La langue française

Ivoire

Définitions du mot « ivoire »

Trésor de la Langue Française informatisé

IVOIRE, subst. masc.

A. − Matière fine, résistante, d'un blanc laiteux, fournie par les défenses de l'éléphant, réputée pour son poli et employée dans la fabrication d'objets sculptés ou tournés et en marqueterie. Cet enfant d'Euterpe revint donc à Paris, vers 1810, collectionneur féroce, chargé de tableaux, de statuettes, de cadres, de sculptures en ivoire, en bois (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 7).À quelques pas du chemin, que les processions et les théories ont suivi de toute éternité, des monnaies, des plats en bronze, des fibules, des agrafes, des épingles d'os et d'ivoire (Barrès, Colline insp.,1913, p. 286).V. argent ex. 2 :
1. De l'ivoire [it. ds le texte]. Par ce mot, on entend spécialement la matière osseuse qui forme les défenses de l'éléphant; on le donne cependant aussi aux défenses de l'hippopotame, des vaches marines et autres amphibies. L'ivoire est grené d'une manière très-apparente à l'œil, ce qui le fait distinguer des os proprement dits. Nosban, Manuel menuisier,1857, p. 137.
SYNT. Ivoire incrusté, jauni, marqueté, patiné, poli; archet, bâton, bibelot, boîte, boule, bouton, cassette, chaîne, chaise, chapelet, crosse, manche, marteau, peigne, quenouille, squelette, touche, trône d'ivoire; ciseler, travailler, sculpter l'ivoire.
En partic. Ivoire vert. Ivoire pris sur l'éléphant vivant ou mort depuis peu de temps. Sa chair précieuse, semblable à de l'ivoire vert, se laissait deviner comme sous une eau agitée et profonde (Toulet, Mar. Don Quichotte,1902, p. 34).
P. métaph. Voici l'heure du soir qu'aima P. J. Toulet. Voici l'horizon qui me défait − un grand nuage d'ivoire au couchant et, du zénith au sol, le ciel crépusculaire, la solitude immense, déjà glacée, − plein d'un silence liquide (Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 59).
P. méton. Objet d'ivoire et plus spécialement sculpture miniature en ivoire. Synon. ivoirerie.Un ivoire; des ivoires; un vieil ivoire; des ivoires de collection; les ivoires du Louvre :
2. Cette fois, MmeDesforges elle-même, malgré sa rancune qui lui avait fait jurer de ne rien acheter, succomba devant un ivoire d'une finesse charmante. Zola, Bonh. dames,1883, p. 789.
(Couleur) d'ivoire.
a) [En parlant de pers. et notamment de leur teint] Cou, crâne, épaule, front, main, sein d'ivoire. Le Ver : À moi tes bras d'ivoire, à moi ta gorge blanche, À moi tes flancs polis avec ta belle hanche À l'ondoyant contour (Gautier, Comédie mort,1838, p. 16).Le teint d'ivoire des chairs, le gris argenté du costume empruntent à la décoration aux lambris, une tonalité glauque de nymphée (Blanche, Modèles,1928, p. 189).
b) Plus rare. [En parlant de la nature ou d'un animal] Sur la pelouse, des vaches (...) faisaient éclater leurs taches d'ivoire et de pain chaud (La Varende, Dern. fête,1953, p. 328).
Emploi adj. inv. De la couleur de l'ivoire. Marat fut surpris qu'elle ait changé sa blouse ivoire pour un pull-over au col roulé qui lui donnait une allure sportive (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 149).
B. − P. anal.
