Ouaille : définition de ouaille


Ouaille : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OUAILLE, subst. fém.

A. − Vx. et région. (Centre, Ouest et Sud-ouest). Mouton, et plus particulièrement brebis. Garder les ouailles. Une chienne de berger de la Bigorre venu hiverner avec ses ouailles, à la chute des neiges (Pesquidoux, Chez nous, 1923, p.160).Un autre berger (...) regardait passer les moutons. Il avait dû, tout à l'heure, pousser les ouailles du genou pour sortir du flot qui l'emportait (Giono, Gd troupeau, 1931, p.22):
1. C'est un usage de nos contrées que de faire paître ainsi les brebis à la rosée du soir, de la mi-juillet à la fin de septembre (...) on appelle cela sereiner les ouailles. Nous avons conservé ce vieux mot; et si vous alliez parler de brebis chez nous, personne ne vous comprendrait... Sand, Jeanne, 1844, p.375.
B. − P. anal.
1. Littér. ou plais., le plus souvent au plur. Personne ou ensemble de personnes placée(s) sous la direction d'un pasteur spirituel. Synon. fidèle, paroissien.Le curé et ses ouailles; avoir soin de ses ouailles; veiller sur ses ouailles. Messire, Jean Chouart était bonhomme, tout à son bréviaire, à ses ouailles (Courier, Pamphlets pol., Au réd. «Censeur», 1819, p.26).[Le docteur] avait dû déjà, se mesurer avec le curé pour la conquête d'une ouaille (Mauriac, Baiser Lépreux, 1922, p.204).Le rabbin peut être (...) arbitre dans les divers conflits qui viennent à surgir parmi ses ouailles (Weill, Judaïsme, 1931, p.130).
2. P. ext. Adepte, partisan. Avec Béranger resté fidèle à son rôle, c'est l'esprit du siècle qui triomphe, et qui a bon marché, à la longue, des récalcitrants. Béranger sent bien qu'il représente en personne ce malin esprit, et il soigne ses ouailles (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t.2, 1850, p.305):
2. Curieux apôtre [J.-J. Rousseau], qui, dans le délabrement des disciplines religieuses et sociales, n'a plus manqué depuis deux siècles de découvrir ses ouailles, et, tout bien compté, a contribué autant qu'aucun sait, à rendre aux hommes et aux purs aussi bien qu'aux impurs, le sens de la vie intérieure. Guéhenno, Jean-Jacques, 1952, p.164.
Prononc. et Orth.: [wɑ:j], [waj]. Littré, DG, Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930, Pt Rob., Warn. 1968: [-ɑ:] mais Lar. Lang. fr.: [-a-]. Att. ds Ac. dep.1694. Étymol. et Hist. 1. 1160-74 oaille «brebis» (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 1658); xives. [ms.] ouaille (Clef d'Amour, ms. BN fr. 4531, fol. 82d, éd. A. Doutrepont, 2681); 2. ca 1240 owayles plur. «fidèles» (Miracles Ste Vierge, 2 coll. angl.-norm., 9, 139 ds T.-L.); 1541 [éd.] ouailles «id.» (Marot, Sermon tresutile et salutaire du bon pasteur, foA 2 vo). Altération, par substitution de suff., de l'a. fr. oeille «brebis» (1remoitié du xiies., Psautier d'Oxford, 64, 14 ds T.-L.), du b. lat. ovicula, proprement «petite brebis» et ext. «brebis», dimin. de ovis «brebis» (maintenu dans le roum. oaie «brebis»), v. pour l'hist. du lat. ovis, l'étymol. de mouton. Au sens fig. (déjà, sous la forme üeiles (plur.) en 1176, Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 489 ds T.-L.), d'apr. la parabole évangélique du bon et du mauvais pasteur [Jean X]. Fréq. abs. littér.: 93.

Ouaille : définition du Wiktionnaire

Nom commun

ouaille \waj\ féminin

  1. (Vieilli) Brebis.
    • Nulle hâte dans cette activité : il mâchonne la corde comme l'ouaille un carré d’herbe – sans notion d’évasion, simplement pour ôter l’entrave. — (Hubert Haddad, Palestine, Zulma, 2007, page 26.)
    • Dans nos pays on n’a, par troupeaux, que des ouailles, et ma vision était d’animaux d’une autre couleur et d’une autre mesure. — (George Sand, Les Maîtres sonneurs, George Bell and sons, 1908, page 39)
    • Ceux qui passaient par la lande où il pacageait, voyaient de loin le garçon un livre au poing au milieu de ses ouailles. — (Henri Pourrat, Gaspard des montagnes, 5e veillée : 1re pause, 1922, Éditions Albin Michel, 2006)
    • Nus comme pour un marché d’ouailles, bousculés, maniés, retournés, mensurés, grelottant sous l’œil du gendarme, vous fûtes les animaux que la patrie achète sans payer. — (Laurent Tailhade, Discours pour la Paix, Lettre aux conscrits, L’Idée libre, 1928, p. 21-30)
  2. (Figuré) (Au pluriel) Les chrétiens par rapport à leur pasteur, à leurs supérieurs spirituels.
    • Les temps étaient bien changés, mais de ferventes ouailles s’étaient prosternées devant la statue, avaient renoué les liens rompus par les ans, capté, en quelque sorte, la Vierge dans un filet de prières […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915.)
    • D’autre part, cette mansuétude et cette bonté vraiment chrétiennes lui avaient assis, parmi les ouailles, une solide réputation de brave et d’honnête homme, […]. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921.)
    • En 1545, l’évêque de Strasbourg interdit à ses ouailles de contracter des prêts hypothécaires chez des juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937.)
    • Intérieurement, le prêtre se réjouissait : il allait regrouper ses ouailles pas tellement impies, en vérité. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958.)
  3. (Par extension) (Au pluriel) Personnes dont on a la charge.
    • Oui, berger, comme votre Révérence, comme le roi, notre maître, ou comme notre saint-père le pape, sauf que mes ouailles sont des lapins. — (Charles Deulin, Manneken-Pis.)
    • Excusez-moi, il faut que je m’occupe de mes ouailles, nous dit l’institutrice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ouaille : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OUAILLE. n. f.
Vieux mot qui signifiait Brebis. Il ne s'emploie plus que figurément et au pluriel, pour désigner les Chrétiens par rapport à leur pasteur, à leurs supérieurs spirituels. Un bon pasteur a soin de ses ouailles. Cet évêque a consacré tout ce qui lui restait de forces au bien de ses ouailles.

Ouaille : définition du Littré (1872-1877)

OUAILLE (ou-â-ll', ll mouillées, et non ou-â-ye) s. f.
  • 1Brebis (vieux en ce sens, qui est le sens propre). Il [M. de Coulanges], aimerait mieux paître ses ouailles à Grignan ; mais il ne sait de quel côté il tournera, Sévigné, 26 juin 1675.
  • 2 Fig. Chrétien, par rapport au supérieur spirituel. Pressé de tendresse et de compassion pour ses ouailles, Fléchier, Panég. II, 333. Si Dieu lui-même ici de son ouaille sainte à ces loups dévorants n'avait caché les os, Boileau, Poés. div. XXII. Les pasteurs ont tenu ferme, mais les ouailles se sont dispersées, et les orateurs voisins en ont grossi leur auditoire, La Bruyère, XV. Vous devriez bien abandonner vos ouailles quelques moments, pour venir converser dans un château où il n'y a pas une ouaille, Voltaire, Lett. à M. Vernes, sept. 1766.

    Par antiphrase. Satan… Endoctrina, gouverna son ouaille, Voltaire, Crépinade.

  • 3 Fig. et familièrement. Femme qui demeure dans quelque lieu clos, sous quelque autorité. Pauvres gens qui n'ont pas l'esprit De garder du loup leur ouaille, La Fontaine, Cand. Qui fut bien pris ? ce fut la feinte ouaille [homme déguisé en femme], La Fontaine, Lun. Pour me ravoir il prit les armes… Il arrive aux bords du Méandre… à ses attraits, à son air tendre On ne manqua pas de le prendre Pour une ouaille du bercail [un harem], Voltaire, les Trois man.

HISTORIQUE

XIIe s. Deus vus ad comandé sun berzil à guarder ; Et s'il est vostre oeille, vus le devez mener, Th. le mart. 29. Pur quei es ici venuz, e pur quei as guerpi ces poi de uweilles al desert ? Rois, p. 65.

XIIIe s. Riens [il] ne vaut d'armes de son cors ; Si est si biaus, si granz, si fors, Que moult bien samble une merveille, Et si ne vaut pas une oeille, Lai du conseil.

XIVe s. Ou comme seroit sacrifier une chievre ou deus ouailles, Oresme, Eth. 156.

XVIe s. À proprement entrelasser les clayes, Pour les parquets des ouailles fermer, Marot, I, 220. Il a bien dit, je cognoy mes ouailles, Et elles moy, et ouvrent les oreilles Pour escouter ma divine parole, Marot, I, 264. Les ouailles requierent les pastis les plus delicats et plus eslevés, haïssans du tout les marescages, De Serres, 315. Chacune ouaille cherche sa pareille, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 190.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Ouaille : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

OUAILLE, s. f. (Gramm.) troupeau de brebis. Il ne se dit guere qu’en figure : ce qui rend plaisant le mot d’une femme de campagne, qui disoit à son curé : « Il faut que j’aille à mes ouailles, comme vous aux vôtres ».

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ouaille »

Étymologie de ouaille - Littré

Deux-Sèvres, ouaille, brebis ; Berry, oueille ; provenç. ovella, ovelha, oveilla, oelha ; esp. oveja ; port. ovelha ; du lat. ovicula, diminutif de ovis, brebis.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de ouaille - Wiktionnaire

De l’ancien français oeille (« brebis »), du bas latin ovĭcŭla, diminutif de ovis (« brebis »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ouaille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ouaille waj play_arrow

Citations contenant le mot « ouaille »

  • Après avoir été réveillés au petit matin par la douce rosée venant glacer les pieds et étriper le visage de froid, on se lève finalement en milieu de matinée. Histoire de ne pas avoir fait le voyage pour rien, on entame la journée par un petit déjeuner sain : bières / céréales. La journée se poursuit sur des parties de caps ou de palets, des rencontres, des rires et des verres en tout genre. Au fil des échanges, on apprend dans la journée que le terme "ouaille" dans le nom du festival signifie en fait "brebis" et qu’il y a une bonne raison à ce jeu-de-mots. À l’orée du camping et près de la salle des concerts se trouve un parc touristique animalier appelé Parc Mouton Village et celui-ci est accessible gratuitement aux festivaliers le temps du week-end (au lieu de 10 € l’entrée). Pour ne pas mourir bêtes, et accompagnés d’un groupe de festivaliers rencontrés dans l’après-midi, on se rend à cette attraction originale (photo). Un peu hébétés par nos découvertes, on erre dans 6 hectares de paysages arborés où une vingtaine de races de moutons, en plus de chèvres, cochons, lapins, alpaga, âne… se côtoie. On y croise des personnes âgées visitant le parc en groupe alors que tout un pan donne directement sur le camping du festival. Le spectacle est saisissant et assez amusant. Sur le chemin du camping, on s’arrête au coin Off où se trouve un petit espace chill sous chapiteau avec des canapés, des food trucks, des planches de cornhole, un sound system et même un laser game (c’est véridique) ! On n’a pas le temps de s’ennuyer. , Ouaille’Note ? 2019, à la découverte d’un petit festival champêtre - Tous les Festivals
  • L'humilité chrétienne est prêchée par le clergé et pratiquée par les ouailles. De Bertrand Russell

Traductions du mot « ouaille »

Langue Traduction
Corse ouaille
Basque ouaille
Japonais ウアイユ
Russe ouaille
Portugais ouaille
Arabe اويل
Chinois 瓦耶
Allemand ouaille
Italien ouaille
Espagnol ouaille
Anglais ouaille
Source : Google Translate API

Synonymes de « ouaille »

Source : synonymes de ouaille sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires