La langue française

Mosquée

Sommaire

  • Définitions du mot mosquée
  • Étymologie de « mosquée »
  • Phonétique de « mosquée »
  • Citations contenant le mot « mosquée »
  • Images d'illustration du mot « mosquée »
  • Traductions du mot « mosquée »
  • Synonymes de « mosquée »

Définitions du mot mosquée

Trésor de la Langue Française informatisé

MOSQUÉE, subst. fém.

RELIG. Temple consacré au culte musulman. La mosquée bleue; grande mosquée; mosquée cathédrale; la mosquée de Sainte-Sophie. Nous étions munis tous de babouches de maroquin jaune pour nous chausser dans la mosquée; sans cela il aurait fallu ôter nos bottes (Lamart., Voy. Orient, t.2, 1835, p.381).Les muezzins, tout d'un accord, se mirent, du haut des mosquées, grandes et petites, à proclamer la prière d'une voix stridente et prolongée (Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p.246).Au vrai, le temple de nos coeurs était pareil à ces mosquées qui, du côté de l'Orient, restent béantes et se laissent divinement envahir par les rayons, les musiques et les parfums (Gide, Si le grain, 1924, p.498).
Prononc. et Orth.: [mɔske]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1351 musquette (J. Le Long, Voyages d'Oderic de Pordemone [trad. d'un texte lat. rédigé par le moine italien G. de Sotagna] p.81 d'apr. R. Arveiller ds Fr. mod. t.17, p.137); 1395 muscat (Voyage de Jérusalem du seigneur d'Anglure, 62 ds T.-L.); 1525-30 musquete (J. Thénaud, Le voyage et itinaire [sic] de oultre mer, p.76 d'apr. R. Arveiller, loc. cit.) − 1564, Ronsard, Nouvelles Poésies, L. II, 223 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t.12, p.183; 2. ca 1380 mesquite (J. Le Fèvre, La Vieille, éd. H. Cocheris, L. III, 5364) − 1654, L. Coulon ds Reinh., p.277; 3. 1423 mousquaie (G. de Lannoy, Rapports, éd. Ch. Potvin, p.104); 1457 musquée (B. de La Broquière, Voyage d'outremer, Advis et advertissement, éd. Ch. Schefer, p.18, d'apr. R. Arveiller, loc. cit.); 1550 Mosquée (J. Gassot, Le discours du voyage de Venise à Constantinople, p.10, ibid.). 1 empr. à l'ital. moscheta «mosquée» (dep. xives. d'apr. DEI; d'abord début xiiies. meschita chez Dante et lat. médiév. meskita ds Du Cange), lui-même empr. à l'esp. mezquita «id.» (dep. 1140, Cid; déjà lat. médiév. meschita fin xies.; v. Cor.-Pasc.), à l'orig. de 2 et empr., à l'époque de la 1reCroisade et par l'intermédiaire du gr. byz. μ α σ γ ι ́ δ ι ο ν ou de l'arménien mzkiṭ , à l'ar. masgid; 3 empr. à l'ital. moschea (dep. xves., L. Pulci ds Batt.), altération de moscheta. Les formes en -u- ont prob. été contaminées par musc.*, parfum dont les mosquées sont souvent imprégnées. V. Bl.-W.; D. Lopes ds Actes du XIVeCongrès des Orientalistes, Paris, 1907, 3epart., pp.246-258; FEW t.19, p.122; Hope, p.211. Fréq. abs. littér.: 511. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 752, b) 1309; xxes.: a) 749, b) 378. Bbg. Rupp. 1915, p.88. _ Vaganay (H.). Notes lexicogr. R. des Ét. rabelaisiennes 1911, t.9, p.116.

Wiktionnaire

Nom commun

mosquée \mɔs.ke\ féminin

  1. (Islam) Édifice où les musulmans s’assemblent pour la prière.
    • Celui qui, se trouvant à la Mecque, irait insulter aux cendres de Mahomet, renverser ses autels, et troubler toute une mosquée, se ferait empaler, à coup sûr, et ne serait peut-être pas canonisé. — (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • Près du cimetière musulman, s’élève une mosquée à double dôme, nommée Cheik el Hammal, où l’on reconnaît le droit d’asile à tout homme, même chrétien ou païen, qui, en s’y réfugiant, y a allumé une bougie. — (Arnauld Michel d'Abbadie, Douze ans de séjour dans la Haute-Éthiopie, 1868)
    • Au milieu du terrain vague et aride qui touche d’un côté à la muraille grise de la ville et à la Porte de Lambèse, et de l’autre aux premières pentes de la montagne, la mosquée s’élevait solitaire... — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Je n'imagine pas que l'on puisse faire sauter la mosquée du Rocher, comme certains juifs radicaux le pensèrent après la guerre de 1973, pour reconstruire le Temple à sa place. — (Ghaleb Bencheikh & ‎Philippe Haddad, L'islam et le judaïsme en dialogue: Salam Shalom, Éditions de l'Atelier, 2002, p.86)
    • Comme saisissant souvenir des Croisades, il garde encore une mosquée en ruine que Pierre d'Anglure, Comte de Bourlémont et Sire de Buzancy, avait bâtie à son retour de Palestine; fidèle accomplissement d'une étrange promesse exigée par le Sultan dont il était prisonnier. — (Vicomte Ulric-Guelfe de Civry, Un engagement de cavalerie, le combat de Buzancy, 27 Août 1870, Londres : Arliss Andrews, 1878)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOSQUÉE. n. f.
Édifice où les mahométans s'assemblent pour faire leurs prières. Les mosquées de Constantinople, du Caire, d'Ispahan, etc. Il y a, dans l'enceinte de cette mosquée, des écoles, des plantations, etc.

