Jonchée : définition de jonchée


Jonchée : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

JONCHÉE 1, subst. fém.

A. − Couche de branchages, de fleurs, d'herbes dont on jonche le sol à l'occasion de quelque solennité. On fit au mort une jonchée De fleurs et de branches de houx (Hugo, Chans. rues et bois,1865, p. 247).Après la bataille de fleurs; une boue de fleurs écrasées, odeur de sardines et de corruption; ce n'est pas cette jonchée à peine piétinée des fêtes-Dieu (Mauriac, Du côté Proust,1947, p. 183):
1. Demain matin, au jour, les gars sèmeront la jonchée sur le parcours du cortège, des herbes coupées, des feuilles vertes, mêlées de fleurs et de roses effeuillées. Colette, Cl. école,1900, p. 283.
P. métaph. Dans le ciel les vieilles constellations gisaient sans dessus dessous parmi des jonchées d'étoiles toutes neuves (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 430).
B. − Tapis de feuilles ou de débris végétaux des sous-bois. Maintenant ce sera un jardin public [l'Antiquité], et peut-être, au lieu des fleurs, n'y trouvera-t-on plus que de la jonchée (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 7, 1864, p. 6):
2. Assis sur leurs talons, et le dos appuyé sur les jonchées de ramilles abattues qui pliaient comme des ressorts, ou bien couchés sur le côté, ils mangeaient le croûton de pain tiré de la carnassière... R. Bazin, Blé,1907, p. 102.
C. − P. anal.
1. Grande quantité d'objets épars sur le sol ou sur quelque autre surface. La table verte, repliée, n'attendait plus la jonchée de cartes (Colette, Seconde,1929, p. 266).Autour de ce pauvre débris [un canapé], une jonchée de douilles de cartouches, un fatras de journaux communistes (Tharaud, Mille et un jours de l'Islam, I, 1937, p. 201):
3. ... elle cassait tout, ça se fanait, ça se salissait entre ses petits doigts blancs; une jonchée de débris sans nom, de lambeaux tordus, de loques boueuses, la suivait et marquait son passage. Zola, Nana,1880, p. 1433.
2. Grande quantité de cadavres, de mourants étendus sur le sol. Il se trouvait revenu, au flanc du brancard, jusqu'à la jonchée d'Allemands. Il l'eût deviné les yeux fermés, à cette épaisse odeur faite de celle des corps, des vêtements chauds, du sang, du cuir, de la sueur refroidie, au-dessus de quoi, très nette, stagne l'odeur de la décomposition (Montherl., Songe,1922, p. 141).
Prononc. et Orth. : [ʒ ɔ ̃ ʃe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1175 « litière de joncs » (Horn, éd. M.K. Pope, 864); b) fin xiiie-début xives. [date du ms.] « amas de joncs qu'on étend sur le sol, dans les rues pour une solennité » (Artur, ms. Grenoble 378, fo83a ds Gdf., s.v. jonchie); 2. 1616 faire jonchee de « jeter quelque chose en le gaspillant » (A. d'Aubigné, Tragique ds Œuvres, éd. E. Réaume et de Caussade, t. 4, p. 121). Dér. de joncher*; suff. -ée* (Baldinger, 1950, p. 99). Fréq. abs. littér. : 62.

JONCHÉE 2, subst. fém.

,,Fromage frais mis à égoutter sur une claie de paille longue appelée elle aussi jonchée`` (Courtine 1972).
Prononc. et Orth. : [ʒ ɔ ̃ ʃe]. Att. ds Ac. 1694-1878. Étymol. et Hist. 1. 1379 « panier en jonc pour la préparation du fromage mou » (Inventaire du mobilier de Charles V, 1741 ds FEW 5, 66 a); 2. 1583 « fromage préparé dans un petit panier » (Ch. Estienne et J. Liébault, L'Agriculture et maison rustique, fo39a). Dér. de jonc*; suff. -ée*; cf. pour le sens 1, la forme anc. jonchière (1363, Invent. du duc de Norm. ds Laborde).

Jonchée : définition du Wiktionnaire

Nom commun

jonchée \ʒɔ̃.ʃe\ féminin

  1. Arrangement d'herbes, de fleurs et de branchages disposé sur le sol, dans les rues, les églises, etc., lors d'une cérémonie.
    • Faire une jonchée d’herbes et de fleurs.
    • Demain matin, au jour, les gars sèmeront la jonchée sur le parcours du cortège, des herbes coupées, des feuilles vertes, mêlées de fleurs et de roses effeuillées. — (Willy [Henry Gauthier-Villars] et Sidonie-Gabrielle Colette, Claudine à l’école, Le Livre de Poche, 1900, page 225)
    • Le bec d’un sécateur claque au long des allées de rosiers. Un autre lui répond, dans le verger. Il y aura tout à l’heure sous la roseraie une jonchée de surgeons tendres, rouges d’aurore au sommet, verts et juteux à la base. — (Colette, Printemps passé, dans La maison de Claudine, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 150)
    • La lune était toute nouvelle, et, du Nord, le vent apportait l'odeur des précoces jonchées de feuilles à bout de sève, de souches cariées. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • On suit ensemble la procession de la Fête-Dieu, chacun à son rang et à sa place, le long de chemins couverts d’odorantes jonchées. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 89)
    • (Figuré)Elle ne savait pas, jeune fille de dix-sept ans, depuis longtemps orpheline, que le bonheur n'est jamais pour nous qu'un visiteur furtif; qu'il luit et s'évanouit comme l'éclair et laisse dans l'âme une saveur de cendre amère, des jonchées de ruines et d'illusions brisées. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  2. Fromage frais au goût amer, égoutté dans une natte de joncs, spécialité de Charente Maritime.
    • Des brouillards sortaient de la Croustandille et flottaient allongés dans l’air, immobiles au ras du sol, pareils à des jonchées de lait. — (Léonce Bourliaguet, Les aventures du petit rat Justin, Société universitaire d’Éditions et de Librairie, 1935, page 50)

