La langue française

Ravaudeur, ravaudeuse

Définitions du mot « ravaudeur, ravaudeuse »

Trésor de la Langue Française informatisé

RAVAUDEUR, -EUSE, subst.

A. − Personne qui ravaude. Alors, Madame Eugène, le jeune homme vous rapportera les frusques dès ce soir. Nous règlerons la chose ensemble. En attendant, gardez ses nippes et si le cœur vous en dit, passez-les à la ravaudeuse : ça ne leur fera pas de mal (Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p. 28).
[P. réf. hist.] Celui dont la profession était de ravauder. Sire Hain est un brave ravaudeur, qui gagne bien, de son métier, à remettre à neuf les cottes et les manteaux (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p. 152).
B. − P. ext., rare. Personne qui répare. Ceux qui pendent les quartiers de viande aux boucheries, (...), ceux qui suspendent les fils télégraphiques, les ravaudeurs des choses vulgaires (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 172).
C. − Au fig. Compilateur, arrangeur. J'ai horreur de faire le ravaudeur, en démarquant ce qu'ont dit les autres (Léautaud, Journal littér., 2, 1907, p. 77).
Prononc. et Orth.: [ʀavodœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1530 ravaudeur « celui qui fait métier de ravauder les vêtements » (Palsgr., p. 200a); 1552 ravauldeuse (Est., s.v. sarcio, sarcinatrix); 2. 1588 « compilateur » (Montaigne, Essais, III, 12, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, p. 1056); 3. 1606 « celui qui tient des propos sans intérêt » (Nicot). Dér. de ravauder*; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér.: 16.

Wiktionnaire

Nom commun

ravaudeur \ʁa.vo.dœʁ\ masculin (pour une femme on dit : ravaudeuse)

  1. (Vieilli) Celui ou celle dont le métier est de raccommoder des bas, de vieux habits.
    • Tiens ! c’est le fils du couvreur Jacob, de la vieille ravaudeuse Marie-Anne ou du tonnelier Franz Sépel ! Il a fait son chemin… . — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  2. (Figuré) Celui qui tente de réparer de bric et de broc.

Nom commun

ravaudeuse \ʁa.vo.døz\ masculin (pour un homme on dit : ravaudeur)

  1. (Vieilli) Celle dont le métier est de raccommoder des bas, de vieux habits.
    • Les ravaudeuses raccommodaient le linge, assises dans un baquet qui leur servait de boutique.
    • Tiens ! c’est le fils du couvreur Jacob, de la vieille ravaudeuse Marie-Anne ou du tonnelier Franz Sépel ! Il a fait son chemin… . — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  2. (Figuré) Celle qui tente de réparer de bric et de broc.

Nom commun

ravaudeuse \ʁa.vo.døz\ masculin (pour un homme on dit : ravaudeur)

  1. (Vieilli) Celle dont le métier est de raccommoder des bas, de vieux habits.
    • Les ravaudeuses raccommodaient le linge, assises dans un baquet qui leur servait de boutique.
    • Tiens ! c’est le fils du couvreur Jacob, de la vieille ravaudeuse Marie-Anne ou du tonnelier Franz Sépel ! Il a fait son chemin… . — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  2. (Figuré) Celle qui tente de réparer de bric et de broc.

Nom commun

ravaudeuse \ʁa.vo.døz\ masculin (pour un homme on dit : ravaudeur)

  1. (Vieilli) Celle dont le métier est de raccommoder des bas, de vieux habits.
    • Les ravaudeuses raccommodaient le linge, assises dans un baquet qui leur servait de boutique.
    • Tiens ! c’est le fils du couvreur Jacob, de la vieille ravaudeuse Marie-Anne ou du tonnelier Franz Sépel ! Il a fait son chemin… . — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  2. (Figuré) Celle qui tente de réparer de bric et de broc.

Nom commun

ravaudeuse \ʁa.vo.døz\ masculin (pour un homme on dit : ravaudeur)

  1. (Vieilli) Celle dont le métier est de raccommoder des bas, de vieux habits.
    • Les ravaudeuses raccommodaient le linge, assises dans un baquet qui leur servait de boutique.
    • Tiens ! c’est le fils du couvreur Jacob, de la vieille ravaudeuse Marie-Anne ou du tonnelier Franz Sépel ! Il a fait son chemin… . — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  2. (Figuré) Celle qui tente de réparer de bric et de broc.

Nom commun

ravaudeuse \ʁa.vo.døz\ masculin (pour un homme on dit : ravaudeur)

  1. (Vieilli) Celle dont le métier est de raccommoder des bas, de vieux habits.
    • Les ravaudeuses raccommodaient le linge, assises dans un baquet qui leur servait de boutique.
    • Tiens ! c’est le fils du couvreur Jacob, de la vieille ravaudeuse Marie-Anne ou du tonnelier Franz Sépel ! Il a fait son chemin… . — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  2. (Figuré) Celle qui tente de réparer de bric et de broc.

