La langue française

Haro

Sommaire

  • Définitions du mot haro
  • Étymologie de « haro »
  • Phonétique de « haro »
  • Citations contenant le mot « haro »
  • Traductions du mot « haro »
  • Synonymes de « haro »

Définitions du mot haro

Trésor de la Langue Française informatisé

HARO, interj. et subst. masc.

I. − Interjection
A. − Vx, DR. COUTUMIER NORM. [En discours dir. ou rapporté]; cri poussé par la victime d'un flagrant délit pour attirer l'attention, et qui rend obligatoire l'intervention de ceux qui l'entendent pour faire cesser le délit et arrêter le coupable. Faire haro sur quelqu'un (Ac.). On accourait de toutes parts. Comme jadis les jetait en avant le vieux cri de « Haro! », maintenant cette poursuite mortelle avait galvanisé les paysans (La Varende, Pays d'Ouche,1934, p. 160).
Loc. Clameur de haro. Clameur poussée par quelqu'un pour attirer l'attention sur le coupable d'un forfait. Les arrestations silencieuses étaient le contraire de la clameur de haro, et indiquaient qu'il convenait de se taire jusqu'à ce que certaines obscurités fussent éclaircies (Hugo, Homme qui rit, t. 2, 1869, p. 176).Et dites-moi si, à le voir ainsi, on aimerait l'attaquer de face, au grand jour, devant tout le monde, et si on aurait le toupet de résister à la clameur de haro? (Giono, Noé,1947, p. 128).
Au fig. Manifestation bruyante d'hostilité contre quelqu'un. Il se fit une clameur de haro sur l'orgueil du négociant; son affectation à ne voir personne (...) fut alors remarquée et attribuée à un mépris dont se vengea le Havre en mettant en question cette soudaine fortune (Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 241).
B. − Littéraire
1. [En discours dir. ou rapporté]; s'emploie à l'adresse de qqn (de qqc.) pour le désigner à la réprobation générale. La sensibilité (...) perçoit seule les qualités (...). Donc, haro sur l'intelligence! (L. Daudet, Dev. douleur,1931, p. 220).Il y a une phrase intéressante sur l'Amérique, disant que si ce pays avait déclaré la guerre à l'Allemagne, même en janvier 1940, cela aurait créé « de sérieuses difficultés », mais puisque la chose ne s'était pas produite, en avant! et haro sur la France! (Green, Journal,1940, p. 46) :
... il avale un dernier petit verre, et il flanque ses sous à la figure du bistroquet, et c'est lui qui se fout par terre, nom de Dieu!... Il n'y a pas de justice... « Mort aux vaches! Mort aux bourgeois!... Taïaut! sus! haro!... Pille!... pille!... à nous les poules de luxe et les stars des capitalistes! (...) » Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 195.
2. Emplois délocutifs
Crier haro (sur qqn ou qqc.). Désigner quelqu'un (quelque chose) à la réprobation générale en le faisant passer pour coupable. Anton. louer, acclamer.Dès qu'il eut parlé, tout le monde cria haro sur lui (Ac.). Sur la question prohibitive, ils ont eux-mêmes commencé l'attaque; ils ont crié haro sur le monopole (Proudhon, Syst. contrad. écon., t. 2, 1846, p. 2).Elle ne pouvait plus rentrer à Herlem. On criait haro! Elle supportait le poids de toutes les fautes des autres (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 450).
Crier haro sur le baudet. [P. allus. à La Fontaine, Fables, VII, 1 : À ces mots, on cria haro sur le baudet]
Haro sur le baudet. [S'emploie pour attirer l'attention sur quelqu'un qu'on veut rendre responsable d'une faute, alors qu'il est innocent] Par terre tout est insurgé; par mer les Anglais me guettent; si je réussis, qui m'en saura gré? si j'échoue, haro sur le baudet (Courier, Lettres Fr. et Ital.,1806, p. 713).
II. − Subst. masc. Expression ou manifestation d'indignation, de réprobation (envers quelqu'un/quelque chose qu'on désigne comme responsable). Affronter le haro. Un haro général s'élève contre lui : Il a, le malheureux, mangé l'herbe d'autrui! (Ponsard, Honn. et argent,1853, I, 3, p. 19).Ce haro sur l'universel a été poussé dans une heureuse formule dont on croit pouvoir dire qu'elle serait homologuée par maint écrivain moderne (Benda, Fr. byz.,1945, p. 68).
Prononc. et Orth. : [aʀo] init. asp. ,,Clameur de haro, et non d'haro`` (Fér. 1768). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1180 haro! interj. exprimant la détresse, l'appel au secours (M. de France, Fables, éd. K. Warnke, XV, 33); 2. 1529 crier haro sur « soulever l'indignation contre quelqu'un » (Marot, Epîtres, Aux dames de Paris ds Quem. DDL t. 7). Dér. en -o* de hare, « cri par lequel les sergents marquent le moment où la foire se termine, ou la mise en vente de telle ou telle denrée » (1204, Cart. de Pontigny ds Gdf.); « cri pour exciter les chiens » (1377, Gace de La Buigne, Roman des Deduis, éd. A. Blomqvist, 8583), lequel est issu de l'a. b. frq. *hara « ici, de ce côté » (cf. a. h. all. hera « id. », m. néerl. hare « id. », all. her « id. »). Fréq. abs. littér. : 29. Bbg. Espe (H.). Die Interjektionen im altfranzösischen. Berlin, 1908, pp. 41-42. - Foulet (L.). Sur F. Villon, notes et discussions. Romania. 1944, t. 68, pp. 43-151. - Levy (R.). Contribution à la lexicogr. fr... Syracuse, 1960, 659 p. - Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 2.