Forme de verbe

jonchée \ʒɔ̃.ʃe\

  1. Participe passé féminin singulier de joncher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Jonchée : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JONCHÉE. n. f.
Toutes sortes d'herbes, de fleurs et de branchages qu'on étend sur le sol, dans les rues, les églises, etc., un jour de cérémonie. Faire une jonchée d'herbes et de fleurs.

Jonchée : définition du Littré (1872-1877)

JONCHÉE (jon-chée) s. f.
  • 1Grande quantité d'herbes, de fleurs et de branchages qu'on répand dans les rues, les églises, etc. pour quelque solennité. Faire une jonchée d'herbes et de fleurs.
  • 2 Fig. Abatis, carnage. La principale jonchée Fut donc des principaux rats, La Fontaine, Fabl. IV, 6.
  • 3Petit fromage fait dans un panier de jonc. Une jonchée de crème.

HISTORIQUE

XIVe s. Une jonchée à faire fourmages, De Laborde, Émaux, p. 351. La peescherie aux usagiers, qui peeschent en la dite riviere à panier, à verge, aus jonchiées et à la main, Du Cange, juncheria.

XVIe s. …Sous un plumage plus blanc Que le laict sur la jonchée, Ronsard, 466. Sans la justice de ses armes, en quels rangs seront tant de chevaliers qui ont fait jonchée de leurs vies à ses pieds ? D'Aubigné, Hist. III, 4. En prodiguant dessus mille fleurs épanchées, Pour cacher notre meurtre à l'abri des jonchées, D'Aubigné, Tragiques, II. Puis se combattoient à toute outrance de poignées de roses, dont se faisoit une espaisse et prodigue jonchée, Yver, p. 523. Il n'y avoit personne qui ozast aller au fourrage, ny prendre de la paille ou de la jonchée à faire paillasses devant les Spartiates, Amyot, Arist. 55. D'argent il fit jonchée, et ne fut desireux, Pour tout Lien, que de gloire ouvertement acquise, Desportes, Épitaphes, Loys du Gast.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « jonchée »

Étymologie de jonchée - Wiktionnaire

De jonc (2).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de jonchée - Littré

Bas-lat. juncata, de juncare, joncher.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « jonchée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jonchée ʒɔ̃ʃe play_arrow

Citations contenant le mot « jonchée »

  • "Quand on se met deux ordinateurs en même temps, franchement ça rame comme pas possible. La télé, c’est la même chose", peste ainsi Nathalie. Cette habitante essaye d’obtenir la fibre depuis plus d’un an ! Son allée est jonchée de câbles et de gaines coupés qui ressortent du sol. Mais pour que tout fonctionne, la fibre doit passer de la route à son logement. Or, sa maison a été construite il y a plus de 20 ans et les installations ne sont plus adaptées. Europe 1, "C’est super long" : l’interminable attente des petites communes pour se raccorder à la fibre
  • Je l’imagine le cartable énorme et la table de travail jonchée de livres et de papiers. Je l’imagine avec plusieurs passeports, plusieurs langues et plusieurs accents. Je n’imagine pas ses nuits sans citations pleines d’actions nègres ou créoles, politiques et majestueuses, faisant du pied aux citations hugoliennes ou hégéliennes, faut-il tout déboulonner ? RFI, Romuald Fonkoua, du Cameroun au nègre fondamental - En sol majeur
  • « L’histoire est jonchée de nations détruites », écrit Mauriac, mais que le Liban « ne soit pas éternel » ne signifie pas qu’il est mort. L'Orient-Le Jour, Le Liban, une nation en devenir - L'Orient-Le Jour
  • Les agriculteurs faisaient historiquement leur jonchée avec le lait directement sorti des pis des vaches, mais c’était pour une consommation personnelle. En 1965, les parents d’Erick Jarnan sont les premiers à avoir commercialisé la jonchée.   Elle se déguste très fraîche, comme un dessert, avec du sucre, de la cassonade. On peut également lui rajouter de la confiture.  RTL.fr, Charente-Maritime : huîtres, pommes de terre et jonchée au menu
  • Si le ridicule tuait, les rues seraient jonchées de cadavres. De Jean Dion / Le Devoir - 28 Juin 1997
  • Si les regards pouvaient enfanter ou tuer, les rues seraient remplies de femmes enceintes et jonchées de cadavres. De Paul Valéry

Traductions du mot « jonchée »

Langue Traduction
Corse strewn
Basque gainean
Japonais ばらばら
Russe усыпанный
Portugais espalhado
Arabe متناثرة
Chinois 撒满
Allemand übersät
Italien cosparso
Espagnol esparcido
Anglais strewn
Source : Google Translate API

Synonymes de « jonchée »

Source : synonymes de jonchée sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires