La langue française

Gouge

Sommaire

  • Définitions du mot gouge
  • Étymologie de « gouge »
  • Phonétique de « gouge »
  • Citations contenant le mot « gouge »
  • Images d'illustration du mot « gouge »
  • Traductions du mot « gouge »
  • Synonymes de « gouge »

Définitions du mot gouge

Trésor de la Langue Française informatisé

GOUGE1, subst. fém.

A. − Région. (Sud-Ouest). Servante. Elle avait été à douze ans servante de métayer, domestique de domestiques, ce qui s'appelle dans la Lande une gouge (Mauriac, Génitrix,1923, p. 381).
B. − Vieilli. Femme de mauvaise vie. Bayadère sans nez, irrésistible gouge (Baudel., Fl. du Mal,1861, p. 170).Mouds-la, meunier, et fais de la farine rouge, Du fard pour la catin, et du fard pour la gouge (Moréas, Cantil.,1886, p. 186).
Prononc. : [gu:z]. Étymol. et Hist. 1456-67 « fille, femme portée à l'amour » (Cent nouvelles nouvelles, éd. F. P. Sweetser, I, 27, p. 23). Empr. à un dial. d'oc(a. béarnais goge « fille, femme non mariée » xves. ds Lespy-Raym., s.v. gouge; a. prov. gouge 1473 ds Pansier t. 3, p. 94; a. gasc. goya, gotya « fille » 1483 ds P. Druilhet, Archives de la ville de Lectoure, p. 117 et 118), de l'hébr. gōya « chrétienne, servante chrétienne », fém. de gōy (goy*). V. FEW t. 4, pp. 190-191, s.v. goja. Bbg. Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 184, 190; t. 3 1972 [1930], p. 367.

GOUGE2, subst. fém.

TECHNOL. Ciseau en forme de gouttière, à bout tranchant et courbe, utilisé par les artisans ou les artistes travaillant le bois, le métal et la pierre, pour tailler les contours des pièces à façonner. Gouge de forgeron, de menuisier, de sculpteur. Gouge de tourneur (cf. Nosban, Manuel menuisier, 1857, p. 131). Pour le noyer, par exemple, dont la contexture très serrée permet un beau travail de taille, on peut terminer aussi bien à la gouge qu'au ciseau. Le noyer est un bois demi-dur. Les bois très durs, comme le buis et le chêne, ne se peuvent achever qu'au ciseau. Les gouges trop fines cassent (Arts et litt.,1935, p. 22-3).V. aussi besaiguë ex. 2 :
Un artiste est en vous [les chirurgiens] à l'état nécessaire. Je ne parle pas de ceux dont le crayon, ou la plume ou la gouge s'exerce aux œuvres d'art : il y aurait à dire sur eux (...). Mais à présent, je parle de votre art propre, de celui dont la matière est la chair vive... Valéry, Variété V,1944, p. 54.
En partic. Tranchant à l'aide duquel le cordonnier creuse les talons des souliers. (Dict. xixeet xxes.).
CHIR. ,,Ciseau à os à lame creuse, dont la section est un arc de cercle`` (Méd. Biol. t. 2 1971).
REM.
Goujon, subst. masc.,sculpt. ,,Petite gouge du sculpteur`` (Ac. 1932).
Prononc. : [gu:ʒ]. Étymol. et Hist. 1344 « ciseau à tranchant arrondi » (Trav. aux chât. des comtes d'Art., A.N. KK 393, fo96 ds Gdf. Compl.). Du b. lat. gulbia, gubia « id. », d'orig. prob. celt. (Romania t. 4, pp. 358-359; Holder, col. 2043-2044). Bbg. Bugge (S.). Étymol rom. Romania. 1875, t. 4, pp. 358-359.

Wiktionnaire

Nom commun 1

gouge \ɡuʒ\ féminin

  1. (Technique) Outil de fer, fait en forme de demi-canal, avec un manche de bois, à l’usage de différentes professions: sculpteurs, tourneurs, plombiers, menuisiers, charpentiers, jardiniers ....
  2. Tranchet courbe pour creuser les talons des souliers.
  3. Outil pour couper l’excédant des tuiles molles dont on construit le four du glacier.
  4. (Chirurgie) Ciseau à tranchant demi-circulaire employé pour l’ablation des exostoses.
  5. (Serrurerie) On met deux gouges à tous les ressorts d’une serrure, pour les faire sortir autant qu’on le désire.

