La langue française

Gypse

Définitions du mot « gypse »

Trésor de la Langue Française informatisé

GYPSE, subst. masc.

MINÉR. Minéral essentiellement constitué de sulfate de calcium à l'état cristallin (Ca SO2.2H2O). Synon. pierre à plâtre, plâtre cru, sélénète ou pierre de lune (vx).Gypse naturel, filamenteux, feuilleté, calcarifère, saccharoïde, porphyroïde; gypse en fer de lance, en queue d'hirondelle; gypses parisiens; cristaux, feuillets, macles, marnes de gypse. Le gypse, facile à reconnaître parce qu'il se laisse rayer par l'ongle, s'est également déposé dans des lagunes; il sert à préparer le plâtre (Boule, Conf. géol.,1907, p. 36).Le ciment Portland A (CPA) est un Portland pur n'ayant reçu que l'addition de gypse nécessaire pour stabiliser la prise (Cléret de Langavant, Ciments et bétons,1953, p. 113).
REM. 1.
Gypsage, subst. masc.,constr. Addition de gypse aux constituants du ciment Portland, avant broyage, pour en régulariser et en faciliter la prise. (Ds Lar. encyclop., Lar. Lang. fr. et Lexis 1975).
2.
Gypsomètre, subst. masc.Appareil permettant de déterminer la teneur d'un vin en plâtre. Le gypsomètre employé généralement est celui de Salleron. On opère en versant, dans une quantité déterminée de vin, une solution titrée de chlorure de baryum (Nouv. Lar. ill.- Lar. 20e).
Prononc. et Orth. : [ʒips]. Les gens du métier diraient [ʒi] et se nommeraient [ʒisœ:ʀ], ce qui est, peut-être, une prononc. dial. (d'apr. Buben 1935, § 118). Att. ds Ac. 1762-1932. Littré note gy ou gi à Genève. Étymol. et Hist. xives. gipse (Moamin II 48, 11 ds T.-L.); 1719 gypse (Histoire de l'Académie royale des Sciences, Paris, 10 ds R. Ling. rom. t. 37, p. 495). Empr. au lat.gypsum de même sens, du gr. γ υ ́ ψ ο ς « id. »; cf. l'a. fr. gip (1remoitié xiiies. ds T.-L.), forme encore vivante en fr.-prov. (FEW t. 4, p. 356b). Fréq. abs. littér. : 15. Bbg. Quem. DDL t. 4.

Wiktionnaire

Nom commun

gypse \ʒips\ masculin

  1. (Minéralogie) Espèce minérale composée de sulfate hydraté de calcium de formule brute CaSO4, 2(H2O).
    • Constituées par des assises marneuses de coloration variable alternant avec des calcaires dolomitiques plus ou moins compacts, des grès ou même du gypse, les collines du Keuper présentent des flancs à pente raide, parfois ravinés par les eaux. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 14)
    • Le problème de l’excès de sel se pose dans de nombreux périmètres irrigués des régions sèches. Leur amélioration peut se faire par des apports de gypse ou de phosphogypse. — (Mémento de l'agronome, Ministère des affaires étrangères (France), CIRAD & GRET (Éditions Quae), 2002, page 635)
    • Le fromage fut, d'autre part, utilisé, en certaines régions, pour le barbouillage en blanc des initiés, barbouillage sacro-saint qui s'obtenait également par la farine et par le gypse sacré ([…]). — (Pierre Gordon, Le sacerdoce à travers les âges, Paris : Editions La Colombe, 1950, p. 107)
  2. Roche évaporitique.

Forme de verbe

gypse \ʒips\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe gypser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe gypser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe gypser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe gypser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe gypser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GYPSE. n. m.
Plâtre. Il se dit proprement en termes de Minéralogie, de la Pierre à plâtre ou sulfate de chaux.

Littré (1872-1877)

GYPSE (ji-ps') s. m.
  • La pierre à plâtre, ou sulfate de chaux, qui est appelé plâtre lorsqu'il est déshydraté par la calcination et pulvérisé. J'avertis que j'appelle gypse ce que les nomenclateurs ont nommé sélénite, Buffon, Min. t. II, p. 54. Les principaux dépôts chimiques du sol secondaire sont les silex et les gypses : les silex, qui doivent incontestablement leur origine à des dissolutions d'hydrate de silice ; les gypses, qui ont été précipités par la réaction exercée sur le chlorure de calcium de la mer, soit par des combinaisons sulfureuses, soit plutôt par du sulfate de magnésie, L. Cordier, Acad. des sc. Comptes rend. t. LIV, p. 297.

