La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « prolepse »

Prolepse

Variantes Singulier Pluriel
Féminin prolepse prolepses

Définitions de « prolepse »

Trésor de la Langue Française informatisé

PROLEPSE, subst. fém.

A. − PHILOS., THÉOL.
1. Anachronisme par anticipation. Beaucoup d'exégètes ont pensé que ce nom propre de Dieu avait été révélé pour la première fois à Moïse au Sinaï, et que c'est pour cette raison que les récits dits élohistes commencent seulement à partir de cette révélation à nommer Jéhovah le dieu d'Israël. Ce serait donc par prolepse ou par anticipation que les récits jéhovistes auraient employé ce mot divin à l'époque patriarcale (Théol. cath.t.4, 11920, p.951).
2. Empl. adj. Principes prolepses. ,,Principes que l'âme contient originairement, et que les objets externes réveillent seulement dans les occasions, c'est-à-dire des assomptions fondamentales, ou ce que l'on prend pour accordé par avance`` (Lal. 1968).
B. − RHÉT., GRAMM.
1. ,,Figure de grammaire consistant dans l'emploi d'une épithète où se peint soit un état antérieur, soit un état futur`` (Morier 1961). V. proleptique ex. de Suhamy.
2. Figure de rhétorique par laquelle on anticipe les objections de ses adversaires en les réfutant à l'avance. Parfois, la prolepse se combine avec l'apodioxis [rejet d'un argument comme absurde] en traitant d'absurde ou de regrettable l'objection prévue: Certains vont me dire −chose détestable −qu'aider les faibles c'est affaiblir la race. Ont-ils songé que la force de l'esprit n'est pas celle du corps? (Morier1961).
C. − LING. Procédé syntaxique qui consiste à placer un terme dans une construction antérieure à celle à laquelle il appartient. La prolepse (...) consiste à jeter en tête un terme de la phrase, à l'isoler au moyen d'une pause, et à le reprendre dans la phrase au moyen d'un pronom ou d'un adverbe représentant. Types: Le père −, il n'a rien dit (...). Des oeufs −, je n'en vends pas! (Wagner-Pinchon1962, p.504).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔlεps]. Att. ds Ac. 1762 et dep. 1835. Étymol. et Hist.1. 1564 «figure de rhétorique par laquelle on va au-devant des objections de l'adversaire» prolepsie (Rabelais, Cinquiesme Livre, éd. Marty-Laveaux, 19, p.74); 1701 prolepse (Fur.); 2. 1842 «notions généralisées a priori, dans le système d'Épicure» (Ac. Compl.); 3. 1933 gramm. (Mar. Lex.). Empr. au gr. π ρ ο ́ λ η ψ ι ς «opinion qu'on se fait d'avance», spéc. terme de rhét. «réponse anticipée à une objection», dér. de π ρ ο λ α μ β α ́ ν ω «présumer, préjuger».

Wiktionnaire

Nom commun - français

prolepse \pʁɔ.lɛps\ féminin

  1. (Rhétorique) Figure de style par laquelle on va au-devant des objections de l’adversaire.
    • La prolepse est l’une des figures de construction qui présente le plus d'intérêt, du fait de la complexité de l’héritage qu’elle véhicule et de la difficulté qu’éprouvent les grammairiens à concilier les différentes traditions. — (Bernard Colombat, Les figures de construction dans la syntaxe latine, éditeur Peeters Publishers, 1993)
  2. (Philosophie) (1842) Anticipation, prénotion.
    • Épicure nomme prolepse ou prénotion, la trace laissée en notre corps et en notre esprit par une suite d'images identiques répétées plusieurs fois ou un souvenir des impressions passées. — (Antoinette Virieux-Reymond, Les grandes étapes de l'épistémologie jusqu'à Kant , Patiño, 1986, page 34)
  3. (Grammaire) Fait de placer un mot dans la proposition qui précède celle où il devrait normalement figurer.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROLEPSE. n. f.
T. de Rhétorique. Figure par laquelle on va au-devant des objections de l'adversaire.

Littré (1872-1877)

PROLEPSE (pro-lè-ps') s. f.
  • Figure de rhétorique, dite aussi anticipation, qui consiste à prévenir les objections en se les faisant à soi-même et les détruisant d'avance.

    Il s'est dit quelquefois de cette faute qui consiste à attribuer à ses personnages des idées ou des habitudes qui ne sont pas du temps où ils vivaient.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROLEPSE, s. f. (Rhétor.) figure par laquelle on prévient les objections de son adversaire. Cette figure, dit Quintilien, produit un bon effet dans les plaidoyers, particulierement dans l’exorde, où c’est une espece de précaution & de justification que l’orateur juge utile à sa cause. C’est ainsi que Cicéron plaidant pour Cecilius, commence par prévenir l’étonnement où l’on pouvoit être en le voyant accuser, lui qui ne s’étoit occupé jusqu’alors qu’à défendre ceux que l’on accusoit. On prévient quelquefois les juges favorablement par la confession de sa faute, comme lorsque le même Cicéron parlant pour Rabirius, dit que sa partie lui paroît coupable d’avoir prêté de l’argent au roi Ptolomée, &c. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « prolepse »

Πρόληψις, action de prendre auparavant, de πρὸ, et λῆψις, prise.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1701) prolepsie
(XVIe siècle) Du latin prolepsis, d’origine grecque, πρόληψις, prólêpsis (« anticipation »), de προλαμβάνειν, prolambánein (« avancer (lambanein) devant, devancer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prolepse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prolepse prɔlɛps

Citations contenant le mot « prolepse »

  • À l’origine, la métalepse constitue une notion rhétorique (Genette 1972, Roussin 2005), définie comme « une proposition […] [qui] consiste à substituer l’expression indirecte à l’expression directe » (Fontanier (1830) 1977 : 127). Toutefois, plus qu’à cette définition générale, la plupart des théoriciens du récit se sont montrés sensibles à certains de ses sens rapportés, comme « le tour par lequel un poète, un écrivain, est représenté ou se représente comme produisant lui-même ce qu’il ne fait au fond que décrire » (Fontanier (1830) 1977 : 128) ; ou encore celui « par lequel […] au lieu de raconter simplement une chose qui se fait ou qui est faite, on commande, on ordonne qu’elle se fasse » (Fontanier (1830) 1977 : 129). Telles sont du moins les acceptions dérivées du procédé rhétorique sur lesquelles Genette met l’accent au moment de forger la notion de métalepse narrative, qui, dans Figures III, fait système avec analepse, prolepse, syllepse, ou paralepse.  […] , "La métalepse", par Frank Wagner (Glossaire de Narratologie)
  • On ne s'arrêtera pas à sonder ici les effets de la relecture, à trente ans de distance, d'un même roman — ni les bénéfices du lexique de la narratologie acquis dans l'intervalle (progrès en théorie littéraire toujours très lents) : on ne comprend bien que ce que l'on peut nommer, et il semble raisonnable de postuler que la fonction exacte des prolepses ne s'apprécie que lorsqu'on est à même de vérifier leur valeur prédictive — une fois connues la suite et la fin : à la relecture donc. , Fabula, Atelier littéraire : Prolepse romanesque
  • L’auteur narre de façon chronologique l’histoire de la famille jusqu’à la mort de Hilde. En réalité, la mort de la jumelle est évoquée rapidement, par prolepse, un peu après la moité du livre. Même si la structure et le style narratifs sont plutôt classiques, Giorgio Falco prend pas mal de libertés dans la forme et la hiérarchie des faits racontés. Il pratique une sorte de revalorisation du détail. Cette particularité n’est pas distribuée de façon régulière tout au long des presque 400 pages qui constituent le roman. Quelques détails, quelques éléments accessoires frappent la curiosité de l’auteur et sous son stylo, ils prennent le dessus sur l’intrigue. Parfois ils s’en détachent clairement, et leur hypertrophie en résulte moins bien maîtrisée. La longue, très longue, dissertation sur l’Homme de Lenhart aurait mérité un bon coup de ciseaux. , L’insoutenable légèreté de l’Histoire | Italieaparis.net
  • Page 80 : l'évêque Valdespino, qui porte le nom d'une marque de whisky, le confirme dans une prolepse comminatoire :  Bibliobs, Attention, le nouveau Dan Brown contient une révélation aux "répercussions planétaires"
  • Aurélien Bory construit cette production autour du motif du regard, comme une prolepse du regard porté par Orphée sur Eurydice, et qui la perdra. On assiste ainsi, au premier acte, à une mise en abyme de la représentation : un immense miroir (le fameux « Pepper’s Ghost ») reflète le sol et la fosse, dédoublant les protagonistes et faisant prendre conscience au public de sa position de spectateur. Orphée grimpe sur le plateau depuis l’orchestre, franchissant le quatrième mur, et révélant l’artificialité de l’espace scénique. L’emploi d’une toile peinte comme élément de décor, la présence de danseurs et de circassiens, l’Amour sous les traits d’un deus ex machina – avec sa robe de soirée étincelante et ses acrobaties – sont autant de marques ostentatoires du spectacle. , Orphée et Eurydice - Paris (Favart) - Critique | Forum Opéra
  • Donc, prolepse, où l'on voit à l'écran Delon bouger, agir, effectuer des mouvements que Gabin, dans son plan pour braquer le coffre-fort du casino du Palm Beach, a établis à l'avance, au millimètre. Tout marchera comme sur des roulettes. La seule fois où le jeune Delon prend l'initiative – à la fin, avec les sacs dans la piscine (tiens, déjà, la piscine), les plans les plus drôles de la carrière de Delon où on le voit légèrement idiot et sidéré – est une catastrophe. Morale de l'histoire : on n'improvise pas. Les messieurs de Casino, d'Ocean's Eleven et de leurs sequels n'ont jamais fait mieux. La tête Gabin, les jambes Delon. Ça marche au poil. Dans Le Clan des Siciliens, la sauce prendra moins bien. Alliance à trois – Lino Ventura est venu se rajouter –, gros cocktail franco-américain-italien où on a voulu mettre trop d'ingrédients, un peu indigeste. Le Point, « Mélodie en sous-sol » : la tête Gabin, les jambes Delon - Le Point
  • La prolepse est un moyen absolument efficace pour accrocher le lecteur. On me parle beaucoup de Leila Slimani qui commence ainsi «Chanson douce» mais cette figure de style est très répandue, depuis, longtemps, particulièrement dans le roman policier. Je lis beaucoup de romans policiers. Avec un tel départ, je souhaitais dire au lecteur : à vous de choisir, voulez-vous connaître toute l'histoire ? ladepeche.fr, Toulouse. Inès Bayard, la Toulousaine du Goncourt - ladepeche.fr

Traductions du mot « prolepse »

Langue Traduction
Anglais prolepse
Espagnol prolepsis
Italien prolepse
Allemand prolepse
Chinois le
Arabe يطول
Portugais prolepse
Russe prolepse
Japonais 進行
Basque prolepse
Corse prolepse
Source : Google Translate API

Synonymes de « prolepse »

Source : synonymes de prolepse sur lebonsynonyme.fr

Prolepse

Retour au sommaire ➦

Partager