Nom commun 2

gouge \ɡuʒ\ féminin

  1. (Provence) Jeune fille, ou servante, par extension toute femme.  Référence nécessaire
  2. (Vieilli) (Populaire) Femme, prostituée, fille à soldats. [2]
    • On observe d’ailleurs la même dérivation à partir du mot « femme », tout simplement, qui en est venu à signi­fier lui même « prostituée » (il y a des femmes) ; la liste des synonymes de « femme » est éloquente : nana, souris, sauterelle, pétasse, fille, gouge, poule, tendron, môme, dulci­née… Ainsi, tous les substantifs relatifs à femme ou fille, servent indiffé­remment à désigner l’amoureuse ou la prostituée ; seul le contexte permet de savoir de quelle femme il s’agit. — (Satya, La conjugalité : source de la prostitution)
    • Et pour finir, je dirai le baiser
      De ta lèvre rouge,
      Et ta douceur à me martyriser,
      - Mon ange ! Ma gouge !
      — (Paul Verlaine, Sérénade)
    • Je suis dans un brouillard qui bourdonne et qui bouge
      Mon œil tourne et s’éteint ! où donc es-tu, ma gouge ?
      Viens ! tout mon corps tari te convoite en mourant !"
      — (Maurice Rollinat, La succube)
    • On peut les comparer encore à cette auberge,
      Espoir des affamés, où cognent sur le tard,
      Blessés, brisés, jurant, priant qu’on les héberge,
      L’écolier, le prélat, la gouge et le soudard.
      — (Charles Baudelaire, Damnation, 1857)
    • – Oh, que nenni! dit Caudebec, la mine fort triste tout soudain. Sans tétons pour dormir, je ne pense qu’à ma mort, au feu du purgatoire et à mes gros péchés.
      – Monsieur le Baron, dit Frère Antoine, si vous pouviez dormir une seule nuit sans gouge, ils seraient moins gros.
      — (Robert Merle, En nos vertes années, I., 1979)

Forme de verbe

gouge \ɡuʒ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de gouger.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de gouger.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de gouger.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de gouger.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de gouger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOUGE. n. f.
T. d'Arts. Espèce de ciseau servant aux sculpteurs, aux menuisiers et à d'autres artisans.

Littré (1872-1877)

GOUGE (gou-j') s. f.
  • 1Outil de fer, fait en forme de demi-canal, avec un manche de bois, à l'usage des sculpteurs, des plombiers, des menuisiers, des charpentiers.
  • 2Tranchet courbe pour creuser les talons des souliers.
  • 3Outil pour couper l'excédant des tuiles molles dont on construit le four du glacier.
  • 4 Terme de chirurgie. Ciseau à tranchant demi-circulaire employé pour l'ablation des exostoses.
  • 5 Terme de serrurier. On met deux gouges à tous les ressorts d'une serrure, pour les faire sortir autant qu'on le désire.

HISTORIQUE

XVe s. Un baston de guerre que on nomme gouge, Du Cange, goia.

XVIe s. Premièrement on y passe un long taraire, et, après, avec une gouge le trou est agrandi, De Serres, 764.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. GOUGE. - ÉTYM. Ajoutez : « Diez rattache gouge au basque gubia, arc, gubioa, gorge. Il me semble plutôt d'origine celtique : l'anc. gall. gilb est expliqué par foratorium vel rostrum, gilbin, par acumine, voy. ZEUSS-EBEL, Gramm. celt. p. 136139 ; golbin, rostrum, Revue celt. I, 365 ; gall. mod. gylf et gylfin, bec. Gilb est, je crois, issu d'une forme antérieure gulb. La voyelle originaire est conservée dans le vieil irland. gulpan, aculeum (ZEUSS-EBEL, p. 60), pour gulban, irland. moyen et mod. gulbba, génitif gulbhan, Gulbia, gulbium est la forme la plus ancienne du mot roman en question, dérivé d'un thème celtique gulba à l'aide du suffixe ia ou io, comme l'ital. bolgia, franc. bouge, du gaulois bulga. Avec le radical celtique je compare γλύφω, ciseler, » BUGGE, Romania, juillet-octobre 1875, p. 358.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GOUGE, s. f. (Architecture.) est un outil de fer long & taillant par le bout, qui est arrondi en forme de rigole, & emmanché de bois, qui sert au masson à pousser des moulures à la main. (P)

