâtre ; on fait une galette à-peu-près grande comme la main, de chaque couleur ; on met toutes ces galettes alternativement l’une sur l’autre, en mettant celles dont la couleur est dominante, en plus grand nombre ou plus épaisses. On tourne sur le côté ces galettes qui étoient arrangées sur le plat ; on les coupe par tranches dans cette situation, & on les étend ensuite promptement sur le noyau de l’ouvrage où on les applatit. C’est par ce moyen que l’on vient à bout de représenter le dessein bisare des différentes couleurs dont les marbres sont pénétrés. Si l’on veut imiter les marbres qu’on appelle des breches, on met dans la composition de ces galettes, lorsqu’on les étend sur le noyau, des morceaux de différentes grosseurs de plâtre délayé avec la couleur de la breche ; & ces morceaux venant à être applatis, représentent très-bien la breche. Il faut remarquer que dans toutes ces opérations l’eau collée doit être un peu chaude, sans quoi le plâtre prendroit trop vîte, & ne donneroit pas le tems de manœuvrer.

Si c’est sur un fond de couleur que l’on veut représenter des objets, comme des forêts, des paysages, des rochers, ou même des vases, des fruits & des fleurs, il faut les dessiner sur le papier, piquer ensuite les contours des figures du dessein, les appliquer sur le fond, après qu’il aura été presque achevé de polir, & les poncer avec une poudre d’une couleur différente du fond, c’est-à-dire du noir si le fond est blanc ; & du blanc si le fond est noir. On arrête ensuite tous les contours marqués par le poncif, voyez Poncif, en les enfonçant profondément avec la pointe d’une alene dont se servent les Cordonniers ; après quoi, avec plusieurs alenes dont on aura rompu la pointe pour, en les aiguisant sur une meule, en former de petits ciseaux, on enlevera proprement toute la partie du fond qui se trouve contenue dans les contours du dessein qui est tracé ; ce qui formera sur le fond des cavités à-peu-près d’une demi-ligne de profondeur.

Lorsque tout ce qui est contenu dans l’intérieur des contours du dessein, sera ainsi champlevé, on aura plusieurs petits pots ou godets, dans lesquels on tiendra sur du sable ou de la cendre chaude de l’eau collée, dans laquelle on aura délayé différentes couleurs ; on mettra un peu de plâtre dans la paume de la main, que l’on colorera plus ou moins, en y mêlant plus ou moins de cette eau colorée ; on remuera bien le tout sur la paume de la main avec un couteau à couleur dont les Peintres se servent, jusqu’à ce que l’on s’apperçoive qu’il commence à prendre un peu de consistance ; alors on en prendra avec le couteau la quantité que l’on jugera à propos, que l’on placera dans un côté de l’intérieur du creux de la figure que l’on veut représenter, en pressant avec le couteau & unissant par-dessus la partie du plâtre coloré que l’on vient de mettre, qui touche les contours de la figure.

On détrempera ensuite promptement dans la main un autre plâtre coloré, mais d’une nuance plus claire, qu’on placera dans le même creux, à côté de celui qu’on vient de mettre ; on aura quatre ou cinq aiguilles enfoncées parallelement par la tête au bout d’un petit bâton comme les dents d’un peigne, avec lesquelles on mêlera un peu la derniere couleur avec celle qu’on a posée la premiere, afin que l’on n’apperçoive pas le passage d’une nuance à l’autre, & que la dégradation en soit observée. On continuera à poser ainsi des nuances plus claires du côté de la lumiere, jusqu’à ce que le creux de la figure que l’on veut représenter, soit exactement rempli. Après on applatira légérement le tout avec le couteau, & on laissera sécher.

Si on s’apperçoit, après avoir poli, que les nuances ne sont pas bien observées dans quelque endroit, on pourra avec une pointe faire des hachures dans cet endroit, & faire entrer dedans un plâtre coloré plus en brun & fort liquide ; il faut que ces hachures soient assez profondes pour ne pouvoir être tout-à-fait emportées par le poli qu’on sera obligé de donner sur tout l’ouvrage. On se sert de cette derniere manœuvre pour découper les feuilles des arbres & celles des plantes, &c.