Nom commun

ravaudeuse \ʁa.vo.døz\ masculin (pour un homme on dit : ravaudeur)

  1. (Vieilli) Celle dont le métier est de raccommoder des bas, de vieux habits.
    • Les ravaudeuses raccommodaient le linge, assises dans un baquet qui leur servait de boutique.
    • Tiens ! c’est le fils du couvreur Jacob, de la vieille ravaudeuse Marie-Anne ou du tonnelier Franz Sépel ! Il a fait son chemin… . — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  2. (Figuré) Celle qui tente de réparer de bric et de broc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAVAUDEUR, EUSE. n.
Celui, celle dont le métier est de raccommoder des bas, de vieux habits; il est principalement d'usage au féminin. Envoyer quelque chose chez la ravaudeuse.

Littré (1872-1877)

RAVAUDEUR (ra-vô-deur, deû-z') s. m.
  • 1Celui, celle qui raccommode des bas, de vieux habits. Le roi se tourne gravement vers Monsieur [à la fille de qui les carmélites avaient donné un remède qui avait fait du mal] : Ah ! ce sont ces carmélites ! je savais bien qu'elles étaient des friponnes, des ravaudeuses, des brodeuses, des bouquetières…, Sévigné, 15 oct. 1677.
  • 2 Fig. Celui, celle qui ne dit que des balivernes (terme familier et aujourd'hui peu usité). Défiez-vous, Monseigneur, de tout le monde, et particulièrement de M. le premier président, c'est un ravaudeur, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 15 nov. 1695.

    Fig. Croyez-moi, soyons contents l'un de l'autre, et laissons les tracasseries à l'Amour, qui n'est qu'un ravaudeur, Bussy-Rabutin, Lett. t. V, p. 362, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XVIe s. Il n'y avoit de ravaudeurs ne de couturiers, Despériers, Contes, XXIX. Ayant mille volumes de livres autour de moy… j'emprunteray, s'il me plaist, d'une douzaine de tels ravaudeurs [compilateurs]… de quoy esmailler le traité de la physionomie, Montaigne, IV, 220.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ravaudeur »

 Dérivé de ravauder avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ravauder ; wallon, ravâdeu ; génev. ravaudeur, celui qui marchande, qui mésoffre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ravaudeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ravaudeur ravodœr

Citations contenant le mot « ravaudeur »