Littré (1872-1877)

MOSQUÉE (mo-skée) s. f.
  • Temple des mahométans ; on n'y voit ni autel, ni décoration, ni image. Omar enrichit Jérusalem d'une magnifique mosquée de marbre, couverte de plomb, ornée en dedans d'un nombre prodigieux de lampes d'argent, Voltaire, Mœurs, 53. Barberousse était le maître absolu dans Toulon, il y fit changer une grande maison en mosquée, Voltaire, ib. 125.

HISTORIQUE

XVIe s. Et [le Turc] sage les commet comme graves prophetes, Pour contenir son peuple et garder les mosquetes, Ronsard, 695.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOSQUÉE, s. f. (Hist. mod.) parmi les Mahométans, c’est un temple destiné aux exercices de leur religion, ce mot vient du mot turc meschit, qui signifie proprement un temple fait de charpente, comme étoient ceux que construisirent d’abord les Mahométans ; c’est de-là que les Espagnols ont fait nuschita, les Italiens moscheta, & les François & les Anglois mosquée & mosques. Borel le dérive du grec μωσκος, vitulus, à cause que dans l’alcoran il est beaucoup parlé de vache ; d’autres le tirent, avec plus de raison de masgiad, qui en langue arabe signifie lieu d’adoration.

Il y a des mosquées royales fondées par les empereurs, comme la Solimanie, la Muradie, &c. A Constantinople il y a des mosquées particulieres fondées par des muphti, des visirs, des bachas, &c.

Les mosquées royales ou jamis, bâties par les sultans, & qu’on appelle selatyn, d’un nom générique qui signifie royal, sont ordinairement accompagnées d’académies ou grandes écoles bâties dans leur enceinte ou dans leur voisinage, on y enseigne les lois & l’alcoran, & ceux qui sont préposés à ces académies, se momment muderis, & n’en sortent que pour remplir des places de mollaks ou de juges dans les provinces. Elles sont aussi accompagnées d’imarets ou hôpitaux pour recevoir les pauvres, les malades, les insensés. Les mosquées royales ont de grands revenus en fonds de terre, & les autres à proportion, selon la libéralité de leurs fondateurs.

On n’apperçoit dans les mosquées ni figures, ni images, parce que l’alcoran les défend expressément, mais plusieurs lampes suspendues, & plusieurs petits domes soutenus de colonnes de marbre ou de jaspe ; elles sont quarrées & solidement bâties. A l’entrée est une grande cour plantée d’arbres toufus, au milieu de laquelle & souvent sous un vestibule est une fontaine avec plusieurs robinets & de petits bassins de marbre pour l’abdet ou ablution. Cette cour est environnée de cloîtres où aboutissent des chambres pour les imans & autres ministres de la religion, & même pour les étudians & les pauvres passans. Chaque mosquée a aussi ses minarets, d’où les muezins appellent le peuple à la priere. Quand les Musulmans s’y assemblent, avant que d’y entrer ils se lavent le visage, les mains & les piés. Ils quittent leur chaussure & entrent ensuite avec modestie, saluent le mirob ou niche placé au fond du temple & tourné vers la Meque. Ils levent ensuite dévotement les yeux au ciel en se bouchant les oreilles avec les pouces, & s’inclinent profondément par respect pour le lieu d’oraison. Enfin ils se placent en silence, les hommes dans le bas de la mosquée, les femmes dans les galeries d’en haut ou sous les portiques extérieurs : là ils sont tous à genoux sur un tapis ou sur la terre nue qu’ils baisent trois fois ; de tems-en-tems ils s’asseyent sur leurs talons, & tournent la tête à droite & à gauche pour saluer le prophete, ainsi que les bons & les mauvais anges. L’iman fait à haute voix la priere que le peuple répete mot pour mot. Les domes des mosquées & les minarets sont surmontés d’aiguilles qui portent un croissant : les Turcs ont changé en mosquées plusieurs églises.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mosquée »

Emprunt à l’italien moschea/moscheta, lui-même de l’arabe مسجد, masjíd, radical سجد sajada « poser son front à terre, se prosterner »[1][2][3].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. mezquita ; ital. moschea ; de l'arabe mesgid, qui vient du verbe sagad, adorer : lieu d'adoration.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mosquée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mosquée mɔske

Citations contenant le mot « mosquée »