1. ANAT. ,,Partie dure de la dent, partie qui est revêtue, mais à la couronne seulement, d'une autre partie dite émail`` (Littré). Synon. dentine.Dans les caries de l'ivoire, l'attitude à suivre est à peu près identique (QuilletMéd.1965, p. 178).
2. BOT. Ivoire végétal. ,,Substance provenant des graines du phytelepha macrocarpe [arbre de l'Amérique tropicale], dont l'endosperme bleu, opaque et très dur, se polit comme l'ivoire`` (Littré). Synon. corozo.
3. TECHNOLOGIE
Noir d'ivoire. Nous ferons remarquer que la plus grande partie du noir vendu dans le commerce sous le nom de noir d'ivoire, n'est autre chose que du noir d'os de première qualité (Manuel du fabricant de couleurs,t. 2, 1884, p. 202).
Ivoire artificiel. Composition obtenue à partir de bois ou d'os imprégnés de chlorure de chaux ou d'alun. (Dict. xixeet xxes.).
4. ZOOL. Matière des dents de certains pachydermes (autres que les éléphants) ou cétacés.
En partic. Ivoire mort ou bleu. Ivoire provenant des défenses des mammouths fossiles (d'apr. Rob.).
C. − Au fig. C'est peut-être parce que Vigny a transposé dans le lyrisme français, avec la substance et l'ivoire de ses vers, le cor enchanté du romantisme allemand, que, mille ans après la bataille de Roncevaux, Victor Hugo l'a fait sonner dans la bataille d'Hernani (Thibaudet, Hist. litt. fr.,1936, p. 139).
Expressions
Porte d'ivoire (p. réf. à L'Énéide, ch. VI) :
3. Et, lorsque le tombeau m'ouvrira ton empire, De silence et d'oubli n'accuse point ma lyre, Comme au sage Thébain, divin chantre des dieux. Mon ombre, pour venir, en songe harmonieux, Dicter des vers tardifs consacrés à ta gloire, N'aura point à sortir de la porte d'ivoire. Chénier, Bucoliques,1794, p. 22.
Tour* d'ivoire.
REM.
Ivoréen, -éenne, adj.,hapax. Qui a l'aspect de l'ivoire. Dans l'étude que j'ai faite des faïences de Satzuma (...) je suis arrivé à croire que les Satzuma relativement anciens sont reconnaissables (...) à un emploi discret de l'or (...) et enfin surtout à un traité presque imperceptible dans une pâte ivoréenne (E. de Goncourt, Mais. artiste, t. 2, 1881, p. 275).
Prononc. et Orth. : [ivwa:ʀ]. Martinet-Walter 1973 [-a-] ou [-ɑ-] (13/4). Ac. 1694, 1718 y-, puis i-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1140 (Pèlerinage de Charlemagne, 353 ds T.-L. : un corn d'ivoire blanc); ca 1165 allus. à la blancheur de l'ivoire (Benoît de Ste-Maure, Troie, 5410, ibid. : ... les denz Plus blans qu'ivoires ne argent); 2. a) ca 1200 p. méton. « éléphant » (Renart, éd. J. Martin, XI, 1769), seulement en a. fr.; b) 1683 « objet en ivoire [ici peigne] » (Boileau, Lutrin, V, éd. F. Escal, p. 212); 3. 1778 p. anal. ivoire de morse (Buffon, Époq. nat. ds Œuvres, t. XII, p. 29 ds Littré). Empr. au lat. vulg. * eboreum, substantivation du neutre de l'adj. eboreus « d'ivoire », dér. du class. ebur, eboris « ivoire; objet en ivoire; éléphant ». Fréq. abs. littér. : 997. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 345, b) 2 191; xxes. : a) 1 413, b) 1 067.
DÉR.
Ivoiré, -ée, adj.Qui a la couleur, la consistance ou l'apparence de l'ivoire. Synon. ivoirin, éburnéen.La faïence de Niderviller est faite d'une terre qui transparaît en rose dans les parties où la couche d'émail est plus mince, émail légèrement bleuté ou ivoiré (G. Fontaine, Céram. fr.,1965, p. 60).[ivwaʀe]. 1reattes t.1857 (Delacroix, Journal, t. 3, p. 34); de ivoire, suff. *.
BBG. Quem. DDL t. 16.

