La langue française

Hydre

Sommaire

  • Définitions du mot hydre
  • Étymologie de « hydre »
  • Phonétique de « hydre »
  • Citations contenant le mot « hydre »
  • Traductions du mot « hydre »
  • Synonymes de « hydre »

Définitions du mot « hydre »

Trésor de la Langue Française informatisé

HYDRE, subst. fém.

A. − MYTHOL. Serpent monstrueux à sept têtes qui repoussaient, à raison de deux pour une, à mesure qu'on les tranchait. Hercule tua l'hydre de Lerne (Ac.).
P. métaph. [Symbole du mal qui se renouvelle ou s'étend dangereusement sans qu'on puisse le détruire] Quand Bossuet descendit dans la carrière, la victoire ne demeura pas longtemps indécise; l'hydre de l'hérésie fut de nouveau terrassée (Chateaubr., Gén., t. 1, 1803, p. 5).Il était clair que l'hydre de l'anarchie était sortie de sa boîte et qu'elle se démenait dans le quartier (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 402).L'hydre fasciste qui a presque submergé le monde d'un flot de sang (Déclar. univ. Homme,1949, p. 12).
B. − ZOOL. Polype d'eau douce, de très petite taille, ayant la faculté de régénérer les parties de son corps qui lui sont enlevées, dont la reproduction a lieu par bourgeonnement et par œufs, et appartenant à la classe des Hydrozoaires :
Le zoologiste belge Brien a élevé des Hydres dans des conditions favorables seulement au bourgeonnement (constance du milieu, élimination des déchets par repiquage); des bourgeons se détachent de l'Hydre-mère et, placés en cultures isolées, deviennent à leur tour la souche de lignées de bourgeons qui eux-mêmes sont cultivés isolément. Dans ces conditions, l'Hydre apparaît comme immortelle. Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 676.
REM. 1.
Hydrocoralliaires, subst. masc. plur.Sous-classe de Cœlentérés appartenant à la classe des Hydrozoaires et vivant dans les récifs de coraux qu'ils contribuent à former (cf. Zool., t. 1, 1963, p. 480 [Encyclop. de la Pléiade]).
2.
Hydrozoaires, subst. masc. plur.Classe de Cœlentérés possédant des formes polypes et des formes méduses (cf. Zool., t. 1, 1963, p. 471 [Encyclop. de la Pléiade]).
Prononc. et Orth. : [idʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) ca 1250 myth. ydre (R. de Fournival, Bestiaire d'amour, éd. C. Segre, 67); b) 1762 fig. « petit polype d'eau douce » (Ch. Bonnet, Considérations sur les corps organisés, t. 1, XI, § 190); 2. 1562 « serpent d'eau » (A. du Pinet, L'histoire du monde de C. Pline Second, t. 1, livre 6, p. 225). 1 empr. du lat. class. hydra « hydre de Lerne », lui-même empr. du gr. υ ́ δ ρ α, de même sens (de υ ́ δ ω ρ « eau »). Linné a donné le nom d'hydre à des polypes d'eau douce à bras en forme de cornes dont les phénomènes de régénération lui évoquaient la fameuse hydre de Lerne (Cottez, p. 189); 2. du lat. hydrus (subst. masc.) « serpent d'eau » (gr. υ ́ δ ρ ο ς « id. »). Hydre est parfois masc. chez certains auteurs (Du Bellay, Ronsard v. Hug.; La Fontaine, V. Hugo ds Littré) comme dans les lang. anc. Fréq. abs. littér. : 256. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 313, b) 841; xxes. : a) 339, b) 165. Bbg. Delb. Matér. 1880, p. 169.

