La langue française

Immoralisme

Sommaire

  • Définitions du mot immoralisme
  • Étymologie de « immoralisme »
  • Phonétique de « immoralisme »
  • Citations contenant le mot « immoralisme »
  • Traductions du mot « immoralisme »
  • Synonymes de « immoralisme »

Définitions du mot « immoralisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

IMMORALISME, subst. masc.

A. − Doctrine qui propose des règles de vie différentes ou inverses de celles de la morale courante et particulièrement de la morale chrétienne. Immoralisme de Nietzsche. L'immoralisme, le matérialisme scientifique et l'athéisme remplaçant définitivement l'antithéisme des anciens révoltés, ont fait corps, sous l'influence paradoxale de Hegel, avec un mouvement révolutionnaire qui, jusqu'à lui, ne s'était jamais séparé réellement de ses origines morales, évangéliques et idéalistes (Camus, Homme rév.,1951, p. 179).
B. − P. ext. Tendance à mettre en cause, à mépriser la morale établie ou à en faire peu de cas. Immoralisme de Gide. La vie amoureuse de Brentano exprime toute la complexité de cette âme faite de hardiesse et de crainte, d'immoralisme et de scrupule, de faiblesse et de brusque décision (Béguin, Âme romant.,1939, p. 271).
Prononc. : [im(m)ɔ ʀalism̥]. Étymol. et Hist. 1845 (Richard); 1902 (A. Fouillée, Nietzsche et l'immoralisme ds Nouv. Lar. ill. Suppl. 1907). Dér. de immoral*; suff. -isme*, l'attest. de 1902 a prob. subi l'infl. de l'all. Immoralismus (cf. Brockhaus Enzykl., s.v.). Fréq. abs. littér. : 24.

Wiktionnaire

Nom commun

immoralisme \i.mɔ.ʁa.lism\ masculin

  1. (Philosophie) Morale différente ou inverse de la morale courante, et particulièrement de la morale chrétienne.
    • Nietzsche et l’immoralisme.
    • L'immoralisme, le matérialisme scientifique et l'athéisme remplaçant définitivement l'antithéisme des anciens révoltés, ont fait corps, sous l'influence paradoxale de Hegel, avec un mouvement révolutionnaire qui, jusqu'à lui, ne s'était jamais séparé réellement de ses origines morales, évangéliques et idéalistes. — (Camus, Homme révolté, 1951, p. 179)
    • L’œuvre la plus célèbre de Barbey d’Aureville est son recueil de nouvelles Les Diaboliques, paru en 1874, dans lesquelles l’insolite et la transgression, plongeant le lecteur dans un univers ambigu, ont valu à leur auteur d’être accusé d’immoralisme.
  2. (Par extension) Remise en cause, mépris de la morale établie.
    • L’immoralisme de Gide.
    • La vie amoureuse de Brentano exprime toute la complexité de cette âme faite de hardiesse et de crainte, d'immoralisme et de scrupule, de faiblesse et de brusque décision. — (Béguin, Âme romant., 1939, p. 271)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « immoralisme »

(Fin XIXe siècle) De immoral avec le suffixe -isme. Note : L’allemand Immoralismus précède de peu le mot français et a pu influencer son apparition.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « immoralisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
immoralisme imɔralism

Citations contenant le mot « immoralisme »

