La langue française

Sistre

Définitions du mot « sistre »

Trésor de la Langue Française informatisé

SISTRE, subst. masc.

A. − [Dans l'Égypte anc.] Instrument à percussion formé d'un cadre en fer à cheval traversé de trois ou quatre tiges métalliques et sonores parfois garnies de rondelles ou de sonnailles, que l'on agitait pour célébrer le culte des déesses Hathor et Isis. Après les tambours venaient les joueurs de sistre, qui secouaient leur instrument par un geste brusque et saccadé, et faisaient sonner, à intervalles mesurés, les anneaux de métal sur les quatre tringles de bronze (Gautier,Rom. momie, 1858, p. 216).
B. − [Dans les sociétés primitives de Nouvelle-Guinée, du Soudan, du Mali, etc.] Instrument à percussion servant à la danse ou aux cérémonies rituelles formé d'une poignée se prolongeant par une ou deux branches sur lesquelles sont empilées des sonnailles (calebasses entières ou rondelles taillées dans la coque de ces fruits). Sonnailles enfilées sur ficelle (colliers, etc.) ou sur bâton (calebasses ou corps métalliques sur bâton simple ou sur bâton et cadre); sistre (Égypte, Abyssinie) (Arts et litt., 1935, p. 36-15).
Prononc. et Orth.: [sistʀ ̭]. Homon. cistre. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1527 (Cl. Marot, Préface du Roman de la Rose ds Œuvres, éd. P. Jannet, t. 4, p. 185). Du lat. sistrum, de même sens, empr. au gr. σ ε ι ̃ σ τ ρ ο ν. Fréq. abs. littér.: 28. Bbg. Dick (F.). Bezeichnungen für Saiten-und Schlaginstrumente in der altfranzösischen Literatur. Giessen, 1932, p. 123.

Wiktionnaire

Nom commun

sistre \sistʁ\ masculin

  1. (Antiquité) (Musique) Instrument de musique dont les Égyptiens se servaient à la guerre et dans les cérémonies religieuses d’Isis.
    • Le sistre était un petit cerceau de métal, traversé de plusieurs baguettes qui rendaient un son lorsqu’on les agitait.
  2. (Musique) En organologie, désigne tout instrument de musique secoué dont le principe sonore est visible (contrairement aux maracas, par exemple).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SISTRE. n. m.
T. d'Antiquité. Instrument de musique dont les Égyptiens se servaient à la guerre et dans les cérémonies religieuses d'Isis. Le sistre était un petit cerceau de métal, traversé de plusieurs baguettes qui rendaient un son lorsqu'on les agitait.

Littré (1872-1877)

SISTRE (si-str') s. m.
  • 1 Terme d'antiquité. Instrument de musique d'Egypte, à l'usage des prêtres d'Isis, qui était un petit cerceau de métal, traversé de plusieurs baguettes, lesquelles produisaient un son lorsqu'on les agitait. Cléopâtre elle-même, au milieu des combats, Du sistre égyptien anime ses soldats, Delille, Én. VIII.
  • 2S'est dit. chez les modernes, d'un instrument à cordes du genre du luth. Il [l'abbé de Boufflers] fait très bien de petits vers, écrit très bien de petites lettres, va jouaillant un peu du sistre, Rousseau, Confess. X.

    Il figure encore quelquefois dans la musique militaire.

  • 3Genre de coquilles univalves.

HISTORIQUE

XVIe s. J'aurois un sistre d'or, et j'aurois tout auprès Un carquois tout chargé de flammes et de traits, Ronsard, 191.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SISTRE, s. m. (Musiq. anc.) en latin sistrum ; instrument de musique qui étoit employé dans les cérémonies religieuses des Egyptiens, & principalement dans les fêtes qui se célébroient lorsque le Nil commençoit à croître. Cet instrument étoit de métal, à jour & à-peu-près de la figure d’une de nos raquettes. Ses branches percées de trous à égales distances, recevoient trois ou quatre petites baguettes mobiles de même métal, qui passoient au-travers, & qui étant agitées, rendoient un son aigu, plus propre à étourdir qu’à flatter l’oreille.

Le sistre étoit ovale, fait d’une lame de métal sonnant, dont la partie supérieure étoit ornée de trois figures ; savoir de celle d’un chat à face humaine, placée dans le milieu ; de la tête d’Isis du côté droit ; & de celle de Nephtys du côté gauche. Plusieurs verges de même métal, terminées en crochet à leurs extrémités, & passées par des trous, dont la circonférence de l’instrument étoit percée de côté & d’autre, en traversoient le plus petit diametre. L’instrument avoit dans sa partie inférieure, une poignée par laquelle on le tenoit à la main ; & tout son jeu consistoit dans le tintement ou le son qu’il rendoit par la percussion des verges de métal, qui à chaque secousse qu’on lui donnoit, le frappoient à droite & à gauche.

Dans nos pierres gravées, Isis est représentée tenant un vase d’une main, & le sistre de l’autre ; mais la bibliotheque de Ste Genevieve de Paris conserve un de ces instrumens tout de cuivre : c’étoit leur matiere ordinaire, ainsi qu’on l’apprend d’Apulée qui en a donné la description. Jérome Bosius en a fait un traité exprès, intitulé Isiacus de sistro. En effet les prêtres d’Isis furent nommés sistriaci.

L’usage du sistre dans les mysteres de cette déesse, étoit comme celui de la cymbale dans ceux de Cybèle, pour faire du bruit dans les temples & dans les processions ; ces sistres rendoient un son à-peu-près semblable à celui des castagnettes. Les Hébreux se servoient aussi de cet instrument dans leurs réjouissances ; car nous lisons au I. Rois, xviij. 6. que quand David revint de l’armée, après avoir tué Goliath, les femmes sortirent de la ville en chantant & en dansant avec des tambours & des sistres. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sistre »

Lat. sistrum, de σεῖστρον, qui vient de σείειν, agiter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin sistrum, issu du grec ancien σείστρον seistron, « objet que l’on secoue », du verbe σείω seio « secouer ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sistre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sistre sistr

Citations contenant le mot « sistre »

  • Au cœur de l'atrium se dresse un immense hémisphère sur lequel sont représentés, dans des couleurs vives, les différents continents. La Bulle musicale est la clé de voûte de la pédagogie développée au sein des crèches musicales Cap Enfants. Les petits de 0 à 3 ans viennent y découvrir le monde, principalement au travers des rythmes et des sons ; une petite musique du cœur qui les ouvre à l'autre. Ce drôle d'igloo "est un peu une hutte au centre du village", murmure Estelle Salley, la référente pédagogique, tandis que Vasco, 2 ans, tournoie sous la voûte en riant, un sistre dans chaque ­menotte. lejdd.fr, Grand Paris : ces crèches innovantes où les enfants grandissent en musique
  • L'implication dans ces sectes était hautement confidentielle et très peu de détails concernant leurs cérémonies nous sont parvenus. On en trouve quelques-uns dans les écrits de Plutarque. Les initiés portaient des toges colorées et rasaient leurs cheveux. Pendant les initiations ou les autres rituels, ils portaient un sistre, un instrument à percussion associé à la déesse. Les historiens ont encore de nombreux doutes en ce qui concerne certains détails tels que l'organisation ou la hiérarchie, s'il y en avait une, de la religion. National Geographic, Isis, une déesse égyptienne à la conquête du monde romain
  • Sa fonction consiste à pénétrer chaque jour dans le temple afin d’exciter le dieu. Sur des bas-reliefs, on la voit agitant des sistres, sorte de hochets métalliques, devant la statue de son époux divin qu’elle a pour mission de provoquer. Mais Amon ne se laisse pas facilement aguicher. Suivant un rituel précis, l’adoratrice doit le séduire. Elle finit par enlacer et caresser la statue ; d’où l’expression « main du dieu » qui désigne cette prêtresse particulière. La formule est explicite : l’adoratrice éveille les pulsions sexuelles de son époux céleste. Franceinfo, Egypte ancienne: les prêtresses, entre érotisme et religion
  • Dans la pénombre rosée, des fidèles de tous âges, accroupis sur le sol, sont en prière, déchaussés, enveloppés dans un châle blanc. Ou debout, des heures durant, appuyés sur leur bâton de prière. Souvent, les très riches liturgies durent la nuit entière sous la conduite de prêtres portant turban blanc – rappel de la couronne d’épine du Christ – et vêtements sacerdotaux mordorés. L’odeur d’encens est entêtante, les sistres et les imposantes croix de procession ouvragées utilisées à profusion. Les liturgies sont entièrement chantées en guèze, une langue sémitique, et la ferveur de l’assistance est prenante. La Croix, L’Ethiopie, pays des commencements

Traductions du mot « sistre »

Langue Traduction
Anglais sistrum
Espagnol sistrum
Italien sistro
Allemand sistrum
Chinois ist
Arabe شقيقة
Portugais sistrum
Russe систр
Japonais シストルム
Basque sistrum
Corse sistrum
Source : Google Translate API

Synonymes de « sistre »

Source : synonymes de sistre sur lebonsynonyme.fr

Sistre

Retour au sommaire ➦

Partager