  • Si la culture indienne d’Amérique du Nord retrouve peu à peu sa légendaire magie, c’est grâce à des écrivains comme Louise Erdrich car cette conteuse délicate – National Book Award en 2012 – est une ravaudeuse de mémoire: née en 1954 d’une mère Ojibwa, elle ne cesse de rameuter dans son œuvre les traditions et le fabuleux folklore de ces communautés qui, aux confins des Grandes Plaines, vivent sur les décombres d’un passé mythique. Et lorsque l’auteure de La chorale des maîtres bouchers et de La malédiction des colombes n’écrit pas de romans, elle en fait découvrir aux lecteurs qui poussent la porte de Birchbark Books, la librairie indépendante qu’elle anime aujourd’hui à Minneapolis, dans le Minnesota. Le Temps, «Le pique-nique des orphelins», le roman oublié de Louise Erdrich - Le Temps
  • C’est de cette manufacture que provient une version du couple du savetier et de la ravaudeuse, présent dans les collections commerciennes avec une vingtaine de pièces en biscuit provenant de Lorraine, de Paris, de Sèvres, d’Allemagne et d’Angleterre. , Edition Bar le Duc | Des biscuits « à croquer » au musée
  • Entre des habits rapiécés, des machines à coudre ressemblant à des objets d’art, des bols agrafés et des casseroles réparées à grand renfort d’étain, le public découvrira également des métiers aujourd’hui disparus, à l’image de la stoppeuse, de la ravaudeuse ou du rétameur. , Le Musée paysan fait le tri - RFJ votre radio régionale
  • Ce samedi, le Néerlandais devrait occuper le cœur du terrain en finale de Ligue des champions face à Tottenham. On aurait pu dire que sa position dans le jeu le prédestine à ce rôle de ravaudeur, mais le bonhomme de 28 ans, originaire du Suriname, a écumé dans sa carrière toutes les parties du pré, cochant ni plus ni moins que les dix postes de champ. Alors l’histoire est ailleurs. Libération.fr, Liverpool : Georginio Wijnaldum, homme atout faire - Libération
  • Depuis quand restaure-t-on des tableaux, d’abord? Sans aucun doute depuis la Renaissance. Je me contenterai ici du cas de la «Vie de Sainte Ursule» de Vittore Carpaccio. Ce cycle imposant s’est vu repris une première fois à la fin du XVIe siècle, alors qu’il donnait déjà des signes de fatigue. Les grandes toiles n’avaient pourtant guère plus de cinquante ans. Depuis, les ravaudeurs ont défilé à raison d’environ deux tous les cent ans. La preuve, ce colossal ensemble se retrouve actuellement dans un atelier italien, où il a été mis aux soins intensifs. Il s’agit de le rendre tout pimpant et  joyeux pour la réouverture de l’Accademia de Venise, en travaux depuis plus de trente ans. Mais quand le musée sera-t-il enfin rouvert, suite à tout ce qui se passe aujourd’hui de «l’acqua alta» géante de novembre dernier à la pandémie actuelle ravageant le Nord de l’Italie? Allez savoir! Bilan, La restauration d'un chef-d'oeuvre ancien de la peinture devient un événement - Bilan
  • Joseph Gregor (1888-1960), le ravaudeur malhabile , Chroniques straussiennes : le monde de Strauss | Forum Opéra
  • L'Anglo-Pakistanais Hanif Kureishi - né à Londres en 1954 - ne cesse de brasser des eaux troubles où surnagent névroses et secrets de famille. Cette fois, il met en scène un psychanalyste londonien, Jamal, dont le divan sert d'exutoire à une belle brochette de cinglés. Jusqu'au jour où ce ravaudeur d'âmes devra à son tour vider son sac en racontant comment il a survécu à un amour de jeunesse brutalement saccagé, et comment il s'accommode d'un quotidien pas très reluisant. Ses confessions sont à la fois drôles et pathétiques, au fil d'un roman de moeurs où l'auteur du Bouddha de banlieue dépeint l'Angleterre métissée et les milieux de l'immigration dans lesquels il a grandi.  LExpress.fr, Quelque chose à te dire, par Hanif Kureishi - L'Express
  • À Paris, le bois de chauffage était si onéreux que les quartiers populaires ne pouvaient se payer ce luxe. Même le charbon de terre restait hors de la portée de leur bourse. Pour suppléer ces combustibles trop chers, il a fallu imaginer un mode de chauffage d’une acquisition facile et quotidienne. Dans certaines régions de France, on brûlait de la tourbe. À Paris, on se servait de poussier de charbon ou de vieux tan (poudre d’écorce de chêne) en petites masses plates et rondes, les mottes. Le nom donné au vase destiné à recevoir ce poussier ou vieux tan, fait en terre de brique et surmonté d’une anse était appelé « gueux ». « Avec moins d’un sou, l’ouvrière, dès le matin, remplit son gueux, et en voilà pour toute la journée. Le gueux est le compagnon fidèle, le consolateur de la ravaudeuse, de la couturière, de la tricoteuse, qui, sans lui, gèleraient en travaillant dans leurs pauvres mansardes.[…] » (Ib). lindependant.fr, Le marchand de mottes - lindependant.fr
  • Endossant tour à tour les rôles d’enquêtrice, de mémorialiste d’une communauté dont elle ressuscite les liens, mais aussi de ­ravaudeuse de souvenirs, de passeuse entre les générations, Ruth Zylberman livre un film éminemment sensible et poignant, baigné d’une atmosphère tantôt à la ­Modiano, tantôt à la Perec. Le Monde.fr, TV – « Les Enfants du 209, rue Saint-Maur, Paris 10e »
  • Voici à présent le témoignage de Marie Henriette Gaulthier, ravaudeuse dans le pauvre faubourg Saint-Marcel ; cette fois, c’est elle qui porte plainte auprès d’un commissaire de police : « Déclare que le 13 mars à 9 heures du soir revenant chez elle avec son mari et sa fille de 10 ans de se promener dans le quartier Vaugirard, elle s’aperçut que son chien avait disparu, elle envoya sa fille le chercher, celle-ci ne trouvant rien, la rejoignit là où il y avait des particuliers qu’elle connaissait ; l’un d’eux Moreau , la prit alors à bras le corps, la jeta par terre et lui ayant relevé les jupons, il défit sa culotte pour jouir d’elle, que pour lors voulant écarter les jambes de la comparante, il lui tordit la cheville et deux particuliers dont Gousseau, retirèrent Moreau qui alors la frappa sur tout le corps. » (Archives nationales, 1780) (Farge, p. 250). Quid du mari dans ce honteux micmac ? De toute façon, la plainte n’a pas ici de suite connue. DIACRITIK, Arlette Farge : Au plaisir d’un non-livre (Vies oubliées)

Traductions du mot « ravaudeur »

Langue Traduction
Anglais mender
Espagnol reparador
Italien rammendatrice
Allemand mender
Chinois 修理者
Arabe المعالج
Portugais consertar
Russe mender
Japonais 修理人
Basque mender
Corse mender
Source : Google Translate API

Synonymes de « ravaudeur »

Source : synonymes de ravaudeur sur lebonsynonyme.fr

Ravaudeur

Retour au sommaire ➦

Partager