Jugeur : définition de jugeur

chevron_left
chevron_right

Jugeur : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

JUGEUR, -EUSE, subst. et adj.

A. − Emploi subst. masc., HIST. DU DR. Juge qui avait pour fonction de juger, de dire le droit, par opposition au juge qui n'était que rapporteur. La sentence se prononçoit par la bouche de certains jurés nommés jugeurs. Ces jugeurs ne pouvoient être tirés de la classe des vilains et coutumiers (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist., t. 3, 1831, p. 392):
1. Le Parlement, d'abord ambulant avec le monarque, fut ensuite rendu sédentaire; il eut des sessions fixes et devint enfin perpétuel : des conseillers jugeurs [it. ds le texte] tirés de la classe de la noblesse et de l'église, des conseillers rapporteurs choisis parmi la classe des clercs et des bourgeois, le composoient. Chateaubr., Ét. ou Disc. hist., t. 3, 1831p. 328.
B. − Emploi adj. et subst., vieilli
1. Emploi adj. Qui porte des jugements. Louvois sentait en La Fare (...) un esprit indépendant, jugeur et qui ne pliait pas (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 10, 1854, p. 392).
2. Emploi subst. Personne qui porte des jugements de valeur. Malgré l'immense respect que j'ai pour votre sens critique (car chez vous le jugeur est au niveau du producteur [...]) je ne suis point de votre avis sur la manière dont il faut prendre ce sujet-là (Flaub., Corresp.,1874, p. 178):
2. Je ne répondrai point aux mille et une absurdités qu'on a débitées contre cet ouvrage : le public en a fait justice, et les gens de lettres me sauront peut-être gré d'avoir osé traiter un pareil sujet : quant à ces jugeurs pitoyables, pour qui rien n'est difficile que de se taire, je les remercie d'être d'un autre sentiment; car après l'éloge d'un homme instruit, rien n'est plus flatteur que la critique d'un sot. La Martelière, Robert,1793, p. 5.
Prononc. : [ʒyʒ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1050 « souverain juge, celui qui règne sur un pays » (Alexis, éd. Chr. Storey, 364); b) ca 1100 « juge » (Roland, éd. J. Bédier, 3699); 2. a) 1275-80 « connaisseur » (J. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 18009); b) 1774 « celui qui décide et juge de tout sans connaissance » (Beaumarchais, Quatrième Mémoire ds Proschwitz Beaumarchais, p. 135, s.v. isolation). Dér. de juger*; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 24.

Jugeur : définition du Wiktionnaire

Adjectif

jugeur \ʒy.ʒœʁ\

  1. (Péjoratif) Qui se permet de juger.
    • Madame la comtesse de Sérizy […] était souverainement jugeuse. Littérature, politique, hommes et femmes, tout subissait sa censure ; …. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Je n’ignorais pas que ces jugeurs du département, étrangers pour la plupart à la région, étaient à leur tour jugés à Paris. — (Mona Ozouf, Composition française, Gallimard, 2009, collection Folio, pages 206-207)

Nom commun

jugeur \Prononciation ?\ masculin

  1. Juge.
    • Deus, dreiz jugerre — (Psautier d’Oxford, édition de Francisque Michel, page 7, circa 1100-50.)
    • E devant les jugeurs
      Sin eslirront bien les meillurs
      — (Partonopeus de Blois, manuscrit de la Bibliothèque apostolique vaticane. 1175-1200. Fol. 37v.)

Forme d’adjectif

jugeuse féminin

  1. Féminin de jugeur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Jugeur : définition du Littré (1872-1877)

JUGEUR (ju-jeur) s. m.
  • 1Terme qui se dit par dénigrement. Celui qui juge. De perfides et iniques demandes de troupes, qui peuvent attirer un déluge de malheurs sur cette province, et qui ne seront jamais utiles qu'à l'orgueil ou à la vengeance des jugeurs, Mirabeau, Collection, t. I, p. 40.

    Terme d'ancienne pratique. Conseiller qui ne faisait point de rapports, et dont la mission se bornait à juger.

  • 2 Fig. Homme qui ne sait que juger et critiquer sans être capable de rien produire. Un jugeur de profession. Ajoutez-y le pédantesque abus de ces autres grands mots, décence et bonnes mœurs, qui donnent un air si important, si supérieur, que nos jugeurs de comédies seraient désolés de n'avoir pas à les prononcer sur toutes les pièces de théâtre, Beaumarchais, Mar. de Fig. Préface.

REMARQUE

Jugeur n'a pris un sens péjoratif que par opposition à juge ; autrement la finale eur n'a aucun mauvais sens ; mais ici, tandis que le juge remplit un office public, le jugeur fait un métier.

HISTORIQUE

XIIIe s. Car trop sont près li jugeor, Partonopex, dans RAYNOUARD, Lexique.

XVIe s. Lors s'estoit evanouie la difference de jugeurs et rapporteurs d'enquestes, Pasquier, Recherches, liv. II. p. 47, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « jugeur »

Étymologie de jugeur - Littré

Provenç. jutjaire, jutgaire, jutjador, jutgador ; espagn. juzgador ; portug. julgador ; de judicare, juger. En français jugere, en provençal jutjaire est le nominatif ; jugeor, jutjador, le régime.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de jugeur - Wiktionnaire

 Dérivé de juger avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de jugeur - Wiktionnaire

 Dérivé de juger avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jugeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jugeur ʒyʒœr play_arrow

Citations contenant le mot « jugeur »

  • D'autres, comme Marguerite, guérisseuse et jugeuse d'eau (fin du XIXe), ont été sorties de l'anonymat. D'autres encore, comme Marie Oyon, première députée et unique sénatrice de la Sarthe (XXe) l'historienne Anne Fillon, récemment disparue, Leïla Louhibi, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité ou encore la comtesse Barbara de Nicolaÿ, sont des figures sarthoises à (re) découvrir. , Femmes en Sarthe, portraits à quatre mains - Le Mans.maville.com
  • Et le fourgon jugeur de crus, c'est pour bientôt ? Ou déjà fait ? ladepeche.fr, Tarbes. Industron a développé un fourgon jaugeur de crues - ladepeche.fr
  • Si les imperfections, réelles ou supposées, se dissolvent miraculeusement sous un regard amoureux, elles peuvent devenir très douloureuses sous celui de parfaits inconnus. « L’enfer, c’est les autres », a écrit Sartre, mais ne serait-ce pas plutôt ce que l’on imagine de leur regard ? « Tout dépend de son capital de confiance personnel, constate Catherine Blanc. Plus il est important, moins on sera dans la dépendance du regard de l’autre, et moins on imaginera l’œil jugeur, désapprobateur ou moqueur. Je reçois des jeunes femmes absolument magnifiques qui, pourtant, vivent l’enfer malgré un physique parfait ! Cela dit, même si tout dépend de l’histoire de chacune, il faut reconnaître que les critères esthétiques de notre culture déforment totalement le regard que l’on porte sur soi. » , L'estime de soi à l'épreuve du maillot de bain | Psychologies.com
  • Louis Cloarec est qualifié d’uromante ou jugeur d’urines. Quand le patient ne pouvait pas se déplacer, il établissait le diagnostic à partir de ses urines. Il fabriquait le louzou de Saint-Sébastien, du nom de la chapelle à côté de laquelle il habitait. Ce louzou contenait notamment de l’absinthe. Il a été dénoncé en 1853 par un patient. , Guérisseurs et sorciers en Bretagne : « des histoires savoureuses » racontées dans un livre | Le Courrier - Le Progrès

Traductions du mot « jugeur »

Langue Traduction
Corse ghjudice
Basque epaileak
Japonais 裁判官
Russe судья
Portugais juiz
Arabe قاضي
Chinois 法官
Allemand richter
Italien giudice
Espagnol juez
Anglais judge
Source : Google Translate API

Synonymes de « jugeur »

Source : synonymes de jugeur sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires