La langue française

Rouvre

Sommaire

  • Définitions du mot rouvre
  • Étymologie de « rouvre »
  • Phonétique de « rouvre »
  • Citations contenant le mot « rouvre »
  • Images d'illustration du mot « rouvre »
  • Traductions du mot « rouvre »
  • Synonymes de « rouvre »
  • Antonymes de « rouvre »

Définitions du mot « rouvre »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROUVRE, subst. masc.

Chêne moins haut que le chêne commun. Le chemin de Valensole s'en allait à plat sous les amandiers, puis il se cassait sur la pente, il descendait dans la rive du plateau, à travers un bois de rouvres (Giono,Gd troupeau, 1931, p. 62).
En appos. Chêne rouvre (Ac. 1935).
Prononc. et Orth.: [ʀuvʀ]. Ac. 1798: rouvre, robre; 1835, 1878: rouvre, roure; 1935: rouvre. Étymol. et Hist. 1401 Orléanais roures (Cens d'Yevre le Châtel ds La Curne); 1552 rouvre (Est., s.v. robor); 1753 chêne roure (Encyclop. t. 3, p. 287a). Du lat. robur, -oris « rouvre; bois de chêne » fig. « dureté, solidité; force; cœur, noyau », cf. corroborer; roboratif. Le type le plus répandu pour désigner le chêne dans le domaine gallo-rom. est issu du gaul. *cassanus (v. chêne), les dér. de robur ne subsistant, dans la lang. commune, que dans le domaine d'oc (1180, Girart de Roussillon, éd. W. M. Hackett, 9554; 1220-30, Deudes de Pradas, Dels Auzels cassadors, éd. E. Monaci, 2998; cf. dès 1067 le topon. Rora, commune de Roure, Alpes-Maritimes ds Dauzat-Rost. Lieux 1978, p. 565a). Comme, d'autre part, la topon. atteste très largement la présence de robur dans le domaine d'oïl (notamment, corresp. à l'actuel topon. de Rouvre(s): Loiret Rovere 697, Rubrum 870; Côte-d'Or Rovra 902; Meuse Rubrum 973; Aube de Rufro 1101, d'apr. Dauzat-Rost., loc. cit.; v. aussi rouvraie), on peut supposer qu'au haut Moy. Âge, la lang. commune distinguait le quercus sessiliflora [= robur] du quercus pedunculata [= *cassanus], distinction abolie par la suite, FEW t. 10, p. 434a.
DÉR.
Rouvraie, subst. fém.Lieu planté de chênes rouvres. (Dict. xixeet xxes.). [ʀuvʀ ε]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. 1611 (Cotgr.); de rouvre, suff. -aie*. La forme masc. corresp. (-etum) est att. dans le domaine d'oïl − à l'exclusion du domaine d'oc − par les topon. du type Rouvray: 983 Rouvroi (Aisne); 1070 Roveroit (Pas-de-Calais; cf. Loisne, Dict. topogr. Pas-de-Calais, 1907, p. 331b); 1229 Rovroi (Aisne); xiiies. Rovroi (Seine Maritime); cf. viies. Roboretus (Yonne); 1179 Roboretum (Eure-et-Loir); xiies. Rouretum (Meuse), v. Dauzat-Rost. Lieux 1978, p. 565a.
BBG.Mańczak (W.). Fr. « rouvre » est-il d'orig. mérid. R. Ling. rom. 1959, t. 23, pp. 144-152. − Pignon (J.). Fr. mod. 1961, t. 29, pp. 237-238.

Trésor de la Langue Française informatisé

ROUVRE, subst. masc.

Chêne moins haut que le chêne commun. Le chemin de Valensole s'en allait à plat sous les amandiers, puis il se cassait sur la pente, il descendait dans la rive du plateau, à travers un bois de rouvres (Giono,Gd troupeau, 1931, p. 62).
En appos. Chêne rouvre (Ac. 1935).
Prononc. et Orth.: [ʀuvʀ]. Ac. 1798: rouvre, robre; 1835, 1878: rouvre, roure; 1935: rouvre. Étymol. et Hist. 1401 Orléanais roures (Cens d'Yevre le Châtel ds La Curne); 1552 rouvre (Est., s.v. robor); 1753 chêne roure (Encyclop. t. 3, p. 287a). Du lat. robur, -oris « rouvre; bois de chêne » fig. « dureté, solidité; force; cœur, noyau », cf. corroborer; roboratif. Le type le plus répandu pour désigner le chêne dans le domaine gallo-rom. est issu du gaul. *cassanus (v. chêne), les dér. de robur ne subsistant, dans la lang. commune, que dans le domaine d'oc (1180, Girart de Roussillon, éd. W. M. Hackett, 9554; 1220-30, Deudes de Pradas, Dels Auzels cassadors, éd. E. Monaci, 2998; cf. dès 1067 le topon. Rora, commune de Roure, Alpes-Maritimes ds Dauzat-Rost. Lieux 1978, p. 565a). Comme, d'autre part, la topon. atteste très largement la présence de robur dans le domaine d'oïl (notamment, corresp. à l'actuel topon. de Rouvre(s): Loiret Rovere 697, Rubrum 870; Côte-d'Or Rovra 902; Meuse Rubrum 973; Aube de Rufro 1101, d'apr. Dauzat-Rost., loc. cit.; v. aussi rouvraie), on peut supposer qu'au haut Moy. Âge, la lang. commune distinguait le quercus sessiliflora [= robur] du quercus pedunculata [= *cassanus], distinction abolie par la suite, FEW t. 10, p. 434a.
DÉR.
Rouvraie, subst. fém.Lieu planté de chênes rouvres. (Dict. xixeet xxes.). [ʀuvʀ ε]. Att. ds Ac. 1935. 1reattest. 1611 (Cotgr.); de rouvre, suff. -aie*. La forme masc. corresp. (-etum) est att. dans le domaine d'oïl − à l'exclusion du domaine d'oc − par les topon. du type Rouvray: 983 Rouvroi (Aisne); 1070 Roveroit (Pas-de-Calais; cf. Loisne, Dict. topogr. Pas-de-Calais, 1907, p. 331b); 1229 Rovroi (Aisne); xiiies. Rovroi (Seine Maritime); cf. viies. Roboretus (Yonne); 1179 Roboretum (Eure-et-Loir); xiies. Rouretum (Meuse), v. Dauzat-Rost. Lieux 1978, p. 565a.
BBG.Mańczak (W.). Fr. « rouvre » est-il d'orig. mérid. R. Ling. rom. 1959, t. 23, pp. 144-152. − Pignon (J.). Fr. mod. 1961, t. 29, pp. 237-238.

Wiktionnaire

Nom commun

rouvre \ʁuvʁ\ masculin

  1. Chêne à feuilles caduques et à glands non pédonculés (Quercus petraea (Matt.) Liebl., 1784)
    • Puis il entra dans des boqueteaux de rouvres assez hauts et bien développés, encore couverts de leurs feuilles dorées dans lesquelles le vent et les averses faisaient beaucoup de tapage. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 458)
    • Le rouvre est déjà par lui-même l’arbre qu’ils choisissent pour les bois sacrés, et ils n’accomplissent aucune cérémonie religieuse sans son feuillage, au point que l’étymologie de leur nom de druides pourrait passer pour grecque. — (Monique Clavel-Lévêque, Puzzle gaulois: Les Gaules en mémoire : images, texte, histoire, 1989)

Cette citation est une traduction des "Histoires naturelles" de Pline (chapitre XVI, 249) - Référence identifiée dans : Paul Verdier, Georges Bertin,"Les druides - histoire et spiritualité des origines à nos jours", Éditions l'àpart, 2012

Forme de verbe

rouvre \ʁuvʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de rouvrir.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de rouvrir.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rouvrir.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rouvrir.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rouvrir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROUVRE. n. m.
Espèce de chêne qui s'élève moins droit et moins haut que le chêne ordinaire. Le rouvre fournit des pièces courbes propres aux constructions. Par apposition, Chêne rouvre.

Littré (1872-1877)

ROUVRE (rou-vr' ou rou-r') s. m.
  • Espèce de chêne moins haut que le chène commun.

HISTORIQUE

XVIe s. Le nom de chesne a esté particulierement donné au quercus, estant le robur, appelé roure, et l'ilex, l'yeuse. - Le roure est le vrai bois de chauffage. - Il a le tronc fort et robuste, duquel mot son nom est tiré, De Serres, 794.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROUVRE, s. m. (Botan.) en latin robur d’où le mot françois a été tiré. C’est une espece de chêne plus bas que le chêne ordinaire, mais gros & tortu ; son bois est dur ; ses feuilles sont découpées à ondes assez profondes, couvertes d’un duvet délicat ; ses fleurs sont des chatons, & ses fruits des glands plus petits que ceux du chêne commun ; cet arbre croit aux lieux montagneux ; c’est le quercus follis molli lanugine pubescentibus, de Tournefort. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rouvre »

(1401) De l'ancien orléanais chêne rouvre, venant du latin rōbur (« chêne rouvre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. roire, roure ; espagn. robre, roble ; ital. rovere, rovero ; du lat. robore, pris par le bas-latin pour accusatif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rouvre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rouvre ruvr

Citations contenant le mot « rouvre »

  • L’Aquarena rouvre ses bassins au public ce samedi, après quatre mois et demi de fermeture dus à la crise sanitaire du Covid-19. On fait le point sur les conditions d’accueil. La Voix du Nord, L’Aquarena d’Arras rouvre ce samedi : comment, pour qui, et à quel prix ?
  • "Beaucoup de personnes ne vont pas pouvoir partir en vacances, c'était important qu'ils puissent profiter d'un moment de détente à Villeneuve-sur-Yonne", lance Nadège Naze. La maire, fraîchement élue, a fait du Saucil une priorité dès son début de mandat. Un mois plus tard, elle a obtenu gain de cause. La plage rouvre ce samedi 1er août 2020, à partir de 13 heures.  www.lyonne.fr, La plage du Saucil rouvre ce samedi 1er août - Sens (89100)

Images d'illustration du mot « rouvre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rouvre »

Langue Traduction
Anglais reopens
Espagnol reabre
Italien riapre
Allemand öffnet wieder
Chinois 重新开张
Arabe يعيد فتح
Portugais reabre
Russe повторное открытие
Japonais 再開
Basque berriro irekitzen
Corse riapertura
Source : Google Translate API

Synonymes de « rouvre »

Source : synonymes de rouvre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rouvre »

Partager