La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « palanquin »

Palanquin

Définitions de « palanquin »

Trésor de la Langue Française informatisé

PALANQUIN1, subst. masc.

Siège ou litière porté à bras d'hommes, parfois à dos de chameau ou d'éléphant, en usage dans les pays orientaux. Se faire porter dans un palanquin, en palanquin. Les élégantes voitures de Londres se croisent avec les palanquins et les caravanes sur les chemins du Tigre et de l'Éléphant (Chateaubr.,Voy. Amér. et Ital., t.1,1827,p.lvj).C'était aussi une chose fort pittoresque que les nombreux palanquins de femmes, appareils singuliers, figurant un lit surmonté d'une tente et posé en travers sur le dos d'un chameau (Nerval, Voy. Orient, t.1, 1851, p.219).Les Américains de la période pré-colombienne se servaient de palanquins dans leurs voyages (...). En Orient, on fait encore appel à des moyens de ce genre (Albitreccia, Gds moyens de transp., 1931, p.6).
Prononc. et Orth.: [palɑ ̃kε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1610 pallanquin «litière portée à bras d'hommes» (en Orient) (Hist. de la navigation de Iean Hugues de Linscot Hollandois et de son voyage es Indes Orientales [trad. du lat., adapt. d'un texte néerl.], p.35 ds Arv., p.383); 1611 palanquin (F. Pyrard, Discours du Voyage des François aux Indes Orientales, p.216, ibid., p.384); 2. 1833 «abri léger posé sur le dos d'un éléphant ou d'un chameau» (Quinet, Ahasvérus, XI, p.116). Empr. au port. palanquim «id.» (dep. 1545, F. Pinto ds Dalg.; d'abord palanque en 1535, Chronica de Bisnaga, ibid.; la forme d'abord att. en fr., supra 1610, a été transmise par des textes néerl. et lat.), lui-même empr. à l'indo-aryen pālakī , empr. au skr. palyaṅka , paryaṅk (Dalg., loc. cit.). Arv., p.383, signale en 1571 (Rec. des plus fraisches lettres, escrittes des Indes Orientales, trad. d'Ital. en Fr., p.25) planchin adapt., d'apr. planche* [ital. palanca], de l'ital. palanchino, empr. au portugais. Fréq. abs. littér.: 63.

PALANQUIN2, subst. masc.

MAR. ,,Petit palan de bout de vergue servant à relever le bas des voiles, pendant qu'on y prenait des ris, pour que la voile ne soit pas raide`` (Le Clère 1960). Palanquin de ris (Gruss 1952). Pour prendre un ris, on commence par peser les palanquins pour rapprocher de la vergue les extrémités des filières de ris, que l'on amarre solidement sur la vergue par une empointure (Galopin, Lang. mar.,1925, p.69).
Prononc.: [palɑ ̃kε ̃]. Étymol. et Hist. 1639 (E. Cleirac, Explication des termes de marine, p.40 ds Vidos, p.503). Empr. à l'ital. palanchino «petit palan» (dep. 1612, A. Falconi ds Tomm.-Bell.; cf. lat. médiév. paranchinus att. à Gênes en 1248 ds Jal), dér. dimin. de palanco (palan*; v. Vidos, loc. cit.). Bbg. Hope 1971, p.297.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

palanquin \pa.lɑ̃.kɛ̃\ masculin

  1. (Marine) Petit palan de bout de vergue servant à relever le bas des voiles, pendant qu'on y prenait des ris, pour que la voile ne soit pas raide.

Nom commun 1 - français

palanquin \pa.lɑ̃.kɛ̃\ masculin

  1. Sorte de chaise, de litière, portée par des hommes ou par des animaux et dont les personnes importantes se servent, dans l’Inde et en Chine, pour se faire transporter d’un lieu à un autre.
    • Se faire porter dans un palanquin.
    • Un riche palanquin.
    • Maintenant, dit Corcoran, que Sita monte dans son palanquin, et que l'éléphant soit retenu sous bonne garde, hors de la portée des balles, et en avant sur ce maudit Robarts! — (Alfred Assolant, Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, 1867)
    • Le troisième s’appelait La Chasse au tigre et montrait un éléphant portant un palanquin, aux prises avec un énorme fauve qu’il avait saisi avec sa trompe. — (Georges Perec, Un cabinet d’amateur, 1979, Le Livre de Poche, pages 55-56)
    • Chantant et ramant, ils arrivèrent au rivage où les soldats portèrent trois palanquins tout en battant du tambour et en agitant les pavillons. — (Le Courrier du Vietnam, Le pêcheur du lac Céleste, lecourrier.vn, 24 octobre 2020)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PALANQUIN. n. m.
Sorte de chaise, de litière, que des hommes portent sur leurs épaules et dont les personnes considérables se servent, dans l'Inde et en Chine, pour se faire transporter d'un lieu à un autre. Se faire porter dans un palanquin. Un riche palanquin.