Wiktionnaire

Nom commun

haro masculin invariable

  1. (Histoire) Procédure dont on se servait, suivant la coutume de Normandie, pour faire arrêt sur quelqu’un ou sur quelque chose (au Moyen Âge, cri des marchands signifiant la fin d’une vente), et pour aller sur-le-champ devant le juge.
    • (Figuré) …il se fit une clameur de haro sur l’orgueil du négociant ; son affectation à ne voir personne, à ne pas descendre au Havre, fut alors remarquée et attribuée à un mépris dont se vengea le Havre en mettant en question cette soudaine fortune. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. (Par extension) Manifestation publique de réprobation pour refuser, renier, rejeter, quelque chose ou quelqu’un, le désigner à la vindicte populaire.
    • Ce fut d’abord un grand haro parmi les amis de Rodolphe lorsqu’ils apprirent son mariage. — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème , 1848)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

HARO (ha-ro) s. m.
  • 1Terme de pratique dont on se servait pour faire arrêt sur quelqu'un ou sur quelque chose, et pour procéder sur-le-champ devant le juge.

    Clameur de haro, opposition que l'on formait. Nonobstant clameur de haro, charte normande et lettres à ce contraires, Formule qui se trouve dans tous les priviléges du roi pour imprimer.

    Fig. et familièrement. Crier haro sur quelqu'un, se récrier contre ce qu'il dit ou fait. Le bon Jean crie au meurtre, et le docteur, haro, Régnier, Sat. X. À ces mots on cria haro sur le baudet, La Fontaine, Fabl. VII, 1. Tous crient de concert haro sur le premier qui osera se moquer des sottises sur les quelles ils s'accordent, D'Alembert, Lett. à Volt. 22 fév. 1764.

    Le haro, le cri qui s'élève dans le public. Affronter le haro, l'indignation publique ! pour qui ? pour des ingrats qui vous payent d'un cordon, et disent…, Courier, Lett. particulière. La canaille [dans le royaume de Naples] est le parti du roi [le prince Bourbon chassé], et tout propriétaire est jacobin : c'est le haro de ce pays-ci, Courier, Lett. I, 66.

    Terme de droit féodal. Droit de haro, droit qui permettait au seigneur haut justicier de faire payer l'amende à ceux qui laissaient échapper un individu sur lequel on avait crié haro.

HISTORIQUE

XIIIe s. Puis escrie : haro le fu [feu] ! Cil de la vile…, Fabliaux mss. p. 147, dans LACURNE. Lors crierez harou, qu'ele vous veut meurdrir, Berte, XII. Et Blancheflors s'escrie : haro, traï, traï, ib. LXXXIX.

XIVe s. Cis rois iert Rous [Rollon, qui ravageait la Neustrie avant d'en être duc] ; pour ce crioient Normans que en son tans fuioient Droit vers Chartres comme garous, De toutes parts : ha Rous, ha Rous, Guiart, V. 4721.

XVe s. Dont ceux qui le virent commencerent à crier et à huer et à faire grand haro, Froissart, I, I, 93. Quand les nouvelles et le haro en vinrent à Landrecies, Froissart, ib. I, I, 113.

XVIe s. Nonobstant opposition ou appellations, clameur de Hâ-Raol et doleances quelconques, Édit, sept. 1561. Et en ce faisant a declaré à bonne cause le haro interjeté par ledit le Vaillant sur ledit Hais, Arrêt du parlem. de Rouen, 13 mars 1598.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « haro »

(XIIe siècle) Voir l’ancien français hara (« au secours, à l’aide »), plus avant, de l’ancien bas francique *hara (« ici ») → voir here en anglais, här en suédois.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’allemand Haar, du néerlandais haar, de l’anglais hair.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

L'ancienne opinion est que haro représente ha Raoul, c'est-à-dire est un appel à Rollon, premier duc de Normandie, qui fut un grand justicier. Cette opinion était au commencement du quatorzième siècle celle de G. Guiart, qui, il est vrai, l'interprétait autrement et y voyait un cri d'effroi. Diez la condamne et dit que ha n'est pas l'exclamation qui devrait se trouver ici ; il propose l'ancien haut allemand, hera ou hara, ancien saxon, herod, qui signifie ici ; de sorte que le sens de haro serait : viens ici, viens à mon secours ; enfin herod permet d'expliquer l'ancien verbe haroder, harauder, pousser des cris ; il voit aussi, dans harlou, le simple har, ici, avec loup : ici au loup. Ces raisons plausibles ébranlent beaucoup l'ancienne étymologie. Dans les foires de Champagne, hare ! hare ! ou aré ! are ! était un cri des sergents pour annoncer que la foire était close ; en Flandre, ce cri était ara.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « haro »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
haro aro

Citations contenant le mot « haro »

  • À ces mots, on cria haro sur le baudet. Jean de La Fontaine, Fables, les Animaux malades de la peste

Traductions du mot « haro »

Langue Traduction
Anglais haro
Espagnol haro
Italien haro
Allemand haro
Chinois
Arabe هارو
Portugais haro
Russe аро
Japonais ハロ
Basque haro
Corse haro
Source : Google Translate API

Synonymes de « haro »

Source : synonymes de haro sur lebonsynonyme.fr
Partager