Wiktionnaire

Nom commun

ivoire masculin

  1. Substance dure, blanche, opaque qui est la matière principale des dents et des défenses d’animaux comme l’éléphant, l’hippopotame, le morse.
    • Sa spécialité consistait à scier les dés et à les piper. Il m’expliqua l’opération, car achetant lui-même l’ivoire, il le débitait en petits cubes dont il forait certains côtés pour les bourrer de plomb. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Des Soudanais vendent des porte-cigarettes en ivoire, des colliers pour les femmes, des fouets de cuir. — (Paul Nizan, Aden Arabie, chap. V, Rieder, 1932 ; Maspéro, 1960, p.76)
  2. (Par ellipse) Objet d’art travaillé en ivoire.
    • Les ivoires du Louvre.
  3. (Anatomie) Substance majoritaire constituant la dent et plus généralement l’organe dentaire.
  4. (Poétique) D’un blanc parfait.
    • Un cou d’ivoire, un cou bien fait et très blanc.
    • L’ivoire de son cou, de son sein, etc.
  5. Couleur qui rappelle celle de l’ivoire. #FFFFD4

Adjectif

ivoire \i.vwaʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à la couleur du même nom.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IVOIRE. n. m.
Matière osseuse des défenses d'éléphant, surtout lorsqu'elles ont été détachées de la mâchoire de l'animal pour être mises en œuvre. Crucifix d'ivoire. Statuette d'ivoire. Il se dit elliptiquement d'Objets d'art travaillés en ivoire. Les ivoires du Louvre. Il s'emploie aussi, quelquefois, par analogie, des Dents ou défenses de certains animaux, tels que l'hippopotame, le narval, etc. La dent du narval est d'un bel ivoire. Noir d'ivoire, Poudre noire très fine faite d'ivoire calciné et pulvérisé et Couleur obtenue avec cette poudre. Poétiq., Un cou d'ivoire, Un cou bien fait et très blanc. On dit de même L'ivoire de son cou, de son sein, etc.

Littré (1872-1877)

IVOIRE (i-voi-r') s. m.
  • 1Substance dentaire propre qui constitue les défenses de l'éléphant. Morceau d'ivoire. C'est surtout chez les Ostiaks, chez les Burates et les Yakutes, leurs voisins, qu'on trouve souvent, dans la terre, de cet ivoire dont on n'a jamais pu savoir l'origine : les uns le croient un ivoire fossile ; les autres, les dents d'une espèce d'éléphant dont la race est détruite, Voltaire, Russie, I, 1. L'ivoire qu'on trouve en Sibérie et en Canada, est certainement de l'ivoire d'éléphant, et non pas de l'ivoire de morse ou vache marine, comme quelques voyageurs l'ont prétendu, Buffon, Époq. nat. œuv. t. XII, p. 29. Il ne paraît pas qu'Homère qui parle de l'ivoire, connût l'animal qui le porte, Buffon, Quadrup. t. IV, p. 227. Qui n'a du crucifix baisé le jaune ivoire ? Qui n'a de l'homme-Dieu lu la sublime histoire Dans un jaune missel ? Sainte-Beuve, Poésies, les Rayons jaunes.

    Ivoire vert, nom, dans le commerce, de l'ivoire des défenses arrachées depuis peu de temps, ou plutôt arrachées sur l'éléphant vivant ou peu de temps après sa mort ; il est d'un grain serré et a une teinte verte qui bientôt se dissipe pour laisser le plus beau blanc, Dictionnaire du commerce et des marchandises.

    Blanc comme l'ivoire, c'est-à-dire d'un blanc qui a une nuance de carnation. Un cou d'ivoire est un cou dont la peau est blanche mais assez transparente pour laisser deviner le sang qui est au-dessous. Le peu qu'on voit de son cou est blanc comme l'ivoire ; et ses bras ! ils en sont aussi, de cet ivoire, et ils sont faits au tour, Marmontel, Mém. II.

    Il se dit aussi des dents. Dents blanches comme l'ivoire.

    Plus blanc que l'ivoire, très blanc ; et figurément, tout à fait innocent. Auparavant il faut d'aucuns péchés. Te nettoyer en ce saint purgatoire ; Ton âme un jour plus blanche que l'ivoire En sortira…, La Fontaine, Féronde.

  • 2La matière des dents de certains autres animaux, tels que l'hippopotame, le narval, etc. La dent du narval est d'un bel ivoire.
  • 3Objets en ivoire. L'ivoire [peigne] trop hâté deux fois rompt sur sa tête, Boileau, Lutr. V. Là, sur un tapis vert, un essaim étourdi Pousse contre l'ivoire [bille] un ivoire arrondi ; La blouse le reçoit, Delille, l'Homme des ch. I.

    Un morceau de sculpture en ivoire. Un bel ivoire.

  • 4 Fig. et poétiquement. Blancheur indiquant la carnation. L'ivoire de son cou, de son sein. Peut-on assez vanter l'ivoire de son front ?…, Malherbe, V, 23.

    Il se dit des dents. Dans une bouche étroite un double rang d'ivoire, Chénier, Idylles, Euphrosine.

