La langue française

Loucher

Définitions du mot « loucher »

Trésor de la Langue Française informatisé

LOUCHER, verbe intrans.

A. −
1. Être atteint d'un défaut de parallélisme des yeux, permanent ou passager, dû à un strabisme convergent ou divergent. Synon. fam. être bigle, bigler.Loucher des deux yeux; loucher affreusement, terriblement, atrocement, horriblement. La reine releva la tête impétueusement, le fixa une seconde à le faire loucher (A. Daudet,Rois en exil,1879, p. 321).Assez belle fille à cela près qu'elle louchait d'un œil et clochait d'un pied (A. France,Barbe-Bleue,1909, p. 17).Elle ne louchait pas, elle avait ce que l'on appelle une coquetterie dans l'œil (Pagnol,Fanny,1932, ii, 7, p. 150).
Loucher de + subst. désignant la cause.Loucher de fureur. Elle a ce cauchemar: l'obscénité des choses. Des boucs, louchant de lubricité, brisent leurs cornes en des caresses furieuses (Péladan,Vice supr.,1884, p. 68).J'aime ça, (...) ce rappel discret du cri des tournois: «Honneur aux dames!» Il y a là de quoi faire loucher de rancune vos docteurs qui se méfient tant des personnes du sexe (Bernanos,Journal curé camp.,1936, p. 1219).
[P. méton., le suj. désigne les yeux, le regard] Être atteint de strabisme:
Quand il buvait, (...) ses yeux louchaient pour ne point perdre de vue sa chope, et il avait l'air de remplir l'unique fonction pour laquelle il était né. Maupass.,Contes et nouv.,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 132.
P. anal. ou p. métaph. [Le suj. désigne un inanimé abstr. ou concr.] Les fenêtres closes dormaient. Quelques-unes, éparses, vivement allumées, ouvraient des yeux, semblaient faire loucher certains coins (Zola,Assommoir,1877, p. 431).
2. Tourner volontairement les yeux de manière à rompre le parallélisme de leurs axes optiques. Art de loucher. L'avoué ressemblait à ces personnes qui, voulant se rendre compte de la longueur de leur nez, louchent en forçant les yeux à s'arrêter sur un point trop rapproché (Champfl.,Bourgeois Molinch.,1855, p. 87).
B. − P. anal. et au fig., pop. [En parlant de certaines difformités corporelles qui manifestent une absence de symétrie] Elle louchait si fort de la jambe, que, sur le sol, l'ombre faisait la culbute à chaque pas; un vrai guignol (Zola,Assommoir,1877p. 772).,,Loucher de l'épaule`` (France 1907): ,,Être bossu`` (France 1907).
C. − P. ext.
1. Emploi trans. indir. Loucher vers/du côté de/dans la direction de/sur qqc., qqn.Jeter un coup d'œil rapide vers/du côté de/dans la direction de/sur quelque chose, quelqu'un.
a) [Avec une idée de convoitise, de désir] Il y aura aussi les regards en coulisse des garçons qui loucheront sur la patronne en pensant à tant de belle chair perdue sous vos amples jupes (Toulet,Nane,1905, p. 110).Les filles superbes (...) qui font le guet rue Pavée rêvent peut-être (...) en louchant de leurs longs yeux verts sur les assiettes de volaille de quelque bistrot israélite (Fargue,Piéton Paris,1939, p. 106).Je ne suis plus tenté de loucher vers les premiers étalages opulents ou la mansarde à géraniums (Bernanos,Enf. humil.,1948, p. 190).
b) [Avec une idée de dégoût, de déplaisir] Je me procurai des boules puantes (...) et je goûtai l'âpre jouissance de voir ma femme, suffoquée, loucher sur son carlin en faisant de sourdes allusions à l'odeur de ce petit animal (Courteline,Vie mén.,Am. de la paix, 1891, p. 251).
2. Emploi intrans. Faire loucher qqn.Le faire regarder de travers en excitant son désir, sa convoitise (à l'instar de celui qui louche à force de s'approcher de ce qu'il regarde). La bonne est une jeune veuve qui te ferait loucher (Verlaine,Corresp.,t. 3, 1889, p. 62).Le marchand de tableaux guignait les merveilles accumulées dans l'atelier (...) [Grantouvre:] − Ça vous fait loucher, hein, vieux grigou? (L. Daudet,Coeur et abs.,1917, p. 53).
REM.
Louchant, -ante, adj.a) Qui louche. La mère Doré demandait sa fille, une brunette louchante, d'une joliesse maladive (Frapié,Maternelle,1904, p. 110).b) Qui fait loucher. On pouvait deviner ce qu'elle serait, cette hystérique rien qu'à la voir s'agiter déjà dans la taverne de l'Olympia. En bas dans la longue cave-dancing louchante aux cent glaces (Céline,Voyage,1932, p. 90).
Prononc. et Orth.: [luʃe]. Ac. 1694, 1718 louscher; dep. 1740 -ch-. Étymol. et Hist. 1. a) 1599 trans. «regarder du coin de l'œil, avec dégoût» (Perrot, Contr'empire des sciences, fo72 d'apr. Régnier ds Œuvres, éd. Raibaud, p. 41, note 4); b) 1611 intrans. «être atteint de strabisme» (Cotgr.); 2. fig. a) 1859 faire loucher qqn «provoquer l'envie, le dépit de quelqu'un» (Monselet, Le Musée secret de Paris, 75 ds Quem. DDL t. 15); b) 1896 loucher sur (Delesalle, Dict. arg.-fr. et fr.-arg.); c) 1904 loucher vers «convoiter» (Rolland, J.-Chr., Aube, p. 107); 3. 1866 loucher de la jambe, de l'épaule (Delvau, p. 229). Dér. de louche1*; dés. -er*. Fréq. abs. littér.: 162.
DÉR. 1.
Louchement, adv.,hapax. [Correspond à louche1II B 2] De manière louche, faiblement éclairé. Un riche intérieur de miroirs, de boiseries, de faïences, qu'éclairait louchement un bout de lumignon (L. Daudet,Voy. Shakesp.,1896, p. 102). [luʃmɑ ̃]. 1resattest. a) 1660 «de travers (du regard)» (Oudin Fr.-Esp.), attest. isolée, b) 1896 «faiblement éclairé» (L. Daudet, loc. cit.); de louche1, suff. -(e)ment2*.
2.
Louchement, subst. masc.État d'une personne qui louche; action, habitude de loucher. Un louchement désagréable (Lar. 19e-20e). Le louchement est parfois héréditaire (Lar. Lang. fr.). Synon. loucherie. [luʃmɑ ̃]. 1reattest. 1611 louschement «action de loucher» (Cotgr.); de loucher, suff. -(e)ment1*.
3.
Loucherie, subst. fém.,fam. a) État d'une personne qui louche, p. méton. de son regard. Synon. louchement (subst. masc.).Son visage pâle, avec un nez menu, presque invisible, des yeux affectés d'une vague loucherie, avait une expression d'inquiétude (Fabre,Lucifer,1884, p. 4).Question de loucher, la Vitruve, j'ai jamais vu pire. Elle faisait mal à regarder. Aux cartes, aux tarots c'est-à-dire, ça lui donnait du prestige cette loucherie farouche (Céline,Mort à crédit,1936, p. 20).P. métaph. Le renanisme, comme le libéralisme, n'est qu'une forme de couardise profonde, n'est qu'une loucherie de l'âme effarée (L. Daudet,Stup. XIXes.,1922, p. 277).b) Action, habitude de loucher. Au fig. On nous laisse glisser un œil de côté dans les livres nouveaux (...). Encore (...) des heures de marche! Toujours la loucherie dans les livres coupés (Vallès,J. Vingtras,Bachel., 1881, p. 588). [luʃ ʀi]. 1reattest. 1740-55 «fait de loucher, état d'une personne qui louche» (Saint-Simon, Mémoires, 384, 185 ds Littré); de loucher, suff. -erie*.
4.
Loucheur, -euse, adj. et subst.(Personne) qui louche. Placez-moi donc à côté de ce loucheur, répondit-il en désignant Octave Loriot dans la profondeur d'un groupe (Bloy,Désesp.,1886, p. 266). [luʃoe:ʀ], fém. [-ø:z]. 1resattest. a) subst. 1823 «personne qui louche» (Boiste), b) adj. 1936 berlue loucheuse (Céline, Mort à crédit, p. 638); de loucher, suff. -eur2*.
BBG.Dauzat Ling. fr. 1946, p. 310. _ Pauli 1921, p. 52. _ Quem. DDL t. 1, t. 6 (s.v. loucheur). _ Sain. Arg. 1972 [1907] p. 75 (s.v. louchant).

