La langue française

Prunier

Sommaire

  • Définitions du mot prunier
  • Étymologie de « prunier »
  • Phonétique de « prunier »
  • Citations contenant le mot « prunier »
  • Images d'illustration du mot « prunier »
  • Traductions du mot « prunier »
  • Synonymes de « prunier »

Définitions du mot « prunier »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRUNIER, subst. masc.

BOTANIQUE
A.− Arbre, arbuste appartenant au genre Prunus.
1. Arbre fruitier qui donne des prunes. Prunier d'ente; prunier en fleurs; branche de prunier; sous un prunier. Ou bien un fruit tombait, d'un de ces pruniers bleus de prunes (Pourrat, Gaspard,1922, p. 218).Pruniers Reine-Claude, Mirabelle, Quetsche (...), Saint-Julien (Boulay, Arboric. et prod. fruit.,1961, p. 77):
1. Il ne faut pas croire que le temps était mauvais; au contraire, l'année se présentait bien, tout verdissait et fleurissait, les poiriers, les pruniers, les abricotiers étaient déjà blancs et roses avant la fin d'avril. Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 300.
Expr. fam. Secouer qqn, qqc. comme un prunier. Secouer quelqu'un, quelque chose avec force, avec violence; au fig., réprimander fortement quelqu'un, lui faire des reproches bien sentis. Eh! secouez-la comme un prunier et, au besoin, dégradez-y le portrait! criait le vieux Chaudrut (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 275).Il ébranle le petit buffet, le Henri III. Il le secoue comme un prunier. C'est une avalanche de vaisselle (Céline, Mort à crédit,1936, p. 73):
2. Puis la Marie a dit deux fois à l'Albert : − Je te gifle. Puis elle l'a fait. Oui! Puis elle te l'a secoué comme un prunier. Il disait des sales mots; il tirait la queue des filles. Il a eu sa gifle. Giono, Gd troupeau,1931, p. 79.
P. méton. Bois de cet arbre, orné de veines rouges, utilisé en ébénisterie, en tabletterie pour des ouvrages d'agrément. Bois tendres et demi-durs : prunier, poirier, pommier, noyer (Arts et litt.,1935, p. 22-2).
2. [Avec ou sans compl. déterm.] Arbre, arbuste cultivé pour ses qualités ornementales (feuillage pourpre ou belles inflorescences roses, en particulier). Il y avait là des hêtres, des coudriers et des pruniers pourpres (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 141).Au milieu d'un de ces jardins, un prunier du Japon semble un gros bouquet de roses (Green, Journal,1942, p. 211).
3. Prunier épineux. Prunellier. Les fruits du prunier épineux ou prunelles sont très-connus (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog.,t. 2, 1821, p. 583).
B.−
1. (Genre) Prunier/genre des pruniers. Synon. vieilli de (genre) Prunus (v. prunus).Il suinte, de tous les arbres du grand genre Prunier, une matière visqueuse qui (...) forme une véritable gomme (Privat-Foc.1870).V. abricotier ex. 1.
2. Prunier (domestique). Espèce appartenant à ce genre, comprenant de nombreuses variétés donnant différentes sortes de prunes. L'introduction du prunier domestique (...) d'Asie en Europe ne semble guère remonter au-delà de 2000 ans (Boulay, Arboric. et prod. fruit.,1961, p. 21).Le Prunier est une espèce très résistante (Alpha Flore, Alpha éd., t. 9, 1979, p. 75).
Prononc. et Orth. : [pʀynje]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) Ca 1200 pruner (Otinel, éd. F. Guessard et H. Michelant, 1054); ca 1256 pronnier (Aldebrandin de Sienne, Le Régime du Corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, 54, 19); ca 1393 prunier (Ménagier, II, 51 ds T.-L.); b) 1874 secouer (qqn) comme un prunier (Gobineau, Pléiades, p. 96). Dér. de prune*; suff. -ier*. Le choix de prunier, plutôt que de tout arbre fruitier dont on peut faire tomber des fruits en le secouant, s'explique sans doute par le sens de « coup, blessure » qu'a pris prune* au xives. (Rey-Chantr. Expr. 1979). Fréq. abs. littér. : 140. Bbg. Cronenberg (A.). Die Bezeichnung des Schlehdorns im Galloromanischen. Jena und Leipzig, 1937, pp. 60-69.

