La langue française

Mangle

Définitions du mot « mangle »

Trésor de la Langue Française informatisé

MANGLE, subst.

BOTANIQUE
A. − Subst. masc., rare. Manglier. Dans l'insondable forêt, dans les profonds marécages, sous l'impur ombrage des mangles, des palétuviers, où fermentent, battus, rabattus de la mer, les cadavres des deux mondes (Michelet, Oiseau, 1856, p. 95).
B. − Subst. fém. Fruit du manglier. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [mɑ ̃:gl̥]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1555 manglé «palétuvier» cité comme mot indigène (Poleur, L'Hist. nat. et gén. des Indes..., fo125a [trad. de l'ouvrage castillan d'Oviedo] ds König, p. 138); 1575 manglé «id.» (Belleforest, La Cosmographie universelle, II, col. 2111 [trad. d'une version ital. d'un texte d'Oviedo] ds Arv., p. 311); 1640 mangle (Laet, L'Hist. du Nouv. Monde, p. 206 ds König, p. 138); 2. 1803 «fruit du palétuvier» (Boiste); 1847 fém. «id.» (Besch.). Empr., par l'intermédiaire de l'esp. mangle (1526, Oviedo, Summario de la historia general y natural de las Indias occidentales ds Fried., p. 383b), au taino de Haïti(ibid.; König, p. 138; Arv., p. 313 et FEW t. 20, p. 71a). L'esp. connaît également une forme mangue en 1519 (cf. Cor.-Pasc.; aussi att. en port. dep. 1552 ds Fried., p. 384) dont on ignore s'il s'agit de la forme primitive ou d'une forme second. (cf. Cor.-Pasc.).

Wiktionnaire

Nom commun 1

mangle \mɑ̃ɡl\ féminin

  1. (Botanique) Fruit du manglier.
    • Alors, pouvant quitter cet abri sans risque il se traîna jusques sur le sommet d'une montagne couverte de bois, où il eut le bonheur de trouver des mangles & quelques dattes pour sa nourriture. — (« Histoire du chevalier de Chantal », fragments de Laurent Michel, dans la Bibliothèque universelle des Romans, ouvrage periodique, Paris : au bureau de la revue, février 1785, p. 147)
  2. (Par extension) Variante de manglier ; palétuvier.
    • Deux cris singuliers, qui avaient quelque chose de plaintif et de lugubre, attirèrent aussi l'attention de don Ramon et des chasseurs, mais ils ne purent découvrir d'où provenaient ces sons étranges. Etait-ce du fond de la mer ou du haut des mangles ou du milieu de la troupe des esclaves ? C'est ce qu'ils ne purent découvrir. — (Emmanuel Gonzalès, « Le pécheur de perles », chap. 1, tiré du journal Le Siècle, dans L’Écho des Feuilletons, tome 2, Paris : chez les éditeurs & Lagny : Imprimerie de A. Varigault, 1863, p. 165)

Nom commun 2

mangle \mɑ̃ɡl\ féminin

  1. (Industrie) Lisseuse à deux ou plusieurs cylindres utilisée dans l’industrie papetière ; calandre.
    • Ce moiré comme le précédent peut s'obtenir à la mangle. — (Revue industrielle, vol. 60, 1930, p. 507)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MANGLE. n. f.
Fruit du manglier.

Littré (1872-1877)

MANGLE (man-gl') s. f.
  • Fruit du palétuvier.

    Quelques-uns le font masculin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MANGLE, s. m. (Botan.) genre de plante à fleur monopétale en forme d’entonnoir, tubulée & profondement découpée, de même que le calice, duquel sort le pistil qui est attaché à la partie inférieure de la fleur comme un clou, & qui devient dans la suite un fruit charnu en forme de poire renversée, d’où il sort une semence ressemblant à un fuseau. La tête de cette semence est renfermée dans le fruit & couverte d’une coëffe charnue. Plumier, nova plant. amer. gen. Voyez Plante.

C’est un arbre très-commun sur les rivages de la mer située sous la zone torride, principalement le long des côtes de la nouvelle Espagne en Amérique & aux îles Antilles. On en compte de trois sortes ; savoir le blanc, le rouge & le noir, qu’on nomme aussi palétuvier ; c’est de ce dernier dont on parlera, les deux autres pouvant être regardés comme des especes différentes, tant par la figure que par la qualité de leur bois, & même par leurs propriétés. Voyez les articles Mahots & Raisinier.

Le mangle ou palétuvier ne croît jamais que dans les marécages du bord de la mer, & presque toujours vers l’embouchure des rivieres. Ses feuilles sont oblongues, fort unies, lisses & d’un verd gai ; son bois est dur, pesant, assez liant, ayant les fibres longues & serrées : il est rare de le trouver roulé ou vicié. Sa couleur est d’un brun un peu rougeâtre : le grain en est fin & fort égal. Cet arbre ne s’éleve guère au-dessus de 25 piés, & son diametre n’excede pas ordinairement 15 à 20 pouces ; il est couvert d’une peau médiocrement épaisse, très-unie, souple & d’une couleur grise tirant sur le brun ; ses branches sont flexibles ; elles s’étendent autour de l’arbre & poussent une multitude de jets assez droits, se dirigeant vers le bas en continuant de croître jusqu’à ce qu’ils aient atteint le fond de la mer ou du marais, où ils produisent un grand nombre de grosses racines qui s’élevent de plusieurs piés au-dessus de la surface de l’eau, s’entremêlent les unes dans les autres, se recourbent en arc vers le fond, & poussent de nouvelles tiges & de nouveaux jets qui par succession de tems continuent ainsi à se provigner de telle sorte, qu’un seul arbre forme une espece de forêt fort épaisse qui s’étend quelquefois à cinq & six cens pas dans la mer : ces endroits sont toujours remplis d’une prodigieuse quantité de bigailles, c’est ainsi que les habitans du pays nomment en général toutes les différentes especes de petites mouches parasites qui rendent le voisinage des manglards & des mahotieres presqu’inhabitable. Voyez Maringoin, Varreux & Moustiques.

Les racines & les branches qui baignent dans la mer sont chargées d’une multitude innombrable de petites huîtres vertes qui n’excedent guère la grandeur des moules ordinaires : leurs écailles sont baroques, inégales, difficiles à ouvrir, mais l’intérieur est très-délicat & d’un goût exquis.

Quoique le mangle ne vienne jamais bien gros, son bois pourroit cependant être employé à différens ouvrages ; il est franc, sans nœuds ni gerçures ; il se travaille très-bien sans s’éclater, & il se conserve dans l’eau. On en fait quelquefois des courbes & des membrures pour des petites barques & des canots. M. le Romain.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mangle »

(Nom commun 1) (Date à préciser) De l’espagnol mangle et, plus avant, du taïno de Haïti.
(Nom commun 2) (Date à préciser) De l’anglais mangle (« essoreuse »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mangle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mangle mɑ̃gl

Images d'illustration du mot « mangle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mangle »

Langue Traduction
Anglais mangle
Espagnol mutilar
Italien mangano
Allemand mangel
Chinois gle
Arabe فسد
Portugais destroçar
Russe калечить
Japonais マングル
Basque mangle
Corse mangle
Source : Google Translate API

Synonymes de « mangle »

Source : synonymes de mangle sur lebonsynonyme.fr

Mangle

Retour au sommaire ➦

Partager