    Gypse cunéiforme, gypse en fer de lance, sélénite.

HISTORIQUE

XVIe s. Il me nomma le gif et l'alebastre… quand ils sont calcinez, ce n'est autre chose que plastre…, Palissy, 233.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GYPSE, ou Pierre à Platre, gypsum, (Hist. nat. Minéral.) on appelle gypses ou pierres gypseuses, toutes les pierres que l’action du feu change en plâtre : ainsi le gypse ou la pierre à plâtre sont la même chose, & le plâtre est le produit que donne le gypse lorsqu’il a été calciné. Voyez Platre.

Les gypses sont des pierres très-tendres ; leur tissu est ordinairement si peu serré, qu’on peut les égratigner avec l’ongle, les pulvériser, ou les écraser entre les doigts : ils ne donnent point d’étincelles lorsqu’on les frappe avec de l’acier ; ils ne sont point solubles dans les acides, quoique quelques auteurs prétendent qu’ils s’y dissolvent.

Les anciens ont connu différentes especes de gypse, dont ils faisoient le même usage que nous ; l’île de Chypre en avoit des carrieres considérables. Ils nommoient metallum gypsinum, celui qu’ils regardoient comme le plus parfait ; c’étoit, suivant M. Hill, le gypse feuilleté, que nous appellons pierre spéculaire. Les naturalistes anciens parlent aussi d’une pierre qu’ils appelloient gypsum tymphaicum, qui mêlée avec l’eau sans avoir éprouvé l’action du feu, prenoit corps & faisoit un ciment ou plâtre. Ils s’en servoient aussi pour dégraisser les habits, comme de la terre cimolée : mais il y a lieu de croire que c’étoit plûtôt une substance calcaire, telle que celle qu’on nomme calx nativa, & que c’est improprement qu’on lui donnoit le nom de gypsum. Voyez le traité des pierres de Théophraste, avec les notes de M. Hill, pag. 209. & suiv. de la traduction tranç. & Plinii hist. nat. lib. XXXVI. cap. xvij.

Les gypses varient pour la couleur & pour la figure ; ce qui fait qu’on en compte plusieurs especes. La plus connue & la plus ordinaire est celle qu’on nomme pierre à plâtre ; elle se divise en masses d’une figure indéterminée : au premier coup-d’œil elle a quelque ressemblance avec de la pierre à chaux, & quelquefois avec le grès. Elle paroît remplie de points luisans, qui la font en quelque sorte ressembler à du sucre brut ; elle est ou blanche, ou d’un gris clair, ou semée de taches, ou rougeâtre, ou verdâtre, &c. On en trouve de cette espece à Montmartre & dans plusieurs autres endroits des environs de Paris, où on la nomme pierre a plâtre, ou moilon de plâtre.

Le gypse feuilleté, qui s’appelle aussi pierre spéculaire & miroir des ânes, est une pierre formée par l’assemblage de plusieurs feuillets très-minces & transparens, placés les uns sur les autres, & qui se séparent aisément. Ces feuillets sont quelquefois presque aussi transparens que du verre ; quelquefois ils sont colorés, ce qui fait que leur assemblage forme une pierre jaunâtre, ou brune & luisante, sur laquelle on voit des iris ou les couleurs de l’arc-en-ciel. Ce gypse ressemble beaucoup au talc, qu’on nomme glacies mariæ, ou verre de Russie : voilà pourquoi plusieurs auteurs l’ont confondu avec lui, quoiqu’il en differe par les propriétés. Le gypse feuilleté devient blanc, & perd sa transparence dans le feu ; au lieu que le talc n’y éprouve aucun changement. Ce gypse a aussi de la ressemblance avec le spath feuilleté & rhomboïdal ; mais ce dernier est une pierre calcaire. On trouve aussi de la pierre spéculaire ou du gypse feuilleté dans les carrieres de Montmartre ; on regarde le plâtre qui en est fait, comme le plus pur. Il y a du gypse dont les lames ou feuillets sont disposés confusément : quelques auteurs le nomment gypse ardoisé. Il ne differe de l’autre que par l’arrangement de ses parties, qui font qu’il est plus ou moins opaque. Quelquefois les lames du gypse feuilleté se réunissant par une de leurs extrémités, forment différens angles plus ou moins aigus ; comme on peut le remarquer dans le gypse feuilleté de Montmartre ; souvent l’espace compris entre les deux angles, est rempli d’une substance étrangere qui est calcaire.

