La langue française

Quint, quinte

Définitions du mot « quint, quinte »

Trésor de la Langue Française informatisé

QUINT, QUINTE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. − [Avec une majuscule; dans des syntagmes figés, déterminant d'un nom propre] Synon. rare de cinq (v. ce mot I C).Sixte-Quint qui, pour être nommé pape, fit le mourant pendant des années (Alain, Propos, 1911, p. 102).La rivalité de François Ier et de Charles-Quint (Proust, Swann, 1913, p. 3).
B. − MÉD., vx. Fièvre quinte. Fièvre intermittente dans laquelle les accès reviennent tous les cinq jours. Synon. quintane (v. infra rem.).La fièvre quinte est assez rare (Ac.1835, 1878).[Les moustiques] piquaient et dévoraient les travailleurs, que la fièvre quarte ou quinte prenait subitement (L. Daudet, Sylla, 1922, p. 76).
Rem. V. essence3A ex. de Villiers de L'Isle-Adam pour la graph. étymologisante quinte essence (quintessence).
II. − Substantif
A. − Subst. masc., DR. ANC. Cinquième, cinquième partie; en partic., impôt d'un cinquième. Droit de quint. Dans la coutume de Paris, on ne pouvait disposer par testament que du quint de ses propres (Ac.).Camporeal perçoit l'impôt (...), le quint du cent de l'or (Hugo, Ruy Blas, 1838, iii, 1, p. 393).On préleva selon l'usage le quint ou cinquième du butin, pour le trésor de la guerre sainte (Tharaud, Mille et un jours Islam, i, 1935, p. 141).
B. − Subst. fém.
1. ESCR. ,,La cinquième des positions classiques: position du dedans, ligne haute à gauche, main en pronation`` (Petiot 1982). Commencer de prime et achever de quinte (Ac.).Le major, retrouvant son poignet d'autrefois, eut une terrible parade de quinte; et, s'il avait riposté, le capitaine était percé de part en part (Zola, Cap. Burle, 1883, p. 58).
2. JEUX (en partic. au piquet). Suite de cinq cartes de la même couleur. J'ai quinte mineure En trèfle (Augier, Gabrielle, 1850, p. 343).Le chef de bureau (...) annonçait son jeu. − Une quinte majeure en trèfle (Zola, E. Rougon, 1876, p. 144).
Quinte et quatorze*.
3. MUS. Intervalle de cinq degrés dans l'échelle diatonique. Le champ mélodique est extrêmement réduit, il ne dépasse pas une quinte, dans tout le Lied (Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 174):
Le premier ténor expose; le soprano répond à l'octave, une mesure et demie après l'attaque du ténor. Celui-ci diminue la longueur de la note d'intonation pour répondre à son tour, une quinte au-dessous, au soprano, en serrant sa réponse. Potiron, Mus. église, 1945, p. 64.
Quinte augmentée. Quinte formée de trois tons, d'un demi-ton diatonique et d'un demi-ton chromatique. V. diminué II A 2 c ex. de Dupré.Quinte diminuée ou, vx, fausse quinte. Quinte formée de deux tons et de deux demi-tons diatoniques. L'accord de quinte diminuée si − ré − fa, et celui de quinte augmentée do − mi − sol dièze (Arts et litt.,1935, p. 31-10).V. augmenté ex.
REM.
Quintane, adj.,méd., vx. Fièvre quintane. Synon. de fièvre quinte (v. supra I B; ds Ac.).
Prononc. et Orth.: [kε ̃], fém. [kε ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694 (1762-1935 au masc.). Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 adj. et subst. « 5e» (Roland, éd. J. Bédier, 3045 et 3226), qualifié de « vx » dep. Ac. 1694; spéc. a) « ne se dit d'ordinaire qu'en parlant de Charles-Quint » d'apr. Rich. 1680; b) 1557 fieure quinte (S. Colin, L'ordre et regime qu'on doit garder et tenir en la cure des fiures, 169 ds Mél. J. Horrent, p. 11); 2. ca 1170 subst. masc. « la cinquième partie » (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 6643); 3. 1372 mus. subst. fém. (D. Foulechat, trad. du Policraticus de Jean de Salisbury, fol. 21 recto, col. 1 ds R. Ling. rom. t. 33, p. 323); 4. 1647 fig. subst. fém. quinte majore « gifle » (Loret, Poés. burl., p. 185 ds Livet Molière); 1654 terme de jeu (Quinault, Amant indiscret, I, 4, ibid.); 5. 1690 escr. subst. fém. (Fur.). Du lat. quintus « cinquième », cf. l'esp. quinto « id. » dep. 1115 ds Cor.-Pasc., l'ital. quinto « id. » dep. déb. xives. ds Tomm.-Bell., dér. de quinque « cinq ». Quint a été concurrencé très tôt par cinquième*. Cf. en a. fr. le subst. quinte « très court espace de temps » ca 1230 (Chev. deux épées, éd. W. Foerster, 1: Tenue a sans quinte de guerre Lonc tans li rois Artus sa terre). Dans le domaine musical, cf. en a. et m. fr. le dér. quintoier « faire l'accord de quinte » ca 1225 (Gautier de Coinci, Mir. Vierge, éd. V. Fr. Koenig, II Mir 21, 218) − 1392 (Eustache Deschamps, Art de dictier ds Œuvres, éd. G. Raynaud, t. 7, p. 270), repris par la lang. techn. 1935 (Rougnon: quintoyer). Fréq. abs. littér.: 38. Bbg. Quem. DDL t. 30.

