La langue française

Lange

Sommaire

  • Définitions du mot lange
  • Étymologie de « lange »
  • Phonétique de « lange »
  • Citations contenant le mot « lange »
  • Images d'illustration du mot « lange »
  • Traductions du mot « lange »
  • Synonymes de « lange »

Définitions du mot lange

Trésor de la Langue Française informatisé

LANGE, subst. masc.

A. − Pièce de tissu qui enveloppe le corps d'un nourrisson de la taille aux pieds.
1. [Sert de vêtement de dessus]
a) Pièce de tissu épais en laine, en coton, en molleton servant à tenir l'enfant au chaud. Elle allaita elle-même son enfant, lui fit des langes avec sa couverture, la seule qu'elle eût sur son lit (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 249):
1. Je suis la fille d'une femme qui, vingt fois désespérée de manquer d'argent pour autrui, courut sous la neige fouettée de vent crier de porte en porte, chez des riches, qu'un enfant, près d'un âtre indigent, venait de naître sans langes, nu sur de défaillantes mains nues... Colette, Naiss. jour,1928, p. 6.
b) Pièce de soie, de satin, souvent richement brodée, servant de parure. Le Pape envoyoit des langes bénis au Roi, à la naissance du Dauphin (Ac.1798).Dans un lange de fine batiste était enveloppé un enfant qui venait de naître (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 641).
2. [Sert de vêtement de dessous] Couche, linge appliqué sur le corps d'un enfant. Le bruit de ferraille qu'on faisait à passer réveillait la marmaille sans langes derrière les palissades de fortune (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 73):
2. Dans l'ombre, le garçon, sournois, barbote à deux mains dans le seau où trempent les langes sales. Et, au fond du berceau, pour rappeler l'attention sur lui, le bébé fait une colère, en frappant l'air de ses petits poings. Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1101.
(Être) dans les langes. (Être) en bas âge. Elle eut, de son mariage, deux filles et deux garçons qui moururent tous quatre, dans les langes, d'un épanchement au cerveau (France, Génie lat.,1909, p. 265).
3. P. anal.
a) Molleton d'une table à repasser. Le linge empesé se repasse toujours sur le lange de laine, de même que les broderies et dentelles (Lar. mén.1926, p. 1046).
b) GRAV. [Dans la taille douce] Drap de laine ou de flanelle que l'on met sur la planche à graver recouverte du papier à imprimer pour assouplir et uniformiser l'action de la presse (d'apr. Bég. Estampe 1977). Lorsqu'on passera cette planche, couverte de son papier humide, sous une presse, celle-ci transmettra sa pression par l'intermédiaire de langes de laine (Arts et litt.,1935, p. 2813).Le graveur (...) la recouvre [la plaque gravée] d'une feuille de papier humide, d'un lange de laine ou de feutre destiné à égaliser le foulage, et la fait passer entre deux cylindres, comme dans un laminoir (Dacier1944, p. 6).
B. − Au plur. et au fig.
1. Commencements, débuts. Je suis un parvenu, mon cher, je le sais. Je ne veux pas laisser voir mes langes! (Balzac, Rabouill.,1842, p. 569).
(Être) dans les/ses langes. (Être) à ses débuts, dans ses balbutiements. Tant que la physique est restée dans les langes, et que nous n'avions aucun moyen de constater qu'il ne se fait (...) aucune déperdition réelle de substance (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 211).Voici la terre à fin d'usage, l'heure nouvelle dans ses langes, et mon cœur visité d'une étrange voyelle (Saint-John Perse, Exil,1942, p. 236).
Sortir des langes. Sortir de l'enfance. On a pu remarquer avec quelle difficulté (...) elle [la musique] est sortie des langes de la diaphonie (Coussemaker, Hist. harm. Moy.-Âge,1852, p. 40).
2. Obstacles, liens qui entravent et contraignent. Nous déchirerons, s'il se peut, ces langes de police dont il est honteux que le théâtre soit encore emmaillotté au dix-neuvième siècle (Hugo, Hernani,1830, p. v).Il faut y sentir l'effort de la tendre doctrine chrétienne pour faire éclater les étroits langes du sémitisme qui l'enserrent (Gide, Journal,1916, p. 589).
Prononc. et Orth. : [lɑ ̃:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 « vêtement de laine » (Béroul, Tristan, éd. E. Muret, 3568); 2. 1538 « morceau d'étoffe de laine dont on enveloppe les enfants au maillot » (Est., s.v. incunabula). Substantivation de l'anc. adj. lange « de laine » (xiiies. ds Gdf. et T.-L.), du lat. laneus, de même sens. Fréq. abs. littér. : 214. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 348, b) 325; xxes. : a) 325, b) 242.

Wiktionnaire

Nom commun

lange \lɑ̃ʒ\ masculin

  1. (Habillement) (Puériculture) Morceau d’étoffe de laine ou de coton dont on enveloppait les enfants au berceau.
    • Un lange de molleton, de piqué.
    • Cet enfant est trop serré dans ses langes.
    • (Figuré) (Poétique) Ils se penchèrent ensemble pour voir un de ces majestueux paysages pleins de neige, de glaciers, d'ombres grises qui teignent les flancs de montagnes fantastiques ; […]; magnifiques langes dans lesquels renaît le soleil, beau linceul où il expire. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
  2. (Suisse) (Belgique) (Puériculture) Couche. (Linge ou bande absorbante à l’usage des enfants.)
  3. (Papeterie) Dans les anciennes usines de papier, pièce de serge ou de drap sur lesquelles on versait la pâte à papier.

