La langue française

Mousquet

Définitions du mot « mousquet »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOUSQUET, subst. masc.

HIST. DE L'ARM. Arme à feu portative (qui succéda à l'arquebuse et précéda le fusil) en usage dans l'infanterie du xveau xviiesiècle, que l'on fixait au sol sur une petite fourche et que l'on allumait à l'aide d'une mèche. Gros, petit mousquet; balle, coup de mousquet; canon de mousquet; charger, décharger un mousquet; manier le mousquet. François Iervouloit ressusciter la chevalerie parmi les porteurs de mousquets et d'arquebuses (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist.,t. 4, 1831, p. 260).Six générations auparavant, le fusil de chasse était à l'honneur dans la maison. Après le mousquet apporté de France et le fusil à bourre (Guèvremont, Survenant,1945, p. 75):
Vis-à-vis le quai de la Grève, des jeunes gens armés de mousquets s'installaient chez des femmes pour tirer. L'un d'eux avait un mousquet à rouet. Ils sonnaient, entraient, et se mettaient à faire des cartouches. Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 286.
Mousquet à mèche, à serpentin, de rempart (Ac. Compl. 1842); mousquet à fusil*; mousquet biscaïen, synon. de biscaïen (v. ce mot II B 1 a).
Mousquet à rouet. Mousquet à pierre dont la mise à feu s'opérait à l'aide d'un rouet d'acier. V. ex. supra.
Locutions
À (une) portée de mousquet. Aussi loin qu'un mousquet peut porter. Le soir ils s'enhardirent et vinrent à portée de mousquet, tourner autour du retranchement (Gobineau, Nouv. asiat.,1876, p. 216).Je me trouvais voyager dans les Flandres, toute une journée, en chaise publique, dans le vis-à-vis d'une femme du commun, (...) à deux ou trois portées de mousquet de Louvain, (...) je m'avisai de ses ongles (Audiberti, Mal court,1947, i, p. 144).
Porter le mousquet. Être soldat dans l'infanterie. L'intendant, qu'on avait cru mort apparemment, et qu'on apprend qui porte, frais et gaillard, le mousquet dans la garnison d'Hesdin (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 451).
Proverbe, fam., vx. Crever comme un (vieux) mousquet. Mourir par excès de table, par débauche ou par excès d'embonpoint; mourir subitement et stupidement. Cent sous contre dix que, si son dépérissement continue, avant un mois le patron aura crevé comme un mousquet! (Sue, Myst. Paris,t. 8, 1843, p. 279).Voilà ce pauvre bougre de d'Arcet (...) qui a crevé au Brésil comme un mousquet, au moment où il touchait à la fortune (...); il meurt tout d'un coup dans son lit par l'explosion d'une lampe à gaz (Flaub., Corresp.,1847, p. 10).
Prononc. et Orth. : [muskε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1568 mosquet (Arch. municipales de Bayonne, Reg. fr., I, 162 d'apr. K. Baldinger ds R. Ling. rom. t. 20, p. 83); 1571 mousquet (Inventaire des pièces d'artillerie des duchés de Lorraine et de Bar ds Journal de la Soc. d'archéol. lorraine, 1869, p. 109). Empr. à l'ital. moschetto, nom donné à une arme à feu portable dep. début xvies. (Sanudo ds Batt.), masc. formé sur moschetta « flèche de l'arbalète » (dep. début xives., Cino da Pistoia, ibid.), issu p. compar. de moschetta « petite mouche », dér. dimin. de mosca (mouche*). Fréq. abs. littér. : 93. Bbg. Hope 1971, p. 211.