Gouge en bois, outil d’Arquebusier ; c’est un ciseau reployé en gouttiere & tranchant par en-bas, emmanché comme le ciseau à ébaucher, dont les Arquebusiers se servent pour creuser un trou dans un bois, &c. Ils en ont de plusieurs grosseurs. Voyez les fig. des Planches du Sculpteur & du Menuisier, &c.

Gouge en fer, outil d’Arquebusier ; c’est un ciseau de fer trempé, de la longueur de trois à quatre pouces, qui est un peu ployé en demi-cercle par en bas, fort tranchant, & rond par en-haut ; les Arquebusiers s’en servent pour creuser les bassinets.

Gouge, (Charpenterie.) est un ciseau à un ou deux biseaux concaves, qui sert à faire des cannelures & des rivures dans le bois. Voyez la Pl. de Menuis.

Gouge quarrée, outil de Charron ; c’est une espece de ciseau qui est rond par en-haut, & qui par en-bas est à trois quarts, tranchant, & qui sert aux Charrons à évuider les mortaises qu’ils font. Voyez les figures, Planche du Charron.

Gouge ronde, outil de Charron ; il est fait par en-haut comme la gouge quarrée, mais par en-bas il forme un ciseau convexe en languette ronde, tranchant par en-bas, & des deux côtés. Cet outil sert aux Charrons à évider & nettoyer la tête des trous & mortaises, & quelquefois à aggrandir les trous.

Gouge, outil de Ferblantier ; c’est un petit poinçon de fer rond par en-haut, & gros d’environ un pouce, tranchant par en-bas, & formant un demi-cercle, qui sert aux Ferblantiers pour découper & festonner des pieces de fer-blanc. Voyez Planche de Ferblantier, fig. 31.

Gouges, pl. voyez outils de Fontainier, au mot Fontainier.

Gouge à main, en terme de Formier, est une espece de plane recourbée, & dont les manches sont perpendiculaires au plan des courbures. Voyez la fig. 5. Planche du Formier.

Gouge, (Manége, Maréchallerie.) ciseau recourbé dans sa longueur & en forme de gouttiere, semi-cylindrique à son extrémité, de telle sorte que son tranchant présenté perpendiculairement sur un plan, y trace une demi-circonférence de cercle de quatre, cinq, ou six lignes de diametre. Cet instrument, qui doit être emmanché commodément, n’a qu’un biseau, lequel se trouve en-dehors ; sa longueur est communément d’environ 7 à 8 pouces.

Il est d’un usage indispensable dans la Chirurgie vétérinaire, & sert principalement à pratiquer des ouvertures à la sole, dans les cas où il est essentiel de s’instruire de l’état des parties que cette portion de l’ongle dérobe à nos yeux, & où il importe de donner issue à des matieres épanchées & suppurées, qui par leur séjour altéreroient & corromproient inévitablement l’aponévrose, les tendons, &c.

Il est encore une autre espece de gouge qui ne differe point de celles dont nombre d’artisans s’aident dans leur métier ; les Maréchaux s’en servent très indiscretement dans le leur. Ils l’employent lorsqu’il s’agit d’abattre & de détruire les inégalités des dents molaires, qui sont telles dans les vieux chevaux, qu’elles blessent la langue, & souvent la face intérieure des jouës ; & que ces mêmes chevaux ne pouvant broyer parfaitement les alimens, n’en tirent que le suc, & font ce que nous exprimons en disant qu’ils font grenier ou magazin. Ces ouvriers imprudens appuient d’une main pour cet effet le tranchant de cet outil contre ces apretés, très-mal-à-propos nommées surdens par tous les écrivains, & frappent de l’autre sur son manche à coups de marteau, aux risques d’ébranler la tête & la machoire de l’animal, de susciter une sorte de commotion, & d’offenser les parties postérieures de la bouche, & même celles de l’arriere-bouche si la gouge glissoit & se dévoyoit, ou si la pointe de la dent cédoit trop aisément à l’action qui doit en assûrer la chûte.

On a substitué à cette pratique grossiere, & dont on a reconnu les inconvéniens & les dangers, celle de faire mâcher au cheval une lime d’acier, que quelques-uns appellent rape, & d’autres carreau, de maniere que cette derniere gouge est aujourd’hui rejettée, & n’est plus regardée comme un instrument utile & nécessaire.

Quelques-uns s’en servent néanmoins encore dans la fameuse opération du rossignol ou du sifflet. Voyez Pousse. (e)

Gouge, (Plombier.) est un outil de fer taillant par le bout, dont plusieurs ouvriers, & entre autres les Tourneurs, Tablettiers, & Plombiers se servent soit à la main, ou en la frappant avec le marteau. La gouge est une espece de ciseau creusé en forme de demi-canal, dont la portion de cercle est plus ou moins grande, selon qu’on veut caver ou arrondir plus ou moins l’endroit de l’ouvrage où on s’en sert. Ce ciseau est toûjours emmanché dans un morceau de bois : les Charpentiers se servent aussi d’une gouge, mais qui est bien différente de celle-ci ; car elle est toute de fer, & a deux piés & demi de longueur. Voyez la fig. 9. Planche III. du Plombier.

Gouge, (Menuiserie.) la gouge du menuisier differe peu de celle du charpentier.

Gouge, (Tourneur.) outil dont les Tourneurs se servent ; c’est une espece de gouttiere, le bout est arrondi & tranchant. Voyez-en la fig. Pl. I. du Tourneur.

Gouge, (Art méchan.) le Doreur & d’autres ouvriers ont aussi leurs gouges ; mais elles ne different des précédentes ni pour l’usage ni pour la forme : si la gouge est petite, on l’appelle gougette.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gouge »

(Nom commun 1) Du bas latin guvia, gubia, gulvia, gulbia (gloses d’Isidore). Lui-même dérivé du gaulois gulbia (« bec »).
Les mots de l’ancien français goi, , goye (« sorte de serpe »), avec leur diminutif gouet paraissent aussi venir de guvia et être le même mot que gouge.
(Nom commun 2) De l'ancien occitan goge (« fille non mariée ») → voir gougie et gouge en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. gubia ; portug. goiva ; ital. gorbia, bâton ferré ; gloses d'Isidore, guvia, gubia, gulvia, gulbia. Mot du reste inconnu, qu'on a rattaché au basque gubia signifiant dans cette langue un arc. Les mots de l'ancien français goi, goe, goye, sorte de serpe, avec le diminutif gouet, paraissent venir aussi de guvia et être le même mot que gouge.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gouge »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gouge guʒ

Citations contenant le mot « gouge »

