La langue française

Sinon

Définitions du mot « sinon »

Trésor de la Langue Française informatisé

SINON, conj.

I. − [Exprime l'exception hypothétique]
A. − [En phrase positive, avec idée de gradation ou de concession] Synon. si ce n'est.
1. [Type A sinon B]
a) [Sinon oppose à un terme A un terme B d'intensité plus forte ou de caractère absolu; l'effet de sens est celui d'une gradation; la quasi-certitude de B rend A incontestable: c'est fort probable sinon certain « ... et peut-être même certain, pour ne pas dire certain »] Je me laisse aller à rire, à tolérer sinon à approuver le massacre (Gide,Journal, 1910, p. 290).Il s'habillait avec recherche sinon avec préciosité (Simenon,Vac. Maigret, 1948, p. 24).Il n'a pas dit trois mots qu'elle hausse les épaules, indulgente sinon complice (A. Stil,Une Histoire pour chaque matin, Paris, Grasset, 1986, p. 30).
[Fréq., la gradation est créée par le recours à des quantificateurs, au compar. ou au superl.] Si l'orgueil avait de bonnes raisons à mettre en avant, l'égoïsme en avait dans son sac d'aussi bonnes, sinon de meilleures (Sandeau,Mllede La Seiglière, 1848, p. 231).Beaucoup [de sentiments], sinon la plupart, dérivent de tout autres causes (Durkheim,Divis. trav., 1893, p. 48).Se refuser le plus longtemps possible, sinon tout à fait, aux actes qui vous sont désagréables (Montherl.,Célibataires, 1934, p. 775).
b) [Sinon concède l'absence de B] Je suis pianiste de cœur, sinon de fait (Jacob,Cornet dés, 1923, p. 29).J'ai rempli tous les miens [mes devoirs] avec exactitude, sinon avec enthousiasme (Bernanos,Imposture, 1927, p. 354).
Sinon sans. Même si ce n'est pas sans. Lorsqu'elle [la révolte] fait avancer l'histoire et soulage la douleur des hommes, elle le fait sans terreur, sinon sans violence (Camus,Homme rév., 1951, p. 368).
2. [Type sinon A du moins B; en récusant A, possible mais excessif, on renforce B] J'avais contracté une liaison, sinon intime, du moins assez familière, avec ce jeune homme mélancolique (Sainte-Beuve,Volupté, t. 2, 1834, p. 227).Mais Françoise me regarda avec un air, sinon d'incrédulité, du moins de doute (Proust,Fugit., 1922, p. 442).C'est cela qui peut soulager les hommes et, sinon les sauver, du moins leur faire le moins de mal possible et même parfois un peu de bien (Camus,Peste, 1947, p. 1423).
[Moins fréq., au lieu du corrél. du moins, on trouve au moins, en tout cas] Joubert, effrayé de cette envie de mourir qui tourmentait Mmede Beaumont, lui adressait ces paroles dans ses Pensées: « Aimez et respectez la vie, sinon pour elle, au moins pour vos amis (Chateaubr.,Mém., t. 2, 1848, p. 100).Je compris qu'une séparation tuerait, sinon le corps, au moins l'âme de cette femme sensible (Adam,Enf. Aust., 1902, p. 309).Il faut en particulier que le niveau et la structure des prix à l'intérieur du pays soient sinon identiques, en tout cas proches de ceux en vigueur dans les autres pays (Le Monde, 10 oct. 1988, p. 1, col. 1).
Rare. [Sans corrél.] À propos, je pense partir, sinon dimanche, au plus tard lundi (Rivière,Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p. 253).Dans son incurable optimisme, il s'efforçait de croire qu'il trouverait un moyen de réparer, sinon ses pertes, celles qu'il avait fait subir à ses clients (Rolland,J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 849).
B. − [Dans une prop. nég., sinon signifie que qqc. est excepté de la portée de la nég.]
1. [La nég. porte sur un groupe nom. ou pronom.; sinon est suivi d'un groupe nom. ou pronom. désignant ce qui est excepté] Point de femmes, sinon quelques paysannes qui viennent vendre leurs denrées (Mérimée,Colomba, 1840, p. 26).Dès le lendemain matin il n'y coulait plus d'eau [aux robinets], sinon un maigre filet spasmodique (Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 305).Le rire décroissait, mais je l'entendais encore distinctement derrière moi, venu de nulle part, sinon des eaux (Camus,Chute, 1956, p. 1493).
[Opposé à un pron. nég.] Rien n'interrompait le silence de ce cloître, sinon les cris d'un triangle de cigognes qui labouraient la nue (Bertrand,Gaspard, 1841, p. 158).Nul, sinon moi, n'y pénètre (Barrès,Cahiers, t. 1, 1896, p. 120).
[Sinon est suivi d'une complét.] Les deux femmes n'obtinrent rien de lui, sinon qu'il s'en allât (Boylesve,Leçon d'amour, 1902, p. 104).Mais je n'ai pu me souvenir de ce que je venais de rêver, sinon que j'étais mort et que j'errais dans une région obscure et froide (Green,Journal, 1934, p. 245).
[Sinon est suivi d'un inf.] Ces énoncés ont une obscure apparence théorique et je n'y vois aucun remède sinon de dire: « il en faut saisir le sens du dedans » (G. Bataille,Exp. int., 1943, p. 24).
2. [La nég. porte sur le verbe ou les adv. qui le modifient]
a) [Sinon introd. un compl. cir.] Défense est faite de se laver, sinon tous les mois, le corps (Huysmans,En route, t. 1, 1895, p. 193).Un examen superficiel ne suffisait pas pour établir l'heure de la mort, sinon très approximativement (Simenon,Vac. Maigret, 1948, p. 98).Le phénomène ne saurait plus jamais (sinon peut-être artificiellement) se reproduire (Teilhard de Ch.,Phénom. hum., 1955, p. 106).
[Après un adj. nég.] Pour les jeunes filles, même celles du peuple, il n'y faut pas penser. Elles sont inaccessibles, sinon par le chemin du mariage (T'Serstevens,Itinér. esp., 1963, p. 149).
[Après des verbes modifiés par un adv. exprimant la faible quantité] Les changements de paysage (...) sont très lents à se produire; sinon à l'approche du moindre cours d'eau, marigots, dévalements, où reparaissent soudain les très grands arbres à empattements, à racines aériennes (Gide,Voy. Congo, 1927, p. 731).L'amour dont elles [les femmes] ne sont point la cause les touche rarement, sinon d'une pitié tout extérieure (Gourmont,Lettres à l'Amazone, Paris, Mercure de France, 1988 [1915], p. 27).
b) [Sinon est suivi d'un compl. à l'inf.] Aimé ne lui parlait plus, sinon pour lui dire bonjour et bonsoir, l'évitant plutôt quand il le pouvait (Ramuz,A. Pache, 1911, p. 271).Les Allemands demeurèrent quelques jours sans s'occuper de nous, sinon pour se livrer à ces dénombrements quotidiens dont nous avions déjà pris amplement l'habitude (Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 46).
c) [Sinon est suivi d'une prop. sub.] Jamais le capitaine d'un bâtiment ne sera obligé d'être un bourreau, sinon quand viendront des gouvernements d'assassins et de voleurs (Vigny,Serv. et grand. milit., 1835, p. 53).
C. − [Dans une question rhét. sinon présente le terme qu'il introd. comme la seule réponse possible]
[Sinon introd. un groupe nom. ayant la fonction de suj. ou d'obj.] Quelle protection a-t-il contre eux, sinon ses cartouches? (Mérimée,Colomba, 1840, p. 75).Qui, sinon Quesnel, aurait le pouvoir de mettre en branle (...) sans histoires, la police (...)? (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 459).
[Sinon est suivi d'un compl. circ. déterminé par la nature de l'interr.] À qui/à quoi..., sinon...; comment..., sinon avec, en, par...; où..., sinon à, chez, dans...; quand..., sinon + compl. circ. de temps À quoi eût servi d'avertir leur père (...) sinon à se faire moquer ou rabrouer? (Aymé,Jument, 1933, p. 109):
Car ces ténèbres secrètes qui l'attirent, où peut-il les trouver, les scruter, sinon en lui-même ou chez les quelques personnes de son entourage qu'il croit très bien connaître et auxquelles il s'imagine ressembler? Sarraute,Ère soupçon, 1956, p. 86.
[Sinon est suivi d'un inf.] Que veut-il, que peut-il, sinon... Or, celui qui dérobe, qui pille, que fait-il, sinon abolir, autant qu'il est en lui, le droit même de propriété? (Lamennais,Paroles croyant, 1834, p. 125).
[Sinon est suivi d'une complét.] Qu'est-ce que cela veut dire, sinon que...; qu'ajouter, sinon que... Le rapport qu'ils jugent décisif a été rédigé en octobre ou novembre 1897 (...). Que signifie un pareil document, sinon que l'état-major lui-même a dû reconnaître que le premier était sans valeur? (Clemenceau,Iniquité, 1899, p. 428).
