La langue française

Morphème

Sommaire

  • Définitions du mot morphème
  • Étymologie de « morphème »
  • Phonétique de « morphème »
  • Citations contenant le mot « morphème »
  • Traductions du mot « morphème »

Définitions du mot morphème

Trésor de la Langue Française informatisé

MORPHÈME, subst. masc.

A. − LING. STRUCT.
1. Signe minimal de nature grammaticale.
a) Vieilli. [P. oppos. à sémantème] Partie de mot ou de syntagme qui indique la fonction et l'appartenance à une classe paradigmatique de ce mot ou de ce syntagme. Morphèmes liés (affixes, désinences); morphèmes non liés (articles, prépositions, conjonctions) (d'apr. Lang.1973).Ces unités constitutives (...) qui interviennent normalement dans la structure de la langue, à savoir les phonèmes, les morphèmes et les sémantèmes (Lévy-Strauss,Anthropol. struct., 1958, p.232).
b) [Dans la terminologie de Martinet; p. oppos. à lexème] Monème grammatical. Parmi les lexèmes, les langues peuvent distinguer, selon les combinaisons des morphèmes qui s'y attachent, une série dite nominale et une série dite verbale (Pottierds Langage, 1968, p.306).Ainsi travaillons se compose d'un lexème (travail-) et d'un morphème (-ons) (D.D.L.1976):
1. ... à partir d'un nombre très réduit de lexèmes et de morphèmes, on peut construire un univers de formes, aussi variées et complexes que l'on veut, mais sous lequel il est toujours loisible de retrouver la règle qui a présidé à sa formation. Coyaud,Introd. ét. lang. docum., 1966, p.84.
c) [P. oppos. à morphe] V. ce mot ex. de Ling. 1972.
2. [P. oppos. à phonème] Unité minimale de signification. Morphème lexical, grammatical; classe de morphèmes. Un morphème peut être défini comme une séquence de phonèmes, un mot une séquence de morphèmes, une phrase une séquence de mots, et un discours une séquence de phrases (Lang.1973, p.502):
2. Les signes linguistiques assument des fonctions qui consistent (...) dans l'expression de notions (idées de choses ou d'êtres ou de procès et catégories grammaticales) au moyen de morphèmes (unités lexicales ou sémantiques et marques grammaticales ou morphèmes au sens restreint). Perrot,Ling., 1953, p.113.
B. − GRAMM. GÉNÉRATIVE. [P. oppos. à formant (v. ce mot III B 3)] ,,Élément de la structure profonde`` (Ling. 1972).
Prononc.: [mɔ ʀfεm]. Étymol. et Hist. I. 1921 «élément de formation apportant l'aspect grammatical à un élément de signification» (Vendryes, Langage, p.86). II. 1952 «plus petite unité de signification d'un énoncé» (Cantineau ds Cahiers Ferdinand de Saussure, no10, p.12). Formé sur le gr. μ ο ρ φ η ́ «forme» d'apr. phonème*. Au sens II, empr. à l'anglo-amér. morpheme, terme att. en angl. comme terme de ling. dep. 1896 et dont l'usage s'est répandu à la suite de son emploi par le linguiste amér. L. Bloomfield (Language, 1926, II, 155 ds NED Suppl.2).
DÉR.
Morphématique, adj.Qui est de la nature du morphème; qui est composé de morphèmes. À la différence du chinois, le sumérien était constitué non seulement par des signes lexicaux, mais aussi par des signes morphématiques indicateurs de fonctions ou de relations grammaticales (Alarcos Llorachds Langage, 1968, p.532).Quant à la théorie générative, où le composant phonologique a pour rôle essentiel de transformer les suites morphématiques engendrées par la syntaxe en une représentation de la réalisation phonique de la phrase, elle met en cause la fonction distinctive elle-même (Lang.1973, p.389). [mɔ ʀfematik]. 1reattest. 1968 (Alarcos Llorach, loc. cit.); de morphème selon un type* μ ο ́ ρ φ η μ α, -α τ ο ς sur le modèle de φ ω ́ ν η μ α, -α τ ο ς (v. phonème), suff. -ique*.
BBG.Blondin (R.). Notion et grammaticalisation: lexèmes et morphèmes. In: [Mél. Gamillscheg (E.)]. München, 1968, pp.73-79. _ Delaveau (A.), Kerleroux (F.). Terminol. ling. Lang. fr. 1970, no6, pp.107-108. _ Harris (Z. S.). Du morphème à l'expr. Langages. Paris. 1968, no9, pp.23-50. - Zawadowski (L.). La Signification du morphème. B. de la Soc. polon. de ling. 1957, t.16, pp.3-35.

