La langue française

Sapience

Sommaire

  • Définitions du mot sapience
  • Étymologie de « sapience »
  • Phonétique de « sapience »
  • Citations contenant le mot « sapience »
  • Images d'illustration du mot « sapience »
  • Traductions du mot « sapience »
  • Synonymes de « sapience »

Définitions du mot « sapience »

Trésor de la Langue Française informatisé

SAPIENCE, subst. fém.

A. − [Dans des cont. relig. notamment judéo-chrét.]
1. Sagesse de celui/celle qui possède le savoir, la science à un degré élevé ainsi que les qualités de jugement, d'habileté, de raison, de prudence. Les rois étaient sacrés par l'huile, car l'huile signifie renommée, gloire et sapience (France,J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 517).La sagesse millénaire de ses docteurs [du judaïsme] qui (...), des temps bibliques jusqu'à nos jours, n'a dédaigné aucune fontaine de sapience humaine (Weill,Judaïsme, 1931, p. 16).
2. Vx. Dieu ou sa parole. Synon. verbe, logos.Je verrai l'église des saints formée des fils de la sapience (Saint-Martin,Homme désir, 1790, p. 331).[Un fleuve à Jérusalem] arrose le céleste Éden, et roule dans ses flots l'amour pur et la sapience de Dieu (Chateaubr.,Martyrs, t. 1, 1810, p. 183).
3. La Sapience. Titre du Livre de la Sagesse (v. sagesse I C 1 a). (Dict. xixeet xxes.).
B. − HIST. Pays de Sapience. La Normandie. [P. allus. à la sagesse des lois que lui donna Rollon ou à cause du caractère prudent de ses habitants (d'apr. Littré)] Vrai pays de sapience! Cette Normandie, qui, en tant de choses, a servi de modèle à la France et à l'Angleterre (Michelet,Peuple, 1846, p. 294).
C. − [Dans un style littér. et archaïsant] Sagesse abstraite, intellectuelle; savoir issu de la connaissance livresque ou considéré globalement en tant que somme des connaissances. Synon. science.Tous les exercices de la classe et les jeux de la récréation doivent fournir prétexte à sapience (...) il n'est pas jusqu'au modèle d'écriture qui ne porte ses fruits (Frapié,Maternelle, 1904, p. 148).Son notaire (...) plein de sapience, le regardait s'agiter, l'écoutait (La Varende,Caval. seul, 1956, p. 17).
P. iron. ou p. plaisant. Ce n'est point là (...) un blanc-bec pédant, fort en sciences, lettres, théologie et sapience (Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 787).[Un savant qui avait] une cervelle comme un comprimé de la Bibliothèque Nationale, un réjoui plein de sapience (Arnoux,Calendr. Fl., 1946, p. 228).
REM. 1.
Sapient, -ente, adj.[Dans des cont. relig. ou littér.; corresp. à supra A 1] a) Qui possède la sagesse, le savoir. C'était une chose que les chanoines n'avaient pas vu souvent, tout chanoines sapients qu'ils étaient (Fabre,Oncle Célestin, 1881, p. 260).b) Qui symbolise la sagesse. Vous parlez comme Pallas elle-même, aux bons jours de cet oiseau sapient dont on la coiffe (Claudel,Otage, 1911, II, 1, p. 256).c) En partic. Sapient de soi-même. Qui fait œuvre de clairvoyance, qui met en œuvre son jugement, son esprit critique, sa raison en vue d'une meilleure connaissance de soi. Je me propose donc d'être avant tout sapient de moi-même; et je ne veux plus m'appliquer qu'à cela (Larbaud,Barnabooth, 1913, p. 143).