Trésor de la Langue Française informatisé

QUINT, QUINTE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. − [Avec une majuscule; dans des syntagmes figés, déterminant d'un nom propre] Synon. rare de cinq (v. ce mot I C).Sixte-Quint qui, pour être nommé pape, fit le mourant pendant des années (Alain, Propos, 1911, p. 102).La rivalité de François Ier et de Charles-Quint (Proust, Swann, 1913, p. 3).
B. − MÉD., vx. Fièvre quinte. Fièvre intermittente dans laquelle les accès reviennent tous les cinq jours. Synon. quintane (v. infra rem.).La fièvre quinte est assez rare (Ac.1835, 1878).[Les moustiques] piquaient et dévoraient les travailleurs, que la fièvre quarte ou quinte prenait subitement (L. Daudet, Sylla, 1922, p. 76).
Rem. V. essence3A ex. de Villiers de L'Isle-Adam pour la graph. étymologisante quinte essence (quintessence).
II. − Substantif
A. − Subst. masc., DR. ANC. Cinquième, cinquième partie; en partic., impôt d'un cinquième. Droit de quint. Dans la coutume de Paris, on ne pouvait disposer par testament que du quint de ses propres (Ac.).Camporeal perçoit l'impôt (...), le quint du cent de l'or (Hugo, Ruy Blas, 1838, iii, 1, p. 393).On préleva selon l'usage le quint ou cinquième du butin, pour le trésor de la guerre sainte (Tharaud, Mille et un jours Islam, i, 1935, p. 141).
B. − Subst. fém.
1. ESCR. ,,La cinquième des positions classiques: position du dedans, ligne haute à gauche, main en pronation`` (Petiot 1982). Commencer de prime et achever de quinte (Ac.).Le major, retrouvant son poignet d'autrefois, eut une terrible parade de quinte; et, s'il avait riposté, le capitaine était percé de part en part (Zola, Cap. Burle, 1883, p. 58).
2. JEUX (en partic. au piquet). Suite de cinq cartes de la même couleur. J'ai quinte mineure En trèfle (Augier, Gabrielle, 1850, p. 343).Le chef de bureau (...) annonçait son jeu. − Une quinte majeure en trèfle (Zola, E. Rougon, 1876, p. 144).
Quinte et quatorze*.
3. MUS. Intervalle de cinq degrés dans l'échelle diatonique. Le champ mélodique est extrêmement réduit, il ne dépasse pas une quinte, dans tout le Lied (Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 174):
Le premier ténor expose; le soprano répond à l'octave, une mesure et demie après l'attaque du ténor. Celui-ci diminue la longueur de la note d'intonation pour répondre à son tour, une quinte au-dessous, au soprano, en serrant sa réponse. Potiron, Mus. église, 1945, p. 64.
Quinte augmentée. Quinte formée de trois tons, d'un demi-ton diatonique et d'un demi-ton chromatique. V. diminué II A 2 c ex. de Dupré.Quinte diminuée ou, vx, fausse quinte. Quinte formée de deux tons et de deux demi-tons diatoniques. L'accord de quinte diminuée si − ré − fa, et celui de quinte augmentée do − mi − sol dièze (Arts et litt.,1935, p. 31-10).V. augmenté ex.
REM.
Quintane, adj.,méd., vx. Fièvre quintane. Synon. de fièvre quinte (v. supra I B; ds Ac.).
Prononc. et Orth.: [kε ̃], fém. [kε ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694 (1762-1935 au masc.). Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 adj. et subst. « 5e» (Roland, éd. J. Bédier, 3045 et 3226), qualifié de « vx » dep. Ac. 1694; spéc. a) « ne se dit d'ordinaire qu'en parlant de Charles-Quint » d'apr. Rich. 1680; b) 1557 fieure quinte (S. Colin, L'ordre et regime qu'on doit garder et tenir en la cure des fiures, 169 ds Mél. J. Horrent, p. 11); 2. ca 1170 subst. masc. « la cinquième partie » (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 6643); 3. 1372 mus. subst. fém. (D. Foulechat, trad. du Policraticus de Jean de Salisbury, fol. 21 recto, col. 1 ds R. Ling. rom. t. 33, p. 323); 4. 1647 fig. subst. fém. quinte majore « gifle » (Loret, Poés. burl., p. 185 ds Livet Molière); 1654 terme de jeu (Quinault, Amant indiscret, I, 4, ibid.); 5. 1690 escr. subst. fém. (Fur.). Du lat. quintus « cinquième », cf. l'esp. quinto « id. » dep. 1115 ds Cor.-Pasc., l'ital. quinto « id. » dep. déb. xives. ds Tomm.-Bell., dér. de quinque « cinq ». Quint a été concurrencé très tôt par cinquième*. Cf. en a. fr. le subst. quinte « très court espace de temps » ca 1230 (Chev. deux épées, éd. W. Foerster, 1: Tenue a sans quinte de guerre Lonc tans li rois Artus sa terre). Dans le domaine musical, cf. en a. et m. fr. le dér. quintoier « faire l'accord de quinte » ca 1225 (Gautier de Coinci, Mir. Vierge, éd. V. Fr. Koenig, II Mir 21, 218) − 1392 (Eustache Deschamps, Art de dictier ds Œuvres, éd. G. Raynaud, t. 7, p. 270), repris par la lang. techn. 1935 (Rougnon: quintoyer). Fréq. abs. littér.: 38. Bbg. Quem. DDL t. 30.

