La langue française

Joual

Sommaire

  • Définitions du mot joual
  • Étymologie de « joual »
  • Phonétique de « joual »
  • Citations contenant le mot « joual »
  • Traductions du mot « joual »
  • Synonymes de « joual »

Définitions du mot joual

Trésor de la Langue Française informatisé

JOUAL, subst. masc.

Parler populaire des Canadiens francophones. Parler joual. Pour qualifier le langage incorrect qui est trop souvent le nôtre, de bas en haut de l'échelle sociale, un quidam a lancé un jour, aux applaudissements des illettrés, le mot joual (Ac. Can.-Fr. 1968).Renaud faisait parler ses personnages en joual mais écrivait le corps de son récit en français. Cela n'est pas assez pour Jasmin qui non seulement laisse joualiser ses héros, ce qui est défendable, mais écrit tout son récit en joual (C. Jasmin, Jasmin par Jasmin,1970, p. 102 ds Richesses et particularités de la lang. écrite au Québec, Montréal, 1981, p. 1407):
Le « joual » est une sous-langue : il est, par nature, confusion, appauvrissement, privation, désagrégation. Le « joual », c'est le français parlé par un groupe linguistique dont la langue maternelle est gravement ébranlée par la proximité et la pression d'une langue étrangère, l'anglais. (...) le « joual », c'est le français ébranlé non seulement dans son articulation et son vocabulaire mais aussi, mais surtout dans sa syntaxe. P. Chamberland, Les Lettres nouvelles,1967ds R. Hollier, Canada, Paris, Éd. du Seuil, 1967, p. 183.
REM. 1.
Joualisant, -ante, adj.Qui parle joual, écrit en joual ou préconise l'usage du joual. [Le] parti québécois, qui est le parti de tous les Québécois, anglophones, francophones, joualisants (A. Brochu,Adéodat I,1973,p. 98, ds R. Hollier, Canada, Paris, Éd. du Seuil, 1967, p. 183).
2.
Joualiser, verbe intrans.Parler joual. Voir C. Jasmin, loc. cit.
Prononc. : [ʒwal]. Homon. joualle. Étymol. et Hist. 1930 (Le Coglu, 14 février, p. 7, 4eet 5ecol. Québec : y parle joual, celui-là). Prononc. région. de cheval* (cf. FEW t. 2, p. 8b, Chr. Schmidt ds Z. rom. Philol. t. 91, p. 326) caractéristique du parler pop. du Québec, d'où l'emploi du terme pour désigner ce parler. Bbg. Barbeau (V.). Le Fr. au Canada. Québec, 1970, p. 210.

Wiktionnaire

Nom commun

joual \ʒwal\ masculin

  1. (Québec) Sociolecte de langue française issu de la culture populaire de la région de Montréal dans les années 1960.
    • […] son mari, qui était Canadien français, disait-on, parlait le français avec un fort accent anglais, et les Canadiens français présents parlaient, entre eux, le plus embarrassant des jouals. — (Roland Lorrain, La Mort de mon joual : histoire incroyable d’un canadien français décidé à parler bien, Éditions de jour, 1966, page 28)
    • Mais que veut dire joual, exactement? À quoi fait-on référence lorsqu’on parle du joual? Dans les écrits de Michel Tremblay, pionnier de la littérature joualisante, le joual fait référence au parler populaire des classes ouvrières de la région de Montréal des années 1960. C’est très restrictif. Dans ma Beauce ancestrale, par exemple, personne ne parlait joual. — (Anne-Marie Beaudoin-Bégin, La langue rapaillée, éditions Somme toute, 2015, page 104)
  2. (Québec) (Abusivement) Français québécois.
    • De nos jours, pour plusieurs, le joual fait référence au français québécois, tout simplement. Mais le seul fait de lui donner un nom particulier, autre que celui de français, comme si ce n’était pas, justement, du français, induit un jugement de valeur négatif. Car ce dont on parle réellement quand on utilise le mot joual, c’est du français québécois familier, ce français qui diverge le plus fortement du contenu des ouvrages de référence, ce français qui n’obéit pas aux règles canoniques. On ne dirait pas, par exemple, que les lecteurs de nouvelles de Radio-Canada parlent joual. Mais ils parlent pourtant bel et bien le français québécois. — (Anne-Marie Beaudoin-Bégin, La langue rapaillée, éditions Somme toute, 2015, page 104)
  3. (Missouri), (Québec), (Normandie) Prononciation familière de cheval.
    • I’s’en vient sus ein beau joual. — (Rosemary H. Thomas, It's Good To Tell You: French Folk Takes from Missouri, 1982)