  • 5 Terme d'anatomie. La partie dure de la dent, partie qui est revêtue, mais à la couronne seulement, d'une autre partie dite émail.
  • 6Ivoire végétal, substance provenant des graines du phytelephas macrocarpe, dont l'endosperme bleu, opaque et très dur, se polit comme l'ivoire (famille des palmiers).
  • 7Ivoire artificiel, composition récemment inventée et sur laquelle on a obtenu de belles épreuves photographiques.
  • 8Noir d'ivoire, poudre noire très fine faite d'ivoire calciné et pulvérisé.
  • 9Coquille du genre buccin.

REMARQUE

Dans la première moitié du XVIIe siècle, ivoire était couramment du féminin.

HISTORIQUE

XIIe s. Li reis se fist faire un trone de ivurie merveillus ; sil fist tut de fin or cuvrir, Rois, p. 273.

XIIIe s. Et quant à l'escole venoient, Lor tables d'yvoire [ils] prenoient ; Adont lor veïssiez escrire Letres d'amors…, Flore et Bl. 258. Tu feïz cy ton purgatoire, Car ton charbon devint yvoire Par Dieu qui si te feconda D'amer, d'esperer et de croire, J. de Meung, Tr. 908.

XVe s. Une paire de cousteaux engainnez, enmanchez d'iviere, et envirolez d'argent, Du Cange, invirolatus. Une petite boueste d'yvyere, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 431.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

IVOIRE. - HIST. Ajoutez :

XVIe s. À travers l'ivoyre, tant soyt deliée que vouldrez, possible n'est rien veoir, Rabelais, Pant. III, 13.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

IVOIRE, s. f. (Hist. nat.) c’est la dent de l’éléphant. On en fait différens ouvrages. On le brûle, & il donne un noir qu’on broie à l’eau, & dont on obtient ainsi des trochiques qui servent au peintre. Ce noir s’appelle noir d’ivoire, noir de velours.

Ivoire fossile, (Hist. nat.) ébur fossile. C’est ainsi qu’on appelle des dents d’une grandeur demesurée & semblable à de grandes cornes qui ont souvent été trouvées dans l’intérieur de la terre. Elles sont ou blanches, ou jaunâtres, ou brunes ; il y en a qui ont la dureté de l’ivoire ordinaire ; d’autres sont exfoliées & devenues plus tendres & plus cassantes : ces variétés pour la consistence viennent du plus ou du moins de décomposition que ces dents ont souffert dans les différens endroits de la terre où elles ont été enfouies.

On a trouvé de ces sortes de dents dans plusieurs pays de l’Europe, tels que l’Angleterre, l’Allemagne, la France ; on dit même qu’il n’y a pas long-tems qu’en creusant la terre on en a trouvé une fort grande au village de Guérard près de Cressy en Brie ; on ajoute qu’on en a aussi rencontré une semblable dans la plaine de Grenelle, c’est-à-dire aux portes de Paris : mais elles ne sont nulle part aussi abondamment répandues qu’en Russie & en Sibérie, & sur-tout dans le territoire de Jakusk, & dans l’espace qui va de cette ville jusqu’à la mer glaciale : ces ossemens, suivant le rapport de quelques voyageurs, sont ordinairement mis à découvert par les eaux des grandes rivieres de Lena & de Jénisci qui arrosent une grande partie de la Sibérie, & qui détachent la terre qui est sur leurs bords, quand dans les tems de dégel elles charrient des glaçons très-considérables.

Les Jakutes, nation Tartare, qui habitent ce pays, croient que ces dents appartiennent à un animal énorme qu’ils nomment mammon ou mammut. Comme ils n’en ont jamais vû de vivans, ils s’imaginent qu’il habite sous terre, & meurt aussi-tôt qu’il voit le jour ; cela lui arrive, selon eux, lorsque dans sa route souterreine il parvient inopinément au bord d’une riviere ; & c’est là, disent-ils, pourquoi on y trouve leurs dépouilles : ils prétendent qu’on en a trouvé dont la chair n’étoit point encore entierement consommée, ce qui est aussi fabuleux que le reste.

Le Czar Pierre I. dans la vûe de connoître à quel animal appartenoient les dents ou cornes d’ivoire fossile, envoya en 1722 des ordres à tous les Woiwodes ou gouverneurs des villes de la Sibérie, afin qu’ils donnassent leurs soins pour avoir un squelette entier de l’animal, ou du moins pour rassembler tous les ossemens qui se trouveroient auprès de ces dents monstrueuses. Sur ces ordres les Jakutes se mirent en campagne, & en cherchant ils trouverent des têtes entieres & des grands ossemens auxquels on n’avoit jusques-là fait aucune attention ; ils étoient ceux d’un animal inconnu que M. Gmélin, d’après l’examen de ses os, croit être une espece de bœuf très-grand, qui n’existe plus dans le pays, & que jusqu’à-présent on n’a point encore découvert ailleurs. Mais ces ossemens different entierement de l’ivoire fossile dont il s’agit dans cet article ; & ce n’est point à cet animal qu’ont appartenu ces dents monstrueuses.