Wiktionnaire

Nom commun

quint \kɛ̃\ masculin

  1. (Désuet) Cinquième partie dans quelque somme, dans quelque marché, dans quelque succession.
    • Dans la coutume de Paris, on ne pouvait disposer par testament que du quint de ses propres.

Adjectif

quint \kɛ̃\ masculin

  1. Cinquième. On ne l’emploie guère que dans ces dénominations :
    • L’empereur Charles-Quint ; le pape Sixte-Quint.
  2. (Vieilli) (Médecine) Qui survient avec un intervalle de cinq jour.
    • La fièvre quinte.

Adjectif

quint \Prononciation ?\ masculin

  1. Cinquième.
    • Li quinz ot non Siciliëns — (Le Roman de Troie, édition de Constans, tome I, p. 432, c. 1165. Manuscrit siciliens.)

Nom commun

quinte \kɛ̃t\ féminin

  1. (Musique) Intervalle de cinq notes consécutives, y compris les deux extrêmes.
    • La quinte proprement dite est une consonance parfaite.
    • La quinte diminuée et la quinte augmentée sont des dissonances.
    • Les partitions musicales sont temporairement désactivées.
    • — Pourquoi, demanda Mattia, accorde-t-on un violon sur certaines notes et pas sur d’autres ?
      Je crus que ce perruquier, qui précisément à ce moment même était en train de passer le peigne dans la longue chevelure de Mattia, allait faire une réponse dans le genre des miennes : et je riais déjà tout bas quand il prit la parole :
      — La seconde corde à gauche de l’instrument devant donner le
      la au diapason normal, les autres cordes doivent être accordées de façon à ce qu’elles donnent les notes de quinte en quinte, c’est-à-dire sol, quatrième corde ; , troisième corde ; la, deuxième corde ; mi, première corde ou chanterelle. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
  2. (Jeu de cartes) Suite non interrompue de cinq cartes.
    • Quinte majeure. Avoir quinte et quatorze.
  3. (Escrime) Cinquième garde.
    • Commencer de prime et achever de quinte.
  4. (Familier) Accès de toux violent et prolongé.
    • Une quinte de toux. Il a eu toute la nuit des quintes très pénibles.
    • Le bonhomme voulut bien rire de cette plaisanterie, ce qui lui donna une terrible quinte. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • Et, tout à coup, je vis deux visages, trois visages. Et je compris que je pleurais. Le garçon s’était éloigné, et moi je pleurais, sans un sanglot, sans une quinte. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 159)
    • À cette annonce, Paul fut sais d’un accès de rire en trois quintes si violentes qu’elles dévièrent une bouchée de sardines à la tomate, et je crus qu’il allait périr sous nos yeux ; mais quelques tapes dans le dos lui permirent de retrouver sa respiration. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 117)
  5. (Vieilli) Caprice, bizarrerie, accès de mauvaise humeur qui prend tout d’un coup.
    • Il est sujet à des quintes, à des quintes d’humeur. Je ne sais quelle quinte lui a pris.

Forme d’adjectif

quinte \kɛ̃t\

  1. Féminin singulier de quint.

Forme de verbe