Adjectif

joual

  1. Relatif au joual.
    • Cocasseries, sermons jouals, défense des paillardes et des vadrouillards, apologie des ivrognes voilà le fond de scène de ses romans […] — (Université Laval, La Revue de l’Université Laval, volume 15, Université Laval, 1961, page 542)
    • […] on a voulu récupérer […] la langue du Québec — qu’on appelle la langue jouale — […] — (Paul Dirkx, in Le corps en amont : Le corps de l’écrivain I – The body upstream. The writer's body I, citant des propos tenus en juin 1967, L’Harmattan, 2012)
    • […] mais après les premières œuvres jouales, le monde québecois a changé […] — (Québec Presque Libre, œuvre collective, Québec Presque Libre, 1976, page 59)
    • Ce parler et cette pensée jouals sont typiquement canadiens-français […] — (Gérald Godin, Écrits et parlés, tome I, volume 1, « Culture », L’Hexagone, 1993, page 16)
    • […] des poèmes structurés en rythmes et mots jouals. — (Jacques Godbout, Le réformiste : textes tranquilles, Boréal, 1994, page 116)

Nom commun

joual \ʒuː.ˈæl\

  1. Joual.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « joual »

Mot utilisé pour la première fois en 1960 par Jean-Paul Desbiens, alias « le frère Untel », pour désigner de façon péjorative le français parlé au Québec : « Le joual est une langue désossée : les consonnes sont toutes escamotées, un peu comme dans les langues que parlent (je suppose, d’après certains disques) les danseuses des Îles-sous-le-Vent : oula-oula-alao-alao. […] Cette absence de langue qu’est le joual est un cas de notre inexistence, à nous, les Canadiens français[1]. » Il s’agit d’une déformation du mot cheval.
À Paris et dans certaines régions de France, le mot cheval était prononcé \ʒval\ (« jval ») aux XVIIe et XVIIIe siècles, soit à l’époque de la colonisation de la Nouvelle-France[2] (devenue le Québec). C’est ainsi que cette prononciation est arrivée en Amérique, pour se transformer phonétiquement en « joual » dans certains milieux. La prononciation « joual » pour « cheval » est cependant inexistante aujourd’hui et n’a jamais été courante au Québec.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français joual.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « joual »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
joual ʒwal

Citations contenant le mot « joual »