Il ne faut point non plus confondre l’ivoire fossile dont nous parlons, avec les dents du phoca ou de la vache marine, qui se trouvent en grande quantité sur les bords de la mer glaciale, elles sont beaucoup moins grandes que les dents d’ivoire fossile, & elles sont comme marbrées ou remplies ce veines & de taches noires. A l’intérieur cependant on dit qu’elles sont même plus dures que l’ivoire fossile, & qu’on en fait de très jolis ouvrages.

L’ivoire fossile ne doit point non plus être confondu avec la corne que l’on nomme unicornu fossile, que l’on a aussi trouvée quelquefois en Sibérie. Voyez l’art. Licorne fossile.

On voit à Petersbourg, dans le cabinet impérial des curiosités naturelles, une dent d’ivoire fossile qui pese jusqu’à 183 livres. Le chevalier Hansloane en possédoit une qui avoit 5 piés 7 pouces de longueur, & dont la base avoit 6 pouces de diametre. On en a trouvé une en Angleterre, dans la province de Northampton, qui étoit blanche, & avoit 6 piés de longueur. M. le baron de Strahlenberg parle de quelques dents d’ivoire fossile trouvées en Sibérie, qui avoient depuis 6 jusqu’à 9 pouces de diametre par leur base, & d’un squelette d’animal qui avoit 36 aulnes russiennes de longueur, & qui pouvoit bien être celui d’un éléphant. En effet M. le chevalier Hansloane a prouvé clairement dans les Transactions philosophiques, n°. 403. & dans les Mémoires de l’Académie des Sciences, année 1727, que ces dents si grandes ne peuvent être regardées que comme de l’ivoire ou de vraies dents qui ont autrefois appartenu à des éléphans ; c’est ce que démontre leur structure intérieure, attendu qu’elles paroissent composées de couches concentriques arrangées de la même maniere que les cercles annuels qu’on remarque dans l’intérieur du tronc d’un arbre. Cette vérité est encore prouvée par la comparaison que M. Gmelin a faite de l’ivoire fossile avec celui des éléphans, dans son excellent voyage de Sibérie, publié en Allemand en 4 volumes in-8°. ouvrage propre à servir de modele à tous les voyageurs Ce savant naturaliste rend aussi raison des variétés qui se trouvent parmi les différentes dents d’ivoire fossile, tant pour la couleur que pour les degrés de solidité ou de friabilité ; il les attribue au climat & à la nature du terrein où ces sortes de dents sont ensevelies : celles qui se trouvent proche de la mer Glaciale où la terre est perpétuellement gelée à une grande profondeur, sont compactes ; celles qui se trouvent dans des cantons plus chauds, ont pu souffrir tantôt plus, tantôt moins de décomposition ou de destruction ; c’est aussi la terre & les sucs qu’elle contient qui leur ont fait prendre la couleur jaune ou brune, quelquefois semblable à du coco, que l’on voit dans quelques-unes de ces dents. Voyez Gmelin, voyage de Sibérie, tom. III. pag. 147. & suiv.

C’est donc à tort que quelques naturalistes ont cru que ces dents trouvées en Sibérie n’étoient point de l’ivoire : elles ne different de celui des éléphans que par les changemens qu’il a pu subir dans le sein de la terre ; ce qui a pu faire croire qu’il y avoit de la différence, c’est qu’on aura peut-être confondu les autres ossemens, tels que les os du mammon ou les dents de vaches marines avec l’ivoire fossile ou les dents aiguës des éléphans qui se trouvent dans les mêmes pays.