Le gypse strié est une pierre formée par un assemblage de filets ou d’aiguilles, paralleles les unes aux autres ; ce qui fait qu’elle ressemble parfaitement à de l’asbeste, ou à de l’amiante : quelques auteurs l’ont abusivement nommé alun de plume.

Les gypses crystallisés sont des pierres dont la figure varie ; elle est tantôt rhomboïdale, tantôt par filets, tantôt en pyramides de différentes grandeurs ; mais le plus souvent en colonnes, assez semblables aux crystaux du sel de Glauber : ces crystallisations gypseuses se reconnoissent aisément à leur peu de consistence & de dureté. C’est improprement que quelques auteurs ont donné le nom de sélénite à cette espece de gypse.

Le gypse solide est une pierre dont les parties sont liées si étroitement, qu’on a de la peine à distinguer la figure des parties qui la composent : cette pierre a de la transparence, & ressemble assez à de la cire blanche. On en fait en Allemagne des figures assez agréables.

Un très-grand nombre de naturalistes dont l’autorité est d’ailleurs respectable, mettent l’albâtre au rang des gypses ; mais cela demande une explication. Ces auteurs semblent avoir donné le nom d’albâtre à une pierre qui, à la vérité, lui ressemble beaucoup, tant par son tissu que par sa blancheur, par les veines & les couleurs qu’on y remarque. Cette pierre, qui est un vrai gypse, se trouve sur-tout en différentes parties de l’Allemagne, & c’est sur elle que M. Pott a fait toutes ses expériences pour découvrir la nature de la pierre gypseuse : mais le véritable albâtre, & sur-tout celui que nous connoissons sous le nom d’albâtre oriental, dont on fait des tables, des colonnes, des manteaux de cheminées, & d’autres ouvrages, doit être regardé comme une pierre calcaire, puisqu’il fait effervescence avec les acides, & se change en chaux par la calcination. Ferrante Imperato regarde l’albâtre comme une stalactite, & il y a toute apparence que c’est le marbre qui produit cette stalactite. On peut voir plusieurs de ces albâtres en stalactite, dans le cabinet du jardin du Roi à Paris. Ainsi la pierre que MM. Wallerius & Pott nomment albâtre, & qu’ils placent parmi les gypses, n’a rien de commun, sinon la ressemblance extérieure, avec ce que nous entendons par albâtre.

M. Wallerius met aussi la pierre phosphorique, appellée pierre de Bologne, au rang des gypses ; mais de son aveu même elle est calcaire, puisqu’il dit qu’elle fait effervescence avec les acides. Le même auteur dit dans ses remarques, que tous les gypses acquerent par la calcination la propriété de luire dans l’obscurité, tout comme les pierres calcaires & les marbres ; mais M. Pott nous apprend que ses expériences lui ont fait voir le contraire. M. Wallerius met aussi la pierre néphrétique au rang des gypses, tandis qu’il lui attribue de même la propriété d’être soluble dans les acides. Voyez la minéralogie de Wallerius, tome I. pag. 98. & suiv. de la traduction françoise.

Le célebre M. Pott, dans sa lithogéognosie, fait une classe particuliere des gypses ; au lieu que d’autres auteurs pensent qu’on ne doit en faire qu’une soûdivision des pierres calcaires ; qu’elles n’en different qu’accidentellement & par des qualités qui ne sont point de l’essence de la pierre : ainsi ils regardent le gypse comme une pierre calcaire modifiée. M. de Justi est de ce sentiment, dans son plan du regne minéral, §. 410. & suiv.

M. Macquer regarde le plâtre comme une chaux grossiere, & croit que le gypse n’est point composé de parties homogenes, comme la pierre à chaux ; mais qu’il entre deux especes de pierres dans sa composition, dont l’une est calcinable, & l’autre ne l’est point ; il dit que c’est pour cela que le plâtre prend corps avec l’eau, & se durcit avec elle sans addition de sable, parce que le plâtre est une chaux qui porte déjà son sable avec elle. Voyez les mémoires de l’académie royale des Sciences, année 1747, page 65. & suiv.