  • Effectivement, le joual est simplement une évolution du parlé rural. Le Devoir, Le problème imaginaire avec le joual | Le Devoir
  • « Pèse et tiens Y pour supprimer une save game », prévient le jeu avant de débuter. Vous n’avez rien compris ? Si vous êtes français, c’est normal : ce texte est en joual, un dialecte de Montréal. Dans The Messenger, avant d’incarner un ninja voyageur du temps, on peut configurer le jeu en québécois – une option rarissime dans ce secteur ultra-mondialisé. Le Monde.fr, Au Canada, des jeux vidéo au secours de la francophonie
  • Ti-Noir, Monique et quelques autres s’expriment sans censure, en joual, dans une langue crue, qu’on peut encore entendre dans certains quartiers montréalais ou dans la campagne profonde. L’auteure les laisse parler à la manière d’un cinéma-vérité, comme si elle leur avait tendu un micro discrètement, pour ne pas les gêner, comme le faisait Pierre Perrault avec Alexis Tremblay, dans son film Pour la suite du monde. « Le joual des uns et la langue archaïque des autres évoquent une même québécitude », affirme Paul Warren dans son excellente préface qui situe très bien l’œuvre dans son contexte culturel et politique.  Le Journal de Montréal, « Un roman déguisé » – Jacques Ferron | JDM
  • Tout comme le joual au Québec, le lunfardo rue souvent dans les conventions sociales argentines, avec sa brassée de mots nouveaux, souvent amusants et parfois irrévérencieux. Par contre, contrairement au Québec, les jurons religieux sont absents de ce vocabulaire. Pourquoi ? Le Devoir, Le «lunfardo», l’argot d’Argentine | Le Devoir
  • Il a décomplexé, délié, libéré un peu la langue dans la chanson. […] Gerry, il avait quelque chose de viscéral, de profondément québécois. Et je me dis que son héritage, aujourd’hui, c’est peut-être dans le rap queb, dans cette langue qui s’assume, qui est décomplexée, qui est dans le joual aussi, mais qui est aussi dans la poésie. Radio-Canada, Se souvenir de Gerry Boulet, 30 ans plus tard | Bien entendu
  • Ce qui m’a surprise, c’est que les autres personnages, interprétés par des comédiens québécois, n’avaient pas d’accent non plus. Il y avait bien quelques tournures de phrases différentes, des expressions françaises effacées mais pas pantoute de joual. Impact Campus, Pourquoi ne parle-t-on pas québécois dans les films? - Impact Campus
  • Pour mieux comprendre la réaction de Denise Bombardier, il faut comprendre les dynamiques sociales sous-jacentes qui ont façonné sa perception du langage et son identité langagière. On comprend pendant l’entrevue du dimanche 6 octobre dernier que Mme Bombardier a grandi dans un milieu où le joual coexistait avec le français dit « standard ». Elle explique que le joual est sa langue maternelle et qu’elle a compris très jeune que de par son appartenance à cette minorité linguistique, elle allait être discriminée et défavorisée par rapport à la majorité linguistique qui parle le français « standard ». Bref, elle a compris que sa langue maternelle allait lui nuire dans l’avancement de sa carrière et dans son épanouissement : « Moi, je viens d’un milieu où tout le monde parle le joual. C’est pour ça que j’ai étudié. Ma langue première que j’ai entendue c’était le joual. Et je savais […] que plus on savait écrire, si on savait bien écrire, c’était un plusse. Et que si on savait bien s’exprimer c’était un plusse. » Le Droit, Denise Bombardier, insécure de sa langue? | Opinions | Le Droit - Gatineau, Ottawa
  • La colère. Oui, j’ai été en beau joual vert contre tout le monde : le gouvernement, les profs, mes amis, mes parents, ma sœur, le système d’éducation, le virus, TOUT ! J’ai été fâchée après moi-même, parce que mes émotions étaient des montagnes russes que je ne pouvais contrôler et que je déversais sur les autres. Ça a duré plusieurs jours et la colère a fini par se transformer en tristesse. J’ai pleuré, je pleure toujours, d’ailleurs. J’ai pleuré mes amis, mes enseignants, mon bal, ma remise de diplôme, mon été en tant que monitrice de camp de jour. J’ai agi comme si tous ces gens et une partie de moi-même étaient décédés. Mais pleurer l’abstrait, sans avoir de tombe sur laquelle mettre des fleurs, c’est la pire chose qui soit. La Presse, Les oubliés de la crise : le deuil de ma vie d’adolescente

Traductions du mot « joual »

Langue Traduction
Anglais joual
Espagnol joual
Italien joual
Allemand joual
Chinois 欢乐
Arabe الجول
Portugais joual
Russe жуаль
Japonais ジュアル
Basque joual
Corse joual
Source : Google Translate API

Synonymes de « joual »

Source : synonymes de joual sur lebonsynonyme.fr
Partager