Wiktionnaire

Verbe

loucher intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Être atteint de strabisme, en parlant d'une personne.
    • Et le feu d’un petit brasero avec trois grelotteux autour qui louchaient dans la fumée puante. On n’était pas très bien. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
    • — Elle louche ! prétendait le commissaire Cassieux.
      Il exagérait. On ne pouvait pas dire qu'elle louchait fort. Son œil gauche n'en regardait pas moins ailleurs que son œil droit.
      — (Georges Simenon, Cécile est morte, chapitre 1, 1942)
    • Je n'en ai pas voulu parce qu'outre qu'il louchait abominablement ; il aurait fallu me séparer de ma fille, et, de fait, je ne m'en souciais pas. — (Henry Monnier, Les bourgeois de Paris, 1854)
  2. Converger, ou diverger, en parlant des yeux.
    • La bouche était indécise et molle, le menton fuyant, le nez camus; les yeux louchaient, ne louchaient pas tellement, louchaient un peu, si peu ! — (Raymond Las Vergnas, Le millième jour, 1951)
  3. Forcer ses yeux à converger artificiellement.
    • Un de nos hommes, pour s'amuser, se mit à loucher et à faire des grimaces; aussitôt un des jeunes Fuégiens, dont le visage était peint tout en noir, sauf une bande blanche à la hauteur des yeux, se mit aussi à faire des grimaces et il faut avouer qu'elles étaient bien plus hideuses que celles de notre matelot. — (Charles Darwin, Voyage d'un naturaliste autour du monde, traduit par Édouard Barbier, 1875, p. 221)
  4. Jeter un œil de façon détournée.
    • En France, dans un café ou un restaurant, quand on entend parler allemand, le garçon louche en apportant son bock, les voisins grimacent et modèrent leurs épanchements… c'est la vision de l'espion. — (Jules de Cuverville, Armée, marine, colonies, volume 1, 1902)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LOUCHER. v. intr.
Avoir des yeux louches. Voilà un bel enfant, il est fâcheux qu'il louche. Cet enfant louche par intervalles.

