La langue française

Rondeau

Sommaire

  • Définitions du mot rondeau
  • Étymologie de « rondeau »
  • Phonétique de « rondeau »
  • Citations contenant le mot « rondeau »
  • Images d'illustration du mot « rondeau »
  • Traductions du mot « rondeau »
  • Synonymes de « rondeau »

Définitions du mot rondeau

Trésor de la Langue Française informatisé

RONDEAU1, subst. masc.

A. − LITT., VERSIF. Poème à forme fixe comportant treize vers et construit sur deux rimes, avec des répétitions obligées. En décernant avec justice à Marot le prix du rondeau (...) Boileau semble d'ailleurs oublier (...) que le rondeau était depuis long-temps asservi aux refrains réglés (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., 1828, p. 30).Un rondeau est un poème de forme fixe de treize vers sur deux rimes avec une pause au cinquième et une au huitième et dont le ou les premiers mots se répètent après le treizième sans être eux-mêmes des vers (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 33).
B. − MUS. Forme musicale fondée sur l'alternance d'un refrain et de plusieurs couplets, employée dans la musique française instrumentale et vocale des xviieet xviiies. Hier (...) j'entre dans San Fedele [à Milan] (...) tout à coup part une petite sonate charmante. C'était un homme qui était à l'orgue (...). Il joua un rondeau très gai et très brillant (Stendhal, Journal, 1811, p. 47).Le rondeau des sauvages, composé par Rameau dix ans plus tôt et inséré dans les danses à la fin de cet acte, est particulièrement célèbre (Brillant, Probl. danse, 1953, p. 203).
REM.
Rondel, subst. masc.,litt., synon. (supra A).Les auteurs de l'École esthétique se mirent à écrire (...) des rondels, et des ballades, comme a fait M. Théodore de Banville (Bourget, Ét. angl., 1888, p. 309).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔ ̃do]. Homon. rondo. Att. ds Ac. dep. 1694. Lar. Lang. fr. traite s.v. rondeau litt. et mus.: ,,on trouve aussi l'ancienne formule rondel``. Rob. 1985 réserve rondel au sens « poème à la mode au xves. » Les rondeaux ou rondels de Charles d'Orléans; pour le sens en mus. il renvoie à rondo (v. ce mot). Étymol. et Hist. 1. Fin xiiies. rondel « petit poème à forme fixe » (Nicole de Margival, Dit de la panthère d'amours, éd. H. A. Todd, 2512: Que vous veilliez cest rondel dire); 1341 rondiaus (Guillaume de Machaut, Remède de fortune, éd. E. Hoepffner, p. 15: balades, rondiaus, virelais); fin xives. rondeaulx (E. Deschamps, Art de dictier, éd. G. Raynaud, t. 7, p. 270: rondeaulx cengles et doubles); ca 1501 (Jardin de Plaisance, éd. A. Vérard [fac-similé E. Droz et A. Piaget, 1910] f ob III r o: Chappelletz sont rondeaulx doublez Rondeaulx deux foys bien redoublez); 1548 (Th. Sebillet, Art poét. fr., éd. F. Gaiffe, p. 127: Rondeau redoublé ou parfait); 2. ca 1300 rondel « danse en rond » (Floriant et Florete, éd. H. F. Williams, 6227: li rondel, les caroles); 3. 1690 mus. (Fur.: Rondeau [...] espece de refrain, quand à la fin d'un couplet on en repete le commencement); 1740 « pièce de musique instrumentale » (Ac.). Dér. de rond1*; suff. -eau*. Cf. lat. médiév. rondellus (av. 1250, Jean de Garlande ds A. Machabey, G. de Machault, la vie et l'œuvre musical, t. 1, p. 148, note 401: in rondellis et cantilenis vulgaribus). Fréq. abs. littér.: 54.

RONDEAU2, subst. masc.

