La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « jocrisse »

Jocrisse

Définitions de « jocrisse »

Trésor de la Langue Française informatisé

JOCRISSE, subst. masc.

Péjoratif
A. − Personnage du théâtre comique, caractérisé par la niaiserie et la crédulité. Que veut dire cette farce, Monsieur? Suis-je un polichinelle, un Jocrisse, un Pierrot, pour que vous vous permettiez un tour pareil? Me planter là au pied d'un arbre! (Ségur, Auberge ange gard.,1863, p. 229).Et sur les tréteaux de la façade (...) le jocrisse enfariné au nez de rubis (Arnoux, Zulma,1960, p. 64):
1. Ces grotesques aux cheveux gras, aux faces plates trouées par de larges narines lui donnaient la joie d'une moquerie. Ils ne semblaient guère des soldats cruels, mais de piteux jocrisses dignes de recevoir le coup de pied de Bobèche sur les tréteaux du boulevard. Adam, Enf. Aust.,1902, p. 138.
B. − Homme jugé niais parce que, se livrant à des tâches réputées féminines, il est présumé se laisser mener par sa femme. Grimpe là-haut, jocrisse (...) et descends nous la corbeille, les écrins, tous les bibelots de ma fille (Labiche, Chapeau paille Ital.,1851, V, 3, p. 116).La fille qui se sachant aimé[e] d'un jocrisse (...) pousse l'audace et réussit à être le maître dans le ménage (Dussort, Mém., Ménage, 1929-34, dép. par G. Esnault, 1953, p. 6):
2. − Tu vas prendre froid. Veux-tu de la tisane? − Il ne manquait plus que cela! − Mais qu'est-ce que tu as, Gilbert? − Ce que j'ai? J'ai que je commence à comprendre combien je suis ridicule. Il parlait d'une voix brève, sans la regarder. − Ridicule, avec mes discours idiots, mes projets d'enfant. Changer, mener une vie nouvelle... jocrisse! Arland, Ordre,1929, p. 379.
P. ext. Personnage falot, ridicule par sa niaiserie, sa faiblesse. Et ce capitaine charentonesque me mènerait en bateau? Je suis un jocrisse, un toutou. Après tout, il suffirait de parler haut (Audiberti, Quoat,1946, 2etabl., p. 53):
3. ... nous serons tout ébahis de voir sortir de nos maisons d'éducation de Paris où les maîtres les plus distingués enseignent, suivant des méthodes parfaites, l'état le plus avancé des sciences, des dandys, des espèces de jocrisses qui ne savent que bien mettre leur cravate et se battre avec élégance au bois de Boulogne. Stendhal, Amour,1822, p. 141.
Jocrisse de. Un apothicaire aux formes trapues (...) secoue par sa cravate une espèce de valet imbécile, jocrisse de la domesticité (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 343).
Prononc. et Orth. : [ʒ ɔkʀis]. Att. ds Ac. dep. 1718. Le plus souvent avec une minuscule; majuscule ds Ségur, loc. cit. Étymol. et Hist. 1587 (Cholières, Après-dinées, I ds Œuvres, éd. E. Tricotel, t. 2, p. 51 : c'est dommage que vous n'avez nom Jocrisse, je crois qu'il vous feroit fort bon veoir mener les poules pisser); 1618 (Les differents des poules et des chapons, Variétés hist. et littér., IV, p. 281 : Les chapons ... ne servoyent que de jocriz tant a taster qu'a mener les poules pisser). Prob. altération du m. fr. joque sus, subst. « homme mou, sans force, niais, benêt » (1480-90 G. Coquillart, Monologue des perruques, éd. M.J. Freeman, p. 300, 249 : Coquins, nyais, sotz, joques sus), proprement « [il] demeure là-dessus » c'est-à-dire « [il] demeure là inactif », formé de joque, forme verbale de joquier, var. normanno-pic. de jochier au sens de « être au repos, demeurer coi, attendre », v. jucher, et de sus*. Fréq. abs. littér. : 27.
DÉR.
Jocrisserie, subst. fém.,péj. a) Caractère d'un personnage niais. Étonnante jocrisserie des occultes (!) qui ont besoin de rites et de grimoires pour sentir la présence du démon, et qui ne voient pas le satanisme, − à crever les yeux, − de leur épicier, par exemple (Bloy, Journal,1895, p. 190).Je n'aime pas la bêtise, l'imbécillité servile, la jocrisserie (Léautaud, Journal littér., 3, 1910-21, p. 249).b) Action ou propos digne d'un jocrisse. Quand j'ai vu le Rhin, de Mayence à Cologne, je me disais à tout moment cette jocrisserie : « Cela n'est pas comme la Néva, devant le quai de la Cour!... » (Balzac, Lettres Étr., t. 2, 1843, p. 208).[ʒ ɔkʀisʀi]. 1reattest. 1843 (Balzac, loc. cit.); de jocrisse, suff. -erie*.
BBG. Pauli 1921, p. 81, 89.

