Plançon : définition de plançon

chevron_left
chevron_right

Plançon : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PLANÇON, subst. masc.

A. − AGRIC. Jeune plant; en partic. branche (de feuillus à bois tendre) taillée en biseau et repiquée en terre pour qu'elle prenne racine. Les peupliers se multiplient ordinairement par plançons, par boutures et par drageons pris sur le même individu, soit mâle, soit femelle (Baudrillart, Nouv. manuel forest., t.1, 1808, p.183).Le plançon (qui peut mesurer jusqu'à trois mètres de hauteur) est fiché en terre. Il va s'enraciner et devenir un arbre qui restera en place. On bouture le saule et le peuplier en plançon à l'automne (Bén.-Vaesk.Jard.1981).
B. − CHARPENT. DE MAR., vx. Tronc d'arbre équarri et refendu à la scie; p.méton. pièce de bois (madrier ou planche) ainsi obtenue. C'est dans le but de se procurer des bordages de toutes dimensions que la marine recherche les plançons, pièces droites ou ayant peu de courbure que l'on débite à la scie dans les arsenaux (H. Nanquette, Exploitation, débit et estimation des bois, 1859, p.204).Les bois fournis par ces forêts domaniales du bassin de Paris ont offert à la marine, en bois droits, d'excellents chênes comme tissus et comme longueur; et parmi, on trouvait les neuf dixièmes en plançons ou bois de bordages (A. Coutance, Hist. du chêne, 1873, p.403).
C. − HIST. DE L'ARM. Arme d'hast et de choc, en usage en Europe occidentale, notamment en Flandre, du xiiieau xves., se terminant par une massue ferrée, elle-même souvent surmontée d'une longue pointe ou picot. Le (...) plançon à picot était (...) en usage en Flandre pendant tout le XIVesiècle (Leloir1961).
REM.
Plantard, subst. masc.,synon. vieilli (supra A et B). (Dict.xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [plɑ ̃sɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.a) 1remoitié du xiies. plançun «bouture, plante de semis repiquée» (Psautier Oxford, 127, 4 ds T.-L.); b) ca 1165 plançon «lance» (Benoît de St-Maure, Troie, éd. L. Constans, 18951); c) fin xiies. planchon «tronc d'arbre» (Moniage Guillaume, éd. W. Cloetta, 2608); 1771 constr. navale (Trév.). Du lat. pop. *plantionem, acc. de *plantio, dér. du lat. class. plantare (planter*), que l'on peut restituer d'apr. le cat. planso «plant, bouture», l'aragonais lanzŏn «pieu».

Plançon : définition du Wiktionnaire

Nom commun

plançon \plɑ̃.sɔ̃\ masculin

  1. (Sylviculture) Branche de saule, de peuplier, d'osier, etc. qu’on sépare du tronc pour la planter en terre et en former une bouture.
    • On distingue deux sortes de boutures : la bouture en plançon et la bouture à bois de deux ans…. le plançon ne réussit bien qu’avec les saules de grande taille, le saule blanc, le saule osier…. c’est une branche de 3 à 4 mètres de haut sur 5 centimètres environ de diamètre ; on la dépouille de tous ses rameaux et on la taille en biseau aux deux bouts…. on se sert des plançons pour établir des têtards. — (G. Bagneris, Manuel de sylviculture, Nancy, 1873)
    • Les plançons (tiges sans racines) de deux ans sont à privilégier par rapport à ceux de trois ans, plus coûteux, et dont le taux de reprise est souvent inférieur. — (Vincent Thècle, Peupliers : comment réussir les nouvelles plantations., dans La France agricole, n° 3361 du 26 novembre 2010)
  2. (Charpenterie) Grand corps d'arbre qu’on refend à la scie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Plançon : définition du Littré (1872-1877)

PLANÇON (plan-son ou plan-tar) s. m.
  • 1Branche de saule, de peuplier, d'osier, etc. qu'on sépare du tronc pour la planter en terre et en former une bouture.
  • 2 Terme de charpente. Grand corps d'arbre qu'on refend à la scie.

HISTORIQUE

XIIIe s. Deus hastiers [broches] firent de plançons De codre [coudrier], et enz les ont boutez, 922.

XVe s. Qui les suivoient à plançons [épieu] et à bourlets [massues], Froissart, I, I, 133.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PLANÇON.
1Ajoutez : On distingue deux sortes de boutures : la bouture en plançon et la bouture à bois de deux ans… le plançon ne réussit bien qu'avec les saules de grande taille, le saule blanc, le saule osier… c'est une branche de 3 à 4 mètres de haut sur 5 centimètres environ de diamètre ; on la dépouille de tous ses rameaux et on la taille en biseau aux deux bouts… on se sert des plançons pour établir des têtards, G. Bagneris, Manuel de sylvic. p. 283, Nancy, 1873.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « plançon »

Étymologie de plançon - Littré

Prov. planso ; bas-lat. plancio ; dérivé du lat. planta, plante, arbre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de plançon - Wiktionnaire

Du latin populaire *plantio. (1100-50) plançun.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « plançon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plançon plɑ̃sɔ̃ play_arrow

Traductions du mot « plançon »

Langue Traduction
Corse pianonu
Basque planon
Japonais planon
Russe планируете
Portugais planon
Arabe تخطط ل
Chinois 打算
Allemand einplanen
Italien intenzione di
Espagnol planear en
Anglais planon
Source : Google Translate API

Synonymes de « plançon »

Source : synonymes de plançon sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires