La langue française

Labarum

Définitions du mot « labarum »

Trésor de la Langue Française informatisé

LABARUM, subst. masc.

HIST. Étendard impérial romain sur lequel figure une croix et le monogramme du Christ, adopté à la suite d'une vision prémonitoire que Constantin aurait eue de sa victoire sur Maxence. On nous a lu deux mémoires; le premier était destiné à déterminer l'endroit où la croix miraculeuse, ou le labarum, avait apparu à Constantin (Constant, Journaux,1804, p. 176).Certains événements historiques, aujourd'hui scientifiquement avérés et expliqués (ou tout comme), par exemple le Labarum de Constantin, les croix répercutées sur les nuages par des plaines de neige (Villiers de L'I-A., Contes cruels,1883, p. 65).
Prononc. et Orth. : [labaʀ ɔm]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1555 (G. du Choul, Castram. des Rom., p. 26, éd. 1567 ds Gdf. Compl.). Mot lat. labarum « id. ». Fréq. abs. littér. : 13.

Wiktionnaire

Nom commun

labarum \la.ba.ʁɔm\ masculin

  1. (Antiquité) (Vexillologie) Étendard impérial.
    • L'empereur Constantin fit placer sur le labarum la croix et le monogramme de Jésus-Christ avec l’inscription In hoc signo vinces, ce qui signifie "par ce signe tu vaincras".
    • À l’œuvre, bannerets ! Hissez le labarum.
      Comme aux anciens romains, donnez-nous le forum :
      Et nous saurons bientôt y dresser la tribune
      .— (Th. Karcher, Rêves de flotte").

Nom commun

lăbărum \Prononciation ?\ neutre

  1. (Vexillologie) Étendard impérial (sur lequel Constantin fit mettre une croix et le monogramme de Jésus).
    • MILITARIS VEXILLI, quod erat auro, gemmis omnique majori ornatu elaborandum : [...] nomine Labarum diceretur — (Matthieu Jacuti, Histoire de Constantin, 1758)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

LABARUM (la-ba-rom') s. f.
  • Étendard romain, qui consistait en une longue lance, surmontée d'un bâton qui la traversait à angles droits, d'où pendait une riche pièce d'étoffe couleur de pourpre et quelquefois enrichie de pierres précieuses ; jusqu'au temps de Constantin le Grand, elle portait la figure d'une aigle ; mais ce prince fit mettre à la place une croix avec un chiffre qui exprimait le nom de Jésus, à la suite, dit-on, d'une apparition dans les nues qui lui montrait ce signe et lui annonçait la victoire s'il l'adoptait.

    Par extension. Le Christ sort de son trône avec un labarum de feu qui se forme soudainement dans sa main, Chateaubriand, Natch. IV.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LABARUM, s. m. (Littér.) enseigne, étendart qu’on portoit à la guerre devant les empereurs romains. C’étoit une longue lance, traversée par le haut d’un bâton, duquel pendoit un riche voile de couleur de pourpre, orné de pierreries & d’une frange à-l’entour.

Les Romains avoient pris cet étendart des Daces, des Sarmates, des Pannoniens, & autres peuples barbares qu’ils avoient vaincus. Il y eut une aigle peinte, ou tissue d’or sur le voile, jusqu’au règne de Constantin, qui y fit mettre une croix avec un chiffre, ou monogramme, marquant le nom de Jesus-Christ. Il donna la charge à cinquante hommes de sa garde de porter tour-à-tour le labarum, qu’il venoit de reformer. C’est ce qu’Eusebe nous apprend dans la vie de cet empereur ; il falloit s’en tenir-là.

En effet, comme le remarque M. de Voltaire, puisque le règne de Constantin est une époque glorieuse pour la religion chrétienne, qu’il rendit triomphante, on n’avoit pas besoin d’y joindre des prodiges ; comme l’apparition du labarum dans les nuées, sans qu’on dise seulement en quel pays cet étendart apparut. Il ne falloit pas écrire que les gardes du labarum ne pouvoient être blessés, & que les coups qu’on tiroit sur eux, portoient tous sur le bois de l’étendart. Le boucher tombé du ciel dans l’ancienne Rome, l’oriflâme apporté à Saint Denis par un ange, toutes ces imitations du palladium de Troie, ne servent qu’à donner à la vérité, l’air de la fable. De savans antiquaires ont suffisamment résuté ces erreurs, que la philosophie désavoue, & que la critique détruit. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « labarum »

Du latin labarum, du grec ancien λάβαρον, lábaron.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du grec ancien λαϐαρόν, labarón, non attesté dans le Bailly, sans doute un dérivé hellénistique de labê (« action de pendre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. labarum, dont l'origine est inconnue. Ce n'est qu'à partir de Constantin que ce mot se trouve chez les auteurs latins ; mais, d'après du Cange, ce genre d'étendard est figuré bien longtemps auparavant sur les médailles des premiers empereurs, et, comme il y figure à propos de victoires sur les barbares du Nord, il pense que la chose et le nom ont été empruntés par les Romains à ces peuples.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « labarum »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
labarum labarɔm

Citations contenant le mot « labarum »

  • En 312 après J.-C., l’empereur romain Constantin fait route sur Rome, victorieux de guerres intestines en Germanie. Il apprend que Maxence s’est fait proclamer empereur de Rome à sa place. Alors qu’il traverse la Bresse, il ressent dans sa grande armée une certaine faiblesse. Constantin s’est converti au christianisme peu avant cet épisode, et est le premier empereur chrétien. La légende raconte qu’en priant pour redonner force et courage à ses soldats, il voit une lueur en forme de croix dans le ciel, sur laquelle il est gravé « In Hoc Signo Vinces » traduit par « par ce signe tu vaincras ». Lors de cette même nuit, Jésus Christ lui ordonna d’afficher sur son étendard la Sainte-Croix, appelée labarum. Quelques années plus tard, les armées de Constantin marcheront sur Rome, réduisant à néant l’armée d’un Maxence, tristement déchu. , Sainte-Croix | La légende du Labarum
  • Le labarum remis à Avignon le 19 mai est exposé à la chapelle Saint-Aurélien de Limoges. Le labarum est à la Maintenance des confréries de pénitents de France et de Monaco, ce que la flamme est aux Jeux olympiques. Cet étendard à caractère religieux se transmet tous les ans aux villes chargées de l’organisation des prochaines rencontres. Le 18 mai dernier, Pierre Lamige, premier syndic de la confrérie de Saint-Aurélien s’est vu remettre, à Notre-Dame des Doms à Avignon, des mains de Monseigneur Barsi, évêque de Monaco, cette précieuse bannière. www.lepopulaire.fr, Le labarum exposé pendant un an à la chapelle Saint-Aurélien à Limoges - Limoges (87000)
  • Le 18 mai dernier à Avignon, Pierre Lamige s’est vu remettre à Avignon le « labarum », autrement dit l’étendard officiel de la Maintenance. Cette bannière, comme la flamme des Jeux Olympiques, se transmet tous les ans à la prochaine ville organisatrice des rencontres des confréries de pénitents de France et de Monaco. www.lepopulaire.fr, La 75e Maintenance des confréries de pénitents de France et de Monaco se tiendra à Limoges - Limoges (87000)
  • La pièce de monnaie ancienne que cette nouveauté met en vedette sur son couvercle représente Constantin II, second fils de l'empereur Constantin. Le revers représente l'empereur debout, en tenue militaire, ceint d'une couronne de laurier et tenant le labarum d'une main. L'inscription "TRIVMFATOR GENTIVM BARBARVM" ("triomphant sur les nations barbares") est une célébration de la domination romaine sur ses ennemis étrangers. , Bulgari - Octo Roma Monete en titane - Style & Tendance - WorldTempus
  • À Jonquières, le presbytère était dans la Grand’rue, en face il y avait un café où l'on chantait, où l'on buvait le soir. L’abbé Léon tonnait en chaire contre cette mauvaise habitude de se coucher tard et de ne pas se lever le matin. Le cafetier eut peur que ses clients ne le quittent, à cause des sermons de l’abbé Léon. Probablement originaire d’Arles, il fit sculpter sur sa façade une dalle avec les armoiries officielles de la ville d’Arles : un lion assis regardant de face et tenant de sa patte droite levée un labarum, avec la devise "Ab ira leonis", par la colère du lion, une devise de défi, la ville menaçait ses ennemis de la colère du lion qui la personnifiait. midilibre.fr, L’abbé Léon Vinas, curé de campagne et archéologue, le lion de Jonquières - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « labarum »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « labarum »

Langue Traduction
Anglais labarum
Espagnol lábaro
Italien labarum
Allemand labarum
Chinois 拉布拉姆
Arabe لاباروم
Portugais lábio
Russe лабарум
Japonais ラバラム
Basque labarum
Corse labarum
Source : Google Translate API

Synonymes de « labarum »

Source : synonymes de labarum sur lebonsynonyme.fr

Labarum

Retour au sommaire ➦

Partager