La langue française

Questionneur, questionneuse

Définitions du mot « questionneur, questionneuse »

Trésor de la Langue Française informatisé

QUESTIONNEUR, -EUSE, subst.

Personne qui a l'habitude de poser des questions, qui aime le faire ou dont c'est le métier. Questionneur indiscret. Ces braves gens eussent bien voulu remercier le généreux questionneur, mais en les quittant on l'avait vu, après avoir donné quelques ordres à un marin, monter à cheval et sortir de Marseille par la porte d'Aix (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 304).Il fallait apprendre la discrétion, le mystère, l'impassibilité. Acquérir une morgue exquise, polie, combinaison difficile, mais qui tient les questionneurs à distance (Maurois, Disraëli, 1927, p. 46):
1. Pourquoi avez-vous fait cela? Goethe convint de tout. Que pouvait-il dire d'autre? Il avait sa manière de vaincre le fluide. Savoir. Faire. Mais l'art est long et l'œuvre ne répond jamais aux questionneurs. Comment aurait-il expliqué à ce Corse en mouvement la nécessité de mourir au commencement afin de revivre? Alain, Propos, 1932, p. 1068.
Empl. adj. J'aime autant les enfants que les pauvres vieux. Un de ces enfants est fort gentil, vif, éveillé, questionneur; il voulait tout voir, tout savoir (E. de Guérin, Journal, 1836, p. 110).Tout comme au temps d'Ulysse, ils sont questionneurs et particulièrement soucieux de connaître de quel pays l'on vient (Gide, Carnets Égypte, 1939, p. 1077).
[P. méton., en parlant d'une expression, d'une attitude] Air, yeux questionneur(s):
2. L'esprit constitué dans un système peut alors retourner à l'expérience avec des pensées baroques, mais agressives, questionneuses, avec une sorte d'ironie métaphysique bien sensible chez les jeunes expérimentateurs, si sûrs d'eux-mêmes... Lacroix, Marxisme, existent., personn., 1949, p. 54.
Prononc. et Orth.: [kεstjɔnœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694 (1694 et 1718 au masc.). Étymol. et Hist. A. Subst. 1554 [éd.] « personne qui aime à questionner » (Jean de Maumont, Œuvres de S. Justin, f o263 r od'apr. Delb. Notes mss [le n ode f oindiqué par Delb. est erroné]); 1557 [éd.] « id. » (dupuiherbault, De la pénitence, Paris, J. de Roigny, f o120 v o). B. Adj. 1713 « qui aime à questionner » (Hamilton, Mém. du comte de Grammont, Cologne, P. Marteau, p. 21). Dér. de questionner*; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér.: 51.

Wiktionnaire

Adjectif

questionneur

  1. Qui questionne, qui interroge.
    • Des prostituées pirouettaient à des coins de rue, avec de pauvres jupes et des yeux questionneurs : il ne les regardait même pas. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 60)

Nom commun

questionneur \kɛs.tjɔ.nœʁ\ masculin (pour une femme on dit : questionneuse)

  1. Celui qui pose des questions.
    • Son air de gamin vicieux intéressait le questionneur, qui mit une pièce dans le plateau. — (Francis Carco, Jésus-la-Caille, ch. V, Le Mercure de France, Paris, 1914)
  2. (Jargon des wikis) Utilisateur à l’origine d’une question particulière sur une page de discussion consacrée aux questions et réponses, en particulier sur la page Questions sur les mots.

Nom commun

questionneuse \kɛs.tjɔ.nøz\ masculin (pour une femme on dit : questionneur)

  1. Celle qui pose des questions.
    • J’ai compris que mon rôle d’enregistreuse devait s’accompagner non seulement de celui de questionneuse, mais également de celui parfois d’interrogatrice contradictoire. — (Pierre de Benouville, Avant que la nuit ne vienne, Grasset, 2002 → lire en ligne)
  2. (Jargon des wikis) Utilisatrice à l’origine d’une question sur la page Questions sur les mots.

