La langue française

Justicier

Définitions du mot « justicier »

Trésor de la Langue Française informatisé

JUSTICIER1, verbe trans.

Vieilli. Infliger (à un condamné) la peine corporelle fixée par la sentence; généralement, (l')exécuter. Renaud d'Apremont, mon beau-frère, est en prison, sur le point d'être justicié (Mérimée, Jacquerie,1828, p. 150).− Tu ne seras pas contente que tu n'aies fait pendre cet enfant, avec ta damnée langue? lui dit-il (...) d'une voix sévère. − Je l'aimerais mieux justicié mais sauvé, que vivant et Huguenot, dit-elle d'un air sombre (Balzac, Martyr calv.,1841, p. 78).
P. ext. Tuer. Les Bourguignons mettaient le feu aux maisons, pillaient les églises, justiciaient les plus gros bourgeois (France, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 2).
Prononc. : [ʒystisje]. Étymol. et Hist. 1. 1121-34 « gouverner » Lëuns... Mustes bestes justise (Ph. de Thaon, Bestiaire, 28 ds T.-L.); 2. 1160-74 sa char justicier « mortifier sa chair » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 1708); 3. 1174-76 « juger, châtier » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 45 ds T.-L.). Dér. de justice*; dés. -er; cf. le lat. médiév. justitiare « contraindre quelqu'un à s'incliner devant la justice; juger » (cf. Nierm.).

JUSTICIER2, -IÈRE, subst.

A. − [Correspond à justice B] Celui, celle qui fait justice. Faire œuvre de justicier; s'ériger, parler en justicier. Cicéron est un justicier par la pensée de même que Brutus est un justicier par l'épée (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 419).As-tu jamais songé à cela, toi, que la postérité n'est peut-être pas l'impeccable justicière que nous rêvons? (Zola, Œuvre,1866, p. 350):
1. Il (...) attendait (...) que la place arrivât dans le viseur (il lui restait deux bombes de cinquante kilos). Indifférent aux mitrailleuses de terre, il se sentait à la fois justicier et assassin, plus dégoûté d'ailleurs de se prendre pour un justicier que pour un assassin. Malraux, Espoir,1937, p. 520.
[Avec déterminant] Il ne marchait plus à terre, comme soulevé par cette idée intense de se faire le justicier des maux qu'il avait vu souffrir (Zola, Ventre Paris,1873, p. 845):
2. Me voici sur mon trône assis comme un grand juge. L'innocence à mes pieds peut chercher un refuge. Irus est le bourreau, Silvio le confesseur. Nous sommes justiciers de l'honneur des familles. Musset, À quoi rêvent j. filles,1832, II, 7, p. 383.
En partic.
1. Celui qui lutte pour la justice, prenant la défense des innocents, châtiant les coupables. Ce défenseur des pauvres, des veuves, des orphelins [saint Yves], est devenu dans le pays le grand justicier, le redresseur de torts (Renan, Souv. enf.,1883, p. 10):
3. ... aujourd'hui (...) les positions sont nettes : d'une part, les coupables qui ne veulent pas que la lumière se fasse; de l'autre, les justiciers qui donneront leur vie pour qu'elle soit faite. Doc. hist. contemp.,1959, p. 59.
2. Celui qui est partisan d'une justice rigoureuse. La reine Isabelle (...) ne voulut pas qu'on dît Pèdre le Cruel; mais d'accord avec le peuple (...) elle l'appela Pèdre le Justicier (Mérimée, Don Pèdre Ier,1848, p. 536).
Emploi adj.
[En parlant d'une pers. ou d'une personnification] Qui fait justice. Ange, dieu, bandit justicier. Pour un roi justicier l'indulgence est un crime (Bainville, Gringoire,1866, 7, p. 49).V. échec 2ex. :
4. ... un comportement de dépendance passive, obséquieuse devant l'autorité, qui oriente l'adoration vers le Père tout-puissant et justicier plutôt que vers le Christ fraternel. Mounier, Traité caract.,1946, p. 745.
[En parlant d'un acte, d'une attitude ou d'une expression] Qui révèle un comportement de justicier. Geste, ton justicier; diatribe, fureur, voix justicière. Je n'admets pas l'amour grognon, despotique, justicier, qui vitupère et assassine (Chardonne, Éva,1930, p. 23).On a cité d'elle des mots pénétrants, des mots justiciers, des mots impitoyables (Colette, Belles sais., Discours de réception, 1936, p. 223):
5. ... coincé entre les deux branches − paternelle et maternelle − comme dans une tenaille, sentant converger sur lui autant de regards justiciers qu'il y avait d'assistants, Lulu Maublanc demeurait silencieux... Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 195.
B. − [Correspond à justice C]
1. Celui, celle, qui a la charge de la justice. Le grand justicier Brisson (...) va poursuivre le colonel Picquart, et (...), pour nous donner le change, fait la frime d'arrêter Esterhazy (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 479).Grâce à mon titre de justicier officiel, je bénéficie d'un préjugé favorable, jusqu'à ce que j'aie fait abondamment la preuve de mon incapacité (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 110).
[Avec déterminant] Le roi est justicier de Dieu. La direction qu'il donne au glaive est l'effet même de la volonté de Iahvé (Renan, Hist. Isr., t. 2, 1889, p. 109).
MOY. ÂGE. Celui qui a droit de justice en un lieu donné (cf. basse, haute justice, s.v. justice C 1). Seigneur bas justicier. Le duc de Lorges, grand justicier du royaume (Balzac, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 244).La guerre d'usure, poursuivie par la royauté contre les grands seigneurs, hauts justiciers, attachés, en l'espèce, à un privilège que ne leur reconnaît aucun texte de l'ancien droit commun (E. Schneider, Charbon,1945, p. 119):
6. Cette déclaration du roi (...) : c'était ce qu'on nommait des lettres de justice; elles se terminaient par l'ordre donné aux justiciers et officiers royaux de procéder, chacun dans sa juridiction, contre lesdits coupables, (...) et d'administrer justice aux parties. Barante, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 328.
Emploi adj. Toute l'organisation justicière et universitaire dont les costumes, les hermines, les coiffures vous ramenaient au temps du vieux Paris (A. Daudet, Nabab,1877, p. 107).Dans les années qui suivent l'année 1261, la lutte, qui se prolonge, fatigue le bras justicier (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 229).
2. Celui qui exécute la sentence :
7. ... il obtint, plusieurs fois, des gouverneurs, d'exercer les horribles fonctions de justicier, aux lieu et place des exécuteurs orientaux. Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 146.
Prononc. et Orth. : [ʒystisje], fém. [-jε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1119 dr. féod. « celui qui a droit de justice en quelque lieu » ici en parlant de Dieu Deus est forz justisier (Ph. de Thaon, Comput, 960 ds T.-L.); b) ca 1135 « celui qui fait régner la justice » justisier (Couronnement Louis, éd. G. Lepage, AB 146); 2. av. 1801 « qui a ou qui s'arroge le droit de porter un jugement » hauts justiciers de la littérature (Rivarol ds Lar. Lang. fr.); 3. 1873 « qui fait justice lui-même » (Zola, loc. cit.). Dér. de justice*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér. : 144.
DÉR.
Justiciard, subst. masc.,péj. Magistrat, auxiliaire de justice. Quand il aurait retrouvé l'homme (...), certes, il ne pensait nullement à le rendre au bourreau! Pas de jeu, ça! Flammèche n'avait rien d'un justiciard (...). Il espérait seulement toucher la grosse somme (La Varende, Homme aux gants,1943, p. 179).Emploi adj. Qui est propre aux gens de justice. Mais, à l'intérieur [de la maison de M. Lescuyer], c'était encore pis. Tout y respirait l'avarice provinciale et la morgue justiciarde (Coppée, Coupable, t. 8, 1897, p. 7).[ʒystisja:ʀ], fém. [-aʀd]. 1resattest. 1834 subst. plur. « les gens de justice » (Balzac, Œuvres div., t. 2, p. 669), 1897 adj. « relative aux gens de justice » (Coppée, loc. cit.); de justicier2par substitution de suffixe.
BBG. Gohin 1903, p. 233. - Quem. DDL t. 10 (s.v. justiciard).

