La langue française

Sexte

Sommaire

  • Définitions du mot sexte
  • Étymologie de « sexte »
  • Phonétique de « sexte »
  • Citations contenant le mot « sexte »
  • Traductions du mot « sexte »
  • Synonymes de « sexte »

Définitions du mot « sexte »

Trésor de la Langue Française informatisé

SEXTE, subst. fém.

A. − ANTIQ. ROMAINE ou littér. Troisième des quatre parties du jour; heure à laquelle elle commence (vers midi, sixième heure du jour). Le soleil à son heure de sexte qui brille au centre de la circonférence (Claudel, Corona Benignitatis, 1915, p. 382).
B. − LITURG. CATH. Heure canoniale qui se récite vers midi, sixième heure du jour, entre tierce et none. Il se remémorait le symbolisme de ces heures canoniales (...). Récitée, dès l'aube, prime figurait l'adolescence; tierce la jeunesse; sexte la pleine vigueur de l'âge; none les approches de la vieillesse et les vêpres allégorisaient la décrépitude (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 232).V. prime1ex. 2.
Prononc. et Orth.: [sεkst]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xiiies. siste hure « la sixième heure (commençant à midi) » (Évangile Nicodème, éd. G. Paris et A. Bos, A 811, p. 26: Ço fust la siste hure del jur [cf. Luc 23, 44]); xives. p. ell. sexte (Chevalier papegau, éd. F. Heuckenkamp, p. 14: quant haulte sexte fu passee); 2. 1433 liturg. cath. (doc. ds Arch. de Bretagne, t. 7, p. 73 ds Fonds Barbier: sera [...] sonnee et dicte sexte); 1499 (doc. ds A. Joubert, Ét. sur la vie privée au XVes. en Anjou, p. 256 ds Delb. Notes mss: tierce, sizte et nonne et complies); 1548 (Rabelais, Anc. prol. du Quart livre, éd. R. Marichal, p. 289: tierce, sexte et nonne); 3. 1765 antiq. romaine (Encyclop. t. 8, p. 193b, s.v. heure). Empr. au lat. chrét.sexta « sexte, heure canoniale » (ves., Cassien ds Blaise Lat. chrét.), du lat. class. sexta, p. ell. pour sexta hora « sixième heure (du jour, vers midi) », comp. de sexta, fém. de sextus « sixième », et de hora « heure ». Cf. sieste, sixte, et, parmi les noms des heures canoniales: prime, tierce, none. Fréq. abs. littér.: 19. Bbg. Reiner Doublets 1982, p. 34.

Wiktionnaire

Nom commun

sexte \sɛkst\ féminin

  1. (Antiquité) Troisième partie du jour, qui commençait à la fin de la sixième heure du jour, c’est-à-dire à midi dans le calendrier romain.
  2. (Religion) Celle des heures canoniales qui doit être chantée vers la sixième heure du jour, dans la liturgie catholique.
    • Prime, tierce, sexte, none.
    • Fin du travail à 9 heures et intervalle, Sexte à 11 heures, Angélus et le dîner à 11 heures 1/2, Méridienne après le dîner, Fin de la méridienne à 1 heure 1/2. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)
    • L’office de sexte, est chanté au réfectoire, avant le déjeuner pris en silence …. Les moines se rassembleront de nouveau pour none, vêpres, et complies.— (Guillemette De la BORIE– Un équilibre de vie à construire et à respecter - Journal La Croix, p. 12, 2-3 août 2014)

Forme de verbe

sexte \sɛkst\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de sexter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de sexter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de sexter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de sexter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de sexter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SEXTE. n. f.
T. d'Antiquité romaine. Troisième partie du jour, qui commençait à la fin de la sixième heure du jour, c'est-à-dire à midi. En termes de Liturgie catholique, il se dit de Celle des heures canoniales qui doit être chantée vers la sixième heure du jour. Prime, tierce, sexte, none.

Littré (1872-1877)

SEXTE (sèk-st') s. f.
  • 1 Terme d'antiquité. La troisième des quatre parties du jour chez les Romains.
  • 2 Terme de liturgie catholique. Une des heures canoniales, appelées ordinairement petites heures, qui devait se dire à la sixième heure du jour, à compter du soleil levé. Dans la maison, il [saint Pierre] avait ses heures réglées pour la prière ; il monta à l'heure de sexte, c'est-à-dire vers le midi…, Bossuet, Méd. sur l'Év. la Cène, 71e jour.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SEXTE, s. f. terme de Breviaire ; c’est le nom qu’on donne à une des petites heures ou heures canoniales qui font partie de l’office divin. Voyez Heures.

