La langue française

Genou

Définitions du mot « genou »

Trésor de la Langue Française informatisé

GENOU, subst. masc.

I. − [En emploi autonome]
A. − ANAT. Articulation du fémur (ou de la cuisse) et du tibia (ou de la jambe). Genou cagneux, fléchi, replié; arthrite du genou; entorse du genou; flexion du genou; douleur au genou; plier les genoux; tomber sur les genoux. L'articulation du genou est constituée essentiellement par l'extrémité inférieure du fémur, l'extrémité supérieure du tibia, complétée en avant par la rotule (Gérard, Anat. hum.,1912, p. 195).Il se dirige vers la porte les genoux grelottants et mous : « L'air va me faire du bien », songe-t-il. Et, sous la neige qui tombe dru, il se met en marche pour la dernière étape (Aymé, Brûlebois,1926, p. 177) :
1. Le lendemain matin, le vieillard trouva un billet de mille francs sur sa table de nuit, avec ce mot de la main du père Madeleine : je vous achète votre charrette et votre cheval. La charrette était brisée et le cheval était mort. Fauchelevent guérit. Mais son genou resta ankylosé. Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 219.
1. Loc. et expr.
Enfoncer jusqu'aux genoux. Puis, on reflua dans un marécage où on enfonçait jusqu'aux genoux. On marchait en levant très haut les pieds avec un bruit de nageurs (Barbusse, Feu,1916, p. 349).
S'écorcher les genoux. Le gosse s'écorcha les genoux sur l'asphalte, ensuite détala (Queneau, Pierrot,1942, p. 101).
S'asseoir sur les genoux de qqn; prendre qqn sur les genoux; sauter sur les genoux de qqn; faire sauter, faire danser qqn sur son genou (ou sur ses genoux). N'est-ce pas vous qui m'avez porté sur votre dos pour passer les ruisseaux de vos prairies, vous qui m'avez fait danser sur vos genoux (...)? (Musset, On ne badine pas,1834, I, 4, p. 19).D'un bond de chatte elle s'assit sur mes genoux (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 117).Il n'avait plus la force de soulever son enfant et de le faire sauter sur son genou (Maupass., Contes et nouv., t. 2, M. Parent, 1886, p. 591).Vous prendrez une de ces demoiselles sur vos genoux (A. France, Île ping.,1908, p. 207).
Tomber sur les deux genoux. S'affaissant aux pieds de Mademoiselle Levrault comme si son corps eût été bourré d'ouate, il tomba sur ses deux genoux (Sandeau, Sacs,1851, p. 29).
Aller sur les genoux (dans le domaine de la boxe). Sam d'un crochet du droit descend Jeannette. Celui-ci n'est pas allé sur les genoux comme il y a deux mois : il est tombé sur le dos en râlant comme un homme irrémédiablement knock out (P. Rousseauds La Revue hebdomadaire, no18, 1ermai 1909, p. xxxii).
Mettre un genou par terre, à terre, en terre. Je mis un genou par terre en lui débitant des douceurs afin de l'attirer (Maupass., Contes et nouv., Après, 1893, p. 104).Le Roi, gracieusement lui saisissant les mains, comme si l'autre avait voulu mettre genou à terre. − Relevez-vous, monsieur! (Claudel, Otage,1911, III, 5, p. 297).Justin se mit en route, décidé soudainement à s'humilier, à redemander, genoux à terre, cette offrande qu'il venait de refuser (Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 215).
Tomber, s'écrouler aux genoux de qqn. Je crus à ses remords et je lui jurai que je la respecterais. Alors elle s'écroula à mes genoux en gémissant : « Mais tu ne vois donc pas que je t'aime (...) » (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Verrou, 1882, p. 818).
User ses genoux à prier. J'userai mes genoux à prier Dieu de m'ôter du cœur cet amour qu'il m'y aura mis? (Dumas père, Don Juan,1836, II, p. 42).
Faire du genou à qqn (fam.). Toucher discrètement le genou de quelqu'un avec son propre genou pour attirer l'attention, pour susciter la connivence, ou par sollicitation galante. Je me mettais à côté de Séphora, et je lui faisais du genou sous la table (A. Daudet, Rois en exil,1879, p. 182).