Wiktionnaire

Nom commun

justicier \ʒys.ti.sje\ masculin (pour une femme on dit : justicière)

  1. Celui qui aime à rendre, à faire justice.
    • Saint Louis était grand justicier.
  2. Personne qui avait droit de justice en quelque lieu.
    • Haut justicier.
  3. (Par extension) Celui qui s’octroie le droit de rendre la justice.
    • Il agissait en justicier des siens.
    • Il n’admet pas d’être jugé par les autres, il est son propre justicier.
    • il se fit justicier, il rêva de se dresser, des Halles mêmes, pour écraser ce règne de mangeailles et de soûleries. — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, ch. V, Georges Charpentier, Paris, 1873, p. 257 de l’éd. de 1878)

Adjectif

justicier \ʒys.ti.sje\ masculin

  1. Celui qui avait droit de justice en quelque lieu.
    • Il en était seigneur justicier.

Verbe

justicier \ʒys.ti.sje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Punir quelqu’un d’une peine en exécution d’une sentence ou d’un arrêt.
    • Lorsqu’un homme était justicié, lit-on dans le Grand Coutumier, le bourreau avait le droit à tout ce qui était au-dessus de la ceinture. — (Métiers disparus, éditions G. M. Perrin, 1968, page 119)
    • Par ailleurs, les deux bourreaux, chargés de justicier le protagoniste sont seulement de vieux acteurs subalternes, donc artistes eux aussi, mais uniquement interprètes, pâles, gras et répugnants, incapables de répondre à aucune question. — (Guido Crespi, Kafka humoriste, page 107, éditions Shakespeare and company, Brescia, 1984, traduction de l’auteur)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JUSTICIER. v. tr.
Punir quelqu'un d'une peine en exécution d'une sentence ou d'un arrêt. Il a été justicié. Il a vieilli.

Littré (1872-1877)

JUSTICIER (ju-sti-si-é), je justiciais, nous justiciions, vous justiciiez ; que je justicie, que nous justiciions, que vous justiciiez) v. a.
  • Punir quel qu'un d'une peine corporelle, en exécution de sentence ou d'arrêt. On fit justicier ces voleurs.

HISTORIQUE

XIIe s. Moinne veut devenir, et sa vie muer, Por sa char justicier [mortifier] et por s'ame sauver ; Moult a fait mal en siecle, moult y a amender, Rou, ms. p. 64, dans LACURNE. Et l'emperere qui Franc doit justicier, Ronc. p. 31. Jà de plus aspre mort nel pouvez justisier, ib. p. 200. Et nouveles en vinrent au Saisne Brunamont Qui justisoit [gouvernait] Sassoigne et la terre environ, Sax. III.

XIIIe s. Qui d'amors est justiciés, Fl. et Bl. V. 1103.

XIVe s. Avoient fait plusieurs enfraintures en justichant es villes, Du Cange, arrestum. Pour justicier deux femmes auxquelles on coupa les oreilles, Du Cange, Auris.

XVe s. Il fit tant de bonnes gens justicier, et mettre tant de gens à mort sans loi et sans jugement…, Froissart, I, I, 9. En justiciant, c'est le plus crueux et le plus droiturier seigneur qui vive, Froissart, II, III, 9.

XVIe s. La derniere clause portant que les Escossois avoient creez leurs rois et gardé possession de les justicier par prison et par mort, quant le cas y escheoit, D'Aubigné, Hist. II, 90. Le roy peut justicier ses officiers clercs, pour quelque faute que ce soit, commise en l'exercice de leurs charges, nonobstant le privilege de clericature, P. Pithou, 33.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

JUSTICIER, s. m. (Jurisprud.) est celui qui a droit de justice.

Haut-justicier, est le seigneur qui a le droit de haute justice, ou le juge qui l’exerce pour lui.

Moyen justicier, est celui qui a droit de moyenne justice.

Bas justicier ; est celui qui a droit de basse justice seulement. Voyez ci-devant Justice & Seigneur, haut, moyen & bas Justicier. (A)

Justicier, v. act. (Jurisprud.) en matiere criminelle signifie exécuter contre quelqu’un un jugement qui prononce une peine corporelle. (A)

Justicier d’Aragon, (Hist. d’Espagne.) c’étoit le chef, le président des états d’Aragon, depuis que ce royaume fut séparée de la Navarre en 1035, jusqu’en 1478 que Ferdinand V. roi de Castille, réunit toute l’Espagne en sa personne. Pendant cet intervalle de tems, les Aragonois avoient resserré l’autorité de leurs rois dans des limites étroites. Ces peuples se souviennent encore, dit M. de Voltaire, de l’inauguration de leurs souverains. Nos que valemo tanto como vos, os hazemos nuestro rey, y senor, con tal que guardeis nuestros sueros, se no, no. « Nous qui sommes autant que vous, nous vous faisons notre roi, à condition que vous garderez nos lois ; si non, non ». Le justicier d’Aragon prétendoit que « ce n’étoit pas une vaine cérémonie, & qu’il avoit le droit d’accuser le roi devant les états, & de présider au jugement. Il est vrai néanmoins que l’Histoire ne rapporte aucun exemple qu’on ait usé de ce privilege ». (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « justicier »

Justice ; provenç. justiziar ; portug. justiçar ; ital. giustiziare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De justice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « justicier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
justicier ʒystisje

Citations contenant le mot « justicier »

  • Qu'aurions-nous besoin de la justice ou d'un justicier, quand il y a les visages et les corps ? De Denys Gagnon / Les Noces de la bête
  • C'est le souvenir, personnel, que je conserve et veux partager afin de rendre hommage à la trajectoire d'un justicier. , Hommage rendu à Maman Abou / Un justicier, un homme de conviction et d'action s'en est allé : Par Maman Sidikou
  • De l'action, un super-justicier charismatique (bien qu'il ne soit pas aussi souriant que les héros Marvel), un sous-texte politique plus ou moins subtil : l'intrigue avait tout, sur le papier, pour devenir une adaptation réussie. Finalement, ni le film de 1995 avec Sylvester Stallone ni son remake de 2012 (Dredd avec Karl Urban) n'ont été de vrais succès. Prochainement, la franchise devrait pourtant faire l'objet d'une nouvelle relecture à travers une série intitulée Judge Dredd: Mega-City One. EcranLarge.com, Judge Dredd : cette adaptation avec Arnold Schwarzenegger qui ne verra jamais le jour - Actualité Film - EcranLarge.com
  • Ne laissez pas passer le film d'aventure Tigre et dragon, sur Canal+ Family à 14h44. Si vous souhaitez en savoir davantage, en voici une rapide synthèse. En Chine, une jeune femme influencée par une adepte des arts martiaux fait l'objet d'un conflit d'intérêt entre son maître et un justicier rêvant de l'initier. Tigre et dragon dure 1h56. Télé 7 Jours, Que regarder à la télévision cet après-midi, lundi 20 juillet 2020 ?

Traductions du mot « justicier »

Langue Traduction
Anglais vigilante
Espagnol vigilante
Italien vigilante
Allemand bürgerwehr
Chinois 警惕
Arabe اليقظة
Portugais vigilante
Russe мститель
Japonais 自警団員
Basque vigilante
Corse vigilante
Source : Google Translate API

Synonymes de « justicier »

Source : synonymes de justicier sur lebonsynonyme.fr

Justicier

Retour au sommaire ➦

Partager