La langue française

Morille

Sommaire

  • Définitions du mot morille
  • Étymologie de « morille »
  • Phonétique de « morille »
  • Citations contenant le mot « morille »
  • Traductions du mot « morille »
  • Synonymes de « morille »

Définitions du mot morille

Trésor de la Langue Française informatisé

MORILLE, subst. fém.

A. − Champignon recherché en gastronomie, que l'on trouve dans les bois au printemps, dont il existe plusieurs espèces, le plus courant ayant un chapeau brun clair, ovoïde, creusé d'alvéoles. Morille noire. Elle sait saler le beurre, cuire les confitures de cassis, préparer le sirop de mûres, trouver les morilles au printemps et même soigner les abeilles (Duhamel,Suzanne,1941, p.51):
. Des morilles fraîches sont (...) une excellente et riche garniture, et la purée Crécy dans laquelle cuisent les ris leur donnent une saveur que les gourmands exaltés sauront apprécier. Gdes heures cuis. fr.,H. Tendret, 1896, p.202.
BOT. Champignon du genre Morchella appartenant au groupe des ascomycètes (s.v. asco- A), sous-groupe des discomycètes, se caractérisant par une très grande complexité de l'hyménophore (s.v. hyméno-). Dyscomycètes à hyménium externe et, le plus souvent, tapissant un appareil massif en forme de coupe ou de disque ou de massue ([...], morille, helvelle, etc.) (Hist. gén. sc., t.3, vol.2, 1964, p.789).
B. − P. anal. Excroissance charnue du bec de certains pigeons. Mais les excroissances charnues (morilles ou caroncules) qui garnissent la base de son long bec l'ont fait éliminer du nombre des vrais pigeons voyageurs (Coupin,Animaux de nos pays,1909, p.63).
REM. 1.
Fausse morille, subst. fém.[Nom usuel de certaines gyromitres (v. ce mot infra)] . Fausse morille. Cette Gyromitre est bien voisine des Morilles, mais alors que les Morilles ont un chapeau complètement alvéolé, celui des Gyromitres est fait d'une plaque hyméniale complètement contournée, un peu comme les replis d'une cervelle (G. Becker, Champignons, Paris, Éd. Gründ, 1983, p.61).
2.
Morillon, subst. masc.[Nom usuel de champignons voisins des morilles] (Lar. Encyclop., Lar. Lang. fr.).
3.
Gyromitre, subst. fém.,bot. Champignon ascomycète dont le chapeau a une forme de cervelle humaine. La Gyromitre géante (...) [est] assez commune dans les sapinières de montagne en automne. Elle est beaucoup plus développée, et se récolte dans le Jura sous le nom de «Nez de chat» (G. Becker, Champignons, Paris, Éd. Gründ, 1983, p.61).
Prononc. et Orth.: [mɔ ʀij]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [1500 ds Bl.-W.3-5] 1. 1552 bot. (Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, p.149, 36); 2. 1909 «excroissance charnue du bec de certains pigeons» (Coupin, loc. cit.). D'un lat. *maurīcŭla, dér. de maurus «brun foncé», v. maure, en raison de la couleur sombre de ce champignon. Fréq. abs. littér.: 17. Bbg. Colomb. 1952/53, p.93; pp.412-414.

Wiktionnaire

Nom commun 1

morille \mɔ.ʁij\ féminin

  1. (Mycologie) Champignon dont le chapeau a des cavités en alvéoles, au pied lisse et creux, sans anneau, qui pousse au printemps, et qui est comestible.
    • Morille jaune.
    • Morille fraîche.
    • Il ne faut pas confondre les morilles avec les mortelles gyromitres.
    • Il constate que la truffe contient deux fois plus de matières azotées et d’éléments minéraux que la morille et quatre fois plus que le champignon de couche. — (Pascal Byé, Gabriel Callot, La truffe, la terre, la vie, 1999)
    • […] la tour Totem, une espèce de structure alvéolée de béton et de verre posée sur quatre énormes piliers de béton brut, qui évoquait ces champignons d’aspect répugnant mais paraît-il délicieux que l’on appelle je crois des morilles. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 47.)

Nom commun 2

morille \mɔ.ʁij\ féminin

  1. (Ornithologie) (Colombophilie) Type de caroncule écailleuse que l’on retrouve à la base du bec, sur le front et autour de l’œil de certaines races de pigeons d’élevage (e.g. bagadais, carriers de Perse, etc.), ou chez plusieurs genres de passereaux (e.g. pririts, bagadais, bias, etc. )
    • Le Pigeon Turc, Columba carunculata (Col. turcica des auteurs), présente, autour des yeux, un large ruban caronculeux, qui va rejoindre la base du bec ; ses narines sont surmontées d’une très-grosse morille; le rouge, le jaune, le bleuâtre, se montrent sur toutes ces excroissances. — (Frédéric Georges Cuvier, Dictionnaire des sciences naturelles, F.G. Levrault, Paris, 1826, p. 449)
  2. (Technique) Sorte d’outil à main en laiton servant à serrer un taraud, un foret, une fraise, etc., au moyen d’un écrou de serrage ajusté à une pince de type mandrin fixée au bout d’un manche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MORILLE. (ILLE se prononce IYE.) n. f.
Sorte de champignon comestible qui pousse au printemps et dont le chapeau a de petites cavités comme une éponge. Morille jaune. Morille fraîche.