A. − AGRIC. Rouleau de bois que l'on passait sur la terre après les semailles afin de briser les mottes. (Dict. xixes. et xxes.).
B. − ARCHÉOL. ,,Ornement circulaire dont, au Moyen-Âge et à l'époque de la Renaissance, on décorait l'orfèvrerie, les tissus`` (Havard 1890).
C. − BOULANG. Pelle ronde destinée à enfourner le pain. (Dict. xixes. et xxes.).
D. − HORLOG. Meule destinée à user le bord des verres de montre (Dict. xixes. et xxes.).
E. − OPT. Plaque de métal sur laquelle l'opticien façonne les verres plats (d'apr. Littré).
F. − POT. Disque en terre réfractaire sur lequel on place les pièces à cuire. Voir Al. Brongniart, Arts céram., t. 1, 1844, p. 198.
Prononc.: [ʀ ɔ ̃do]. Homon. rondo. Étymol. et Hist. 1. 1260 rondiaus « clou à tête ronde » (Chirographe, juin, St Brice, Arch. de Tournai ds Gdf.); 2. a) 1284 rondiaus « objet rond servant de support » (C'est li ostil Colart d'Eskelines, Arch. de Tournai, ibid.); b) 1526 rondeau « planche ronde sur laquelle les pâtissiers dressent les pains bénits » (E. Coyecque, Inventaire sommaire d'un minutier parisien, I, 16: ung grand rondeau de boys servant à pain bénist); c) α) 1767 céram. « support rond » (Nouv. arch. de l'art fr., t. 7, 1891, p. 243: urne de porcelaine [...] sur un petit rondeau de bois doré); β) 1828 céram. « dique supportant une pièce à cuire » (Bastenaire, Daudenart, L'Art de fabriquer la faïence, p. 475); d) 1782 boulang. (Encyclop. méthod. Mécan. t. 1, p. 284b); 3. 1400 agric. rondeau (Arch. nat., JJ 155, pièce 57 ds Gdf.); 4. 1832 horlog. (Raymond). Dér. de rond2*; suff. -eau*.

rondeau .« Poème à forme fixe du Moyen Âge »

Wiktionnaire

Nom commun

rondeau \ʁɔ̃.do\ masculin

  1. Petite pièce de poésie composée de treize vers sur deux rimes, avec une pause au cinquième et une au huitième, et dont le premier mot ou les premiers mots appelés clausule se répètent après le huitième vers et après le dernier, sans faire partie des vers.
  2. (Histoire) (Musique) Forme musicale, vocale au départ, alternant un refrain et plusieurs couplets..
    • … et, après avoir bien tâtonné, je fus enfin dirigé, par les sons d’un joyeux rondeau, vers un appartement où le digne sacristain disait une messe au diable. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Certains genres musicaux étaient même de préférence chantés et dansés par des jeunes femmes (carole, airs de danse tels que rondeau, ductia, estampie, maierolies). — (Danielle Roster, Les femmes et la création musicale, page 27, L'Harmattan, 1998)
  3. (Cuisine) Grosse marmite.
  4. Poisson marin du genre Archosargus (famille des sparidés).

Nom commun

rondeau \Prononciation ?\

  1. (Poésie) Rondeau.
  2. (Musique) Rondeau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RONDEAU. n. m.
Petite pièce de poésie composée de treize vers sur deux rimes, avec une pause au cinquième et une au huitième, et dont le premier mot ou les premiers mots se répètent après le huitième vers et après le dernier, sans faire partie des vers. On dit aussi Rondel pour une Sorte de rondeau en usage surtout au XVe siècle. Rondeau redoublé, Pièce de poésie de vingt vers, disposés par cinq quatrains, en sorte que les quatre vers du premier quatrain font l'un après l'autre le dernier vers des autres quatrains; le cinquième de ces quatrains doit être suivi de la répétition du premier mot ou de l'hémistiche du premier vers de l'ouvrage.

RONDEAU, en termes de Musique, désigne un Air à deux ou à plusieurs reprises, dans lequel, après chaque reprise, on recommence la première avant de passer à celle qui suit, et qu'on termine par cette même première reprise.

Littré (1872-1877)

RONDEAU (ron-dô) s. m.
  • 1Petit poëme nommé aussi triolet, où le premier ou les premiers vers reviennent au milieu et à la fin de la pièce. On a de ces rondeaux de Froissart et de Charles d'Orléans.
  • 2Autre petit poëme particulier à la poésie française, composé de treize vers coupés par une pause au cinquième et une au huitième, dont huit sont sur une rime et cinq sur une autre ; le premier mot ou les premiers mots se répètent après le huitième vers et après le dernier sans faire partie des vers ; on voit facilement que ce rondeau est une modification du précédent : au lieu de répéter le vers entier, on n'en a reproduit que les premiers mots, auxquels on a même tâché de donner des sens différents. C'est lui [Voiture] qui renouvela en notre siècle les rondeaux, dont l'usage était comme perdu depuis le temps de Marot, Pellisson, Hist. Acad. IV. Tout poëme est brillant de sa propre beauté ; Le rondeau né gaulois a la naïveté, Boileau, Art p. II.
  • 3Rondeau redoublé, pièce de poésie de vingt vers, disposés par cinq quatrains, en sorte que les quatre vers du premier quatrain font l'un après l'autre le dernier vers des autres quatrains ; à ces quatrains on ajoute sous le nom d'envoi un sixième quatrain, qui doit être suivi de la répétition du premier mot ou de l'hémistiche du premier vers de l'ouvrage.
  • 4Improprement, petite pièce de poésie qu'on met ordinairement en musique, et dont le premier vers ou les premiers vers sont répétés à la fin.
  • 5En musique, rondeau, rondel ou rondo, air dont le thème principal se reprend plusieurs fois. Beaucoup d'airs, dans nos opéras modernes, sont de véritables rondeaux, bien qu'ils n'en portent plus le nom. Parmi les formes d'airs qui ont eu le plus de succès, le rondeau, qui consiste à reprendre plusieurs fois la première phrase dans le cours du morceau, tient la première place ; son invention paraît appartenir à un compositeur italien nommé Buononcini, qui vivait au commencement du XVIIIe siècle, Fétis, la Musique, II, 18.

    Un des mouvements ou parties de la sonate. Comme la symphonie ou le quatuor, la sonate se divise en plusieurs morceaux, qui consistent en un premier mouvement, un adagio et un rondo, Fétis, ib. II, 18.

HISTORIQUE

XIIIe s. Je lor di fine verité, Si le proeve d'auctorité D'un rondet dont c'est ci li dis : Sa biele boucete par un très dous ris A mon cuer en sa prison mis, Baudouin de Condé, t. I, p. 272.

XIVe s. Je me recommande à vous tant que je puis, et vous envoie ce rondel, Machaut, p. 135.

XVe s. Rondeau simple, jumeau, double, H. de Croy, dans Hist. litt. de la France, t. XXIV, p. 451.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RONDEAU, s. m. (Poésie franç.) le rondeau est un petit poëme d’un caractere ingénu, badin & naïf ; ce qui a fait dire à Despréaux :

Le rondeau né gaulois a la naïveté.

Il est composé de treize vers partagés en trois strophes inégales sur deux rimes, huit masculines & cinq féminines, ou sept masculines & six féminines.

Les deux ou trois premiers mots du premier vers de la premiere strophe servent de refrain, & doivent se trouver au bout des deux strophes suivantes, c’est-à-dire que le refrain doit se trouver après le huitieme vers & le treizieme. Outre cela, il y a un repos nécessaire après le cinquieme vers.

L’art consiste de donner aux vers de chaque strophe un air original & naturel, qui empêche qu’ils ne paroissent faits exprès pour le refrain, auquel ils doivent se rapporter comme par hasard.

La troisieme strophe doit être égale à la premiere, & pour le nombre des vers & pour la disposition des rimes.

La seconde strophe inégale aux deux autres ne contient jamais que trois vers, & le refrain qui n’est point compté pour un vers.

Ce petit poëme a peut-être bien autant de difficultés que le sonnet ; on y est plus borné pour les rimes, & on est de plus assujetti au joug du refrain ; d’ailleurs cette naïveté qu’exige le rondeau n’est pas plus aisée à attraper que le style noble & délicat du sonnet.

Les vers de huit & de dix syllabes sont presque les seuls qui conviennent au rondeau. Les uns préferent ceux de huit, & d’autres ceux de dix syllabes ; mais c’est le mérite du rondeau qui seul en fait le prix. Son vrai tour a été trouvé par Villon, Marot & S. Gélais. Ronsard vint ensuite qui le méconnut ; Sarrazin, la Fontaine & madame Deshoulieres surent bien l’attraper, mais ils furent les derniers. Les poëtes plus modernes méprisent ce petit poëme, parce que le naïf en fait le caractere, & que tout le monde aujourd’hui veut avoir de l’esprit qui brille & qui pétille.

Après avoir donné les regles du rondeau, je vais en citer un exemple qui contient ces regles mêmes.

Ma foi c’est fait de moi : car Isabeau
M’a conjuré de lui faire un rondeau :
Cela me met en une peine extrème.
Quoi, treize vers, huit en eau, cinq en ème !
Je lui ferois aussi-tôt un bateau.
En voilà cinq pourtant en un monceau.
Faisons-en huit en invoquant Brodeau.
Et puis mettons par quelque stratagème,
Ma foi c’est fait.
Si je pouvois encore de mon cerveau
Tirer cinq vers, l’ouvrage seroit beau.
Mais cependant me voila dans l’onzieme,
Et si je crois que je fais le douzieme.
En voilà treize ajustés au niveau.
Ma foi c’est fait.

Plusieurs lecteurs aimeront sans doute autant ce rondeau-ci de madame Deshoulieres, dont le refrain est entre deux draps.

Entre deux draps de toile belle & bonne,
Que très-souvent on rechange, on savonne,
La jeune Iris au cœur sincere & haut,
Aux yeux brillans, à l’esprit sans défaut,
Jusqu’à midi volontiers se mitonne.
Je ne combats de goût contre personne ;
Mais franchement sa paresse m’étonne !
C’est demeurer seule plus qu’il ne faut

Entre deux draps.
Quand à rêver ainsi l’on s’abandonne,
Le traitre amour rarement le pardonne ;
A soupirer on s’exerce bientôt,
Et la vertu soutient un grand assaut,
Quand une fille avec son cœur raisonne

Entre deux draps.

Le refrain doit être toujours lié avec la pensée qui précede, & en terminer le sens d’une maniere naturelle ; & il plaît sur-tout, quand représentant les mêmes mots, il présente des idées un peu différentes, comme dans celui-ci, que Malleville, secretaire du maréchal de Bassompiere, fit contre Boisrobert, dans le tems qu’il étoit en faveur auprès du cardinal Richelieu. Le P. Rapin loue extrèmement ce rondeau dans ses remarques sur la poësie ; & il mérite en effet d’être ici placé.

Coëffé d’un froc bien rafiné,
Et revêtu d’un doyenné
Qui lui rapporte de quoi frire,
Frere René devient messire,
Et vit comme un déterminé.
Un prélat riche & fortuné
Sous un bonnet enluminé
En est, s’il le faut ainsi dire,

Coëffé.
Ce n’est pas que frere René
D’aucun mérite soit orné ;
Qu’il soit docte, qu’il sache écrire,
Ni qu’il dise le mot pour rire ;
Mais c’est seulement qu’il est né

Coëffé.

Rondeau redoublé, (Poés. franç.) cette espece de rondeau est composée d’une certaine quantité de strophes égales entr’elles, & qui dépendent du nombre de vers que contient la premiere strophe ; ordinairement elle en contient quatre, & alors elle est suivie de cinq autres strophes, dont les quatre premieres finissent chacune par un vers de la premiere strophe ; & lorsque par ce moyen cette strophe est entierement répétée, on en ajoute une derniere, au bout de laquelle se trouvent par forme de refrain, les deux ou trois premiers mots du premier vers de tout le poëme. Tel est le rondeau de Madame Deshoulieres à M. le duc de Saint-Aignan, sur la guérison de sa fievre quarte. Dans ce rondeau, les quatre vers de la premiere strophe, vont terminer successivement les quatre strophes suivantes.

La premiere strophe étant entierement répétée, suit la cinquieme & derniere strophe finissant par le refrain : sans dédaigner, qui commence le premier vers de tout le rondeau.

Dans le rondeau redoublé, si la premiere strophe avoit cinq vers, le rondeau auroit sept strophes, parce qu’il en faudroit cinq pour répéter la premiere. On conçoit aisément que cette espece de rondeau a beaucoup plus de difficulté que le rondeau ordinaire ; mais il n’en a pas l’agrément. (D. J.)

Rondeau, en Musique, est une sorte d’air à deux ou plusieurs reprises, dont la construction est telle qu’après avoir fini chaque reprise, on recommence toujours la premiere avant que de passer à celle qui suit, & qu’on finit le tout par cette même premiere reprise par laquelle on a commencé.

Les ariettes italiennes, & toutes nos ariettes modernes sont assez communément en rondeau, de même que la plus grande partie des pieces de clavecin.

Rondeau, plaque de fer forgé, ou de fonte, dont les miroitiers-lunetiers se servent pour y travailler les verres dont la superficie doit être plane, c’est-à-dire ni convexe ni concave. Les rondeaux servent aussi pour faire des bizeaux sur les glaces ; le grais, l’émeril, le tripoli, la potée d’étain, servent à dégrossir, adoucir, polir & lustrer le verre ou le crystal qu’on travaille sur le rondeau. Voyez Bassin des lunetiers, au mot Lunetier & les Pl. du lunetier.

Rondeau, c’est, parmi les patissiers, une planche en rond, sur laquelle on dresse les pains-benits. Voyez les Pl.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rondeau »

Rond 1, à cause du retour que fait le rondeau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Mot dérivé de rond avec le suffixe -eau → voir rondelle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rondeau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rondeau rɔ̃do

Citations contenant le mot « rondeau »

  • Le 7 juin 2019, le tribunal administratif avait également rejeté le référé-suspension introduit contre l'arrêté d'autorisation environnementale relatif à ces mêmes travaux d'aménagement de l'A 480 et de l'échangeur du rondeau. L'Essor Isère, A 480-Echangeur du Rondeau : le tribunal valide l'arrêté préfectoral
  • Préchauffer le four à 400F (205C) et tapisser le fond d’un rondeau ou d’un pyrex avec le gros sel. Disposer les betteraves sur le gros sel parsemé de thym frais et couvrir de papier d’aluminium puis enfourner de 60 à 80 minutes ou jusqu’à ce que la pointe d’un couteau les traverse sans résistance.   Salut Bonjour, Salade de betteraves cuites au four, labneh à l'aneth, pickle d'oignons, pistaches et vinaigre de framboises | Salut Bonjour

Images d'illustration du mot « rondeau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rondeau »

Langue Traduction
Anglais rondeau
Espagnol rondó
Italien rondeau
Allemand rondeau
Chinois 龙多
Arabe روندو
Portugais rondeau
Russe рондо
Japonais ロンドー
Basque rondeau
Corse rondeau
Source : Google Translate API

Synonymes de « rondeau »

Source : synonymes de rondeau sur lebonsynonyme.fr
Partager