Nom commun

questionneuse \kɛs.tjɔ.nøz\ masculin (pour une femme on dit : questionneur)

  1. Celle qui pose des questions.
    • J’ai compris que mon rôle d’enregistreuse devait s’accompagner non seulement de celui de questionneuse, mais également de celui parfois d’interrogatrice contradictoire. — (Pierre de Benouville, Avant que la nuit ne vienne, Grasset, 2002 → lire en ligne)
  2. (Jargon des wikis) Utilisatrice à l’origine d’une question sur la page Questions sur les mots.

Nom commun

questionneuse \kɛs.tjɔ.nøz\ masculin (pour une femme on dit : questionneur)

  1. Celle qui pose des questions.
    • J’ai compris que mon rôle d’enregistreuse devait s’accompagner non seulement de celui de questionneuse, mais également de celui parfois d’interrogatrice contradictoire. — (Pierre de Benouville, Avant que la nuit ne vienne, Grasset, 2002 → lire en ligne)
  2. (Jargon des wikis) Utilisatrice à l’origine d’une question sur la page Questions sur les mots.

Nom commun

questionneuse \kɛs.tjɔ.nøz\ masculin (pour une femme on dit : questionneur)

  1. Celle qui pose des questions.
    • J’ai compris que mon rôle d’enregistreuse devait s’accompagner non seulement de celui de questionneuse, mais également de celui parfois d’interrogatrice contradictoire. — (Pierre de Benouville, Avant que la nuit ne vienne, Grasset, 2002 → lire en ligne)
  2. (Jargon des wikis) Utilisatrice à l’origine d’une question sur la page Questions sur les mots.

Nom commun

questionneuse \kɛs.tjɔ.nøz\ masculin (pour une femme on dit : questionneur)

  1. Celle qui pose des questions.
    • J’ai compris que mon rôle d’enregistreuse devait s’accompagner non seulement de celui de questionneuse, mais également de celui parfois d’interrogatrice contradictoire. — (Pierre de Benouville, Avant que la nuit ne vienne, Grasset, 2002 → lire en ligne)
  2. (Jargon des wikis) Utilisatrice à l’origine d’une question sur la page Questions sur les mots.

Nom commun

questionneuse \kɛs.tjɔ.nøz\ masculin (pour une femme on dit : questionneur)

  1. Celle qui pose des questions.
    • J’ai compris que mon rôle d’enregistreuse devait s’accompagner non seulement de celui de questionneuse, mais également de celui parfois d’interrogatrice contradictoire. — (Pierre de Benouville, Avant que la nuit ne vienne, Grasset, 2002 → lire en ligne)
  2. (Jargon des wikis) Utilisatrice à l’origine d’une question sur la page Questions sur les mots.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

QUESTIONNEUR, EUSE. n.
Celui, celle qui fait sans cesse des questions. C'est un des plus grands questionneurs qu'on ait jamais vus. C'est une questionneuse insupportable.

Littré (1872-1877)

QUESTIONNEUR (kè-stio-neur, neu-z' ; en vers, de quatre syllabes) s. m.
  • Celui, celle qui fait sans cesse des questions. Vous me direz que je suis un grand questionneur ; mais vous répondrez ce qu'il vous plaira, on ne vous force à rien, Voltaire, Lett. d'Argental, 19 janv. 1771. Au bout de quelques minutes leur attention [des enfants] se lasse ; ils n'écoutent plus ce qu'un obstiné questionneur leur demande, et ne répondent plus qu'au hasard, Rousseau, Ém. II. Un sot questionneur, Malgré nous introduit, trouble notre bonheur, Delille, Convers. I. Y a-t-il longtemps que vous êtes marié ? avez-vous des enfants ? sont-ils gentils ? - Pierre [à part] : Oh ! quelle questionneuse ! Al. Duval, Menuisier de Livonie, I, 10.