ÉQUIT. Avoir du genou; sous le genou. Un cheval comme la France, c'est jeune, c'est amoureux, ça aime à sentir son maître! Il faut avoir du genou quand on a l'honneur de tenir une pareille bête (Claudel, Pain dur,1918, I, 3, p. 428).Je le mis en selle. La bête sous son genou, tourna, repartit au pas vers le fond du champ (Vercel, Cap Conan,1934, p. 185).
2. P. anal.
a) ANAT. HUM. Organe qui présente l'apparence de la courbure du genou. Genou du corps calleux. Genou de la capsule interne (Gérard, Anat. hum.,1912, p. 328).
b) ANAT. ANIMALE. [Chez certains quadrupèdes (entre autres le cheval)] Articulation du membre antérieur, entre l'avant-bras et le canon. Genou blessé; genou de bœuf. Lorsqu'il est porté trop en avant, le genou est dit arqué; en arrière il constitue le genou creux; en dehors, c'est le genou cambré (cf. Privat-Foc. 1870).
c) BOT. Grosse racine courbée de certains arbres. Les grands chênes, arc-boutés sur leurs énormes genoux, labourent la terre autour d'eux à coups de ramure (Giono, Triomphe vie,1941, p. 271).
3. P. méton., COSTUME. Partie du pantalon qui couvre le genou. Ce Pointet avait un vieux chapeau rond, une blouse tout effrangée, un pantalon déchiré au genou (Ramuz, A. Pache,1911, p. 23).Gaubert avait les genoux des pantalons tout verts d'herbe écrasée (Giono, Regain,1930, p. 27).
4. TECHNOL. Pièce articulée, joint constitué par l'emboîtement de deux parties, l'une convexe, l'autre concave.
a) ARTILL. Pièce d'une batterie de canon. Une batterie de canon creva la brume en plein galop (...). Elle sautait, déjà loin, par là-bas devant, sur ses genoux de fer, avec des banderolles de brume accrochées aux caissons, aux roues, aux artilleurs et aux fouets (Giono, Gd troupeau,1931, p. 91).
b) MAR. ,,Pièce courbe de construction qui sert de liaison à deux autres qui se font suite en se chevillant à mi-longueur sur chacune d'elles, en particulier partie courbée d'une membrure, entre la varangue et l'allonge`` (Gruss 1952). Genou de fond (Bonn.-Paris 1859).
c) MÉCAN. ,,Articulation de deux pièces d'une machine qui forme une sorte d'emboîtement`` (Chesn. 1857). Synon. rotule.
B. − Au fig.
1. [Le mot genou entre dans des expr., des loc. à valeur symbolique qui, suivant les cont., évoquent des attitudes ou des situations particulières]
a) [Le respect, l'admiration, la reconnaissance] Tomber aux genoux de; fléchir le genou devant; en tomber sur les genoux. [Leur] morgue ose traiter de mauvais citoyens, des vétérans blanchis dans les armées de la République, s'ils ne fléchissent pas le genou devant leur opinion (Desmoulins, Vx Cord.,1793-94, p. 86).Quel peuple ingrat! Nous l'avons gavé de lait en poudre, nous allons l'inonder de coca cola et de tanks, et il ne tombe pas à nos genoux! (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 523).
b) [La servilité] Être aux genoux de. Tout le pays était aux genoux de M. le concierge (Guéhenno, Jean-Jacques,1952, p. 237).
c) [La soumission] Le peuple cède et met en terre le genou (Hugo, Actes et par. 2,1875, p. 210).
d) [La fatigue] Être sur les genoux; (se) mettre sur les genoux. Regarde-moi ce grand escogriffe, il va se mettre sur les genoux. Faut que j'aille le faire descendre! (Pédale,2 nov. 1927, p. 13, col. 3).Le musicien s'essouffle (...) et parvient au dénouement « sur les genoux » (Levinson, Visages danse,1933, p. 150).
e) [La peur] La peur obscure et mystérieuse qui fait ramper les bêtes féroces et brise les genoux des héros (Montherl., Démon bien,1937, p.1304).
f) [L'infériorité] Ne pas aller (arriver) au genou de qqn. On aurait pu déshabiller ces dames de la maison; toutes des flûtes, pas une ne lui serait allée au genou [à Julie] (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 102).
2. Populaire
a) [Pour désigner la calvitie, d'apr. l'expr. chauve comme un genou] Un genou. Un crâne chauve. Des vieillards, à têtes vénérables et chauves, sifflaient à l'orchestre. Il [Ernest de Saxe-Cobourg] cria : − À la guillotine, les genoux! (MmeV. Hugo, Hugo,1863, p. 133).
b) [En parlant d'une lame mal aiguisée] Couper comme le (un) genou; couper comme le genou de (à) ma grand-mère (cf. Rigaud, Dict. arg. mod., 1881, p. 117).