En général les figures indéterminées, comme les ruines, les rochers, les cavernes, &c. réussissent toujours beaucoup mieux dans cette façon de peindre, que les figures qui demandent de l’exactitude dans les nuances, & de la correction de dessein.

On polit les peintures de la même façon que l’on a dit pour les fonds ; & si l’on s’apperçoit, en polissant, qu’il se soit formé quelques petits trous, on les remplit avec du plâtre délayé très-clair avec de l’eau collée & de la même couleur. Il est même d’usage, avant d’employer l’huile pour le poli, de passer une teinte générale de plâtre coloré, & d’eau collée très-claire sur toute la surface, pour boucher tous ces petits trous.

Il faut choisir pour toutes ces opérations, le meilleur plâtre & le plus fin ; celui qui est transparent, paroît devoir mériter la préférence.

Pour les couleurs, toutes celles que l’on emploie dans la peinture à fresque, y sont propres. Voyez Peinture a fresque.

Comme il doit paroître singulier que dans cette façon de peindre on ait prescrit de se servir de la paume de la main pour palette, en voici la raison. Lorsqu’on détrempe le plâtre avec l’eau de colle colorée, on est obligé de mettre une certaine quantité d’eau qui s’écouleroit si on la mettoit sur une palette ; au lieu que l’on forme un creux dans la main qui la contient, & qu’en étendant les doigts à mesure que le plâtre vient à se prendre ; cette singuliere palette, qui étoit creuse d’abord, devient plate quand il le faut. On pourroit ajouter à cela que la chaleur de la main empêche le plâtre de se prendre trop vîte.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « stuc »

Espagn. estuque ; ital. stucco ; de l'anc. haut-all. stucchi, croûte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVIe siècle) De l’italien stucco (sens identique) issu du lombard *stucchi (« croûte ») et, plus avant du haut allemand Stück.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « stuc »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
stuc styk

Citations contenant le mot « stuc »

  • Dans le cadre de l’exposition "Hommage à la sculpture contemporaine" présentée au Muséum d’Histoire Naturelle de Bagnères, le muséum et la Ville de Bagnères-de-Bigorre organisent un atelier découverte et un stage stuc marbre, animés chacun par Amandine Antunez. Un atelier convivial et dans la bonne humeur pour découvrir des techniques spéciales, les mains dans la matière. Des ateliers ouverts à tous les publics et adaptés également aux enfants. ladepeche.fr, Bagnères-de-Bigorre. Un atelier pour découvrir le stuc marbre - ladepeche.fr
  • Les traits de pinceau se transforment parfois en écailles de céramique ou en miroirs. Plinthes et stèles s’habillent de stuc brut alors qu'à certains endroits la peinture n’est appliquée aux murs que jusqu’à hauteur d’homme. Toujours dans cette idée de chantier laissé en plan, les échelles des peintres restées sur place servent à présenter les souliers de la nouvelle collection. Les caisses à outils d’artisans partis trop vite sont détournées en podiums. Dans leur précipitation, ils en ont même oublié de faire disparaître leurs cotes et autres annotations techniques.  FashionNetwork.com, Christian Louboutin s’installe rue Saint-Honoré à Paris - Actualité : distribution (#1232568)
  • Et pour les locaux? Les services disparaissent, écoles, poste, impôts, stations service train, et que dire d'une infrastucture routière en ruine. Je serais heureux quand j'apprendrais la mise en route d'usine produisant de la valeur ajoutée. Bienvenue à ces familles qui peuvent "télétravailler" mais c'est une catégorie minime de gens et notre économie ne peut pas être basée sur cette "découverte" du travail à la maison et de l'isolement. Le mons d'après prend ce qu'il y a de pire du monde d'avant. www.lepopulaire.fr, Plus de 1.500 familles inscrites pour changer de vie en Haute-Vienne - Limoges (87000)

Images d'illustration du mot « stuc »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « stuc »

Langue Traduction
Anglais stucco
Espagnol estuco
Italien stucco
Allemand stuck
Chinois 灰泥
Arabe الجص
Portugais reboco
Russe алебастр
Japonais 漆喰
Basque estuko
Corse stuccu
Source : Google Translate API

Synonymes de « stuc »

Source : synonymes de stuc sur lebonsynonyme.fr

Stuc

Retour au sommaire ➦

Partager