Wiktionnaire

Nom commun

mousquet \mus.kɛ\ masculin

  1. Arme à feu qui était en usage avant le fusil et qu’on faisait partir au moyen d’une mèche allumée.
    • Oui-da ! répondit Fergusson ; mais ils seraient à bonne portée aussi, et notre Victoria offrirait un but trop facile aux balles de leurs longs mousquets. — (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
    • Une sentinelle, le mousquet au bras et enveloppée dans son manteau, se promène le long du rempart. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Les terribles prêcheurs de Seize, les moines qui portaient le mousquet aux processions de la Ligue, s'humanisent tout à coup ; les voilà devenus bénins. C'est qu'il faut bien essayer d’endormir ceux qu'on n'a pas pu tuer. — (Jules Michelet, Le prêtre, la femme, la famille, Paris : Chamerot, 1862 (8e éd.), p.17)
  2. (Héraldique) (Rare) Meuble représentant l’arme du même nom dans les armoiries. Il est généralement représenté comme un fusil ancien. Ce meuble fait référence à la chasse ou la guerre.
    • D’azur, à deux mousquets passés en sautoir brochant sur une rapière, le tout d’or, qui est de l’École de Guerre du Nord (Suède) → voir illustration « armoiries avec 2 mousquets »
  3. (Héraldique) Support utilisé comme ornement extérieur d’armoiries. Il est généralement représenté par paire et passés en sautoir.
    • D’argent à une aigle d’azur, armée, membrée, becquée et lampassée de gueules. L’écu brochant sur deux mousquets d’or passés en sautoir, qui est de la Brigade Värmland (Suède) → voir illustration « mousquets comme support d’écu »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOUSQUET. n. m.
Arme à feu qui était en usage avant le fusil et qu'on faisait partir au moyen d'une mèche allumée.

Littré (1872-1877)

MOUSQUET (mou-skè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des mou-skè-z armés ; mousquets rime avec traits, paix, succès, etc.) s. m.
  • Arme à feu qui était en usage avant le fusil, et qu'on faisait partir au moyen d'une mèche allumée. M. le duc de Villeroy eut avant hier deux boutons de son juste-au-corps emportés d'un coup de mousquet à la tranchée, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 331, dans POUGENS. Laissez-là ces mousquets trop pesants pour vos bras, Boileau, Ép. IV.

    Porter le mousquet, être soldat dans l'infanterie. Oh ! par ma foi, monsieur le docteur, vous aurez la bonté de porter le mousquet dans le régiment de Champagne, Dancourt, la Gazette, sc. 10. M. de Charost avait porté le mousquet en Hollande sous mon grand-père, Saint-Simon, 10, 118.

    Crever comme un vieux mousquet, ou, simplement, crever comme un mousquet, mourir d'excès de table, d'un excès d'embonpoint.

HISTORIQUE

XVIe s. …Car les hommes plus forts Sont aujourd'hui tuez d'un poltron en cachette à coups de harquebouze, ou à coups de mousquette, Ronsard, 936. Les mousquets poitrinals, que l'on ne couche en joue, à cause de leur calibre gros et court, mais qui se tirent de la poitrine, Paré, Préf. IX. Les deux armées se mirent en bataille, l'une deçà, l'autre delà, à une bonne portée de mosquet seulement, Lanoue, 885. Il fit incontinent armer de mousquets de fonte trois pattaches, D'Aubigné, Hist. II, 448.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOUSQUET, s. m. c’est dans l’Art militaire une arme à feu qui étoit en usage dans les troupes avant le fusil, montée de même sur un fût ou bâton, & qui se portoit également sur l’épaule.

Le mousquet differe du fusil, en ce qu’au lieu de la pierre dont on se sert pour faire prendre feu à cette derniere arme, on se sert de meche dans la premiere.

Les mousquets ordinaires sont du calibre de 20 balles de plomb à la livre, & il, reçoivent des balles de 22 à 24. Le canon du mousquet est de trois piés huit pouces, & toute la longueur du mousquet monté est de cinq piés. Sa portée est de 120 jusqu’à 150 toises. Voyez Ligne de défense.

Le mousquet a une platine à laquelle est attachée le serpentin, avec le ressort ou gachette qui le fait mouvoir & le bassinet.

le serpentin tient à la platine par le moyen d’une vis : son extrémité en dehors a deux especes de feuilles formées par une tête de serpent, propres à retenir fixement, à l’aide d’une vis, la meche avec laquelle on met le feu au mousquet. C’est cette tête de serpent qui fait donner à cette piece le nom de serpentin. La partie du serpentin qui se trouve engagée sous la platine, forme une petite gâchette où va répondre la clé. Cette clé est un morceau de fer dispose en équerre ou manivelle, dont un côté tient à la gâchette du serpentin, l’autre se tire avec la main, pour faire tomber la meche du serpentin sur le bassinet, & faire ainsi partir le mousquet.