quinte \kɛ̃t\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de quinter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de quinter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de quinter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de quinter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de quinter.

Nom commun

quinte \kɛ̃t\ féminin

  1. (Musique) Intervalle de cinq notes consécutives, y compris les deux extrêmes.
    • La quinte proprement dite est une consonance parfaite.
    • La quinte diminuée et la quinte augmentée sont des dissonances.
    • Les partitions musicales sont temporairement désactivées.
    • — Pourquoi, demanda Mattia, accorde-t-on un violon sur certaines notes et pas sur d’autres ?
      Je crus que ce perruquier, qui précisément à ce moment même était en train de passer le peigne dans la longue chevelure de Mattia, allait faire une réponse dans le genre des miennes : et je riais déjà tout bas quand il prit la parole :
      — La seconde corde à gauche de l’instrument devant donner le
      la au diapason normal, les autres cordes doivent être accordées de façon à ce qu’elles donnent les notes de quinte en quinte, c’est-à-dire sol, quatrième corde ; , troisième corde ; la, deuxième corde ; mi, première corde ou chanterelle. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
  2. (Jeu de cartes) Suite non interrompue de cinq cartes.
    • Quinte majeure. Avoir quinte et quatorze.
  3. (Escrime) Cinquième garde.
    • Commencer de prime et achever de quinte.
  4. (Familier) Accès de toux violent et prolongé.
    • Une quinte de toux. Il a eu toute la nuit des quintes très pénibles.
    • Le bonhomme voulut bien rire de cette plaisanterie, ce qui lui donna une terrible quinte. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • Et, tout à coup, je vis deux visages, trois visages. Et je compris que je pleurais. Le garçon s’était éloigné, et moi je pleurais, sans un sanglot, sans une quinte. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 159)
    • À cette annonce, Paul fut sais d’un accès de rire en trois quintes si violentes qu’elles dévièrent une bouchée de sardines à la tomate, et je crus qu’il allait périr sous nos yeux ; mais quelques tapes dans le dos lui permirent de retrouver sa respiration. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 117)
  5. (Vieilli) Caprice, bizarrerie, accès de mauvaise humeur qui prend tout d’un coup.
    • Il est sujet à des quintes, à des quintes d’humeur. Je ne sais quelle quinte lui a pris.

Forme d’adjectif

quinte \kɛ̃t\

  1. Féminin singulier de quint.

Forme de verbe

quinte \kɛ̃t\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de quinter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de quinter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de quinter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de quinter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de quinter.

Nom commun

quinte \kɛ̃t\ féminin

  1. (Musique) Intervalle de cinq notes consécutives, y compris les deux extrêmes.
    • La quinte proprement dite est une consonance parfaite.
    • La quinte diminuée et la quinte augmentée sont des dissonances.
    • Les partitions musicales sont temporairement désactivées.
    • — Pourquoi, demanda Mattia, accorde-t-on un violon sur certaines notes et pas sur d’autres ?
      Je crus que ce perruquier, qui précisément à ce moment même était en train de passer le peigne dans la longue chevelure de Mattia, allait faire une réponse dans le genre des miennes : et je riais déjà tout bas quand il prit la parole :
      — La seconde corde à gauche de l’instrument devant donner le
      la au diapason normal, les autres cordes doivent être accordées de façon à ce qu’elles donnent les notes de quinte en quinte, c’est-à-dire sol, quatrième corde ; , troisième corde ; la, deuxième corde ; mi, première corde ou chanterelle. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
  2. (Jeu de cartes) Suite non interrompue de cinq cartes.
    • Quinte majeure. Avoir quinte et quatorze.
  3. (Escrime) Cinquième garde.
    • Commencer de prime et achever de quinte.
  4. (Familier) Accès de toux violent et prolongé.
    • Une quinte de toux. Il a eu toute la nuit des quintes très pénibles.
    • Le bonhomme voulut bien rire de cette plaisanterie, ce qui lui donna une terrible quinte. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • Et, tout à coup, je vis deux visages, trois visages. Et je compris que je pleurais. Le garçon s’était éloigné, et moi je pleurais, sans un sanglot, sans une quinte. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 159)
    • À cette annonce, Paul fut sais d’un accès de rire en trois quintes si violentes qu’elles dévièrent une bouchée de sardines à la tomate, et je crus qu’il allait périr sous nos yeux ; mais quelques tapes dans le dos lui permirent de retrouver sa respiration. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 117)
  5. (Vieilli) Caprice, bizarrerie, accès de mauvaise humeur qui prend tout d’un coup.
    • Il est sujet à des quintes, à des quintes d’humeur. Je ne sais quelle quinte lui a pris.

Forme d’adjectif

quinte \kɛ̃t\

  1. Féminin singulier de quint.

Forme de verbe

quinte \kɛ̃t\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de quinter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de quinter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de quinter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de quinter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de quinter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

QUINT. n. m.
Il se disait de la Cinquième partie dans quelque somme, dans quelque marché, dans quelque succession. Dans la coutume de Paris, on ne pouvait disposer par testament que du quint de ses propres. On dit maintenant Cinquième. Il est aussi adjectif et signifie Cinquième; mais on ne l'emploie guère que dans ces dénominations : L'empereur Charles-Quint; le pape Sixte-Quint.

Littré (1872-1877)

QUINT (kin) s. m.
  • 1La cinquième partie d'un revenu, d'une succession (inusité ; aujourd'hui on dit le cinquième). Il ne fut que trop manifeste que la plupart [des contribuables] payèrent le quint, le quart, le tiers de leurs biens par cette dîme seule, Saint-Simon, 284, 116. Les obligations des mineurs [en Amérique] se réduisent à livrer au roi le cinquième de l'or que des opérations plus ou moins heureuses leur rendent ; ce quint fut autrefois considérable, Raynal, Hist. phil. IX, 23.
  • 2 Terme de jurisprudence féodale. Droit de la cinquième partie du prix d'un fief qu'on payait au seigneur dont le fief était mouvant.

    Droit de quint et de requint, droit de prendre la cinquième partie et le cinquième du cinquième du prix d'un fief ; c'étaient 24 livres sur 100.

    Adj. Cinquième ; usité seulement en ces noms-ci : Charles-Quint ; Sixte-Quint.

HISTORIQUE

XIe s. Li quint [le cinquième tour] après lur est pesant et gref, Ch. de Rol. CXXV.

XIIe s. Il ne verra passer le qint mois ne le quart, Sax. XXIX. Quant heritages est vendus, s'il est de fief, li sires a le quint denier de le [la] vente, c'est à savoir : de cent sous vingt sous, Beaumanoir, XXVII, 7.

XVIe s. Les propres, ou du moins les deux tiers, ou quatre quints d'iceux demeureront francs et quittes aux parents lignagers, Loysel, 329.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

QUINT, s. m. (Commerce.) la cinquieme partie d’un tout divisé en cinq parties égales. J’ai mon quint dans cette société, dans cet armement ; c’est-à-dire, j’y suis intéressé pour un cinquieme. Dict. du Comm.