II. − Loc. adv. À genoux
A. −
1. [Pour désigner l'adoration, la prière, la soumission] Se mettre à genoux; tomber à genoux; se jeter à genoux; demander pardon à genoux; être à genoux devant. Et le misérable joignait les mains; il priait et pleurait, se traînait à genoux, et tournait ses yeux suppliants de Baccarat au comte Artoff (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 269).Je rentre, je tombe à genoux (...). Vous si pure! ô Vierge très belle! Excusez-moi. Pardonnez-nous (Nouveau, Valentines,1886, p. 238).Je suis ton aînée, tu me dois le respect. Je saurai bien te faire demander à genoux pardon de toutes les cochonneries que tu m'as faites (Zola, Terre,1887, p. 446) :
2. Le mardi 23, M. Gilbert se rendit à Port-Royal, vit l'abbesse, les religieuses anciennes et nouvelles (...). En définitive et tout raisonnement épuisé, elles ne purent que se mettre à genoux, en le priant de les protéger auprès de l'archevêque... Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 537.
2. Elliptiquement. À genoux! − À genoux, duc! Hernani s'agenouille. Don Carlos détache sa toison d'or et la lui passe au cou (Hugo, Hernani,1830, IV, 6, p. 121).Lucile : À genoux, Paola! Paola : À genoux? Lucile : À genoux! demandez pardon! (Giraudoux, Lucrèce,1944, III, 6, p. 186) :
3. ... le gros bourdon de Notre-Dame de Mauhors, sonna lentement un glas sépulcral... − À genoux! On s'agenouilla; quelqu'un récita le De profundis et dit, en montrant celui qui n'était déjà plus qu'un souvenir : − Requiescat in pace! Cladel, Ompdrailles,1879, p. 384.
B. − Au fig.
1. [Pour traduire une attitude de vaincu, la servilité] Être à genoux; (se) mettre à genoux; vivre à genoux. J'affirme que le Cid, cet aïeul de nous tous, Les eût tenus pour vils et fait mettre à genoux (Hugo, Hernani,1830, I, 3, p. 20).Assez de peuples à genoux! (Bouilhet, Dern. chans.,1869, p. 207).Choisissez de vivre à genoux plutôt que de mourir debout (Camus, État de siège,1948, p. 247) :
4. Aujourd'hui, on est à genoux; demain ce sera les Anglais : les Boches prennent tout, mettent de l'ordre partout et en avant pour les États-Unis d'Europe. Sartre, Mort ds âme,1949, p. 71.
2. [Pour traduire l'admiration, une vénération, parfois excessive, envers qqc. ou qqn] À preuve l'Oraison du soir (...) à se mettre à genoux devant! (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, Poètes maud., 1884, p. 18).Et Saint-Loup fort à genoux devant sa femme (...) n'avait garde de contrarier ces goûts si pareils aux siens (Proust, Fugit.,1922, p. 671) :
5. − Moi, reprit Mmede Saint-Cast (...) je viens de renouveler mon meuble de salon, et (...) j'en ai pour quinze mille francs. C'est trop beau pour un trou de province (...). Mais toute la ville est à genoux devant, et on aime à être respecté, n'est-ce pas, madame? Feuillet, Rom. j. homme pauvre,1858, p. 137.
REM. 1.
Géniculé, -ée, adj.Articulé à la manière du genou plié. Noyau géniculé; zona du ganglion géniculé (cf. Quillet Méd. 1965, p. 367).
2.
Genouillé, -ée, adj.Courbé à la manière du genou plié. Tige genouillée (cf. Carrière, Encyclop. hortic., 1862, p. 247).
Prononc. et Orth. : [ʒ(ə)nu]. Ds Ac. 1694-1932; les éd. de 1694-1740 donnent aussi l'anc. forme genouil prononcée elle-même [ʒ(ə)nu]. Étymol. et Hist. Fin xes. (Passion, éd. D'Arco S. Avalle, 249 : De davant lui tuit a genolz Si s'excrebantent li fellon). L'a. fr. genoil (cas régime sing.) est issu du b. lat. genuc(u)lum « genou », résultat du croisement du lat. class. geniculum proprement « petit genou » avec genu « genou »; la forme mod. genou (Ac. 1740, s.v. genouil, note ,,on écrit ordinairement genou``) est issue du plur. genolz, genous (écrit genoux). Fréq. abs. littér. : 8 122. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 11 556, b) 13 876; xxes. : a) 13 330, b) 9 227. Bbg. Cahen (M.). Genou, adoption et parenté en germ. B. Soc. Ling. 1926, t. 27, pp. 56-67. - Quem. DDL t. 16.