2.
Sapientiel, -elle, adj.[Corresp. à supra A] a) Rare. [En parlant de l'homme considéré en tant que possédant le savoir, la sagesse] V. homme ex. 7.b) [Dans un cont. relig.; en parlant d'un texte, de son écriture] Synon. de sapiential.[Une page] d'allure sapientielle, qui déroule une série de béatitudes (Philos., Relig., 1957, p. 42-3).
Prononc. et Orth.: [sapjɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1121-34 « sagesse de Dieu [qui a créé le monde, connaît tout et dispose de tout] » (Philippe de Thaon, Bestiaire, 737 ds T.-L.); 1remoit. xiies. (Psautier de Cambridge, éd. Fr. Michel, L, 7); b) id. « savoir-faire, dextérité [de Dieu] » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, CIII, 25: trestuses coses en sapience fesis); c) α) id. « sagesse de l'homme [qui vient de Dieu et le rend capable de distinguer le bien et le mal] » (ibid. XVIII, 8: sapience dunant as petiz; XXXVI, 32); β) ca 1170 spéc. désigne la sagesse de Salomon obtenue de Dieu par la prière [cf. 1 Rois III, 6-14] (Rois, III, X, 4, éd. E. R. Curtius, p. 135: la frant sapience Salomun); d) 1130-40 « science, connaissance [des choses divines] » en parlant d'une personne (Wace, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 44: parlot par grant sapience [l'abbé]); e) 1146-70 « connaissance du bien et du mal que tente d'acquérir l'homme par ses propres forces, au mépris du privilège divin » (Jeu d'Adam, éd. W. Noomen, 157: Ço [le fruit défendu] est le fruit de sapience, De tut saveir done science); f) fin xiies. sapïence de Deu désigne le Verbe, le Logos (Sermon de St Grégoire sur Ezéchiel, 12, 20 ds T.-L.); 2. ca 1150 « savoir, science » en réf. à l'Antiquité class. (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 7); cf. en parlant des Grecs (Guiot de Provins, Bible, 67 ds Œuvres, éd. J. Orr, p. 12); 3. 1291-95 [impr. 1529] titre du ,,Livre de la Sagesse`` (Bible en françois, trad. Guiart des Moulins, Paris, J. Petit, t. 2, non fol.: Cy commence Sapience), cf. I c β. Empr. au lat.sapientia, dans la lang. class. « intelligence, jugement; sagesse [gr. σ ο φ ι ́ α]; science, savoir, en partic. recherche de la vérité, philosophie [gr. φ ι λ ο σ ο φ ι ́ α] »; dans la lang. chrét. « sagesse, piété envers Dieu (Vulgate, Eccli.); sagesse [que Dieu donne à ceux qui lui sont unis] (Vulgate, passim); don de découvrir les mystères; sagesse de Dieu [qui crée le monde et dispose de tout] (déb. iiies., Tertullien); le Saint-Esprit (St Irénée); le Verbe (ives. Prudence; Vulgate ds Blaise, Lat. chrét.) ». 3 est tiré du titre Liber Sapientiae (Vulgate). Fréq. abs. littér.: 22. Bbg. Anderer t. 2 1981, pp. 384-385 (s.v. sapientiel). − Brucker (Ch.). Prudentia/ prudence aux 12eet 13es. Rom. Forsch. 1971, t. 83, p. 467; Sage et son réseau lex. en anc. fr. Lille-Paris, 1979, p. 522, 608, 632, 663, 675. − Kogelschatz (B.). Theorie und Praxis des sprachlichen Feldes. München, 1981, pp. 103-104; 175-176 (s.v. sapient). − Schalk (F.). Sapience und Sagesse. Rom. Forsch. 1953, t. 65, pp. 241-255.