Wiktionnaire

Nom commun

prunier \pʁy.nje\ masculin

  1. (Botanique) Prunus, genre d'arbres de la famille des rosacées.
  2. (Botanique) (Spécialement) Prunus domestica, arbre fruitier qui produit les prunes.
    • Les vieux, quand ils créaient un verger, plantaient alternativement un pommier et un prunier. — (Philippe Perrot, Les Pommiers sauvages , 2005)
    • Prunier en plein vent.
    • Prunier en espalier.
    • Secouer un prunier.
    • Cueillir un prunier.

Nom commun

prunier \pʁyˈnje\ masculin

  1. (Provençal) (Botanique) Prunier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PRUNIER. n. m.
Arbre de la famille des Rosacées, qui produit les prunes. Prunier en plein vent. Prunier en espalier. Secouer un prunier. Cueillir un prunier. Fam., Secouer quelqu'un comme un prunier, Le secouer vigoureusement. Cette locution s'emploie aussi figurément et signifie Faire de très vifs reproches à quelqu'un.

Littré (1872-1877)

PRUNIER (pru-nié ; l'r ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des pru-nie-z en fleurs) s. m.
  • Genre de rosacées, dans lequel on distingue : le prunier domestique, originaire de la Syrie et de la Dalmatie ; le prunier épineux, dit pruneflier, épine noire ; le prunier de Briançon, appelé dans les Alpes marmottier, et dont l'amande fournit l'huile de marmotte ; le prunier de Chine, nommé mal à propos par les horticulteurs amandière à fleurs doubles ; le prunier cérasifère, cultivé dans nos jardins sous le nom de prunier mirobolan, Legoarant

    Familièrement. Sot comme un prunier, très sot (locution qui a sans doute quelque rapport à la locution pour des prunes, sans résultat, sottement).

HISTORIQUE

XVe s. S'il se taist [le vieillard] affin qu'il complaise, Il est tenu pour fol receu ; S'il parle, on luy dit qu'il se taise Et qu'en son prunier n'a pas creu, Villon, Ball. en vieux lang.

XVIe s. Le prunier reçoit aussi le greffe du cerisier et du guinier, et ce sans extravaguer, De Serres, 683.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRUNIER, s. m. prunus, (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond. Le pistil sort du calice, & devient dans la suite un fruit ovoïde ou rond, charnu & mou, qui renferme un noyau ordinairement pointu par les deux bouts ; ce noyau contient une amande. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Prunier, prunus, (Jardinage.) arbre de moyenne grandeur, qui se trouve dans les pays tempérés de l’Europe, de l’Asie & de l’Amérique septentrionale. Sa tige est courte & rarement droite ; la tête en est assez considérable pour la stature de l’arbre, mais irrégulierement disposée. Son écorce est inégale par les gersures qui s’y font de bonne heure. Ses feuilles sont dentelées, presque ovales & d’une verdure desagréable, parce qu’elles sont souvent gâtées par les intempéries du printems, & sur-tout par les insectes. Ses fleurs qui sont blanches & disposées en rose, paroissent au mois d’Avril. Les prunes qui succedent different pour la grosseur, la forme, la couleur & le goût, selon les diverses especes de prunier qui les produisent. Ces fruits renferment un noyau qui contient une amande amere.

Le prunier est le plus commun des arbres fruitiers à noyau. Son fruit n’est pas plus de garde que celui des autres arbres à noyau ; il faut le manger dans le tems de sa maturité, à moins qu’on ne le fasse cuire ou sécher. Le prunier ne prospere qu’autant qu’il est dans une terre cultivée ; il languit dans un sol inculte, & dépérit bientôt. Il vient à toutes les expositions, il se plaît dans une terre plus séche qu’humide, plûtôt sablonneuse que forte, mais particulierement dans le sable noir. Cependant on peut dire qu’il ne craint pas l’humidité, pourvu qu’elle ne soit pas permanente. En général il s’accommode assez bien de toutes sortes de terreins, pourvu qu’ils soient en culture, parce que ses racines tracent entre deux terres. Mais il craint la glaise ; il n’y fait nuls progrès, & son fruit n’y vaut rien. Quant aux terreins absolument secs & légers, sablonneux & trop superficiels, le prunier ne s’y soutient que foiblement & n’y donne que des fruits maigres, verreux & mal conditionnés, dont la plûpart tombent avant leur maturité. Dans la glaise au contraire & dans les terres grasses & sortes, ils ne sont pas si sujets à tomber, ni à être verreux : mais ils pechent par le goût.