    Adj. Le petit Ragot à qui j'avais affaire était aussi questionneur que l'autre, Hamilton, Gramm. 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « questionneur »

Questionner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de questionner avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « questionneur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
questionneur kɛstjɔnœr

Citations contenant le mot « questionneur »

  • Après la "haine juste et saine" de Mélenchon à l'égard des medias, une balle dans la tête des journalistes, signée Macron. A une question, dans un point de presse, sur la nature exacte de sa visite "privée" au Taj Mahal, le nommé Emmanuel Macron, exerçant les fonctions de président de la République, a répondu en renvoyant la questionneuse dans ses cordes. Sujet interdit. Prière de ne s'intéresser qu'aux poules. L'Obs, Taj Mahal : Macron met "une balle dans la tête" à une journaliste
  • Approcher l’artiste nomade Etel Adnan au fond de son appartement parisien, situé près du Luxembourg, est une chance. C’est rencontrer une artiste complète ayant mille cordes à son arc, une baroudeuse à la conversation étincelante de vie. À 94 ans, sa curiosité est insatiable, son goût pour l’histoire acéré, son intelligence questionneuse. Elle continue à combiner mots et images, à s’interroger sur les femmes, les guerres, la permanence et la beauté de la mer, les secrets de la vie, la multiplicité des humains. Et bien sûr le Liban. Son Beyrouth natal et ses exils successifs de par le monde ont fait d’elle une poétesse rare, à la fois structurée, énergique, engagée mais aussi contemplative, capable d’écrire dans une infinité de langages, domptés ou inventés selon les événements qui la marquent. Née à l’intersection de deux mondes, l’Orient et l’Occident, elle a passé sa vie à la croisée de deux époques : l’empire ottoman finissant et une guerre moyen-orientale qui, elle, n’en finit pas. Sa mère, grecque de Smyrne, lui parle en grec pendant son enfance, son père, officier syrien de l’État-Major ottoman, lui parle en turc. Elle étudie à l’école française, joue avec les enfants de la rue en arabe, croise constamment kurdes et arméniens. Multiculturelle, elle devient cosmopolite par choix, et se vit depuis toujours différente, décalée. Sa vie « est un tissage », selon le titre de l’un de ses nombreux petits livres, un long patchwork qui se déroule tel un leporello, cette longue bande de papier qui se déplie comme un éventail ou comme une tapisserie, entrelacée des fils colorés de ses diverses vies et de ses multiples talents. Connaissance des Arts, EXCLUSIVITÉ | Dans l'atelier d'Etel Adnan, entre peinture et poésie | Connaissance des Arts
  • Et, quelques questionneurs plus tard, Jim Jordan a fait son retour triomphant pour ne pas discuter des questions antitrust lors de l’audience: Vivez l'actualité avec Repha.fr, Le Congrès tente une audition antitrust avec de grands PDG de la technologie - Vivez l'actualité avec Repha.fr
  • La hausse massive du nombre de personnes contaminées, et l’incertitude générale a créé une confusion sur un grand nombre de questions du quotidien. Les questionneurs cherchent à savoir comment traiter leur rapport à la confiance en D.ieu, au fait que « tout provient du Ciel», d’un côté, et l’obligation de la prudence et du respect des consignes des professionnels de la santé d’un autre côté, qui imposent de se protéger par les voies naturelles. Actualités Juives, Continuer malgré tout en période de Coronavirus - Actualité Juive
  • Ne vous croyez surtout pas tenue de donner suite aux questionneurs qui vous harcèlent jusqu'ici. Liberté d'expression, Bloc-notes : en finir avec la République des froussards - Liberté d'expression
  • Dans American Pastoral et d’autres romans, Philip Roth devient le grand questionneur du “rêve américain”, celui qui promet à chacun.e la réussite sociale basée sur la famille, le travail et l’honnêteté. Son écriture se pose dans les interstices de ce “rêve”, et montre combien celui-ci est aléatoire et fragile. Roth pourfendait les traditions familiales (dès son premier roman Goodbye, Colombus, 1959), religieuses (Operation Shylock: A Confession, 1993, s’attirant au passage la haine d’idiot.e.s qui le décrivait en “self-hating Jew”), le puritanisme culturel et sexuel (dans la plupart de ses romans) et les expériences politiques autoritaires voire totalitaires (The Prague Orgy, 1985). Club de Mediapart, Philip Roth, le questionneur du «rêve américain» | Le Club de Mediapart