Wiktionnaire

Nom commun

genou \ʒə.nu\ masculin

  1. (Anatomie) Articulation joignant la jambe à la cuisse chez l’être humain.
    • Parfois, il la priait de chanter. Alors, couché près de Yasmina, il mettait sa tête sur ses genoux et, les yeux clos, il s’abandonnait à une rêverie imprécise, très douce. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • Un livre à demi ouvert sur mes genoux croisés, je suis assis devant la cheminée, où flambe le premier feu de la saison. — (Octave Mirbeau, La tête coupée,)
    • Mme C…, demeurant à Einville (M.-et-M.). Depuis treize ans, douleurs rhumatismales intermittentes au genou droit. — (Émile Coué, La Maîtrise de Soi-même par l’autosuggestion consciente, 1922, éd. 1935, p.45)
    • Les girls saluaient en ployant les genoux, ainsi que des petites filles qui font la révérence et en envoyant des baisers. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (Par extension) (Sur les genoux) Giron.
    • Le curieux enfant descendit alors brusquement de cheval, arriva sur la pointe des pieds comme s’il eût craint le bruit de ses pas sur le tapis, mit un doigt entre ses petites dents, demeura dans une de ces attitudes enfantines qui n’ont tant de grâce que parce que tout en est naturel, et leva le voile de mousseline blanche qui cachait le frais visage d’une petite fille endormie sur les genoux de sa mère. — (Honoré de Balzac, Une double famille, 1855)
  3. (Par extension) (Habillement) La partie du vêtement qui le couvre.
    • Non seulement, il ne porte que des sabots ou des espadrilles de toile, comme un contrebandier, mais aussi un éternel pantalon avachi, tout rapetassé au fond et aux genoux, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  4. (Par analogie) Se dit aussi en parlant de quelques animaux quadrupèdes : articulation du carpe joignant l’avant-bras et le canon.
    • Le genou du cheval, du chameau, de l’éléphant, etc.
  5. (Par analogie) (Mécanique) Joint articulé.
  6. (Familier) Tête complètement chauve.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GENOU. n. m.
Partie du corps humain qui joint la cuisse avec la jambe par-devant. Avoir les genoux souples, les genoux fermes, les genoux tremblants. Mes genoux fléchissent. Tenir un enfant sur ses genoux. Avoir les genoux en dedans. Plier le genou. Mettre un genou, mettre les genoux en terre. À genoux, Les genoux en terre. Être à genoux, se mettre à genoux pour prier. Tomber, se jeter à genoux devant quelqu'un. Parler à genoux. Mettez-vous à genoux, ou, elliptiquement, À genoux! Être, tomber, se prosterner, etc., aux genoux de quelqu'un, Être ou se mettre en posture de suppliant devant quelqu'un. Je tombe à vos genoux. Aux genoux d'une belle. Fig., Son repentir le ramènera bientôt à vos genoux. Fig., Fléchir le genou, les genoux devant quelqu'un, S'abaisser, s'humilier devant lui. On dit, dans le même sens, Être à genoux devant quelqu'un. C'est un homme qui est toujours à genoux devant le pouvoir. Fig., Demander une chose à genoux, la demander à deux genoux, La demander avec instance, avec supplication. Il se dit aussi en parlant de Quelques animaux. Le genou du cheval, du chameau, de l'éléphant, etc.

