La langue française

Rochet

Définitions du mot « rochet »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROCHET1, subst. masc.

A. − HIST. DU COST. Sorte de bliaud à manches ajustées et à jupe ample, porté par les hommes et les femmes, du Moyen Âge au xviiies.; sous Louis XIII, petit manteau avec ou sans collet rabattu, à manches courtes et ne se portant guère qu'en sautoir (d'apr. Leloir 1961).
B. − Surplis à manches étroites, que portent certains ecclésiastiques catholiques, notamment les chanoines et les évêques. Rochet de dentelle. Sous le rochet, les chanoines de Saint Augustin doivent porter la soutane blanche, mais, depuis plusieurs années la soutane noire a été adoptée pour les jours de semaine, la soutane blanche et le rochet n'étant plus de rigueur que les dimanches et jours de fête (Billy,Introïbo,1939, p. 17).V. camail ex. 1, mosette ex. de Chateaubriand.
C. − Mantelet de cérémonie des pairs d'Angleterre. Il était assis sur un banc fleurdelysé. Il avait par-dessus ses habits de soie une robe de velours écarlate doublée de taffetas blanc avec rochet d'hermine (Hugo,Homme qui rit, t. 3, 1869, p. 108).
REM.
Roquet, subst. masc.Manteau. − Allons, dit Gervaise prise à son tour de charité, et défaisant son roquet de laine, voici un surtout un peu plus chaud que le vôtre. Mettez ceci sur vos épaules (Hugo,N.-D. Paris,1832, p. 261).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔ ʃ ε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 « aube courte à manches étroites que portent les évêques, les cardinaux et les protonotaires, sous le mantelet » (Guillaume de Saint-Pair, Mont-Saint-Michel, éd. P. Redlich, 1225); 2. 2emoit. du xiiies. « tunique courte » (Dits Avocats, 116 ds T.-L.); 3. 1698 [éd.] « mantelet de cérémonie des pairs d'Angleterre » (I. de Larrey, Hist. d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, Rotterdam, Reinier Leers, t. 2, p. 75). Dér., à l'aide du suff. -et*, du germ. Rock, issu de l'a. h. all. rock « tunique, casaque », var. de hrock, lui-même de l'a. b. frq. *hrokk, d'où le fr. froc*.

ROCHET2, subst. masc.

A. − [Au Moy. Âge] Fer des lances de joute présentant à son extrémité 3 ou 4 dents saillantes, faites pour mieux accrocher les pièces de renfort de l'adversaire (d'apr. Leloir 1961).
B. − TECHNOLOGIE
1. ,,Bobine sur laquelle on dévide la soie, le fil d'or, etc. et qui est plus grosse et plus courte que les bobines ordinaires`` (Chesn. t. 2 1858).
2. (Roue à) rochet. ,,Roue munie de dents asymétriques s'utilisant avec un cliquet qui la laisse tourner dans un sens, mais s'accroche dans les dents pour interdire la rotation inverse`` (Dew. Technol. 1973). La roue à rochet de la grue cliquetait sur le silence des hommes appliqués à charger deux harasses par wagons (Hamp,Champagne,1909, p. 109).Un système de cliquets et de rochets qui engrenait sur la roue motrice (P. Rousseau, Hist. techn. et invent.,1967, p. 236).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɔ ʃ ε]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1285 « fer de lance de joute » (Jacques Bretel, Tournoi Chauvency, 731 ds T.-L.); 2. a) 1564 rocquet « extrémité dentée d'un ressort courbé » (Paré, Œuvres, XVII, 12, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 2, p. 617); b) 1752 horl. « roue de rencontre » (Trév., avec citat. d'aut.); c) 1778 roue à rochet (Ac.); 3. 1669 « bobine de filature sur laquelle on enroule la soie, etc. » (Règlement sur les manuf., août, Teinturiers en soie, laine et fil, art. 85 ds Littré). Dér., p. compar. de forme, d'un corresp. non att. du frq. *rokko « quenouille », cf. l'a. h. all. rocko, all. Rocken « id. », même mot que le got. *rŭkka, v. roquette2et roquetin; suff. -et*. V. FEW t. 16, pp. 741b-742a.
STAT. Rochet1 et 2. Fréq. abs. littér.: 16.