Littré (1872-1877)

PALANQUIN (pa-lan-kin) s. m.
  • Litière dans laquelle les riches Indiens se font porter sur les épaules de leurs serviteurs. C'était en palanquin que les officiers marchaient à l'ennemi, Raynal, Hist. phil. I, 24. Il lui donna, pour le porter à Jagrenat, un palanquin à tendelets de soie cramoisie, à glands d'or, avec deux relais de vigoureux coulis ou porteurs, Bernardin de Saint-Pierre, Chaum. ind.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « palanquin »

Siamois, banlangko, du pâli pallangka, qui vient du sanscrit paryanka, bois de lit, lit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) Du portugais palanquim, de palanque, ultimement du sanskrit पल्यङ्क, paly-aṅka.
(Nom 2) De l’italien palanchino (« petit palan »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Nom 1) Du portugais palanquim, de palanque, ultimement du sanskrit पल्यङ्क, paly-aṅka.
(Nom 2) De l’italien palanchino (« petit palan »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « palanquin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
palanquin palɑ̃kɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « palanquin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « palanquin »

  • - Le palanquin - La Croix, Sujets agenouillés, palanquin doré, les acteurs des funérailles royales en Thaïlande
  • Couronné samedi, et porté à dos de soldats sur un palanquin royal devant son peuple dimanche à Bangkok, le monarque thaïlandais doit maintenant démontrer qu’il sera à l’écoute de son pays Le Temps, En Thaïlande, le nouveau roi face à son peuple - Le Temps
  • À l’aide d’une scénographie qui ne manque pas d’audace, de textes de salles clairs et de quelques bornes multimédias, le propos, qui pourrait paraître abscons aux néophytes, se dévoile avec clarté. Sous une structure légère évoquant un palanquin, est exposé le goût des amateurs du début du XVIIIe siècle. Depuis les célèbres ambassades de Siam auprès de Louis XIV dans les années 1680, l’Asie attise la curiosité et les fantasmes des gens de la cour. Récits de voyages, témoignages de jésuites et recueils d’histoire se multiplient sur la Chine, mais la région demeure une terra incognita des expéditions européennes. Malgré tout, un canal commercial s’ouvre entre la France et la Chine, avec l’ouverture en 1685 à Canton d’un comptoir de la Compagnie française des Indes orientales. À Lorient, les navires de la compagnie déchargent des caisses remplies d’objets, de laques, de porcelaines et de papiers peints, et quelques-unes de ces pièces vont faire partie de la collection d’un certain François Boucher. Sous le palanquin, une cinquantaine d’objets, venus de toute la France, évoquent les quelque 700 objets chinois retrouvés dans la vente après décès de la collection de Boucher, une collection depuis longtemps dispersée mais étudiée en détail dans le catalogue de l’exposition. Réunion inédite depuis le XVIIIe siècle, la suite complète des six tapisseries de la « Tenture chinoise », venues de France et du Palazzo Reale de Turin, est présentée en regard des esquisses de Besançon. Ce sont en réalité des compositions européanisées à partir de motifs chinois, à l’image de ce que peint Antoine Watteau vers 1710 au château de la Muette pour la famille d’Armenonville. Là encore, une réunion exceptionnelle de deux peintures de Watteau, réapparues en 1996 et 2009 et conservées en collection particulière à New York, illustre le décor à la chinoise exécuté par Watteau pour l’intérieur du château. Un décor gravé vingt ans plus tard par Boucher qui a sans nul doute influencé la manière dont le même transcrit les motifs chinois dans la peinture française, évitant tout effet grotesque. Moment fort du parcours, une salle intimiste abrite Le Déjeuner (1739, Louvre), La Toilette (1742, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid), La Gimblette (1745, Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe) et Femme sur son lit de repos (1743, The Frick Collection, New York). Soit quatre des plus célèbres scènes galantes de Boucher, où l’Asie joue un rôle omniprésent mais périphérique. Dans ces scènes d’intérieur, la passion de Boucher pour les objets décoratifs vendus par les marchands merciers est évidente. « Toute sa carrière, Boucher reste proche de l’univers de la boutique », résume Yohan Rimaud. Le Journal Des Arts, Les chinoiseries de François Boucher - 13 février 2020 - Le Journal des Arts - n° 539
  • Parmi les immanquables de l’exposition : une large sélection de souliers sont présentés, dont certains jamais exposés, des pièces patrimoniales iconiques comme ses escarpins à boucle de 1993 décorés d’une pensée, modèle sur lequel il peindra à la main et au vernis à ongles sa première semelle rouge. Des modèles cultes aux côtés d’œuvres exclusives. Regardez un peu cette salle aux sculptures gainées de cuir – le corps modelé n’est autre que celui de son amie Arielle Dombasle – réalisées par le duo d’artistes anglais Whitaker et Malem et déclinées selon les couleurs de la collection des Nudes, comme autant de carnations différentes, les vitraux réalisés par la Maison du Vitrail, un cabaret Bhoutanais sculpté avec un hologramme de l’effeuilleuse Dita Von Teese, une salle fétichiste aux images glamour réalisées par David Lynch, sans oublier ce palanquin d’argent façonné à Séville, entouré de cierges monumentaux et de fleurs, où trône en guise d’icône un stiletto géant taillé dans un bloc de cristal, nous rappelant non sans humour le culte voué au soulier d’aujourd’hui. Une ode à l'escarpin dans une scénographie éblouissante. , Christian Louboutin expose ses escarpins au Palais de la Porte Dorée | Arts in the City

Traductions du mot « palanquin »

Langue Traduction
Anglais palanquin
Espagnol palanquín
Italien palanchino
Allemand sänfte
Chinois 轿子
Arabe بالانكوين
Portugais palanquim
Russe паланкин
Japonais パランキン
Basque palanquin
Corse palanquin
Source : Google Translate API

Synonymes de « palanquin »

Source : synonymes de palanquin sur lebonsynonyme.fr

Palanquin

Retour au sommaire ➦

Partager