Forme de verbe

lange \lɑ̃ʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de langer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de langer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de langer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de langer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de langer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LANGE. n. m.
Morceau d'étoffe de laine ou de coton dont on enveloppe les enfants au berceau. Un lange de molleton, de piqué. Cet enfant est trop serré dans ses langes.

Littré (1872-1877)

LANGE (lan-j') s. m.
  • 1Morceau d'étoffe en laine, dont on enveloppe les enfants au maillot. Aimable enfant [Jésus], heureux ceux qui vous ont vu hors de vos langes développer vos bras, étendre vos petites mains, caresser votre sainte mère…, Bossuet, Élévat. sur myst. XX, 1. Le pape s'était engagé à l'envoyer nonce extraordinaire à Vienne porter les langes bénits au prince dont l'impératrice accoucherait, Saint-Simon, 457, 196. Il [l'enfant] était moins comprimé dans l'amnios qu'il n'est dans ses langes, Rousseau, Ém. I. Il n'y a pas longtemps qu'une femme de mon voisinage venant d'acheter des langes à Genève, et en ayant enveloppé son enfant, les employés des fermes, sous la conduite d'un nommé Moreau, saisirent ces langes sous prétexte qu'ils étaient neufs, Voltaire, Lett. Mme de Saint-Julien, 3 oct. 1775. Il [le christianisme] respecte jusque dans les langes la dignité de l'homme, Chateaubriand, Mart. IV.

    Fig. Cette déité [la liberté] Qui laisse en de vieux langes Le monde emmaillotté, Béranger, Liberté. Le temps d'Hérodote fut l'aurore de cette lumière, et, comme il a peint le monde encore dans les langes, s'il faut ainsi parler, d'où lui-même il sortait…, Courier, Hérodote, préface du traducteur.

  • 2Il se dit, abusivement, des couches ou pièces de toile dont on enveloppe l'enfant.
  • 3 Terme de cartonnier. Morceau de drap taillé en carré qu'on met sur les formes à carton.

    Les imprimeurs en taille-douce se servent aussi de langes.

HISTORIQUE

XIIIe s. …n'ai Robe de lange ne de lin, à grant provreté sui remese [restée], Ren. 30318. Les toisons por faire dras langes, la Rose, 20189. Assez sovent lessa le linge, Et si frotta le dos au lange [elle n'avait pas de chemise], Rutebeuf, II, 157. Tel cuide on qu'au lange se froie [se frotte] Qu'autre chose a souz la corroie, Si com je cuit, Rutebeuf, 206. Et lors je me parti de Joinville sanz rentrer au chastel jusques à ma revenue, à pié, deschaus et en lange [sans chemise], Joinville, 209.

XIVe s. Et de draps y avoit mainte pile empilée Et de lange et de linge mainte huche comblée, Guesclin, V. 20398.

XVIe s. Elles nourrissent leurs enfans, sans les emmailloter, ny lier de bandes ny de langes, Amyot, Lyc. 33.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LANGE, s. m. (Gramm.) on comprend sous ce nom tout ce qui sert à envelopper les enfans en maillot. Les langes qui touchent immédiatement à l’enfant & qui servent à la propreté, sont de toile ; ceux de dessus & qui servent à la parure, sont de satin ou d’autres étoffes de soie ; les langes d’entre deux, qui servent à tenir la chaleur & qui sont d’utilité, sont de laine.

Langes, à l’usage des imprimeurs en taille-douce, voyez l’article Imprimerie taille-douce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lange »

Wallon, lanië ; du lat. laneus, fait de laine, qui vient de lana, laine. Le lange est l'étoffe de laine, par opposition à linge, l'étoffe de lin. En lange, se disait d'une sorte de mortification, quand on allait avec le vêtement de laine sur le corps sans chemise.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin laneus (« de laine »). Le sens de "vêtement pour enfant" n’est apparu que vers le XVIème siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lange »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lange lɑ̃ʒ

Citations contenant le mot « lange »

  • Jupe de femme est lange du diable. De Proverbe roumain
  • Le lange l’apporte Le linceul l’emportera. De Proverbe français
  • Vivre, c'est naître sans cesse. La mort n'est qu'une ultime naissance, le linceul notre dernier lange. De Marcel Jouhandeau / Réflexions sur la vieillesse et la mort
  • Notre âme est emmaillotée dans notre corps, comme un enfant dans ses langes : on ne lui voit que la figure. De Le curé d'Ars
  • L'histoire est, dit-on, le bréviaire des rois ; à la manière dont les rois gouvernent, on voit bien que leur bréviaire ne vaut rien ; l'histoire, en effet sous son rapport scientifique, n'est pas encore sortie des langes de l'enfance. De Comte de Saint-Simon / Mémoire sur la science de l'homme

Images d'illustration du mot « lange »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lange »

Langue Traduction
Anglais swaddle
Espagnol envolver
Italien fasciare
Allemand wickeln
Chinois add
Arabe قماط
Portugais enfaixar
Russe пеленать
Japonais おくるみ
Basque swaddle
Corse balla
Source : Google Translate API

Synonymes de « lange »

Source : synonymes de lange sur lebonsynonyme.fr
Partager