Wiktionnaire

Nom commun 1

rochet masculin singulier

  1. Sorte de surplis à manches étroites, que portent les évêques et divers autres ecclésiastiques.
    • Le clergé en soutane avec un grand manteau et un bonnet carré, ou en robe violette et en rochet, marchait en avant. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Au lieu du vieux prêtre attendu, c’était Monseigneur qui entrait, Monseigneur en rochet de dentelle, ayant l’étole violette et portant le vaisseau d’argent, où se trouvait l’huile des infirmes, bénite par lui-même le Jeudi saint. — (Émile Zola, Le Rêve, Georges Charpentier et Cie, Paris, 1888)
    • On entraîne Arlette dans la sacristie, encombrée d’ornements d’église, de chasubles rutilantes, de surplis fragiles, de rochets de mousseline, qui attendent d’être rangés en de hautes armoires de chêne. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 47.)
    • Les évêques prêchent en rochet et en camail.
  2. (Par extension) Attribut symbolique de l'épiscopat.
    • Tu dors! attends-tu donc que, sans bulle et sans titre,
      Il te ravisse encore le rochet et la mitre? — (Nicolas Boileau, Le Lutrin, chant I)
  3. (Histoire du vêtement) Mantelet.

Nom commun 2

rochet masculin singulier

  1. (Mécanique) Sorte de dent recourbée de manière à ce qu'un cliquet permet de tourner dans un sens, mais la bloque dans le sens inverse.
    • Roue à rochet.
  2. (Textile) Bobine sur laquelle on dévide la soie, le fil d'or, etc.
    • Ne pourront les maîtres teinturiers défaire ni diviser les pantines de soies crues ou teintes.... mais les rendront en la forme qu'ils les auront reçues.... même les rochets et bobines sur lesquelles elles seront dévidées, lesquels rochets seront à cet effet marqués par le maître auquel les dites soies appartiendront. — (Règlem. sur les manuf. août 1669, Teinturiers en soie, laine et fil, art. 85)
  3. (Physique) Dans le domaine de la fatigue des matériaux, désigne une sollicitation telle que la déformation plastique augmente à chaque cycle (fatigue oligocyclique).
    • Les comportements asymptotiques des structures élasto-visco-plastiques soumises à des chargements mécaniques cycliques sont : élasticité, adaptation, accommodation et rochet.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROCHET. n. m.
Sorte de surplis à manches étroites, que portent les évêques et divers autres ecclésiastiques. Les évêques prêchent en rochet et en camail. En termes de Mécanique, Roue à rochet, Roue dentée, dont les dents sont recourbées.

Littré (1872-1877)

ROCHET (ro-chè ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des ro-chè-z éclatants ; rochets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m.
  • 1Surplis à manches étroites, que portent les évêques et plusieurs autres ecclésiastiques. Tu dors ! attends-tu donc que, sans bulle et sans titre, Il [le chantre] te ravisse encor le rochet et la mitre ? Boileau, Lutr. I. M. d'Embrun se soutint très dignement contre la prétention du nonce Altoriti, qui lui disputa l'Excellence et le rochet découvert devant lui, Saint-Simon, 46, 27. Dammartin, le voyant un jour [le cardinal Balue] en rochet et en camail faire une revue, dit au roi [Louis XI] : Sire, je vous supplie de m'envoyer à Évreux ordonner des prêtres, Duclos, Œuv. t. II, p. 371. Les profès [chez les jésuites] ont renoncé à toute dignité ecclésiastique ; ils ne peuvent accepter la crosse, la mitre ou le rochet que du consentement du général, Diderot, Opin. des anc. philos. (jésuites).
  • 2Les rochets, les évêques. Je me flatte que le triste événement de la mort de M. le Dauphin arrêtera, pour quelque temps, la guerre des rochets et des robes noires [les parlementaires], Voltaire, Lett. Damilaville, 28 déc. 1765.
  • 3Se dit des mantelets de cérémonie des pairs d'Angleterre.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et puis li viesti on le rocket qui est blans, qui senefie caastet [chasteté], Chr. de Rains, p. 104.