Wiktionnaire

Nom commun

hydre \idʁ\ féminin

  1. (Mythologie) (Fantastique) Serpent fabuleux à plusieurs têtes qui renaissent dès qu’on lui en coupe une.
    • L’École Normale est une institution que les nations envient à la République : elle est une des têtes de la France qui est pourvue de chefs comme une hydre. — (Paul Nizan, Aden Arabie, chap. I., Rieder, 1932 ; Maspéro, 1960)
    • Des communiantes sont assises dans la voiture. L’âne s’emballe. Les voiles de mousseline envolés ont l’air d’ailes toutes droites et le chien attaché à l’arrière se dénoue comme la queue d’une hydre. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 166.)
    • N’est pas héros qui veut; ni le courage ni le don ne suffisent, il faut qu’il y ait des hydres et des dragons. — (Jean-Paul Sartre, Les Mots, 1964, II)
  2. (Figuré) Ennemi dangereux, menace.
    • L’hydre de l’anarchie, factions considérées comme multiples et renaissantes, qui menacent l’ordre établi.
    • Rome a pour ma ruine une hydre trop fertile,
      Une tête coupée en fait renaître mille.
      — (Pierre Corneille, Cinna, IV, 3, 1639)
    • Des riens devenaient des hydres dont lui-même [le duc d’Orléans] se trouvait souvent fort embarrassé. — (Louis de Rouvroy, 436, 62)
    • Il faut savoir séduire, flatter l’hydre du peuple. — (Voltaire, Mérope, I, 4, 1743)
    • Un homme de lettres, pour peu qu’il ait de réputation, est un Hercule qui combat des hydres ; prêtez-moi votre massue, j’ai plus de courage que de force. — (Voltaire, Lett. Damilaville, 8 août 1767.)
    • Les Français combattaient dans les alliés une hydre toujours renaissante. — (Voltaire, Louis XIV, 16.)
    • Au lieu de couper les têtes de l’hydre, ils se bornent à lui mordre la queue. — (Voltaire, Lett. Schouvalof, 3 déc. 1768.)
    • Lorsque Bossuet descendit dans la carrière, la victoire ne demeura pas longtemps indécise, l’hydre de l’hérésie fut de nouveau terrassée. — (François-René de Chateaubriand, Le génie du christianisme, ou Les beautés de la religion chrétienne, I, I, 1)
    • Quelle n’est pas ma désillusion en découvrant sous chaque pied de vigne l’hydre de la question sociale. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Une hydre est un composé de plusieurs personnes sur un tronc commun. — (Charles Bonnet, Considérations sur les corps organisés, Œuvres tome VI, page 109, dans Charles de Pougens)
  3. (Héraldique) Meuble représentant l’animal fabuleux du même nom dans les armoiries. Elle est généralement représentée comme un corps de serpent à la queue entortillée, doté d’ailes de chauve-souris, de deux pattes arrières et muni de plusieurs têtes dont il faut préciser le nombre dans le blasonnement (généralement c’est sept).
    • D’argent à l’hydre à sept têtes de gueules, languée de sinople, qui est de Desier le Fier, Chevalier de la Table Ronde (armoiries imaginaires) → voir illustration « armoiries avec une hydre »
  4. (Herpétologie) Reptile ophidien correspondant présentement à une section des hydrophides, ou serpents d’eau.
  5. (Zoologie) Genre de polypes, où l’on distingue l’hydre verte de Linné.
  6. (Botanique) Plante du genre cornifle (Ceratophyllum demersum, L.) (cératophyllées).
  7. Hydre hydraulique : machine qui, au moyen d’un puits ou d’une petite source, procure une chute d’eau assez considérable pour être utilisée.
  8. (Alchimie) Pierre philosophale.
    • L’hydre des sages ou pierre des sages, la pierre philosophale.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HYDRE. n. f.
Nom donné par quelques auteurs à une sorte de serpent muni de longs tentacules, qui vit dans les rivières et dans les étangs. Les hydres mangent le petit poisson. Il se dit aussi d'un Genre de polypes. L'hydre verte. Il se dit plus ordinairement d'un Serpent fabuleux que les poètes feignaient avoir sept têtes, et à qui il en renaissait plusieurs dès qu'on lui en avait coupé une. Hercule tua l'hydre de Lerne.

Littré (1872-1877)

HYDRE (i-dr') s. f.
  • 1 Terme de mythologie. Hydre de Lerne, serpent fabuleux à sept têtes et à qui elles renaissaient dès qu'on lui en avait coupé une. Vous savez que les flèches d'Hercule, qui tua ce perfide centaure [Nessus], avaient été trempées dans le sang de l'hydre de Lerne, et que ce sang empoisonnait ces flèches, en sorte que toutes les blessures qu'elles faisaient étaient incurables, Fénelon, Tél. X. Ne faudrait-il pas recommencer tous les jours ? - Je recommencerais. - Ce serait l'histoire de l'hydre de Lerne, Ch. de Bernard, la Chasse aux amants, § 2.

