La langue française

Miche

Sommaire

  • Définitions du mot miche
  • Étymologie de « miche »
  • Phonétique de « miche »
  • Citations contenant le mot « miche »
  • Traductions du mot « miche »
  • Synonymes de « miche »

Définitions du mot miche

Trésor de la Langue Française informatisé

MICHE, subst. fém.

A.−
1. Pain rond plus ou moins gros. Il lui fallait six cervelas, découpés dans un grand saladier de haricots verts à l'huile, une petite miche de trois livres et deux pots de bière pour son déjeuner (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 1, 1870, p. 184).Le four était à l'angle du jardin; chaque semaine on y cuisait le pain, dix grosses miches de six livres (Ramuz, A. Pache,1911, p. 54).
2. Tranche épaisse de pain. Ce disant, Ginginet se tailla une large miche de pain et avala, coup sur coup, plusieurs verres (Huysmans, Marthe,1876, p. 41):
Je n'ai pas été dupe un seul instant de son empressement, de ses assiduités. Je me suis dit tout de suite : voici un gaillard qui sait de quel côté la miche est beurrée. Sandeau, Sacs,1851, p. 28.
B.− P. anal., au plur., pop. Fesses. Quant' j'ai quat' jours de chameau dans les miches, moi, les poules, je les laisse tomber (Lenormand, Simoun,1921, 13etabl., 1921, p. 145).Elle dandinait des miches autour. Elle me faisait la séduction. C'était évident (Céline, Mort à crédit,1936, p. 211).
Avoir les miches à zéro. ,,Avoir peur`` (Esn. 1966).
REM. 1.
Michette, subst. fém.Petite miche. Tiens, voici du pain, citoyen! Une des femmes tendit une michette au marinier (Morand, P. de Saligny,1947, p. 205).En compos. Je taillai un morceau de gruyère dans le quarteron. Je pris une demi-michette dans la corbeille à pain et je laissai sur la table un billet (Giono, Eau vive,1943, p. 60).
2.
Michon, subst. masc.a) Tranche épaisse de pain. Le grand pain posé sur le dessus du piano passait et chacun s'y coupait un michon (Goncourt, Man, Salomon,1867, p. 239).b) Arg., vx. Argent. V. marpaut ex. de Nerval.
3.
Michotte, subst. fém.Petite miche. On lui donnait, tous les dimanches, vingt-huit petits pains dits michottes (Huysmans, Oblat,t. 2, 1903, p. 137).
Prononc. et Orth. : [miʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1172-90 « petit pain blanc » (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. W. Roach, 1910); 2. 1690 (Fur. : Petit pain de grosseur suffisante pour nourrir un homme à un repas); 3. p. ext. 1835 « pain rond d'un poids plus considérable » (Ac.). II. Subst. fém. plur. arg. 1875 « les fesses » (Voyou d'apr. Esn.). Du lat. pop. *mica, forme renforcée (cf. tricher) de mica « parcelle, miette » (v. mie). Fréq. abs. littér. : 105. Bbg. Chautard Vie étrange Arg. 1931, p. 383. − Hasselrot 1957, p. 195 (s.v. michette).Lebel (P.). Notes étymol. Fr. mod. 1946, t. 14, pp. 120-122.

Wiktionnaire

Nom commun

miche féminin

  1. (Boulangerie) Pain d’une grosseur moyenne, pesant une livre ou plus.
    • Nous avons encore pas mal de pain de seigle à manger, et la miche quotidienne est dure à pétrir. — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème, 1848)
    • Pendant qu’elle disposait les bols et qu’elle tirait de la huche la bonne miche de pain bis, mon compagnon lui demanda : […]. — (Octave Mirbeau, Le Père Nicolas, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • C’était une affaire délicate que le découpage de ma miche ; j’en fis cinq parts aussi égales que possible, et, pour qu’il n’y eût pas de pain gaspillé, je les distribuai en petites tranches ; chacun avait son morceau à son tour, comme si nous avions mangé à la gamelle. — (Hector Malot, Sans famille, Dentu E., 1887, pages 1-347)
    • On en sort le plus souvent avec de gros pains d’un kilo ou des miches qu’on conserve. Pour nous, le luxe c’était la baguette ou la ficelle qu’on achetait exceptionnellement et qu’on ne trouvait pas d’ailleurs tous les jours, […]. — (Jacqueline Roux, Jhroe, Société des Écrivains, 2008, page 97)
  2. (Par analogie) (Populaire) Fesse. Note : Ce terme est généralement utilisé au pluriel.
    • Elle a de magnifiques miches, elle a de belles fesses.
    • On a eu chaud aux miches, on a eu chaud aux fesses, on l’a échappé belle.
    • Gare à tes/vos miches, gare à tes/vos fesses.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MICHE. n. f.
Pain d'une grosseur moyenne, pesant au moins une livre. Il se dit, par extension, des Pains ronds d'un poids plus considérable.

Littré (1872-1877)

MICHE (mi-ch') s. f.
  • 1Pain qui pèse une livre ou deux.

    Donner la miche, faire l'aumône. …Il était peu de gens Qui ne lui donnassent la miche, La Fontaine, Oies.

  • 2Il signifie aussi un pain rond de dimension considérable.
  • 3 Fig. Les miches de saint Étienne, les pierres, à cause que saint Étienne fut lapidé.
  • 4Miches de quatorze sous ou têtes de moines, nom que les ouvriers des carrières à plâtre de Paris donnent à la strontiane sulfatée.

    PROVERBE

    À la porte où l'on donne les miches, les gueux y vont, c'est-à-dire l'on fait la cour à ceux qui sont en pouvoir de distribuer les grâces.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il aiment miex grant pain que miche, Rutebeuf, 192. À tant [elles] manjuent aus dens la miche alise, Tant que chascune a sa force reprise, Du Cange, assisiae. Soit rois, ou n'ait vaillant deus miches, Qui plus convoite, mains [moins] est riches, la Rose, 18767.

XIVe s. Le duc Aubert et Euteriche Et Allemens nourris de miche…, le Livre du bon Jehan, 3172.

XVIe s. Pareillement on eust donné commission aux femmes de depaver les rues, et leur jetter par les fenestres des miches de sainct Estienne, busches, tables, tretaux, bancs et escabelles, Paré, t. III, p. 706.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MICHE, s. f. (Boulang.) pain de grosseur suffisante pour nourrir un homme à un repas ; plus souvent un pain rond, très-considérable, pesant plusieurs livres. Il y a des miches de toute grandeur & de tout poids.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « miche »

Bourguig. môche ; provenç. mica, micha. On le tire du latin mica, parcelle ; mais mica donne mie ; et puis la miche n'est pas une parcelle. Scheler s'adresse au flamand micke, pain de froment large et épais ; holl. mik, farine de seigle ; cela est beaucoup plus vraisemblable que le latin mica.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin mica (« miette », « parcelle ») → voir mie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « miche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
miche miʃ

Citations contenant le mot « miche »

  • La moitié d’une miche vaut mieux que pas de pain. De Proverbe anglais

Traductions du mot « miche »

Langue Traduction
Anglais loaf
Espagnol pan
Italien pagnotta
Allemand laib
Chinois 面包
Arabe رغيف
Portugais pão
Russe буханка
Japonais ローフ
Basque ogia
Corse pagnotta
Source : Google Translate API

Synonymes de « miche »

Source : synonymes de miche sur lebonsynonyme.fr
Partager