[Sinon est suivi d'une sub.] Pourquoi cette précision, sinon parce que des doutes ont surgi durant les jours précédents? (L'Est Républicain, 25 juin 1989, p. 29, col. 4).
Rem. Le tour est souvent utilisé pour présenter comme allant de soi, qqc. de paradoxal ou d'inattendu: Qu'est-ce, par exemple, que la donation, sinon un échange sans obligations réciproques? (Durkheim, Divis. trav., 1893, p. 93). Qu'est-ce qu'un orchestre, sinon une cohorte d'individualistes forcenés menés toutefois à la baguette? (Schaeffer, Rech. mus. concr., 1952, p. 198).
II. − [Sinon représente l'alternative nég. d'un énoncé précédent; il signifie « si ce n'est pas le cas »]
A. − [Sinon est la reprise inversée d'un énoncé positif indépendant] Eh bien, j'arrive. Retiens-moi un trou quelconque: sinon j'irai à Portrieux au couvent (Villiers de L'I.-A.,Corresp., 1873, p. 174).Sans doute était-ce impossible, pour une raison ou pour une autre; sinon, c'eût été fait (Malraux,Espoir, 1937, p. 484).
[Associé à ou] Et la première façon de vous rendre utile dans ces terribles circonstances, c'est de bien faire votre travail. Ou sinon, le reste ne sert à rien (Camus,Peste, 1947, p. 1328).
Sinon, non. [Sinon et non représentent respectivement deux énoncés liés par un rapport de conséquence] C'est pour des réformes étendues, claires et immédiatement réalisables qu'elle [la classe ouvrière] lutte. Alors, le signal donné par les organisations ouvrières sera suivi; sinon, non (Jaurès,Ét. soc., 1901, p. 101).
Rem. On relève parfois un énoncé précédent nég.: Valentine, dit-il, chère amie, ce n'est point ainsi qu'il faut me parler, ou sinon il faut me laisser mourir (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 183).
B. − [Sinon est la reprise inversée d'une première prop. hyp.] S'il voulait revenir, il reviendrait. Sinon, − eh bien! on s'en passerait (Rolland,J.-Chr., Révolte, 1907, p. 432).Faites ranger les hommes par dix. Un chef par rang; militant s'il y en a, sinon le premier du rang (Malraux,Conquér., 1928, p. 89).
Sinon, non. Si les marchands accordent ça, nous rentrons tous au bois; sinon, non. Il nous faut la justice, qu'on a chassée de la forêt (R. Bazin,Blé, 1907, p. 78).Si le S.R.L. se tient à sa place, on reste amis; sinon, non. C'est logique (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 144).
Prononc. et Orth.: [sinɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Prép. ou adv. 1. ca 1350 se non (Gilles Le Muisit, Poésies, I, 296 ds T.-L., s.v. se); 1580 sinon (Montaigne, Essais, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, I, 26, p. 151); 2. déb. xves. senon « si ce n'est, sauf, excepté » (Journ. d'un bourg. de Paris, éd. A. Tuetey, p. 194); ca 1500 sinon (Philippe de Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette, Prologue, t. I, p. 1); 3. 1580 introduisant une concession, souvent en corrélation avec au moins (Montaigne, op. cit., I 14, p. 156: sinon de l'anéantir, au moins de l'amoindrir); 4. 1588 [éd.] « et peut-être même, voire » (Id., ibid., III, 9, p. 999: me voicy comme j'y entray, sinon un peu mieux). II. Loc. conj. déb. xives. [ms.] senon que « à moins que » (Psaut., Richel. 1761, f o58c ds Gdf.); ca 1500 sinon que (Philippe de Commynes, op. cit., t. I, p. 91); ca 1430 sinon que « si ce n'est que, sauf que » (Le Roman de Troïlus ds Nouvelles fr. du XIVes., éd. L. Moland et Ch. d'Héricault, p. 184); 1567 [éd.] ne ... autre chose sinon que (Amyot, Vies, Theseus ds Gdf.). Réunion de l'expr. a. fr. se ... nun « excepté » dep. Roland, éd. J. Bédier, 3681, comp. de si1* et de non*; 1 est la continuation de l'expr. si (se) ... ce ... non, bien att. en a. fr. ca 1245 (Philippe Mousket, Chron., 4086 ds T.-L., s.v. se). Fréq. abs. littér.: 4 499. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 091, b) 4 556; xxes.: a) 6 233, b) 9 453. Bbg. Hanse Nouv. 1983. − Moignet (G.). Les Signes de l'exception dans l'hist. du fr. Paris, 1973, passim. − Mourin (Louis). L'Exception et la restr. dans les lang. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1980, t. 18, n o1, pp. 173-195.

Littré (1872-1877)

SINON (si-non) conj.
  • 1Autrement, faute de quoi, sans quoi. Que la fortune soit sans reproche, j'accepte ses faveurs ; sinon, je les refuse. Sinon, j'en jure encore, et ne t'écoute plus, Son trépas dès demain punira ses refus, Corneille, Héracl. I, 3.
  • 2Si ce n'est. Qu'est-ce que solliciter un juge, sinon douter de sa probité ? Je ne dirai rien de la philosophie, sinon que, voyant qu'elle a été cultivée par les plus excellents esprits qui aient vécu depuis plusieurs siècles, et que néanmoins il ne s'y trouve aucune chose dont on ne dispute, je n'avais point assez de présomption pour espérer d'y rencontrer mieux que les autres, Descartes, Méth. I, 12. Ce qui me contentait le plus de cette méthode était que par elle j'étais assuré d'user en tout de ma raison, sinon parfaitement, au moins le mieux qu'il fût en mon pouvoir, Descartes, ib. II, 13. Sinon que je n'ai pas envie de m'arrêter, j'ajouterais…, Descartes, Météor. 3. Et l'un et l'autre enfin ne sont que même chose ; Sinon, qu'étant trahi je mourais malheureux, Et que, m'offrant pour toi, je mourrai généreux, Corneille, Héracl. IV, 1. Cette montagne mystérieuse où [Jésus], ne daignant parler aux riches sinon pour foudroyer leur orgueil…, Bossuet, Sermon, Septuagés. I. Qui peut de vos desseins révéler le mystère, Sinon quelques amis engagés à se taire ? Racine, Bajaz. IV, 7. Vous qui, sinon pour moi, du moins pour votre gloire, Deviez de cet esclave étouffer la mémoire, Voltaire, Alz. III, 5.

    Sinon, avec de explétif devant un infinitif. Après quoi il ne me reste plus autre chose à faire, sinon de m'écrier avec le prophète…, Bossuet, Serm. Septuag. 3. Pour être heureux, que faut-il, sinon de ne rien désirer ? Buffon, Morc. choisis, p. 68.

REMARQUE

On met quelquefois ou devant sinon : Obéis à l'instant, ou sinon tu seras châtié. Des grammairiens ont blâmé cet ou, qui en effet est pléonastique, mais n'a rien de choquant.

HISTORIQUE

XIe s. Ne me crerez se de vostre prod nun, Ch. de Rol. X.

XIIe s. Onques en lor jouvente [ils] ne firent se mal non, Sax. III.