Quant aux éléphans, ce seroit vainement qu’on en chercheroit aujourd’hui de vivans en Sibérie ; on ne les trouve que dans les pays chauds, & ils ne pourroient vivre sous un climat aussi rigoureux que celui où l’on rencontre les restes de leurs semblables. A quoi donc attribuer la grande quantité d’ivoire fossile qui se trouve dans une région si septentrionale ? Sera-ce, comme prétend le comte de Marsigli, parce que les Romains y ont mené ces animaux ? Jamais ces conquérans n’ont été faire des conquêtes chez les Scythes hyperboréens, & il ne paroît pas qu’aucun autre conquérant Indien ait eu la tentation de porter la guerre dans un climat si facheux & si éloigné. Il faudra donc conclure que dans des tems dont l’histoire ne nous a point conservé le souvenir, la Sibérie jouissoit d’un ciel plus doux, & étoit habitée par des animaux que quelque révolution générale de notre globe a ensevelis dans le sein de la terre, & que cette même révolution a entierement changé la température de cette région. Les Sibériens emploient l’ivoire fossile aux mêmes usages que l’ivoire ordinaire ; ils en font des manches de sabres, de couteaux, des boîtes, &c. (—)

Ivoire, (Mat. med.) la rapure d’ivoire passe pour cordiale, diaphorétique, antispasmodique, propre à résister au prétendu venin des fievres malignes, à arrêter les diarrhées, à corriger les acides des premieres voies & des humeurs. Toutes ces vertus sont purement imaginaires, tous les medecins instruits en conviennent aujourd’hui. La rapure d’ivoire donne par une décoction convenable un suc gelatineux & purement nourrissant. Mais il y a très grande apparence que ce suc n’est pas extrait par les humeurs digestives, & qu’ainsi la rapure d’ivoire n’est dans l’estomac qu’une poudre inutile.

L’ivoire calciné à blancheur, connu dans les boutiques sous le nom de spode, est un alcali terreux, comme toutes les autres substances animales préparées de la même façon ; & c’est gratuitement qu’on lui a attribué des vertus particulieres contre les fleurs blanches, par exemple, le cours de ventre, la gonorrhée, &c. Voyez Terreux, & l’article Charbon Chimie, où l’on trouvera quelques réflexions sur l’état de l’ivoire calciné en particulier.

L’ivoire brûlé, ou le charbon d’ivoire ne sauroit être regardé comme un remede. Voyez Charbon Chimie. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ivoire »

Provenç. evori, avori, bori ; ital. avorio ; du lat. eboreus, qui est d'ivoire, dérivé de ebur, ivoire. Ebur paraît être l'égyptien ebou, lu par Champollion, Gramm. égypt. I, 84.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français ivoire, du latin eboreum accusatif de l’adjectif eboreus (« en ivoire »), se rapportant au latin ebur, eboris (« ivoire, objet d’ivoire ; éléphant »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ivoire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ivoire ivwar

Citations contenant le mot « ivoire »

  • Et il n'y a pas qu'en Côte d'ivoire.... LEFIGARO, Le président ivoirien perd un procès en diffamation contre un journaliste en France
  • Le Rêve est une seconde vie. Je n'ai pu percer sans frémir ces portes d'ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible. De Gérard de Nerval / Aurélia
  • C’est une jolie allégorie que celle qui fait sortir les songes vrais par la porte de corne, et les songes faux, c’est-à-dire les illusions agréables, par la porte d’ivoire. De Chamfort / Maximes et pensées
  • Ne demandez pas à Didier Willems comment il est devenu sculpteur. Il ne s'en souvient pas. Les volumes ont toujours accompagné cet ancien modeleur-maquettiste. Depuis 1994, dans son atelier de Roncenay-Authenay (entre Évreux et Dreux), il travaille sur l'os et le Corozo, l'ivoire végétal. Il est l'un des derniers en France à utiliser des matières et des techniques usitées pendant des siècles pour la fabrication de produits de consommation courante comme les boutons de vêtements. leparisien.fr, Dans l’Eure, l’un des derniers sculpteurs sur os et ivoire végétal - Le Parisien
  • Des chercheurs britanniques ont épluché des petites annonces sur le site de vente aux enchères eBay afin de vérifier s'il appliquait bien sa politique en matière d'interdiction de vente d'objets en ivoire d'éléphant. Sciences et Avenir, L'ivoire d'éléphant toujours vendu sur Ebay - Sciences et Avenir

Traductions du mot « ivoire »

Langue Traduction
Anglais ivory
Espagnol marfil
Italien avorio
Allemand elfenbein
Chinois 象牙
Arabe عاج
Portugais marfim
Russe слоновая кость
Japonais 象牙
Basque marfila
Corse avoriu
Source : Google Translate API

Synonymes de « ivoire »

Source : synonymes de ivoire sur lebonsynonyme.fr

Ivoire

Retour au sommaire ➦

Partager