Le bassinet est fait de quatre pieces de fer posées en saillie sur la platine, vis-à vis la lumiere ou la petite ouverture faite au canon du mousquet pour lui faire prendre feu par le moyen de l’amorce renfermée dans le bassinet. La petite piece inférieure taillée en creux pour recevoir cette amorce, est proprement le bassinet ; celle de dessus s’appelle sa couverture ; la troisieme piece est le garde-feu, & la quatrieme est la vis qui les tient toutes ensemble.

L’équipage du mousquet est à-peu-près le même que celui du fusil, voyez Fusil.

Les mousquets ont été en usage dans les troupes immédiatement après les arquebuses : on en savoit faire dès le tems de François I. car le P. Daniel nous apprend dans son histoire de la milice françoise, qu’au cabinet d’armes de Chantilly on en voyoit un marqué des armes de France avec la salamandre, qui étoit la devise de ce prince. Cependant Brantome prétend que ce fut le duc d’Albe qui les mit le premier en usage dans les armées, lorsque sous le regne de Philippe II. il alla prendre le gouvernement des Pays-Bas, l’an 1567 ; mais cela veut dire seulement, dit l’auteur que nous venons de citer, qu’il les mit plus à la mode qu’ils n’avoient été jusqu’alors, & qu’avant lui on s’en servoit plus rarement, au-moins en campagne.

Les soldats qui étoient armés de mousquets étoient appellés mousquetaires, & c’est cette arme dont les deux compagnies de mousquetaires de la garde du roi furent d’abord armées en France, qui leur a fait donner le nom de mousquetaires, de la même maniere que le premier corps de troupes armé de fusils fut d’abord appellé fusiliers : c’est aujourd’hui le régiment royal-artillerie.

On s’est servi de mousquets dans les troupes jusqu’en 1604 ; mais peu de tems après cette année on leur substitua le fusil. Il y eut différens sentimens, dit M. le maréchal de Puiségur, dans son traité de l’art de la guerre, lorsqu’il fut question de faire ce changement. On disoit qu’avec le mousquet on faisoit plus long-tems feu qu’avec le fusil, qu’il manquoit beaucoup moins de tirer, au lieu que la batterie de fusil étoit sujette à ne pas faire feu, & qu’elle ne pouvoit durer long-tems. Mais s’il est vrai que le mousquet a cet avantage sur le fusil, il est certain aussi que quand la batterie du fusil n’a pas fait feu, on le remet dans le même instant en état de tirer ; il n’en étoit pas de même du mousquet : car outre le tems qu’il falloit pour remettre la meche sur le serpentin, pour la bien faire tenir, la compasser (c’est-à-dire l’arranger de maniere pour qu’elle tombât sur le milieu du bassinet), la souffler, puis souffler sur le bassinet, & ensuite l’ouvrir, s’il faisoit du vent, la poudre n’y restoit pas ; s’il pleuvoit, elle étoit mouillée dans l’instant : mais en faisant abstraction de tous ces inconvéniens, si la meche n’étoit pas bien serrée & bien allumée, on donnoit plusieurs coups de clé sans que la poudre prit ; comme il restoit de la cendre de cette meche dans le bassinet, il falloit attendre qu’elle fût bien éteinte avant que de remettre le mousquet en état de tirer, crainte que l’amorce ne le fît partir. On voit par cet exposé que le mousquet avoit bien des inconvéniens dans le service, lesquels n’étoient point compassés par sa plus grande durée que le fusil. Car comme toutes les actions de campagne demandent plûtôt un feu vif & promptement redoublé qu’un feu lent & de plus de durée, & qu’on tire aisément deux coups de fusil contre un coup de mousquet, il s’ensuit que ce n’est pas sans raison qu’on a donné la préférence au fusil sur le mousquet.

M. de Vauban avoit proposé des armes qui au moyen d’une platine de fusil & de mousquet auroient réuni les avantages de ces deux armes. Il y a eu quelques troupes qui en ont été armées, entr’autres la premiere compagnie du régiment de Nivernois, vers l’an 1688 ; mais cette invention n’a pas été suivie. Voyez Fusil-mousquet.