  • Enfant, en gardant les vaches dans la montagne du côté des Angles, il faisait des bateaux avec son couteau à partir d'écorces de pin. L'hiver 56 était celui de ses 12 ans et d'un hiver catastrophique où les salades du lopin de terre maraîchère, qui assurait la survie de la famille, furent anéanties sous un mètre de neige. Il fallait aller chercher pitance ailleurs. Faisant preuve d'une rocambolesque débrouillardise, il parvint à se faire envoyer dans ce que l'on appellera pudiquement un établissement spécialisé à Agde. Il avait 12 ans, ne parlait que le catalan et a, en deux ans, appris le français et obtenu son certificat d'études. Puis il obtient un CAP de menuisier et est envoyé à Revel en ébénisterie où le travail de marqueterie qu'il réalise obtient 19,5, du jamais vu. Devenu enseignant à Saint-Jean, responsable de toutes les formations techniques, il s'adonnera passionnément à la sculpture, essentiellement sur bois. Il cumulera les prix dans de nombreux salons régionaux et internationaux. Au Salon du Bourget, en 1987, il obtient le prestigieux prix Signature. Sa maison regorge de ses œuvres. Il s'est contenté de vendre seulement 3 ou 4 pièces par an. Au rez-de-chaussée, son atelier est équipé des grosses machines professionnelles. Ses tiroirs abritent 160 gouges pour le bois, à peine une quinzaine est nécessaire pour la pierre. Des toiles de Pôl Roux, Bajen et d'autres amis habillent sa maison. Il a débuté comme Casimir Ferrer, mais n'a pas voulu abandonner son métier. Avec son épouse Christiane, ils cultivent chacun leur passion, dégagent une harmonieuse complémentarité. ladepeche.fr, Arthès. Jean-Pierre Fondecave a sculpté sa vie à coups de gouge - ladepeche.fr
  • Les techniques sont multiples pour réaliser des travaux d’impression, l’une a ma préférence par son résultat proche de la gravure, très simple à mettre en place avec peu de moyen, la linogravure ou taille d’épargne; en effet, la la linogravure allie gouge et linoléum à graver pour obtenir un dessin prêt à être reproduit à l’infini. Maison.com, Secrets de linogravure à la gouge
  • Cette année encore la rencontre Danse à l'école a eu un succès fou auprès des écoles de Montauban. Dans le cadre de leur projet artistique mis en place au sein des écoles et qui a lieu durant tout leur cycle scolaire, 17 classes ont eu le privilège hier de venir présenter une chorégraphie devant leurs camarades et enseignants asur la scène du théâtre Olympe de gouge. ladepeche.fr, Montauban. 17 classes font le spectacle sur la scène du théâtre Olympe de gouge - ladepeche.fr
  • Un peu du professeur Nimbus, la parole en plus, un rien d'autodérision, Alain Gastou, le « Tusto Buetos » est un drôle de bonhomme qui interroge autant par ses œuvres que par sa nonchalance dérisoire, il met en scène son art singulier au service du tourisme de Limoux jusqu'au 5 octobre. Autant vous dire tout de suite que les tableaux et sculptures commentés par l'auteur valent le détour : « Je pratique l'art des fous, quand je tiens une idée sur mon pinceau je ne le lâche plus, ou le contraire ? Elle m'absorbe comme le papier de récup'que j'utilise, ma peinture est une nécessité pour que j'évite la cécité. » Alain Gastou un peu à la Pierre Dac a un don de double vue, il prend le pouvoir sur toute sorte d'objet. Il vous fait une révolution dans un tronc noueux, une excavation, à la gouge sans électricité il fait vivre un héron flanqué de fil de fer sur sa jambe droite, ou fabrique un instrument de musique imaginaire dans les boursouflures du bois. Le visiteur sera surpris par ce tableau le : 14-15-16, une reprise de la Scène sur papier mâché et bois de palette, il raconte Toques et Clochers à la Gastou. Dans des bouteilles de chardonnay apparaissent des visages et devant: «Trois chaises attendent trois culs.» c'est du Gastou et c'est aussi intéressant que surprenant. ladepeche.fr, Limoux. Gastou ou comment faire une révolution à la gouge - ladepeche.fr
  • Le soin commence par un bain de pieds pour ramollir corne et ongles. qui sont ensuite raccourcis à la pince. Les durillons sont retirés à l'aide d'une lame tranchante et les cors sont éliminés avec une gouge (lame courbe). Marie Claire, Comment prendre soin de ses pieds selon les pros ? - Marie Claire

Images d'illustration du mot « gouge »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gouge »

Langue Traduction
Anglais gouged
Espagnol desgarrado
Italien sgorbiata
Allemand ausgehöhlt
Chinois
Arabe اقتلع
Portugais arrancado
Russe выдолбленный
Japonais えぐられた
Basque gouged
Corse gouged
Source : Google Translate API

Synonymes de « gouge »

Source : synonymes de gouge sur lebonsynonyme.fr
Partager