  • Raison et folie, morale et immoralisme sont ici les protagonistes du débat, mais l’un comme l’autre finissent changés: les lumières en dialogues, c’est avant tout le refus du dogmatisme et l’ouverture à l’étonnement. C’est ce qu’incarne cette discussion intense et drôle où chaque page est une surprise. France Culture, Le neveu de Rameau de Diderot - Ép. 2/4 - Les Lumières en dialogues
  • Si la monarchie constitutionnelle de Louis-Philippe apparaît à sa création en 1830, après la Révolution des Trois Glorieuses, davantage proche des aspirations libérales du pays que ne l’était la dynastie des Bourbons, le régime reste très inégalitaire en raison de l’élection au suffrage censitaire qui consacre par le vote seulement 250 000 Français, propriétaires et rentiers tandis que sur ce chiffre seulement 58 000 sont éligibles. Au fil des ans, le régime se voit usé par l’impopularité croissante des élites corrompues et taxées d’immoralisme. Ce climat politique en dégradation est en partie lié à l’emprise croissante de la haute bourgeoisie financière sur la Monarchie de Juillet à travers la spéculation et les crises boursières. Marx écrit de façon romancée à propos de la Révolution de 1830 : « Après la révolution de Juillet, lorsque le banquier libéral Laffitte conduisit en triomphe son compère le duc d’Orléans à l’Hôtel de Ville, il laissa échapper ces mots : « Maintenant, le règne des banquiers va commencer. » Laffitte venait de trahir le secret de la révolution ». Le Vent Se Lève, Juin 1848, la guerre sociale en France
  • Tout au long de sa carrière, Gabriel Matzneff s’est présenté comme un professeur de morale, ce qu’il appelait son « immoralisme », une morale mimant l’ancienne en même temps qu’elle cherchait à la renverser (et ce n’est pas un hasard s’il tient la chronique « Religion et spiritualité » dans le magazine Le Point). Il se donnait lui-même en exemple, parlait d’une expérience dont il garantissait l’authenticité, se targuait d’appliquer les principes qu’il prêchait. Le Devoir, La morale de Gabriel Matzneff | Le Devoir
  • Machiavel a tout à la fois très bonne et très mauvaise réputation. Très bonne parce qu'il est un penseur incontournable d'une science politique qu'il a contribué à fonder au XVIe siècle, très mauvaise parce qu'il aurait ouvert les vannes de l'immoralisme dans le domaine de l'idéologie. Le Figaro.fr, Machiavel est-il machiavélique ?
  • Des chercheurs de l’université du Kentucky aux États-Unis viennent de publier une étude sur les préjugés qui touchent les non-croyants dans le monde. Conduite auprès de 3 200 individus dans treize pays, elle conclut que les athées sont davantage suspectés d’immoralisme que les croyants. La Croix, Une étude américaine met en évidence les préjugés sur les athées à travers le monde
  • La fin justifie les moyens dans la guerre que les Etats-Unis mènent contre les cartels de la drogue. Josh Brolin et Benicio del Toro prolongent les flambées de violence et d’immoralisme assénées dans «Sicario» Le Temps, «Sicario 2: La guerre des cartels»: l’aventure mexicaine, arme au poing - Le Temps
  • Le point commun de ceux qui jugent les œuvres sur le plan moral est l’idée qu’elles influencent le public, donc qu’elles sont dangereuses. C’était l’argument employé par les censeurs tout au long du XIXe siècle : les livres font les révolutions, détruisent l’ordre social, pervertissent les femmes et les jeunes, en les détournant de leurs devoirs familiaux (adultère) et nationaux. Sous le régime de Vichy, on a reproché aux écrivains modernes comme Gide d’être responsables de la défaite face à l’armée allemande en raison de leur subjectivisme, de leur pessimisme et de leur immoralisme. Je mettrais toutefois sur un plan différent les reproches faits aujourd’hui car ils concernent des représentations qui légitiment la stigmatisation des minorités, les propos haineux ou les abus commis contre des personnes plus faibles (femmes, enfants), et qui ont de ce fait un effet performatif, alors que les précédents visaient à protéger l’ordre social en empêchant toute critique, et à prévenir ainsi toute déviance à cet ordre. , Affaire Matzneff : « Séparer l’œuvre de l’auteur relève d’une position esthète qui n’est pas majoritaire dans la société », souligne Gisèle Sapiro
  • Qu'y a-t-il donc de si scandaleux dans la philosophie de Spinoza? Où sont l'athéisme et l'immoralisme dans un système dont l'exposition, dans l'Ethique, s'ouvre sur l'affirmation de Dieu comme substance unique et infinie et s'achève sur une définition de la liberté et de la béatitude du sage comme amour de Dieu? La thèse centrale du «scandale Spinoza» se résume en une formule célèbre: Deus sive Natura, «Dieu, autrement dit la nature». Pour Spinoza, tout ce qui existe et arrive existe et arrive en Dieu ou, ce qui revient au même, dans la nature. Aussi l' «athéisme» ne consiste-t-il pas ici à nier l'existence de Dieu mais, paradoxalement, à affirmer que lui seul existe. Dieu est la totalité du réel; les autres êtres ne sont pas ses créatures, substances extérieures à lui, mais ses parties. Spinoza renvoie ainsi dos à dos le Dieu personnel et transcendant des théologiens et le Dieu anthropomorphe, ce monarque capricieux, tel que se le représente la superstition.  LExpress.fr, Spinoza, impie et athée? - L'Express

Traductions du mot « immoralisme »

Langue Traduction
Anglais immoralism
Espagnol inmoralismo
Italien immoralismo
Allemand unmoralismus
Chinois 不道德
Arabe اللاأخلاقية
Portugais imoralismo
Russe имморализм
Japonais 不道徳
Basque immoralism
Corse immoralisimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « immoralisme »

Source : synonymes de immoralisme sur lebonsynonyme.fr
Partager