  • Assister à une conférence comprend de subir les questions qui y seront posées. Subir ? Allons donc. Il est en effet rare de voir le public se sauver à toutes jambes avant la séance rituelle des questions – ou alors c’est qu’il se fait tard, ou que les conférenciers ont dépassé le temps qui leur était imparti. Il y a consentement. Le public n’est pas contraint physiquement de rester. N’est-ce pas là un exemple accompli de ce que le philosophe italien Antonio Gramsci appelait l’hégémonie culturelle ? Car la contrainte sociale est forte. Dans le cadre d’une conférence, vos voisins vous jugeront pleutre ou timoré si vous ne posez pas de questions. Lors d’un colloque ou d’un congrès, le questionneur s’exhibe devant ses pairs. Sa prestation lui vaut bonne réputation ou mépris, elle est pourvoyeuse de statut. Le poseur de question forcera l’admiration par sa science, son tact, sa vivacité d’esprit. Ou il ennuiera et suscitera malaise ou impatience. Posée à point dans un colloque, une « bonne question » est la promesse d’une promotion, ou à tout le moins d’une certaine notoriété dans le cercle des présents (universitaires, clients ou autres pairs). La dictature des questions existe donc bel et bien. D’où cette question : le devoir de l’homme et de la femme n’est-il pas de se révolter ? The Conversation, Bonnes feuilles : La tyrannie des questions
  • Si chacun connaît la brillante carrière de Pivot, on ignorait jusqu’à cette parution ses déboires sentimentaux imputables à sa logorrhée questionneuse. Le malheureux semble avoir connu maintes compagnes qui se lassaient, puis s’irritaient d’être questionnées en permanence avant de quitter la couche de ce «pollueur intellectuel nocturne». Pas question pour elles d’assumer, dans leur vie intime, le rôle d’interviewée. Largeur.com, La peur de poser des questions | Largeur.com
  • Né en Égypte en 1917 d’une mère autrichienne et d’un père anglais, c’est à Vienne puis à Berlin qu’il reçut sa première formation intellectuelle et c’est aussi en ce lieu qu’il devint communiste par antifascisme. En 1933, il gagna l’Angleterre et c’est à Cambridge, comme d’autres de sa génération, qu’il construisit cette incroyable culture marxiste, à la fois profonde et questionneuse, qui éclaire toute son œuvre d’historien et d’observateur critique des sociétés et des économies. Il parlait et écrivait dans plusieurs langues et il savait mettre à jour avec profondeur les rapports de forces spécifiques qui orientent l’histoire des peuples et des civilisations les plus diverses. L'Humanité, Le célèbre historien marxiste Eric Hobsbawm est décédé | L'Humanité
  • Au pays de la connaissance, les rôles paraissent distribués de longue date : au philosophe, l’ironie questionneuse et l’examen des problèmes fondamentaux ; aux hommes de sciences, un effort plus spécialisé, plus local mais non moindre, pour décrypter les phénomènes dans l’évitement parfois dédaigneux des interrogations métaphysiques. Sous la plume d’Étienne Klein, c’est une autre histoire qui nous est contée, celle d’une physique contemporaine violemment contre-intuitive, faisant son miel du bizarre, tantôt prolongeant, tantôt contestant les théories philosophiques classiques sur l’Univers et ses constituants. Le vulgarisateur espiègle et talentueux met son érudition au service d’une « philo-physique » en vue d’un dépaysement réciproque des deux disciplines, révélant entre autres que le vide quantique n’est pas vide… mais plein de « particules fatiguées » prêtes à sortir du néant. Autrement dit une création ex nihilo, mais sans Dieu ! , Matière à contredire. Essai de philo-physique (pour pour tout le monde) • L'OBSERVATOIRE • Notre sélection, Étienne Klein, Sciences, Physique, philosophie • Philosophie magazine

Traductions du mot « questionneur »

Langue Traduction
Anglais questioner
Espagnol preguntador
Italien interrogante
Allemand fragesteller
Chinois 发问者
Arabe السائل
Portugais questionador
Russe интервьюер
Japonais 質問者
Basque galdetzailea
Corse interrogatore
Source : Google Translate API

Synonymes de « questionneur »

Source : synonymes de questionneur sur lebonsynonyme.fr

Questionneur

Retour au sommaire ➦

Partager