GENOU se dit encore, dans le langage très familier, d'une Tête complètement chauve. Par analogie, il se dit, en termes d'Arts, de la Partie articulée d'un instrument.

Littré (1872-1877)

GENOU (je-nou. Chifflet, Gramm. p. 209, dit que ce mot, s'écrivant genouil, se prononçait néanmoins genou) s. m.
  • 1Partie antérieure de l'articulation de la cuisse avec la jambe. Il avait mis [Salomon] les deux genoux en terre, et tenait les mains étendues vers le ciel, Sacy, Bible, Rois, III, VIII, 54. Et mes genoux tremblants se dérobent sous moi, Racine, Phèdre, I, 3. Il me prit sur ses genoux, Fénelon, Tél. III. En parlant ainsi, il appuyait son large genou contre la poitrine de son adverse partie, Voltaire, l'Ingénu, 3. L'usage a toujours subsisté que les députés du tiers état parlassent au roi un genou en terre, ainsi que les gens du parlement, du parquet, et le chancelier même dans les lits de justice, Voltaire, Mœurs, 83. Le munitionnaire n'obtint la vie qu'en se traînant longtemps sur ses genoux aux pieds de Napoléon, Ségur, Hist. de Nap. IX, 14.

    Populairement. La boîte du genou, l'articulation du genou.

    Mettre à genoux, genre de punition usité dans les écoles.

    Être, tomber, se prosterner aux genoux de quelqu'un, prendre une posture de suppliant devant lui.

    Fig. Être aux genoux de quelqu'un, lui être soumis, obéissant. Son repentir le ramènera bientôt à vos genoux.

    Fig. Être aux genoux d'une femme, lui témoigner son amour par des respects et des adorations. L'orgueilleuse m'attend encore à ses genoux, Racine, Andr. II, 5.

    Fléchir les genoux, se mettre à genoux. Le prince fléchit le genou, et, dans le champ de bataille, il rend au Dieu des armées la gloire qu'il lui envoyait, Bossuet, Louis de Bourbon. Fléchir le genou devant la divinité, Massillon, Avent, Circonc.

    Fig. Fléchir ou ployer le genou, faire acte de soumission. En vain, pour satisfaire à nos lâches envies, Nous passons près des rois tout le temps de nos vies à souffrir des mépris et ployer les genoux, Malherbe, I, 3. Le roi ne sera pas plutôt en chemin que tout fléchira le genou, Sévigné, 439. Il n'a devant Aman pu fléchir les genoux, Racine, Esth. III, 4.