  • Le chantier du centre cultuel musulman est reparti, après de très longues semaine d’interruption liées à la crise sanitaire. Les murs de la nouvelle mosquée sortent de terre au pied de la tour Gagarine, dans le quartier des Lumières. Journal L'Est Eclair, La nouvelle mosquée sort de terre à Romilly-sur-Seine
  • Mes dents se déchaussent quand je visite une mosquée. De Frédéric Dard
  • La véritable mosquée est celle qui est construite au fond de l'âme. De Proverbe arabe
  • Aller voir un voyant n'est pas plus néfaste que d'aller à la messe, à la mosquée ou même dans le cabinet d'un psy… c'est exactement la même chose. De Dieudonné / Ciné Live - Avril 2001
  • L’école n’est pas la mosquée ou l’église, elle est le lieu du savoir et de l’esprit critique. De Elisabeth Badinter / Lire, 1er mars 2015
  • Dans une déclaration accordée à Anadolu Agency, l’un des gardiens de la mosquée a fait savoir que “228 colons et étudiants juifs ont pris d'assaut la mosquée Al-Aqsa pendant la matinée”. , Al-Quds : des colons juifs envahissent la mosquée Al-Aqsa | TRT Français
  • Un grand nombre de personnes ayant manifesté le souhait d’adresser leurs condoléances, une cérémonie religieuse était organisée ce mercredi à 14 heures à la grande mosquée de Lyon, à l’initiative du Conseil des mosquées du Rhône (CMR). La grande salle de prière n’a pas suffi pour accueillir les fidèles. Deux chapiteaux était dressés à l’extérieur pour permettre à tous de se recueillir en mémoire des cinq enfants qui ont péri dans l’accident : Rayan (14 ans), Anfal (11 ans), Tasnim (3 ans), Maryam (8 ans) et Youcef (11 ans). Un autre enfant, Badradine (8 ans), est toujours en réanimation à l’hôpital Femme Mère Enfant de Bron. Expressions, Drame de l’A7 : plusieurs centaines de personnes à la grande mosquée de Lyon pour un hommage religieux aux victimes - Expressions
  • Nombreux(es) étaient les personnes à s’être rendu(e)s à la Grande mosquée de Lyon pour prier, mais aussi assister à la cérémonie pour rendre hommage à la famille décimée dans le terrible accident survenu lundi 20 juillet vers 19h dans la Drôme. , Drame sur l'A7. Cérémonie religieuse à Lyon : 1 000 personnes réunies à la Grande mosquée | Actu Lyon
  • Musée depuis 1934, l’ex-basilique devenue mosquée après la conquête ottomane symbolisait la laïcité de la jeune république. Sa réouverture au culte musulman confirme que la Turquie s’éloigne de plus en plus de ce principe explique l’écrivain Nedim Gürsel dans une tribune au « Monde » Le Monde.fr, « La transformation de Sainte-Sophie en mosquée est dans la logique de l’idéologie de conquête d’Erdogan »
  • Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a rejeté en bloc samedi 11 juillet les condamnations internationales de la transformation de la basilique Sainte-Sophie d’Istanbul de musée en mosquée, arguant que cela relevait des « droits souverains » de son pays. Le Monde.fr, Transformation de Sainte-Sophie en mosquée : le pape François « très affligé » par la décision de la Turquie
  • Basilique pendant près de mille ans, mosquée durant cinq siècles, Sainte-Sophie est un joyau de l’empire byzantin transformé en musée en 1934. Mais le plus haut tribunal administratif du pays a révoqué son statut actuel et le Président Erdoğan a annoncé son ouverture aux prières musulmanes. France Culture, Turquie : le Président Erdoğan ordonne la reconversion de Sainte-Sophie en mosquée
  • Une mosquée du centre de l’Ohio a diffusé, pour la première fois, l’adhan, samedi 18 juillet, en guise de soutien à la communauté en ces temps de Covid-19. Bladi.net, États-Unis : l’adhan résonne pour la première fois dans une mosquée de l'Ohio
  • Après plusieurs mois de fermeture en raison de la crise sanitaire, la mosquée de Cahors est de nouveau accessible aux fidèles musulmans du Lot depuis ce mercredi 15 juillet. Le port du masque est obligatoire dans l’enceinte du bâtiment où du gel hydroalcoolique est à disposition de tous. ladepeche.fr, Cahors. La mosquée rouvre ses portes - ladepeche.fr
  • La mosquée rouge de la ville de Safed, occupée en 1948, est l'une des plus belles et des plus anciennes mosquées de Palestine, et son état actuel raconte l'histoire des mosquées expropriées du pays, reflétant la Nakba palestinienne dans toutes ses significations, du nettoyage ethnique à l'usurpation d'identité. AgoraVox, Israël transforme une mosquée vieille de 7 siècles en boîte de nuit - AgoraVox le média citoyen

Images d'illustration du mot « mosquée »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mosquée »

Langue Traduction
Anglais mosque
Espagnol mezquita
Italien moschea
Allemand moschee
Chinois 清真寺
Arabe مسجد
Portugais mesquita
Russe мечеть
Japonais モスク
Basque mezkita
Corse mesquita
Source : Google Translate API

Synonymes de « mosquée »

Source : synonymes de mosquée sur lebonsynonyme.fr
Partager