Wiktionnaire

Nom commun - français

jocrisse \ʒɔ.kʁis\ masculin

  1. (Moquerie) Benêt qui se laisse mener par le premier venu.
    • Si j’avais un mari, je le dis,
      Je voudrais qu’il se fît le maître du logis.
      Je ne l’aimerais point, s’il faisait le jocrisse.
      — (Molière, Les Femmes savantes, 1672, acte V, scène 3)
    • Toutes les nuits il entendait le canon de Chanzy du côté d’Étampes, les tirailleurs de Faidherbe derrière Enghien, et ce qu’il y a de plus fort, c’est que nous les entendions, nous aussi, tellement l’âme de ce jocrisse héroïque avait fini par se répandre en nous. — (Alphonse Daudet, La mort de Chauvin, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 103.)
    • Enfin, l’on s’était arrêté à une bonne figure de jocrisse dont les yeux étaient louches, dont la bouche riait niaisement jusqu’aux oreilles, et dont la trogne articulée serpentait ridiculement dans l’air. — (Georges Feydeau, La Mi-carême, 1874)
    • Les hommes dits sérieux, juchés dans les « hautes régions du pouvoir », ou ceux aspirant à s’y jucher à leur place, sont tellement ridicules, absurdes, niais, ignorants, dangereusement farces et cruellement cocasses, que les galimafrés, les bobêches, les paillasses, les jocrisses n’essayent même pas de les surpasser et ont rarement la chance de les atteindre – si, par hasard, un écrivain gai, un caricaturiste désopilant ont la fortune de tomber sur quelque bêtise, quelque balourdise, quelque boniment audacieux et nouveau, que nos maîtres n’aient pas encore exécutés, ceux-ci ne s’en fâchent pas, ils profitent de l’idée, si bien que deux ou trois jours après, l’écrivain gai, le caricaturiste désopilant n’ont été que de simples prophètes. — (Alphonse Karr, Dans la lune, C. Lévy, 1883, p. 1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JOCRISSE. n. m.
T. de moquerie. Benêt qui se laisse mener par le premier venu.

Littré (1872-1877)

JOCRISSE (jo-kri-s') s. m.
  • 1 Terme injurieux. Benêt se laissant gouverner, ou s'occupant des soins du ménage qui conviennent le moins à un homme. Si j'avais un mari, je le dis… Je ne l'aimerais point s'il faisait le jocrisse, Molière, Fem. sav. V, 3. Mais je le laisse aller après un tel indice, Et demeure les bras croisés comme un jocrisse ! Molière, Sgan. 16.
  • 2Valet niais et maladroit.

HISTORIQUE

XVIe s. C'est dommage que vous n'avez nom Jocrisse ; je croy qu'il vous feroit fort bon voir mener les poules pisser, Cholières, Contes, t. II, Apr. dîn. I, p. 31, dans POUGENS.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « jocrisse »

Wall. jobrise, nigaud, lequel accuse un thème jobe, jobard (voy. ces mots), si tant est que jobrise soit le même que jocrisse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) De Jocrisse, personnage de comédie, type du valet bouffon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jocrisse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jocrisse ʒɔkris

Citations contenant le mot « jocrisse »

  • Un jocrisse est un individu niais et bête. À l’origine, il s’agit d’un valet nigaud que l’on retrouve souvent dans les comédies de théâtre. Ses nombreuses maladresses l’empêchent de mener ses tâches à bien. Tuxboard, 25 façons surprenantes d'insulter votre ennemi - Tuxboard
  • Un «jocrisse» est un homme ridicule, niais, faible. L’insulte est «destinée aux maris qui se laissent mener par leur femme ou qui s’occupent des petits soins du ménage». Un «panaris», qui vient du latin panus «tumeur» désigne une «femme méchante» et même, une belle-mère insupportable. Enfin, un «rigolboche» est une «façon désuète de caractériser une personne qui aime s’amuser et faire le fou». Le mot est construit sur le verbe «rigoler» et peut-être du terme «bamboche», note Le Trésor de la langue française. À savoir une «marionnette de grande taille». Le Figaro.fr, Si vous connaissez ces grossièretés, vous êtes un fin connaisseur de la langue française
  • Rien qu’aux noms alignés on pressent le truc formidable, le film unique, le chef-d’oeuvre. Scénario et dialogues de Pierre Bost et Jean Aurenche, c’est pas rien. Ils ont signé les plus beaux scénarios du cinéma français, et Bost (injustement oublié) a aussi été un romancier exceptionnel. Tous deux se sont inspirés d’une nouvelle de Marcel Aymé, bonne base de départ. Parlons du casting : Gabin, Bourvil, de Funès. La grande classe. Reste le metteur en scène, qu’on cite volontiers malgré l’antipathie qu’il nous inspire aujourd’hui, en vieux jocrisse du Front national : Claude Autant-Lara. L'Obs, « La Traversée de Paris », Jambier, 45 rue Poliveau
  • Mais il est tellement c que ce jocrisse obligerait à retenir la fameuse phrase du film Slumdog Millionaire. jmn. midilibre.fr, Interpellations à Alès :" l'idée, c'est de taper fort et vite" - midilibre.fr

Traductions du mot « jocrisse »

Langue Traduction
Anglais jocrisse
Espagnol jocrisse
Italien jocrisse
Allemand jocrisse
Chinois 约瑟
Arabe جوكريس
Portugais jocrisse
Russe jocrisse
Japonais ヨクリス
Basque jocrisse
Corse jocrisse
Source : Google Translate API

Synonymes de « jocrisse »

Source : synonymes de jocrisse sur lebonsynonyme.fr

Jocrisse

Retour au sommaire ➦

Partager