XIIIe s. Ne jà, por pooir que nous aions, ne sera recouvrée [la terre sainte] se par ceste gent non, Villehardouin, XXXVIII.

XVe s. De sa jeunesse ne sçauroye parler, sinon par ce que je luy en ay oui dire, Commines, Prol.

XVIe s. Comme si nous n'estions pas desjà par trop enclins à vanité, sinon [sans] qu'on nous mist devant les yeux une compagnie de dieux bizarres…, Calvin, Instit. 23. Il commande de cercher Dieu en son temple, afin que les fideles ne s'adonnassent sinon à celui qui s'estoit declaré par sa parole, Calvin, ib. 52. Dieu ne requiert rien plus estroitement, sinon que nous observions son sabbat, Calvin, ib. 217. Si nous ne taschons à faire gain, sinon qu'honneste et legitime, Calvin, ib. 306. Rien n'est, sinon Dieu, parfaict, Rabelais, Pant. III, prol. Monseigneur, je n'estimerai jamais temps perdu, sinon celui où je ne vous pourray fere service, Marguerite de Navarre, Lett. CVIII. Venus respond, sentant bien de Junon Le feint parler, qui ne tendoit sinon à destourner le sceptre d'Italie…, Du Bellay, J. 4, 9, recto. L'amour se guarit par la faim, sinon par le temps, Montaigne, II, 221. Exemptes de toute autre besongne, sinon que de filer la laine, Amyot, Rom. 30. …Un estranger, Qui n'a rien seur sinon que le danger, Ronsard, 641.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « sinon »

Si 1, et non. L'ancienne langue, comme on a vu, séparait si de non.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sinon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sinon sinɔ̃

Citations contenant le mot « sinon »

  • Personne ne gagne, devant un tribunal, sinon les avocats. De Charles Dickens / Bleak House
  • Qu'est-ce que notre vie, sinon du temps ? De André Maurois / Lettres à l'inconnue
  • Si vous prenez femme, vous faites bien, sinon, tant mieux. De Pierre Baillargeon / La neige et le feu
  • La légèreté est nécessaire, sinon le tragique serait mortel. De Yasmina Reza / L’Express - 13 Janvier 2000
  • Qu'est la force, sinon un moyen de terrasser l'autre ? De Anonyme
  • La violence ne mène à rien sinon à l'hôpital. De Anonyme
  • Quelle est donc notre conception de Dieu sinon la personnification de l’inconcevable ? De Georg Christoph Lichtenberg
  • Les femmes pardonnent tout... sinon la race humaine serait éteinte depuis longtemps. De Robert Heinlein
  • A quoi serviraient les morts, sinon à aimer les vivants davantage ? De Amélie Nothomb / Mercure
  • Mais où le théâtre prendrait-il son impulsion décisive sinon dans le royaume de la liberté ? De Lothar Trolle
  • Je préfère idéaliser le réel, sinon pourquoi aller au cinéma ? De Jacques Demy
  • On ne connaît personne sinon par l’amitié. De Saint Augustin
  • Qu'est-ce que la réalité, sinon un impondérable ? De Herman Melville / Moby Dick
  • A quoi sert le succès sinon à séduire son père ? De Robert Blondin / 7ème de solitude ouest
  • La présidente de la Banque centrale européenne et ancienne présidente du FMI, Christine Lagarde, est "absolument" favorable aux quotas de femmes dans les conseils de direction. "Je l'assume complètement parce que sinon ça prendra encore trop de temps, dans 160 ans on sera encore au même point", a-t-elle déclaré à Léa Salamé dans l'émission Femmes Puissantes diffusée samedi.  France Inter, Christine Lagarde favorable aux quotas de femmes "sinon dans 160 ans, on sera encore au même point"

Traductions du mot « sinon »

Langue Traduction
Anglais if not
Espagnol si no
Italien altrimenti
Allemand wenn nicht
Chinois 如果不
Arabe وإلا
Portugais se não
Russe если не
Japonais そうでない場合
Basque hala ez bada
Corse sinnò
Source : Google Translate API

Synonymes de « sinon »

Source : synonymes de sinon sur lebonsynonyme.fr

Sinon

Retour au sommaire ➦

Partager