Wiktionnaire

Nom commun

sapience \sa.pjɑ̃s\ féminin

  1. (Vieilli) (Latinisme) Sagesse.
    • La raison naturelle, don du Verbe […], ne peut contredire la sapience sacrée des Écritures; […]. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1966)
    • Il y a différentiabilité de la sentience vers la sapience, mais pas de la sapience vers la sentience. Le continuum quasi différentiable sentience-sapience entre en résonance avec le schéma proposé par Wilfrid Sellars de la réductibilité causale avec irréductibilité logique. — (Reza Negarestani, Accélérer l'humanité, part.1, §.1, dans , Accélération !, sous la direction de Laurent de Sutter, Presses Universitaires de France, 2016)
  2. Ensemble des savoirs personnels ou partagés au sein du peuple, de la multitude ou d'une population de microservices.
  3. CNRTL : Savoir issu de la connaissance livresque [et aujourd'hui numérique], ou considéré globalement en tant que somme [ou maillage interdisciplinaire] des connaissances.

Nom commun

sapience \Prononciation ?\ féminin

  1. Sapience, sagesse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SAPIENCE. n. f.
Sagesse. Il est vieux et ne s'emploie guère que par affectation d'archaïsme ou par plaisanterie. Absolument, La Sapience se dit en style théologique du Livre de Salomon qu'on appelle autrement La Sagesse. Salomon dit, dans la Sapience...

Littré (1872-1877)

SAPIENCE (sa-pi-an-s') s. f.
  • 1Terme vieilli qui est synonyme de sagesse. La crainte du Seigneur est la sapience, Guez de Balzac, le Prince, ch. 25.

    Pays de sapience, la Normandie, ainsi dite à cause de la sagesse des lois que lui donna Rollon, ou beaucoup plutôt à cause du caractère prudent et même défiant des Normands. Près de Rouen, pays de sapience, La Fontaine, Troq.

    La Fontaine a étendu le pays de sapience jusqu'au Maine. Près du Mans donc, pays de sapience, La Fontaine, Remède.

  • 2 Terme d'ancienne chimie. Lut de sapience, celui dont on se sert pour fermer hermétiquement les vaisseaux.
  • 3 Absolument. La Sapience, le livre de Salomon qu'on appelle la Sagesse.
  • 4Il se dit quelquefois pour le Verbe, la Sagesse. Ce Verbe qui était caché dans le sein du Père comme sapience, Jurieu, dans BOSSUET, 6e avert. 6. Jésus-Christ étant le Verbe, et la raison, et la sapience du Père, Bossuet, 1er sermon, Démons, Préambule. Un fleuve découle du trône du Tout-Puissant ; il arrose le céleste Eden, et roule dans ses flots l'amour pur et la sapience de Dieu, Chateaubriand, Mart. III.

HISTORIQUE

XIIe s. Tuz ces de Israel oïrent le jugement que fait out li reis ; sil crienstrent [ainsi le craignirent], pur ço que la sapience nostre Seignur fud en li pur jugemenz faire, Rois, p. 237. Ybers parla par molt grant sapience, Raoul de C. 162.

XIIIe s. N'a pas grant sapience enclose En moi, qant si petite chose Com est un cochet m'a boulé [trompé], Ren. 5555. Cremor de Dieu est li commencemenz de sapience, Cons. de P. de Font. 7.

XVe s. Car tresor n'est qui vaille sapience ; Rien ne se peut comparer à science, Deschamps, Poésies mss. f° 58. Ameur de sapience, qui vault autant, en grec, comme philozophe, Christine de Pisan, Charles V, III, 3.

XVIe s. Nos folies ne me font pas rire, ce sont nos sapiences, Montaigne, III, 282.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SAPIENCE, s. f. (Gram.) se dit quelquefois pour sagesse, pradence. Lafontaine a appellé la Normandie le pays de sapience.

Sapience de Jesus, fils de Sirach, (Critiq. sacrée.) c’est le titre grec ordinaire du livre communément appellé l’Ecclésiastique, mis par les uns au rang des livres canoniques de l’Ecriture, & par les autres au rang des apocryphes ; nous ne répéterons pas ici ce qui en a été dit au mot Ecclésiastique, pour ne point faire de doubles emplois.

L’an 132 avant Jesus-Christ, & la 38. de Ptolomée Evergete II. plus connu sous le nom de Physeon, Jesus, fils de Sirach, juif de Jérusalem, vint s’établir en Egypte, & y traduisit en grec pour l’usage des Juifs hellénistes, le livre que Jesus son grand-pere avoit composé en hébreu, & qui est intitulé dans nos Bibles l’Ecclésiastique. Les anciens l’appellent Panareton, mot grec qui signifie le trésor de toutes les vertus, parce qu’ils le regardoient comme un recueil de maximes les plus vertueuses. Jesus l’avoit écrit en hébreu vers le tems du pontificat d’Onias II. & un autre Jesus son petit-fils le mit en grec. Ce dernier est distingué du grand-pere qui en étoit l’auteur, par le titre de fils de Sirach. L’original hébreu est perdu ; on l’avoit encore du tems de saint Jérôme, car il déclare dans sa préface aux livres de Salomon, & dans son épît. 115. qu’il l’avoit vû sous le titre de paraboles.

Il est vraissemblable qu’il y a dans la traduction grecque des choses qui n’étoient pas dans l’original. La conclusion du ch. l. v. 27. & suiv. & la priere du dernier chapitre, sont sans doute des additions du traducteur ; car ce que l’auteur y dit du danger qu’il a couru de perdre la vie par une fausse accusation portée au roi contre lui, appartient au regne barbare de Ptolomée Physeon, & ne peut pas regarder le grand-pere de Jesus, qui demeuroit à Jérusalem, trois générations auparavant, lorsqu’il n’y avoit point de tyrannie exercée sur le pays.

La version latine de ce livre de l’Ecclésiastique contient aussi plusieurs choses qui ne sont pas dans le grec. Il faut qu’elles y aient été insérées par celui qui l’a traduit en latin. A présent que l’hébreu qui étoit l’original est perdu, le grec qui est la traduction du petit-fils de l’auteur en doit tenir lieu, & les versions devroient toutes être faites sur le grec, & non sur le latin.

Les juifs modernes ont un livre qu’ils appellent le livre de Ben-Sira, ou du fils de Sira. Comme ce livre est aussi un recueil de sentences de morale ; quelques critiques ont pensé que ce Ben-Sira, ou fils de Sira, étoit le même que Ben-Sirach, ou fils de Sirach ; & que son livre est le même que notre Ecclésiastique ; mais c’est une erreur facile à connoître par la confrontation des deux ouvrages. Celui des Juifs modernes a été imprimé plusieurs fois. Voyez la Bibliotheque rabinique de Buxtorf, pag. 324. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sapience »

Provenç. sapiensa ; espagn. et portug. sapiencia ; ital. sapienza ; du lat. sapere, être habile (voy. SAVOIR). On rattache sapere au grec σοφός.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin sapientia.
(XVIe siècle) Leur savoir n’estoit que besterie et leur sapience n’estoit que moufles. — (Rabelais, Gargantua, chapitre 14.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Emprunt au latin sapientia.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sapience »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sapience sapjɑ̃s

Citations contenant le mot « sapience »

  • Le livre pourrait enseigner que se libérer de la peur du diable est sapience. De Umberto Eco / Le Nom de la Rose
  • Phi Dinh, co-fondateur, programmeur et concepteur de jeux chez Phigames, a répondu à quelques questions sur le jeu sur le blog PlayStation. « Vous incarnez un virus sensible, tentant d’échapper à la suppression lorsque vous infiltrez le monde virtuel et numérique de l’ordinateur central dans un effort pour atteindre la sapience et créer la première singularité technologique. L’humanité en dépend, mais comment vous atteignez cet objectif dépendra de vous « , a-t-il écrit. Urban Fusions, Piratez ou frayez-vous un chemin à travers le nouveau Platformer pour PS5, recompilez | Gaming

Images d'illustration du mot « sapience »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sapience »

Langue Traduction
Anglais wisdom
Espagnol sabiduría
Italien saggezza
Allemand weisheit
Chinois 智慧
Arabe حكمة
Portugais sabedoria
Russe мудрость
Japonais 知恵
Basque jakinduria
Corse saviezza
Source : Google Translate API

Synonymes de « sapience »

Source : synonymes de sapience sur lebonsynonyme.fr
Partager