Littré (1872-1877)

LOUCHER (lou-ché) v. n.
  • Avoir les yeux ou tourner les yeux de manière que l'un n'ait pas la même direction que l'autre. Cet enfant louche d'une manière fort désagréable. Il arrive souvent aux myopes de loucher en regardant de près.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

REMARQUE

Loucher s'est pris activement au sens de lorgner : Ou bien, tâtant le pouls, le ventre et la poitrine, J'aurais un beau teston pour juger d'une urine, Et, me prenant au nez, loucher dans un bassin Des ragoûts qu'un malade offre à son médecin, Régnier, Sat. IV.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « loucher »

Louche 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

→ voir louche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « loucher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
loucher luʃe

Citations contenant le mot « loucher »

  • Le retentissement esthétique est lié à l’importance de cet enfoncement chez l’homme et à la déformation de la poitrine chez la femme avec une orientation des seins anormale qui peuvent « loucher ». www.lamontagne.fr, Au Pôle Santé République, à Clermont-Ferrand, une chirurgie corrige en 3D des malformations du thorax - Clermont-Ferrand (63000)
  • Une hypermétropie non corrigée peut vous faire loucher ou fatiguer vos yeux. Négliger l’hypermétropie est susceptible d’entraîner une fatigue oculaire et des maux de tête. , Détecter hypermétropie, les étapes à suivre
  • Mieux vaut loucher que d’être aveugle. De Proverbe indien
  • Proverbe borgne : Il faut être deux pour loucher. De Roland Dubillard / Les diablogues
  • Ne tombez jamais amoureux d’une femme borgne, vous finiriez par loucher. De Pierre Doris
  • Une femme peut fort bien aimer deux hommes à la fois. On dirait que, toutes petites, elles ont appris à loucher du coeur. De Paul-Jean Toulet / Les trois Impostures
  • Au-delà de la grimace volontaire, loucher relève du strabisme, soit « un défaut de parallélisme des axes optiques qui conduit à des troubles de la vision ». Les origines sont multiples : « une cataracte, une infection, une atrophie optique voire une tumeur de l’œil ou du cerveau ». Le strabisme peut aussi tout simplement s’expliquer par « une mauvaise coordination du mouvement des yeux ». ladepeche.fr, Les yeux peuvent-ils rester bloqués quand on louche? - ladepeche.fr
  • Nombreux sont les parents qui pour dissuader leurs enfants de s'amuser à loucher leur assènent cette « vérité ». Mais nos yeux peuvent-ils rester « coincés » ? Topsante.com, Idée reçue : si on louche trop on peut rester coincer - Top Santé
  • Depuis lundi, l’opérateur de Xavier Niel vous fait passer le bac à sa manière et profite de l’annulation des traditionnelles épreuves afin de faire travailler les méninges des internautes. Aujourd’hui, place à l’histoire. “Sans loucher sur la copie du voisin, répondez aux questions suivantes par Vrai ou Faux”, explique Free Mobile. Au programme, Xavier Niel, ou encore le minitel rose.  Univers Freebox, Free fait passer le bac : place à l'épreuve d'histoire, plus fun que la vraie
  • Si, au bout de ces 4 mois, bébé continue à loucher, ça peut vouloir dire qu'il louche vraiment. Dans ce cas, parlez-en au pédiatre : il vous dira s'il faut consulter un spécialiste de la vision pour faire des examens complémentaires. Dans ce cas, ne tardez pas sinon le strabisme sera bel et bien là, l'un des deux yeux va prendre le dessus sur l'autre et l'acuité visuelle sera altérée.  RTL.fr, Michel Cymes vous dit que faire si votre bébé louche

Images d'illustration du mot « loucher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « loucher »

Langue Traduction
Anglais squint
Espagnol estrabismo
Italien strabico
Allemand schielen
Chinois
Arabe الحول
Portugais estrabismo
Russe косоглазие
Japonais 斜視
Basque squint
Corse squint
Source : Google Translate API

Synonymes de « loucher »

Source : synonymes de loucher sur lebonsynonyme.fr

Loucher

Retour au sommaire ➦

Partager