Wiktionnaire

Nom commun

morphème \mɔʁ.fɛm\ masculin

  1. (Linguistique) Signe linguistique dont le signifiant est un segment de la chaîne parlée et qui est un signe élémentaire, c’est-à-dire qui ne peut être représenté en termes d’autres signes de la langue. Par exemple, tristement se décompose en deux morphèmes : triste et -ment.
  2. (Linguistique) (Désuet) Grammème, monème à fonction grammaticale. Par exemple, tristement se décompose en deux monèmes : triste, qui est un lexème, et -ment, qui est un morphème.
    • […] ; mais un mot comme travaillons comporte deux signes successifs : un sémantème travaill- et un morphème -ons chacun avec son sens (respectivement les notions de « travailler » et de « première personne du pluriel ») et sa forme (respectivement, en transcription phonétique, [travaj] et [õ].) — (André Martinet, La Description phonologique avec application au parler franco-provençal d'HAUTEVILLE (Savoie), Genève : Librairie Droz & Paris : M. J. Minard, 1956, p. 12)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « morphème »

(1921) Du grec ancien μορφή, morphè (« forme »), avec le suffixe -ème.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « morphème »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
morphème mɔrfɛm

Citations contenant le mot « morphème »

  • Comment un orchestre ou un groupe musical trouve-t-il son nom ? Le groupe Gwangchil, composé de neuf jeunes musiciens de gukak, s’est ainsi baptisé par référence à l’année où il a été créé. En 2015, date de son lancement, cela faisait tout juste 70 ans que la Corée avait été libérée de la colonisation japonaise ou, comme on dit ici, a « retrouvé la lumière », « gwangbok » en coréen, ce à quoi renvoie le premier morphème du nom du groupe, « gwang ». Quant au second, « chil », il a été tiré du chiffre 70, « chilsip » en coréen. , Le chant de Seodo l KBS WORLD Radio
  • Morphème Partie de mot, comme le préfixe «re» de «rejouer», le suffixe «able», qui permet de construire un adjectif, ou les marques du genre et du nombre. Les morphèmes sont les plus petits éléments significatifs d’un mot. Libération.fr, Parlez-vous dothraki ? Les secrets des «conlangers» - Libération
  • Nous avons vu que pour traiter de manière automatisée les mots, il fallait les découper en lexème et morphème. WebRankInfo, Aperçu des traitements sémantiques de Google
  • Parente pauvre de la sémantique lexicale au temps où l'emportaient les paradigmes structuraux, la polysémie n'a cessé, ces dernières années, de gagner du terrain, couvrant une diversité croissante d'unités linguistiques (et même non-linguistiques) et ouvrant largement le débat sur les rapports entre sens et référence. Pour prendre la mesure de ce domaine et mieux en comprendre les enjeux théoriques, il était indispensable de croiser les approches et modèles sémantiques. C'est ce que propose le présent ouvrage, issu de travaux menés par les deux Groupes de recherche Rhêma et Séméia de l'Équipe Langues, Textes, Images de l'Université Lumière Lyon 2, avec la collaboration de chercheurs extérieurs. De la sémantique lexicale à la sémantique cognitive, des approches structuralistes classiques aux modélisations morphodynamiques, de la sémiotique à la praxématique, les auteurs diversifient les " profondeurs de champ " permettant d'appréhender le phénomène. Du morphème au mot, du mot au syntagme puis au discours, du lexique courant aux domaines de spécialité, de la langue à l'objet pictural, ils tentent de dessiner les contours de cet immense empire des sens que couvre la polysémie. Ce que fait apparaître cette traversée, ce n'est pas un empire " éclaté ", mais la présence fondamentale de l'instance d'énonciation qui lui confère son unité. À travers le fait polysémique, c'est bien la question du sujet et de l'expérience humaine, dans et par la langue et les discours, qui se trouve posée. , La polysémie
  • « Semel satis est » ou bien « bis repetita placent » ? La répétition d’une unité linguistique, qu’il s’agisse d’un phonème, d’un morphème, d’un lexème, d’un invariant sémantique ou d’une portion de texte est un fait banal en soi, mais qui se charge de valeurs différentes suivant les contextes d’utilisation. , La répétition en langue et en discours. Volet 1 : La répétition en langue
  • « Bonne ziboulation ! », s’exclame Loïc Depecker, linguiste et délégué général à la langue française, séduit par ce français éminemment exotique. « Ziboulation », une déclinaison du ziboulateur, néologisme pour ouvre-bouteilles issu du kikongo d’Afrique centrale (« zib » pour fermer, « oul », morphème pour ouvrir, et suffixe « -ateur »). La Croix, Les pérégrinations planétaires du français

Traductions du mot « morphème »

Langue Traduction
Anglais morpheme
Espagnol morfema
Italien morfema
Allemand morphem
Chinois 词素
Arabe مورفيم
Portugais morfema
Russe морфема
Japonais 形態素
Basque morfema
Corse morfema
Source : Google Translate API
Partager