XIVe s. Lequel Thevenin lui [à cette femme] dessira son roquet ou cotte, qu'elle avoit vestue pour aler aus champs, Du Cange, rochetum.

XVe s. Par dessus cette cotte elles avoient en maniere de rochet de Brabant un gentil habillement de si fine toile qu'on voyoit la cotte cramoisie parmy, Math. de Coucy, Hist. de Charles VII, p. 678, dans LACURNE.

XVIe s. Pourtant, prelatz, tournans à Dieu voz faces, Convertissez vos roquetz en cuyraces, Marot, J. V, 64. Leur roquet [des Parques] pendoit jusqu'aux hanches, Ronsard, 368.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROCHET, s. m. (Gram. Hist. mod.) ornement de lin que portent les évêques & les abbés ; il ressemble à un surplis, excepté qu’il a des manches & des poignets, au lieu que le surplis est entierement ouvert & sans manches.

Ménage fait venir ce mot du mot latin rochettus, diminutif de rocchus, dont les écrivains de la basse latinité se sont servis au lieu de tunica, & qui vient originairement du mot allemand rok.

Les chanoines réguliers de S. Augustin portent aussi des rochets par-dessous leurs chappes.

Rochets sont aussi des especes de manteaux que portent en Angleterre les pairs du royaume séans au parlement dans les jours de cérémonies. Voyez Pair & Parlement.

Ceux des vicomtes ont deux bandes ou bords & demi ; ceux des comtes, trois ; ceux des marquis, trois & demi, & ceux des ducs, quatre. Larrey.

Rochet, s. m. (Manufact.) on appelle ainsi chez les marchands de soie, chez les manufacturiers & ouvriers en étoffes d’or, d’argent & de soie, & chez les teinturiers en soie, laine & fil, des bobines plus grosses & plus courtes que les bobines ordinaires. C’est sur ces rochets que tous ces marchands & ouvriers devident leurs soies ou pour les vendre, ou pour les employer, ou pour leur donner quelque préparation de teinture. Dict. de Commerce. (D. J.)

Rochet, (Horlogerie.) nom que les Horlogers donnent à une roue dont les dents ont une figure à-peu-près semblable à celle d’une cremaillere de cheminée. Ces sortes de roues sont ordinairement d’usage dans les encliquetages & dans les échappemens des pendules. Voyez Echappement, Encliquetage, &c. & les fig. dans nos Planches de l’Horlogerie, qui représentent des rochets d’échappement, & d’autres figures qui représentent des rochets d’encliquetage.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rochet »

Berry, rochet, blouse, petit manteau ; bourguig. ruchô, vêtement de vigneron ; espagn. roquete ; ital. rocchetto ; diminutif du bas-lat. rocus, qui vient du germanique : anc. h. allem. hroch, rocch, allem. mod. Rock, robe, casaque ; comparez FROC.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vêtement) Avec le suffixe -et, du germanique *hrock (« tunique, casaque ») qui nous donne aussi froc.
(Cliquet) De l’ancien bas vieux-francique *rokko (« quenouille »), apparenté à roquette, à l’allemand Rocken (« fuseau »), à l’italien rocchetto (« bobine ») et ainsi dit par assimilation de forme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rochet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rochet rɔʃɛ

Images d'illustration du mot « rochet »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rochet »

Langue Traduction
Anglais ratchet
Espagnol trinquete
Italien dente di arresto
Allemand ratsche
Chinois 棘轮
Arabe اسئلة
Portugais chave catraca
Russe трещотка
Japonais ラチェット
Basque trinketa
Corse trinchettu
Source : Google Translate API

Synonymes de « rochet »

Source : synonymes de rochet sur lebonsynonyme.fr

Rochet

Retour au sommaire ➦

Partager