    Fig. Rome a pour ma ruine une hydre trop fertile, Une tête coupée en fait renaître mille, Corneille, Cinna, IV, 3. Des riens devenaient des hydres dont lui-même [le duc d'Orléans] se trouvait souvent fort embarrassé, Saint-Simon, 436, 62. Il faut savoir séduire, Flatter l'hydre du peuple, Voltaire, Mérope, I, 4. Un homme de lettres, pour peu qu'il ait de réputation, est un Hercule qui combat des hydres ; prêtez-moi votre massue, j'ai plus de courage que de force, Voltaire, Lett. Damilaville, 8 août 1767. Les Français combattaient dans les alliés une hydre toujours renaissante, Voltaire, Louis XIV, 16. Au lieu de couper les têtes de l'hydre, ils se bornent à lui mordre la queue, Voltaire, Lett. Schouvalof, 3 déc. 1768. Lorsque Bossuet descendit dans la carrière, la victoire ne demeura pas longtemps indécise, l'hydre de l'hérésie fut de nouveau terrassée, Chateaubriand, Gén. I, I, 1.

    L'hydre de l'anarchie, les factions et les doctrines, considérées comme multiples et renaissantes, qui menacent l'ordre établi.

  • 2 Terme de blason. Se dit quelquefois d'une couleuvre ou d'un serpent d'eau à sept têtes.
  • 3 Terme d'astronomie. Constellations australes : l'Hydre mâle ou Serpent austral, et l'Hydre femelle ou Couleuvre.
  • 4 Terme de zoologie. Genre de reptiles ophidiens correspondant présentement à une section des hydrophides, ou serpents d'eau.
  • 5Genre de polypes, où l'on distingue l'hydre verte de Linné. Une hydre est un composé de plusieurs personnes sur un tronc commun, Bonnet, Considér. corps org. Œuv. t. VI, p. 109, dans POUGENS.
  • 6 Terme de botanique. Plante du genre cornifle (ceratophyllum demersum. L.) (cératophyllées).
  • 7Hydre hydraulique, machine qui, au moyen d'un puits ou d'une petite source, procure une chute d'eau assez considérable pour être utilisée.
  • 8 Terme d'alchimie. L'hydre des sages ou pierre des sages, la pierre philosophale.

REMARQUE

Quelques auteurs ont fait hydre masculin : Il avait fait un fort ample recueil De tous les tours que le sexe sait faire ; Pauvre ignorant ! comme si cette affaire N'était un hydre, à parler franchement, La Fontaine. On ne s'avise… La voix de l'intérêt, de la raison et de l'équité prévalut sur les cent bouches et les cent mains de l'hydre fiscal, Raynal, Hist. phil. XVIII, 37. [ô duchesse de Berry] L'hydre des factions qui, sorti des ténèbres, A marqué pour ta sœur tant d'époques funèbres, Te fait aussi ton jour de deuil, Hugo, Odes, I, 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hydre »

Emprunté via le latin hydra, au grec ancien ὕδρα, húdra.
Originellement l’hydre de Lerne, dans la mythologie grecque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ὕδρα (voy. HYDR…).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hydre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hydre idr

Citations contenant le mot « hydre »

  • Un employé radicalisé de la préfecture de police de Paris a tué quatre de ses collègues. Emmanuel Macron veut venir à bout de “l’hydre islamiste”. Reforme.net, Tuerie du 3 octobre: "l’hydre islamiste" à l’œuvre - Reforme.net
  • Sphinx, hydre, lionne, vipère, qu'est-ce que tout cela ? Rien devant la race exécrable des femmes. De Anaxilas
  • Ils devront enfin lever le couvercle de son poste de premier ministre. L’ancien pompier robuste et champion de karaté se bat pour sa survie politique dans une crise de corruption à tête d’hydre qui met à nu comment les oligarques inexplicables ont enroulé leurs tentacules autour d’institutions clés telles que le système judiciaire. News 24, La crise de la corruption met Borissov en Bulgarie - News 24

Traductions du mot « hydre »

Langue Traduction
Anglais hydra
Espagnol hidra
Italien idra
Allemand hydra
Chinois 九头蛇
Arabe العدار
Portugais hidra
Russe гидра
Japonais ヒドラ
Basque hidra
Corse hydra
Source : Google Translate API

Synonymes de « hydre »

Source : synonymes de hydre sur lebonsynonyme.fr
Partager