La langue française

Incube

Définitions du mot « incube »

Trésor de la Langue Française informatisé

INCUBE, subst. masc.

THÉOL. Démon masculin, supposé abuser des femmes durant leur sommeil (p. oppos. à succube). La chauve-souris roussette, seul animal cabalistique que vous ayez conservé des deux mille de votre moyen âge, ne peut remplacer à elle seule les incubes et les succubes (Giraudoux, Siegfried et Lim.,1922, p. 46).
En appos. Admettre l'existence des démons incubes et succubes (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 394).
REM.
Incubat, subst. masc.,hapax. Rome n'ignore point cependant l'effroyable développement qu'a pris de nos jours l'incubat dans les cloîtres (Huysmans, Là-bas, t. 1, 1891, p. 224).
Prononc. et Orth. : [ε ̃kyb]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1372 Satires ... et incubes (Corbichon, Propriétés des choses, XVIII, 82, éd. 1522). Empr. au b. lat.incubus « cauchemar, satyre », dér. du lat. class. incubare (incuber*); cf. la forme sav. incubus « cauchemar » chez Aldebrandin de Sienne (ca 1256, Rég. du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 22, 14). Fréq. abs. littér. : 28.

Wiktionnaire

Nom commun

incube \ɛ̃.kyb\ masculin

  1. Sorte de démon qui, suivant une opinion populaire, prend la forme d’un homme pour abuser sexuellement d’une femme pendant son sommeil.
  2. (Par extension)
    • Irénée Drion me semble avoir appartenu au groupe des mères parfaites et abusives qui abondaient à l'époque et pesèrent comme des incubes sur la destinée de leurs fils. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 213)

Forme de verbe

incube \ɛ̃.kyb\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de incuber.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de incuber.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de incuber.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de incuber.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de incuber.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INCUBE. n. m.
Sorte de démon qui, suivant une opinion populaire, prend la forme d'un homme pour avoir commerce avec une femme pendant son sommeil. Il est opposé à SUCCUBE.

Littré (1872-1877)

INCUBE (in-ku-b') s. m.
  • Espèce de démon qu'on croyait prendre un corps pour jouir des plaisirs de l'amour avec une femme endormie ou transportée au sabbat ; il est opposé à succube. Robert le Diable, selon la tradition suivie par Scribe, était fils d'un incube et de la femme d'un duc de Normandie. Y a-t-il eu des incubes et des succubes ? tous nos savants jurisconsultes démonographes admettaient également les uns et les autres, Voltaire, Dict. phil. incubes.

HISTORIQUE

XVIe s. Incubes, ce sont demons qui se transforment en guise d'hommes, et ont copulation avec les femmes sorcieres, Paré, XIX, 29. Les medecins tiennent que incubus est un mal où la personne pense estre opprimée et suffoquée de quelque pesante charge sur son corps. et vient principalement la nuit : le vulgaire dit que c'est une vieille qui charge et comprime le corps, le vulgaire l'appelle chauche-poulet, Paré, XIX, 33.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

INCUBE, s. m. (Divinat.) nom que les Démonographes donnent au démon quand il emprunte la figure d’un homme pour avoir commerce avec une femme.

Delrio, en traitant de cette matiere, pose pour premier axiome incontestable que les sorcieres ont coutume d’avoir commerce charnel avec les démons, & blâme fort Chytrée, Wyer, Biermann, Godelman, d’avoir été d’une opinion contraire, aussi-bien que Cardan & Jean-Baptiste Porta, qui ont regardé ce commerce comme une pure illusion.

Il est vrai que saint Justin, martyr, Clément Alexandrin, Tertullien, saint Cyprien, saint Augustin & saint Jérôme ont pensé que ce commerce étoit possible ; mais de la possibilité à l’acte il y a encore une grande distance. Delrio prouve cette possibilité, parce que les démons peuvent prendre un corps & des membres phantastiques, les échauffer jusqu’à un certain degré. Quant à la semence nécessaire à la consommation de l’acte vénérien, il ajoûte que les démons peuvent enlever subtilement celle que des hommes répandent dans des illusions nocturnes ou autrement, & en imiter l’éjaculation dans la matrice : d’où il conclut que les incubes peuvent engendrer, non pas de leur propre nature, puisque ce sont des esprits, mais parce que la semence qu’ils ont ainsi enlevée conserve encore assez d’esprits vitaux & de chaleur pour contribuer à la génération.

Pour appuyer ce sentiment, cet auteur cite sérieusement ce que les Platoniciens ont pensé du commerce des hommes avec les génies ; ce que les Poëtes ont dit de la naissance des demi-dieux, tels qu’Enée, Sarpedon, &c. & ce que nos vieilles chroniques racontent de l’enchanteur Merlin. Les faits de sorcellerie qu’il ne rejette jamais, viennent aussi à son secours. On peut juger par la solidité de ces preuves, de celle de l’opinion qu’il soutient, & que le lecteur peut voir en son entier dans les disquisitions magiques de cet auteur, liv. II, quest. 15, pag. 159 & suiv.

Il est bien plus raisonnable de penser que tout ce qu’on raconte des incubes, & ce qu’en ont dit elles-mêmes les sorcieres dans leurs dépositions, est l’effet d’une imagination ardente & d’un tempérament fougueux. Que des femmes abandonnées à la dépravation de leur cœur, embrasées de desirs impurs, ayent eu des songes & des illusions vives, & ayent cru avoir commerce avec les démons, il n’y a rien-là de si étonnant qu’à s’imaginer qu’on est transporté dans les airs sur un manche à balai, qu’on danse, qu’on fait bonne chere, qu’on adore le bouc, & qu’on a commerce avec lui ou avec ses suppôts. Tout ceci cependant ne passe parmi les esprits sensés, que pour des effets d’une imagination vivement frappée ; il lui en coûte encore moins d’efforts pour supposer des incubes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « incube »

Lat. incubus, cauchemar, de in… 2, et cubare, être couché.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin incubus, dérivé de cubare (« coucher ») avec le préfixe in- (« sur »), littéralement « qui couche sur ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « incube »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
incube ɛ̃kyb

Citations contenant le mot « incube »

  • Cette nouvelle structure donne au groupe davantage de liberté pour explorer, incuber et rechercher de nouvelles opportunités et de nouveaux investissements, tout en continuant de renforcer la position de leader de BitMEX sur le marché de l'échange de cryptomonnaies. La plateforme, la marque et la structure juridique de BitMEX restent inchangées et le groupe continuera d'investir dans la plateforme BitMEX afin de poursuivre son développement. , HDR Global Trading annonce la création d'une nouvelle structure : la holding 100x Group
  • «On met en place une nouvelle entreprise de divertissement ici à Québec», célèbre-t-il en entrevue téléphonique. «C’est une belle journée, ça fait longtemps que j’incube ce projet-là, donc ça fait du bien de le sortir !» La Tribune, Une nouvelle entreprise de divertissement à l'ambition planétaire à Québec  | Le fil des régions | Actualités | La Tribune - Sherbrooke

Traductions du mot « incube »

Langue Traduction
Anglais incubate
Espagnol incubar
Italien incubare
Allemand inkubieren
Chinois 孵化
Arabe احتضان
Portugais incubar
Russe инкубат
Japonais インキュベート
Basque incubate
Corse incubà
Source : Google Translate API

Synonymes de « incube »

Source : synonymes de incube sur lebonsynonyme.fr

Incube

Retour au sommaire ➦

Partager