Littré (1872-1877)

MORILLE (mo-ri-ll', ll mouillées, et non mori-ye) s. f.
  • 1Espèce de champignon comestible vanté autrefois comme aphrodisiaque et percé de petits trous, morchella esculenta, famille des pezizes.
  • 2Morilles de mer, polypiers de la famille des éponges.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MORILLE, s. f. boletus. (Hist. nat. Bot.) genre de plante qui ressemble au champignon, & qui n’en differe qu’en ce qu’elle est percée d’un grand nombre de grands trous. Tournefort, instit. rei herbar. Voyez Plante.

La morille est nommée par Tournefort boletus, esculentus, vulgaris, inst. rei herb. 561. & par Bauhin, fungus porosus, C. B. P. 370.

C’est un genre de plante dont on ne connoît pas encore les fleurs & les fruits. Souvent la morille est de la longueur d’une noix, & quelquefois plus grosse, d’une figure tantôt oblongue, tantôt pyramidale, tantôt ovale. Sa substance est tendre, charnue, ridée, poreuse, toute percée de grands trous semblables à des rayons de miel. Sa couleur est un peu rougeâtre, quelquefois fauve ou noirâtre. La morille est concave en-dedans, blanche, & comme enduite d’une fine poussiere. Le pédicule qui la soutient, est tout blanc, creux, garni à sa partie inférieure, de racines menues, déliées & filamenteuses. Clusius a observé quatre especes de morilles différentes en grosseur, en figure & en couleur ; il y en a vraissemblablement bien davantage.

Ce genre de plante vient à merveille dans certains lieux herbeux, humides, dans les bois, & les collines, au pié des arbres. On en cherche, & on en trouve beaucoup au printems aux environs de Paris, dans le bois de Vincennes, dans la forêt de Saint-Germain, dans la vallée de Montmorency & ailleurs.

On en transporte aussi de seches dans cette capitale, de toutes les provinces de France, parce qu’elles sont fort recherchées à Paris, pour l’assaisonnement de plusieurs mets. Nos Cuisiniers, toujours disposés à satisfaire notre sensualité aux dépens de la santé, préparent des morilles de toutes sortes de manieres : ils ont imaginé d’en faire cent plats particuliers pour hors-d’œuvres, ou pour entre-mets : comme morilles en tourtes, en ragoût, à la crême en gras, & en ragoût à la crême en maigre. Qui n’a oui parler aux gourmands de morilles farcies, de morilles frites, de morilles à l’italienne, de morilles au lard, de pain aux morilles, & de tourtes aux morilles ?

Les Romains aussi voluptueux que nous, & beaucoup plus riches, faisoient leurs délices des morilles. Néron appelloit ce genre de nourriture un mets des dieux, cibus deorum. Elles sont excellentes, dit Pline, l. XXII. c. xxij. mais elles ont été accusées de malignité dans une célebre conjoncture. Agrippine s’en servit pour empoisonner l’empereur Claude. Il est pourtant certain que les morilles ne causerent pas seules le décès de cet empereur, ce fut la violence du poison dont on les farcit, qui le fit périr. C’est pour quoi Suétone qui rapporte ce fait dans la vie de Claude, se sert du mot boletus medicatus, des morilles empoisonnées.

On sait, pour le dire en passant, avec quel art, quelle délicatesse Racine, dans la tragédie de Britannicus, fait raconter à Néton par Agrippine elle-même, Acte VI. scene III, ce trait d’histoire de l’empoisonnement de Claude. Elle dit à son fils :

Il mourut ; mille bruits en courent à ma honte ;
J’arrêtai de sa fin la nouvelle trop promte,
Et tandis que Burrhus alloit secrétement
De l’armée en vos mains exiger le serment,
Que vous marchiez au camp, conduit sous mes auspices,
Dans Rome les autels fumoient de sacrifices :
Par mes ordres trompeurs, tout le peuple excité,
Du prince déja mort demandoit la santé.

(D. J.)