Mousquet biscayen, c’est dans l’Art militaire un mousquet renforcé, plus long & d’un plus grand calibre que le mousquet ordinaire, & qui porte plus loin. Cette espece de mousquet est susceptible d’une plus grande charge que les autres, parce que l’épaisseur du canon à la culasse le met en état de résister davantage à l’effort de la poudre. Ces mousquets peuvent être fort utiles dans une place de guerre, de même que les fusils des boucaniers. Voyez Armes Boucaniers. On peut s’en servir pour éloigner l’ennemi des ouvrages de la place, & pour tirer sur ceux qui viennent les reconnoître. Comme on se sert de meche pour tirer le mousquet, il est d’un usage moins commode que le fusil ; mais on rendroit le mousquet biscayen plus utile en lui substituant une platine de fusil à la place de celle de mousquet, parce qu’avec un fusil un bon tireur qui manque rarement de tuer, peut choisir les officiers & les soldats les plus hardis. On ne doit point s’arrêter aux avantages de la meche : des batteries aussi fortes que l’exigent les mousquets ou fusils dont il s’agit ici, ratent très-rarement ; leurs pierres ne s’usent d’ailleurs que très-peu, & elles ne se cassent point. Voyez Mousquet & Fusil.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mousquet »

(XVIe siècle) De l’italien moschetto, masculin de moschetta (« flèche de l’arbalète », « petite mouche »), diminutif de mosca (« mouche ») → voir faire mouche (« atteindre le but »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. mosquai ; wallon, mousket, muskète ; espagn, mosquete ; ital. moschetto. Ce n'est pas autre chose que le mousquet, mosquet, émouchet, sorte d'épervier (voy. ÉMOUCHET). On sait combien il est commun de donner des noms d'animaux aux armes, par exemple les fauconneaux, les couleuvrines.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mousquet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mousquet muskɛ

Citations contenant le mot « mousquet »

  • Le père de la Nouvelle-France, le grand Champlain, communiait, ému. Il portait un pourpoint dont les boutons étincelaient au soleil et des hauts-de-chausses brodés; fleuret et mousquet, qui rappelaient les innombrables dangers qu’il devait sans cesse affronter, étaient sagement rangés dans leur fourreau. Journaldesvoisins.com, La première messe - Journaldesvoisins.com
  • Les Mousquetaires du Roi représentent l'un des corps qui compose la Maison militaire du roi de France. En 1622, Louis XIII détache de sa Garde cinquante cavaliers de la compagnie des « chevau-légers lanciers » (cavalerie légère armée de lances), pour former une unité d'élite indépendante. En 1634, le roi crée le grade de capitaine-lieutenant de la compagnie des mousquetaires, le titre de capitaine lui revenant : le premier commandement est assuré par le comte de Tréville, immortalisé par Alexandre Dumas. Futura, Qui étaient les Mousquetaires du roi ?
  • Depuis vendredi soir, la cité du bout du lac s’est plongée dans la vie quotidienne du 17e siècle avec de nombreuses animations en Vieille-Ville. Arquebusiers, hallebardiers, forgerons, artilleurs, cavaliers, tirs de mousquet, fifres et tambours ont animé les rues genevoises. , Les Genevois ont célébré leur victoire de 1602 sur les...
  • Le rôle des armes et technologies militaires dans le développement des empires européens constitue un sujet d’étude consacré à la fin des années 1980 par les travaux de l’historien Geoffrey Parker. Selon lui, l’amélioration des capacités de tir au canon sur mer, l’apparition du mousquet et d’une artillerie de campagne plus efficace, et la construction de forteresses entre 1500 et 1800 avaient été à l’origine d’une véritable « révolution militaire ». C’est cette « révolution » qui aurait donné aux Européens les moyens de la conquête impériale [1]. Dans Empire of Guns, Priya Satia revient sur le lien entre armes et impérialisme, à partir d’une étude se concentrant sur la circulation des mousquets et des fusils dans l’Empire britannique. , Impérialisme et armes à feu - La Vie des idées

Images d'illustration du mot « mousquet »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mousquet »

Langue Traduction
Anglais musket
Espagnol mosquete
Italien moschetto
Allemand muskete
Chinois 滑膛枪
Arabe بندقية قديمة
Portugais mosquete
Russe мушкет
Japonais マスケット銃
Basque moskete
Corse muscola
Source : Google Translate API

Synonymes de « mousquet »

Source : synonymes de mousquet sur lebonsynonyme.fr

Mousquet

Retour au sommaire ➦

Partager