On peut multiplier le prunier de semence & par la greffe. On ne se sert du premier moyen que pour avoir des sujets propres à greffer. Il n’y a que quelques especes de prunes d’une qualité médiocre dont les noyaux produisent la même sorte de fruit ; mais les noyaux du plus grand nombre d’especes ne donnent que des plants bâtards & dégénérés ; & c’est un hasard quand il s’en trouve quelques-uns de bonne qualité. Il est donc d’usage de greffer le prunier, pour avoir sûrement l’espece de prune que l’on desire, avec d’autant plus de raison que la greffe donne encore de la perfection au fruit. Les meilleurs sujets pour greffer le prunier sont la cerisette & le saint-Julien. On se sert de la greffe en fente ou en écusson, mais la premiere réussit mieux, & fait des progrès plus rapides. Les sujets qu’on vient de désigner conviennent pour toutes sortes de terreins, à moins qu’ils ne soient trop secs, trop légers, ou trop sablonneux. Dans ce cas, il faut y mettre des pruniers greffés sur l’amandier, qui n’a pas l’inconvénient de pousser des rejettons sur ses racines, ce qui est à charge & fort desagréable : mais cette greffe réussit rarement. L’amandier a un défaut, il reprend difficilement, sur-tout lorsqu’il a été transporté de loin. On peut aussi greffer le prunier sur des pêchers & des abricotiers venus de noyau : il est vrai que les arbres qui en viennent étant délicats, demandent quelques ménagemens, & ils ne sont pas de durée. Voyez le mot Pépiniere.

Le prunier peut servir de sujet pour greffer le pêcher, l’abricottier, l’amandier ordinaire qui manque souvent, & l’amandier nain à fleur double, qui y réussit très-aisément. On vient à bout aussi de greffer le mahaleb, l’arbre de sainte-Lucie, le laurier-cerise, &c. sur le prunier ; mais les suites n’en sont pas heureuses : la greffe & le sujet tout périt dans l’hiver qui suit.

Les pruniers que l’on tire de la pépiniere pour les planter à demeure, doivent être greffés de deux ans. Si on ne peut les avoir de cet âge, il vaut mieux les prendre d’un an que de trois ; ces derniers réussissent moins sûrement que les autres. Cet arbre peut paroître dans les jardins sous différentes formes ; d’abord à haute tige, qui est la figure qu’on lui donne communément ; ensuite en espalier, où le plus grand nombre des especes de prunes réussissent mieux qu’à haute tige ; enfin la forme du buisson convient à toutes les especes. La distance qui convient à ces arbres est de douze à quinze piés pour ceux à haute tige en plein air, dix où douze pour ceux en espalier, & quinze à dix-huit aux pruniers que l’on destine à faire le buisson ; attendu qu’ils poussent vigoureusement, & qu’ils s’étendent plus sous cette forme que s’ils étoient à haute tige. C’est sur la qualité du terrein & sur sa profondeur qu’il faut déterminer le plus ou le moins de ces distances.

Le prunier fait de bonnes & fortes racines bien ramifiées ; ce qui est cause qu’il reprend aisément à la transplantation. Cet arbre est si robuste & si familier dans le climat de ce royaume qu’il vaut mieux le transplanter en automne. La reprise en est plus assûrée que quand on attend le printems, & il pousse plus vigoureusement dès la premiere année : ce qui est très-avantageux pour disposer les jeunes arbres à prendre la forme qu’on veut leur donner.

De tous les arbres à noyau, le prunier est celui qui supporte le plus aisément la taille. Tout le ménagement qu’on doit y apporter, c’est de ne pas trop forcer la taille. Car plus on lui retranche de bois, plus il pousse de branches gourmandes jusqu’à s’épuiser entierement ; & alors la gomme venant à fluer, l’arbre périt entierement. Le principal soin qu’on y doit donner, c’est de détacher la gomme & la mousse, d’enlever les chancres & le bois mort, de supprimer les branches chiffonnes & celles de faux bois, & de ne retrancher absolument que ce qui est nuisible.

Outre l’usage que l’on fait des prunes de la meilleure qualité pour la table, dans le tems de leur maturité, les autres servent à faire des confitures : mais en faisant sécher les bonnes prunes, on en fait d’excellens pruneaux ; les plus grosses, les plus douces & les plus charnues sont les plus propres à remplir cet objet. La prune de damas & la gomme du prunier sont de quelque usage en Médecine.

Le bois du prunier est assez dur & marqué de veines rouges ; c’est le plus beau des bois qui croissent dans ce royaume ; ce qui lui a fait donner le nom de bois satiné. Cependant on en fait peu d’usage, parce que les bois que l’on tire d’Amérique sont infiniment supérieurs à tous égards ; il est très-propre à différens usages des Tourneurs, des Tablettiers, & des Ebénistes. On peut donner à ce bois une belle couleur rouge, en le faisant bouillir dans de la lessive ou dans l’eau de chaux.

Nos auteurs d’agriculture font mention de plus de deux cent cinquante variétés de prunes, dont celles qui passent pour les meilleures sont au nombre de quinze ou seize, & on en compte vingt de celles qui peuvent passer pour médiocres ; parmi les autres, il peut y en avoir une douzaine qui sont bonnes à faire des compotes ou des confitures : on fait peu de cas de tout le reste. La nature de cet ouvrage ne permet pas d’entrer dans le détail des qualités particulieres de ces différens fruits. Voyez à ce sujet les catalogues des RR. PP. Chartreux de Paris & de M. l’abbé Nolin.

Il y a quelques especes de pruniers qui peuvent intéresser les curieux par leur singularité ou leur agrément ; comme le prunier à fleur double, dont la prune est excellente, & ses feuilles sont très-grandes ; le prunier de perdrigeon panaché, dont le bois, la feuille & le fruit sont panachés ; la prune sans noyau, qui renferme une amande sans nulle coquille osseuse ; le damas melonné d’Angleterre, dont les feuilles sont bordées de blanc ; & le prunier de Canada, dont la fleur un peu rougeâtre en-dehors est d’une belle apparence au printems.

Prunier, (Diete & Mat. med.) prunier cultivé ou franc. Le fruit de cet arbre, ou la prune, peut être considérée, malgré ses variétés presque innombrables, comme un seul objet diététique ; car la prune, de quelque espece qu’elle soit, possede à-peu-près les mêmes vertus lorsqu’elle est également mûre, également succulente ou bien nourrie, &c. On peut seulement conjecturer avec beaucoup de vraissemblance, qu’elles sont d’autant meilleures, qu’elles sont plus douces, plus parfumées, plus succulentes, & qu’elles ont la peau moins rude ou âpre.

Les prunes fraîches ont été toujours regardées par les Médecins comme un des fruits d’été les moins salutaires. On les a accusées d’affoiblir le ton de l’estomac, de refroidir ce viscere, de causer des fievres intermittentes, & la dissenterie. C’est sur le compte des prunes que mettent principalement les maladies d’automne, ceux qui croient que ces fruits d’été en sont la principale cause (Voyez Fruits, Diete) ; il est au-moins très-sûr que les prunes fraîches mangées à jeun en une certaine quantité, causent très-fréquemment des tranchées & des dévoiemens ; & qu’étant mangées à la fin des repas, elles précipitent souvent & troublent la digestion. Mais dans ce dernier usage cependant on ne doit craindre que l’excès, & ne recommander une circonspection scrupuleuse qu’à ceux qui ont l’estomac foible, qui sont sujets aux aigreurs, aux dévoiemens, au tenesme, & à ceux qui ont eu des fievres intermittentes, & qui s’en doivent par cela seul regarder comme toujours menacés.

Les prunes seches des especes les plus agréables, les plus sucrées, telles que les pruneaux de Tours, qui sont séchés au four, ceux de Brignoles en Provence, & ceux de Pézenas en bas Languedoc, qui sont séchés au soleil, & qui sont plus sucrés que les deux especes précédentes ; ceux de quelques autres cantons des provinces méridionales du royaume, &c. Toutes ces prunes seches, dis-je, sont, malgré leur vertu légerement laxative, peut-être même à cause de cette vertu, un aliment léger & salutaire, que l’on donne avec succès aux convalescens, & dans les traitemens de légere incommodité, toutes les fois qu’on se propose de procurer ou d’entretenir la liberté du ventre, par exemple, les veilles & les jours de médecine, &c.

Les pruneaux noirs communs des boutiques, qui sont très-anciennement connus dans l’art sous le nom de pruna damascena, & qui portent encore aujourd’hui le nom de prune de petit damas noir, ne s’emploient presque qu’à titre de médicament. Elles sont aigrelettes comme les tamarins, & tout au-moins aussi laxatives. On emploie fort communément leur décoction comme excipient dans les potions purgatitives ; cette décoction masque assez bien le goût & l’odeur du séné. La pulpe de ces pruneaux entre dans plusieurs électuaires purgatifs, par exemple, dans l’électuaire lénitif, la confection hamech, &c. Cet ingrédient donne même son nom à deux électuaires composés, savoir le diaprun, fort arbitrairement appellé simple, & le diaprun solutif. Voyez Diaprun. Le prunier donne une gomme à laquelle on ne connoît aucune qualité particuliere. Voyez Gomme. (b)

Prunier sauvage ou Prunellier, (Mat. mêd.) Les prunelles, qui sont les fruits de cet arbre, étant bien mûres, lâchent le ventre ; mais quand ces fruits ne sont pas mûrs, ils rafraîchissent, & sont astringens : c’est pourquoi on les donne confits dans du miel à ceux qui sont attaqués de la dyssenterie ou du flux de ventre.

On exprime encore le suc de ces prunes non mûres & récentes ; on le fait cuire & épaissir jusqu’à la consistence d’extrait solide : on lui donne le nom d’acacia de notre pays, ou acacia d’Allemagne, & on le substitue au vrai acacia. Voyez Acacia. On donne quelquefois cet extrait contre les hémorrhagies & les cours de ventre, jusqu’à la dose d’un gros, sous la forme de bol, ou délayé dans quelque liqueur : on le mêle utilement dans les gargarismes pour l’angine, aussi-tôt qu’elle commence.

On nous apporte d’Allemagne cet extrait, ou plûtôt ce rob épaissi, dans un état sec, dur, pesant, noir, brillant lorsqu’on le casse, en masse enveloppée dans des vessies. On le prépare aussi quelquefois dans nos boutiques. Geoffroi, mat. méd.

C’est par erreur qu’on a dit dans l’article Acacia que le suc appellé acacia nostras se tiroit des fruits récens & non mûrs de l’arbre, qui est appellé dans l’article précédent acacia nostras, & acacia commun de l’Amérique. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « prunier »

Dérivé de prune avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De pruna avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas-lat. prunarius (dans un texte du VIIIe siècle), du lat. prunum, prune.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « prunier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prunier prynje

Citations contenant le mot « prunier »

  • Lundi 27 juillet dans la soirée, un homme de 70 ans est tombé d’un prunier alors qu’il ramassait des prunes. , Faits-divers - Justice | Haute-Savoie : plusieurs fractures pour un homme de 70 ans qui a chuté d’un prunier

Images d'illustration du mot « prunier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « prunier »

Langue Traduction
Anglais plum tree
Espagnol ciruelo
Italien albero di prugne
Allemand pflaumenbaum
Chinois 李子树
Arabe شجرة البرقوق
Portugais ameixa
Russe слива
Japonais
Basque aran bat
Corse prugna
Source : Google Translate API

Synonymes de « prunier »

Source : synonymes de prunier sur lebonsynonyme.fr
Partager