Quoi qu’il en soit de tous ces sentimens, voici les différences qui se trouvent entre le gypse & la pierre à chaux. 1°. Le gypse, soit cru, soit calciné, ne fait point d’effervescence avec les acides, tels que l’eau-forte, l’esprit de sel, &c. au lieu que toute pierre calcaire s’y dissout très-promptement & avec effervescence, soit avant, soit après la calcination. Quand une pierre gypseuse fait effervescence, c’est une preuve qu’elle n’est point pure, mais mêlangée avec quelque substance calcaire. Cependant M. de Justi prétend, dans sa minéralogie, que les gypses se dissolvent dans les acides lorsqu’ils ont été divisés & atténués, & qu’il y en a même qui se dissolvent avec une effervescence plus considérable que le marbre. Il faut que cet auteur ait été trompé par des pierres calcaires qui ressembloient à du gypse, ou par des pierres gypseuses, mêlées de parties calcaires. 2°. La pierre à chaux calcinée donne une substance qui s’échauffe fortement lorsqu’on la mêle avec de l’eau, & fait avec elle un bouillonnement sensible ; au lieu que le gypse calcine ou plâtre, ne s’échauffe point, à beaucoup près, si vivement avec l’eau, & n’y cause point de bouillonnement sensible. 3°. Le gypse calciné ou le plâtre mêlé avec l’eau, prend du corps & devient en peu de tems dur comme une pierre, sans qu’on soit obligé d’y joindre du sable ; au lieu que la pierre calcaire calcinée, ou la chaux, ne prend point seule du corps avec l’eau, il faut pour cela y joindre du sable, & le mélange ne prend de la consistance & de la dureté que lentement. 4°. La chaux éteinte reprend toutes ses propriétés par une nouvelle calcination ; au lieu que le plâtre ne les reprend jamais par ce moyen, & n’est plus propre à se durcir avec l’eau. Le plâtre en se séchant augmente de volume & se gonfle ; au lieu que le mortier diminue plûtôt que d’augmenter. M. Macquer rend raison de ces différences par ses conjectures, confirmées par des expériences. Voyez les mémoires de l’académie royale des Sciences, an. 1747.

Les gypses se trouvent par couches dans le sein de la terre. C’est la butte de Montmartre qui fournit presque tout le plâtre qui s’employe dans les bâtimens de Paris. Cette petite montagne présente plusieurs phénomenes, dignes de l’attention des Naturalistes. Elle est placée au milieu d’un pays tout-à-fait calcaire, & est composée d’un grand nombre de couches paralleles à l’horison, dans lesquelles on assûre n’avoir jamais trouvé de coquilles fossiles, quoique toutes les pierres des environs de Paris en soient remplies, & ne soient, pour ainsi dire, formées que de leurs débris. On y trouve deux couches de gypse. La couche inférieure est d’une si grande épaisseur qu’on n’en a point encore trouvé la fin, quoique dans certains endroits on ait creusé jusqu’à 70 ou 80 piés de profondeur. On trouve assez fréquemment au milieu de cette masse de gypse, des ossemens & vertebres de quadrupedes qui ne sont point pétrifiés, mais qui sont déjà un peu détruits, & qui sont très-étroitement enveloppés dans la pierre : on assûre même qu’on y a trouve autrefois un squelette humain tout entier ; mais comme ce dernier fait n’est point appuyé d’autorités incontestables, on n’en garantit point la vérité.

Quoiqu’on ne puisse point toûjours distinguer à la simple vûe les parties qui composent la pierre gypseuse, ces parties sont pourtant constamment d’une figure réguliere & déterminée. Suivant M. de Jussieu, tous les gypses réduits en poussiere, & considérés au microscope, présentent une infinité de petits parallelipipedes transparens, dont la longueur excede de beaucoup les autres dimensions, & dont la surface est parsemée irrégulierement de globules très-petits par rapport à eux. M. de Jussieu ayant observé que quand l’air étoit humide ces globules changeoient de figure & en prenoient une ovale applatie, & qu’ils disparoissoient quand l’humidité s’évaporoit, a jugé que c’étoient des parties salines qui entrent dans la composition du gypse. Quand on observe de même la poussiere de plâtras ou de plâtre desanimé & inutile, on voit encore les mêmes parallelipipedes & les globules ; mais ils sont mêlés avec beaucoup d’autres petits corps différens d’eux & de figures irrégulieres. M. de Jussieu conjecture que ces corps ont été introduits par l’eau quand on a gaché le plâtre, & croit que ce sont eux qui empêchent les platras de pouvoir être recalcinés de nouveau & redevenir utiles. Voyez l’histoire de l’académie des Sciences, ann. 1719. page 13. & suiv.

Les propriétés du gypse ont depuis long-tems attiré l’attention des Chimistes & des Naturalistes ; mais jusqu’à-présent on n’a point encore pû trouver exactement ce qui le constitue, & ce qui produit sa différence d’avec les pierres calcaires. Bien des auteurs ont cru que le gypse étoit formé par la combinaison de l’acide vitriolique, avec la terre calcaire ; ce qui fait qu’on nomme sélénite ce qui ressemble, à quelques égards, au gypse : mais M. Pott a trouvé qu’elle en différoit à beaucoup d’autres. Ce savant chimiste a fait un grand nombre d’expériences pour l’analyse du gypse : la pierre spéculaire lui a donné une quantité considérable de flegme ou d’eau d’une odeur desagréable, mais insipide, & dans laquelle il n’a pu trouver aucune trace sensible d’alkali volatil, quoique M. Henckel l’eût prétendu : il croit plûtôt que la substance saline qui est contenue dans le gypse, est de la nature du sel marin. Le gypse pulvérise & mis dans une chaudiere sur le feu, aussitôt qu’il est bien séché, devient fluide comme de l’eau & bouillonne ; il ne faut pour cela qu’un degré de feu qui rougisse la matiere : cela prouve qu’il est chargé d’une quantité d’eau très-considérable ; c’est aussi ce qui paroît être cause de la promptitude avec laquelle il s’unit avec l’eau & prend corps avec elle. Quelques auteurs regardent ce phénomene comme une preuve que le gypse est très-chargé de sel, & prétendent que son durcissement avec l’eau n’est dû qu’à une crystallisation qui se fait sur le champ. Dans la calcination du gypse à feu ouvert, il en part pendant quelque tems une fumée ou vapeur très-forte ; si le feu est continué trop long-tems, le plâtre qui en provient ne se durcit point lorsqu’on le mêle avec de l’eau, & il reste en poudre sans prendre corps.

Le gypse entre en fusion au miroir ardent ; mais à un feu ordinaire il n’entre point en fusion sans addition : voilà pourquoi il est très-propre à faire des supports pour les substances qu’on veut exposer à un feu violent. M. Pott nous apprend avoir trouvé dans le gypse une portion très petite de phlogistique & de principe colorant ; & que dans la calcination des pierres gypseuses les moins pures, on apperçoit une matiere sulphureuse qui s’enflamme. Ce savant chimiste a combiné le gypse avec différentes substances, tant terreuses que salines, dans des proportions variées ; ce qui lui a donné un grand nombre de produits différens, comme on peut voir dans le II. chap. du t. I. de sa Lithogéognosie. Lorsqu’on répand de l’eau sur du gypse calciné, le mélange s’échauffe, & il en part une odeur très-desagréable. M. Rouelle a trouvé que lorsqu’on calcine le gypse il en part une odeur d’arsenic très-sensible. M. Brandt, savant chimiste suédois, a aussi examiné le gypse, & il a trouvé qu’il n’a point une terre qui par la calcination devienne caustique, comme la chaux vive. Il a mêlé du gypse avec du verre de bouteille, pour en faire une sorte de porcelaine ; il a donné un feu très-vif pendant 24 heures, & il est parti du mélange une odeur de foie de soufre très-forte qui remplit son laboratoire. Mémoires de l’académie royale de Suede, année 1749.

Suivant les observations des Minéralogistes, on n’a point encore trouvé de métaux dans le gypse.

Les anciens ont regardé le gypse comme un poison ; cependant quelques medecins en ont ordonné l’usage intérieur, qui ne peut être que très-inutile & même dangereux, comme on peut en juger par les accidens qui résultent des plâtres neufs. Voyez Platre.

On contrefait le marbre avec du gypse très-pur calciné, réduit en une poudre très-fine, passé au tamis ; on l’humecte avec de l’eau gommée, & on y mêle les couleurs convenables pour former les veines : ce mélange prend de la consistance & un très beau poli. Voyez Stuc.

On voit par ce qui vient d’être dit, 1°. que les Naturalistes ont souvent regardé comme gypse des substances qui ne l’étoient point ; 2°. que les principes qui constituent cette pierre, & qui produisent les phénomenes qu’elle présente, sont encore inconnus & demandent bien des expériences pour être développés. La maniere de calciner le gypse pour en faire du plâtre, se trouvera à l’article Platre. (—)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gypse »

Génev. gy ou gi ; de γύψος, plâtre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIVe siècle)[1] Du latin gypsum (« pierre à plâtre »)[1][2], emprunté au grec ancien γύψος, gýpsos (« plâtre », « (pierre) qui grille au feu »), apparenté à l’arabe جبس, jibs[3]. Le gypse est dit aussi جص, jiss' en arabe, terme dont la racine remonte à la vieille Mésopotamie[4], lequel a donné l'ancien nom de gypse gich[5] dont on trouve la trace en ancien français sous les formes gip, gif ou gist[6].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gypse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gypse ʒips

Citations contenant le mot « gypse »

  • Le rapport commence par une brève introduction et un aperçu du marché, dans lequel le marché Panneau de fibre de gypse est en tête défini avant d’estimer sa portée et sa taille. Ensuite, le rapport développe la portée du marché et l’estimation de la taille du marché. Ceci est suivi d’un aperçu de la segmentation du marché comme le type, l’application et la région. Les pilotes, limitations et opportunités sont répertoriés pour l’industrie Panneau de fibre de gypse, suivis des actualités et des politiques de l’industrie. INFO DU CONTINENT, Panneau de fibre de gypse Formation et perspectives des principaux acteurs du marché 2020 pendant COVID-19 - INFO DU CONTINENT
  • Panneau de gypse Market 2020 présente une étude détaillée des marchés mondiaux de Produits chimiques et matériaux industrie. Le rapport fournit des informations clés sur les principaux acteurs du marché, la position concurrentielle et fournit les tendances clés du marché. Panneau de gypse Le rapport sur le marché permet de se concentrer sur la grande région et les principaux pays du monde. Il révèle également les possibilités potentielles et donne un aperçu des principaux acteurs impliqués dans la croissance du marché liée aux revenus. INFO DU CONTINENT, Marché mondial Panneau de gypse 2020 | Analyse d'impact COVID-19 et développements récents - INFO DU CONTINENT
  • « Le marché Panneau de gypse mondial croît à un TCAC élevé au cours de la période de prévision 2020-2026. L’intérêt croissant des particuliers pour cette industrie est la principale raison de l’expansion de ce marché. Selon le Rapport, le marché Panneau de gypse devrait croître à un TCAC de xx % au cours de la période de prévision (2019-2027) et dépasser une valeur de XX USD d’ici la fin de 2027. » Thesneaklife, Marché Panneau de gypse mondial 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | BNBM, Saint-Gobain, Etex Corp, Knauf, USG – Thesneaklife
  • Le rapport de recherche sur le marché mondial du marché Fluor Équipement de gypse 2020 se concentre sur la taille du marché, la part, la croissance, les fabricants et les prévisions jusqu’en 2026. Son vaste référentiel fournit des statistiques et des données analytiques importantes pour donner une compréhension complète du marché. Le rapport est bénéfique pour les stratèges et les acteurs de l’industrie pour planifier leurs futures stratégies commerciales. Le rapport d’étude de marché de Fluor Équipement de gypse se base principalement sur les facteurs sur lesquels les entreprises se positionnent sur le marché et sur ce facteur utile à l’entreprise. De plus, le rapport présente des graphiques, des chiffres et des tableaux sportifs qui offrent un point de vue transparent sur le marché des cartes commerciales / d’entreprise. , Rapport sur le marché Fluor Équipement de gypse 2020 par principaux acteurs mondiaux, types, applications, pays, taille du marché, prévisions jusqu’en 2026 (sur la base de la répartition mondiale COVID-19 2020) – Derrière-l'Entente.com
  • Le rapport de marché Panneau de plafond de gypse de PVC mondial comporte des informations à jour et détaillées, publiées par la compagnie CMR. Le rapport aborde une analyse approfondie et détaillée et l’impact sur le marché de l’épidémie de COVID-19 est abordé. Les données prises en compte dans l’étude fournissent une analyse détaillée sur la base des données historiques de 2015 à 2019, ainsi que les prévisions pour toutes les autres conditions du marché de 2020 à 2027. se connecter à la vente dexperts [email protected] or call us on +1-312-376-8303. Thesneaklife, Étude du marché Panneau de plafond de gypse de PVC Mondial 2020 tenant compte de l’analyse des effets du coronavirus (COVID-19) par compagnies Jainsm Martell Overseas, USG Boral, Ultra Petronne Interior Supply Corp., TAISHAN GYPSUM, GYPROC – Thesneaklife
  • Type de produit Couverture:  Fluor gypse Crusher  Fluor gypse Grinder  Fluor Gypsum Machines de presse  Autres Couverture Application:  Vente en ligne  Vente Hors ligne Thesneaklife, Impact de Covid-19 sur le marché Fluor Équipement de gypse – scénario actuel, Clirik, Shandong Tengfei, DISA etc. – Thesneaklife
  • Le Rapport sur le marché Plafond suspendu en gypse a également fourni des données sur l’impact du COVID 19 sur le marché mondial. Le monde fait face à une crise mondiale de la santé sans précédent dans les 75 dernières années. Elle a touché tous les segments de la population et est particulièrement préjudiciable aux membres des groupes sociaux dans les situations les plus vulnérables. Ainsi, l’économie mondiale a beaucoup de prétention face à cette pandémie. Le Rapport comprend des données complètes sur l’impact du COVID 19 sur le marché Plafond suspendu en gypse pour aider les utilisateurs à prendre des décisions à grande échelle. Instant Interview, Marché Plafond suspendu en gypse mondial 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | Armstrong, Saint-Gobain, Hunter, OWA, Rockwool International – Instant Interview
  • Les données quantitatives sont en outre soulignées et renforcées par des données qualitatives complètes qui comprennent diverses dynamiques de marché transversales. Les justifications qui ont un impact direct ou indirect sur l’industrie Panneau de gypse sont illustrées par des paramètres tels que les moteurs de croissance, les contraintes, les défis et les opportunités, entre autres facteurs d’impact. Instant Interview, Panneau de gypse Acteurs clés du marché 2020, taille, tendances, opportunités de croissance, analyse jusqu’en 2026 – Instant Interview
  • Le groupe Bellebouir diversifie ses activités. En effet, ce groupe actif dans la fabrication et la distribution de matériaux de construction à travers plusieurs filiales actives notamment dans la région de Casablanca, se lance dans la production et la commercialisation de plâtre avec une usine en cours de construction dans la région de Safi. Aussi, le groupe contrôlé par la famille Bellebouir, mené par l’homme d’affaires Abdellatif Bellebouir, ex-maire de la Commune Urbaine de Sidi Bennour et membre du parti de l’USFP, compte investir plus de 30 millions de dirhams (dont la moitié pour une première phase) dans une unité de transformation de gypse et fabrication d’enduits et plâtres décoratifs qui verra le jour à la commune Sidi Tiji. Le choix de cette région est loin d’être anodin, puisque cette commune (située à 40 km au Sud-est de ville de Safi) est très riche en sable et aussi en gypse. Une région qui concentre une trentaine de carrières actives en gypse et abrite également une des deux usines du leader marocain incontesté du gypse et du plâtre, à savoir Lafarge Placo Maroc, la joint-venture créée en fin 2016 entre les deux géants mondiaux de matériaux de construction, le franco-suisse LafargeHolcim et le groupe français Saint-Gobain. Challenge.ma, Le Groupe Bellebouir se lance dans la fabrication de plâtre | Challenge.ma

Traductions du mot « gypse »

Langue Traduction
Anglais gypsum
Espagnol yeso
Italien gesso
Allemand gips
Chinois 石膏粉
Arabe جبس
Portugais gesso
Russe гипс
Japonais 石膏
Basque igeltsua
Corse gesso
Source : Google Translate API

Synonymes de « gypse »

Source : synonymes de gypse sur lebonsynonyme.fr

Gypse

Retour au sommaire ➦

Partager