Morille, (Diete.) La morille est un des plus agréables au goût, & des moins dangereux des champignons. On n’a point observé que cet aliment soit sujet à causer des indigestions fâcheuses, encore moins aucun accident qui approchât des effets du poison. Il est seulement très-échauffant, excitant l’appétit vénérien, & disposant efficacement les hommes à le satisfaire. C’est pourquoi il faut les interdire à tous les sujets qu’il est dangereux d’échauffer, & principalement dans les maladies inflammatoires des parties de la génération.

Ce mets a été fameux par l’usage qu’en fit Agrippine pour donner du poison à l’empereur Claude. Mais, selon la remarque de Geoffroy, il est certain que les morilles n’ont pas été, par elles-mêmes, la causé de la mort de cet empereur ; mais que c’est le poison dont elles étoient remplies qu’il faut en accuser. Aussi, les Historiens en parlant de ce fait, se servent-ils d’une expression qui signifie des morilles empoisonnés, boleti medicati. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « morille »

Apparenté à maure « en raison de la couleur sombre de ce champignon » [1]. Le Wiktionnaire anglais fait dériver morel du français morille mais lui donne une tout autre étymologie [2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, meroule, merouille ; holland, morilhe ; angl. morel ; anc. h. allem. morhila ; allem. mod. Morchel ; suéd. murkla ; ainsi dite, d'après Saumaise, suivi par Diez, de more, parce qu'en cuisant la morille devient noire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « morille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
morille mɔrij

Citations contenant le mot « morille »

  • Le myciculteur de la Côte Chalonnaise poursuit ses recherches d'innovations et n'hésite pas à se lancer dans des tentatives de cultures de champignons de Paris et même de morilles. Une culture de morille en tunnel pourrait même s'avérer une première si les essais devaient se concrétiser.  Info Chalon, Chalon-sur-Saône | Au coeur de la champignonnière de la Côte chalonnaise Info Chalon l'actualité de Info Chalon
  • Cet été nous allons à la rencontre de Philippe Clowez, docteur en pharmacie à Pont-L’Évêque. Ce passionné des champignons nous ouvre les portes de ses recherches et des trésors présents dans l’Oise. Aujourd’hui, la morille. Courrier picard, À la chasse aux champignons (1/8) : la morille, objet de toutes les convoitises
  • La cueillette des champignons fait partie de ses petites fugues délicieuses des congés payés. Et à ce titre, les amateurs de cèpes, pieds-de-mouton et autres girolles n’ont pas chômé en 2019, tant l’année fut faste pour les champignons, dont la trop rare morille. On a ainsi le souvenir d’une scène surréaliste d’un cueilleur, plus ou moins «professionnel», venu proposer sa marchandise à un chef étoilé. Le coffre de son antique Super 5 était rempli ras la gueule de cèpes, dont certains devaient frôler le kilo. Avec les champignons, il y a trois scénarios possibles : soit vous rentrez bredouille ; soit vous devez vous contenter d’une poignée pour faire une omelette ; soit vous découvrez un coin de cocagne et vos paniers, sacs et autres poches de veste ne suffisent pas à contenir cette razzia. Evidemment, vous jubilez, mais l’abondance est aussi mère d’angoisse : que faire d’une telle cargaison de cèpes sans risquer l’indigestion ? Des conserves pardi, avec l’excellente recette de «conserve de cèpes de ma mère» dans Du gras, du sucre et de l’amour (1), un livre magnifique de bectance et de transmission où, entre deux frichtis, Véronique Chapacou raconte son enfance dans la ferme de ses grands-parents en Haute-Bigorre. Libération.fr, Des cèpes en bocal - Culture / Next
  • Pister la morille, la traquer, la dénicher, c’est se partager entre la stratégie militaire et l’investigation policière. Analyser Le Figaro.fr, La morille blonde de Franche-Comté par Éric Frechon
  • Elles se font souvent discrètes mais les premières morilles de la saison sont là. Des chanceux ont pu en trouver et en cueillir dans le sarladais. La saison de ce champignon de printemps dure jusqu'au mois de mai. France Bleu, Dordogne : les morilles sont de retour
  • Après une augmentation drastique de nombre de cas en octobre, la Direction générale de la santé (DGS) a appelé les consommateurs à la vigilance et au respect de certaines pratiques. Des recommandations qui prennent tout leur sens après le décès mercredi d'une personnalité du marché de l'art. Le quinquagénaire a succombé à une intoxication alimentaire qui pourrait être due à la consommation de morilles. leparisien.fr, Intoxications aux champignons : nos conseils pour consommer les morilles - Le Parisien

Traductions du mot « morille »

Langue Traduction
Anglais morel
Espagnol morilla
Italien morel
Allemand morchel
Chinois 羊肚菌
Arabe موريل
Portugais morel
Russe сморчок
Japonais モレル
Basque morel
Corse morel
Source : Google Translate API

Synonymes de « morille »

Source : synonymes de morille sur lebonsynonyme.fr
Partager