Quint, s. m. (Comm. d’Amér.) ce terme est particulierement en usage dans l’Amérique espagnole, pour signifier ce qui est dû au roi pour le droit qu’il leve sur tout l’or & argent qui se tire des mines, ou que l’on y recueille autrement. Ce droit est si considérable qu’on prouve par les registres de l’or & de l’argent quintés, que des seules mines du Potosi, le roi d’Espagne a tiré en moins de cinquante ans plus de cent onze millions de pesos, à treize réales un quart le peso.

Le quint est dû aussi au roi pour toutes sortes de pierreries, & sous ce nom sont compris non-seulement les pierres qu’on appelle précieuses, & qui ont de l’éclat, mais encore le bezoard, le corail rouge, l’aimant, le jais, l’arcanson & le vitriol. Dictionn. du Commerce. (D. J.)

Quint, en matiere féodale, est la cinquieme partie du prix de la vente d’un fief.

En quelques pays on l’appelle vente ou droit de ventes ou lods, de même que le droit qui est dû pour les rotures.

Le quint est dû en général pour toute mutation par rente, ou par contrat équipollent à vente, comme quand le fief a été échangé, quand il a été donné à vente rachetable, quand il est adjugé par decret ou par licitation ; quand le débiteur le donne à son créancier en payement de ce qu’il lui doit ; lorsqu’il est donné ou légué à un étranger, à la charge de payer une somme à quelqu’un ; lorsque le vassal donne son fief à un cens modique avec des deniers d’entrée qui égalent la valeur du fief ; enfin quand le vassal donne une partie de son fief à cens ou à rente avec retention de foi, & qu’ensuite le cens ou la rente est vendu.

Le quint se prend sur le prix de la vente, comme de 100000 liv. 20000. liv.

On compte dans le prix non-seulement la somme payée au vendeur, mais aussi celles que l’acheteur s’est obligé de payer en son acquit.

Mais on ne compte point dans le prix ni les frais du contrat, ni les loyaux-coûts, ni les frais extraordinaires des criées, ni ceux du decret, parce que cela ne tourne point au profit du vendeur ; on suit à cet égard les mêmes regles que pour la fixation des lods & ventes à ci-devant Lods.

Dans quelques coutumes, outre le quint, on paie aussi un droit de requint, qui est la cinquieme partie du quint. Voyez les auteurs qui ont traité des fiefs, & les commentateurs des coutumes sur le titre des fiefs, & le traité du quint & des lods & ventes par M. Guyot, & les mots Fief, Mutation, Relief, Seigneur, Vassal, Vente. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « quint »

Provenç. quint ; espagn. et ital. quinto ; du lat. quintus, cinquième, de quinque, cinq.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin quintus (sens identique).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin quintus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « quint »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
quint kɛ̃

Citations contenant le mot « quint »

  • Les activités de plein air ont repris à Quint-Fonsegrives-Ambiances (Q.F.A). C’est ainsi que Christiane, la dynamique présidente de l’association, avait programmé la semaine dernière une sortie à Monestié (81). Une vingtaine de quint-fonsegrivois ont donc pris la route, en utilisant le mini-bus de la commune ainsi que trois voitures particulières. Après avoir visité le village de Monestié, sa cité médiévale et sa chapelle Saint-Jacques, ils se sont rendus à la ferme-auberge Bellevue où ils ont dégusté un excellent repas avec au menu un cochon grillé. Après une balade digestive qui leur a permis de visiter la ferme avec ses animaux, ils ont repris la route pour Saint-Martin-Laguépie, où là encore ils ont découvert les ruines de l’ancien château. Tous sont rentrés le soir à Fonsegrives, satisfaits de leur belle journée, en attendant de connaître le programme que Christiane leur concocte pour la rentrée. ladepeche.fr, Quint-Fonsegrives. Une balade tarnaise riche en histoire - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « quint »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « quint »

Langue Traduction
Anglais quint
Espagnol quinta
Italien quinta
Allemand quint
Chinois 五重奏
Arabe خماسي
Portugais quint
Russe квинта
Japonais クイント
Basque quint
Corse quint
Source : Google Translate API

Synonymes de « quint »

Source : synonymes de quint sur lebonsynonyme.fr

Quint

Retour au sommaire ➦

Partager