On l’appelle ainsi, parce que chez les anciens on la récitoit vers la sixieme heure du jour, qui, selon leur maniere de compter, répondoit à l’heure de midi ; & les écrivains ecclésiastiques disent qu’elle fut instituée pour honorer la mémoire de l’heure où Jesus-Christ fut mis en croix : c’est ainsi que porte la glose chap. x. de celebrat missar. Sexta cruci nectit. S. Basile, regul. major. quæst. 37. dit que les chrétiens chantoient ou récitoient à cette heure le pseaume 91. priant Dieu qu’il les délivrât du démon du midi, δαιμονιου μεσημϐρινου, qui est le pseaume que nous chantons aujourd’hui à complies. Il n’ajoute pas quels étoient les autres pseaumes, mais nous pouvons assurer sur la foi de Cassien, qu’il y en avoit encore deux autres, & que probablement ils étoient relatifs à la mort de Jesus-Christ & à son sacrifice. Bingham, orig. Eccles. tom. V. lib. XIII. c. ix. §. 12.

Aujourd’hui parmi les catholiques, sexte est composée du Deus in adjutorium, de trois pseaumes sous une seule antienne, d’un capitule, d’un répons bref avec son verset, & d’une oraison tirée du propre du tems, ou du propre des SS. ou du commun.

Sexte, (Jurispr.) est la collection des decrétales, faites par ordre du pape Boniface VIII. on l’appelle sexte, parce qu’elle est intitulée, liber sextus decretalium, comme si c’étoit un sixieme livre des decrétales qui ont été recueillies par Gregoire IX, en cinq livres ; cependant cette collection de Boniface VIII, contient elle-même cinq livres ; la maniere de citer cette collection est de dire in sexto.

Cette collection comprend les constitutions des papes, publiées depuis celle de Gregoire IX ; savoir, celles du même Gregoire, d’Innocent IV. Alexandre IV. Urbain IV. Gregoire X. Nicolas III Clément IV. & Boniface VIII. par l’ordre duquel cette compilation fut faite.

Boniface VIII. employa à ce travail Guillaume de Mandegot, archevêque d’Embrun ; Berenger de Frédol, évêque de Beziers ; & Richard de Sienne, qu’il nomma depuis cardinal en 1298 ; ce livre fut publié le 3 Mars à la fin de l’an 1298, c’est-à-dire en 1299 avant Pâque.

Le sexte ne fut point reçu en France, & il n’est permis ni de l’enseigner dans les écoles, ni de le citer au barreau, à cause des démêlés qu’il y eut entre Boniface VIII. & Philippe le Bel.

On a joint à la suite du texte & dans le même volume, les clementines & les extravagantes de Jean XXII. & les extravagantes communes. Voyez Droit canon, Decret, Decrétales.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sexte »

Du latin sextus ou sexta, sous-entendant hora.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. sexta hora, la sixième heure, de sex, six.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sexte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sexte sɛkst

Citations contenant le mot « sexte »

  • Tous les cuistres le savent et le répètent, le mot sieste vient de sexte, la sixième heure. Mais qui de nos jours ferait la sieste à 6 heures du matin ? PresseLib, Du bon usage de la sieste - PresseLib
  • La Liturgie des Heures est constituée par la louange du matin (laudes) où on consacre sa journée à Dieu, et par l’action de grâce du soir (vêpres). S’y adjoignent celles du milieu du jour (tierce, sexte, none) et celle avant le coucher (complies), ainsi que l’office des lectures, sans moment fixé. Ce cycle quotidien s’étend sur quatre semaines. Il se conjugue avec le cycle annuel de la liturgie : Avent, Noël, Temps ordinaire, Carême, Temps de Pâques, célébrations des mystères du Christ, de la Vierge Marie et des saints. Aleteia, La Liturgie des Heures pour les nuls
  • Des laudes aux complies, en passant par tierce, sexte, none et vêpres, les utilisateurs de l’application « Barroux » ont la possibilité d’écouter les offices des moines comme s’ils étaient au sein de l’Abbaye. « Beaucoup de gens voulaient vivre nos offices après leur retraite, et notamment les oblats », affirme le Frère Raphaël, responsable du numérique. « C’est pourquoi l’idée de cette application nous est venue ». A l’aide de deux micros placés dans l’Abbatiale, les enregistrement sont diffusés en direct sur votre smartphone. Radio Notre Dame, Les offices des moines directement sur son téléphone ! – Radio Notre Dame
  • À l’office de sexte, quelques minutes avant le déjeuner, un grand brun mêle sa voix à celle des 24 autres frères du monastère. À 48 ans, frère Matthieu est novice à l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, dans la Vienne. Cela fait quatre ans qu’il a décidé de consacrer sa vie à Dieu dans l’ordre des bénédictins de la congrégation de Solesmes. Ce Nordiste d’origine a abandonné sa vie de réceptionniste en hôtellerie, puis de travailleur social, pour vivre selon la devise de saint Benoît « Ora et labora », « Prie et travaille ». La Croix, Le choix de la vie contemplative

Traductions du mot « sexte »

Langue Traduction
Anglais sext
Espagnol sexta
Italien sesta
Allemand sext
Chinois 性别
Arabe النص
Portugais sext
Russe секстет
Japonais セクスト
Basque sext
Corse sext
Source : Google Translate API

Synonymes de « sexte »

Source : synonymes de sexte sur lebonsynonyme.fr
Partager