    Fig. Fléchir les genoux devant les idoles, adorer les idoles.

    On dit de même : fléchir les genoux devant Baal.

    Les genoux fléchissent, on ne peut se tenir debout, on tombe à genoux. Il me fut impossible de me traîner seul jusque-là ; mes genoux fléchissaient sous moi, il fallut que l'on me soutînt, Marmontel, Mém. III.

    Fig. Les genoux fléchissent, on fait acte de soumission. Il venait d'épouser la nièce d'un ministre devant qui tous les genoux fléchissaient, Hamilton, Gramm. 3.

    Embrasser les genoux de quelqu'un, se prosterner devant lui et lui prendre les genoux d'une façon suppliante ; locution qui vient de l'usage qu'avaient, chez les anciens, les suppliants de s'agenouiller devant la personne qu'ils suppliaient et de lui saisir les genoux. Seigneur, c'est donc à moi d'embrasser vos genoux, Racine, Iphig. III, 5.

    Fig. et familièrement. Rompre l'anguille au genou, voy. ANGUILLE.

    À genoux, les genoux en terre. Être à genoux pour prier. Tomber, se jeter à genoux devant quelqu'un. Chaque jour, à l'église, il venait d'un air doux Tout vis-à-vis de moi se mettre à deux genoux, Molière, Tart. I, 6. Allons, mettez-vous à genoux. - à genoux ? - Oui, à genoux et sans tarder, Molière, G. Dand. III, 14. Elle me fit mettre à genoux auprès de son lit, Sévigné, 12. Quand Cortez arriva dans la ville de Mexico, il fut reçu par Montezuma comme son maître, et par les habitants comme leur dieu ; on se mettait à genoux dans les rues, quand un valet espagnol passait, Voltaire, Mœurs, 147. Les Anglais servent leur monarque à genoux, mais ils le déposent, l'emprisonnent et le font périr sur l'échafaud, Voltaire, Dict. phil. Contradiction.

    On dit aussi : se mettre à deux genoux. Il se mit à deux genoux aussitôt qu'il m'aperçut, Sévigné, 235.

    Genou terre ! commandement militaire elliptique, lorsque le premier rang doit mettre un genou en terre pour faire feu.

    À genoux ! locution elliptique par laquelle on commande de se mettre à genoux. …Profanes, à genoux ! Boileau, Lutr. v.

    Fig. À genoux, avec une profonde soumission. Les gardes sans tarder l'ont ouverte [la porte] à genoux, Racine, Bajaz. III, 8. En voyant devant moi tout l'empire à genoux, Racine, ib. II, 1. Un peuple obéissant vous attend à genoux Sous un ciel plus heureux et plus digne de vous, Racine, Mithr. I, 3. Les soudans qu'à genoux cet univers contemple, Voltaire, Zaïre, I, 2. L'Amérique à genoux adoptera vos mœurs, Voltaire, Alz. I, 1. Allez, portez en pompe et servez à genoux L'idole dont le poids va vous écraser tous, Voltaire, Fanat. I, 1.

    Fig. À genoux, en suppliant. Votre Rome à genoux vous parle par ma bouche, Corneille, Cinna, II, 1. Un auteur à genoux, dans une humble préface, Au lecteur qu'il ennuie a beau demander grâce, Boileau, Sat. IX.

    Fig. Demander une chose à genoux, à deux genoux, la demander avec instance. Les autres, éblouis de ses moindres exploits, Sont venus, à genoux, lui demander des lois, Racine, Alex. II, 2. Se plaignait de ses emportements, et lui demandait à deux genoux ses conseils, pour réussir auprès d'une personne dont lui seul avait véritablement possédé les affections, Hamilton, Gramm. 8.

    Fig. Être à deux genoux, se mettre à deux genoux, solliciter très vivement. Il était à deux genoux devant moi pour l'acheter, Hamilton, Gramm. 11. Luxembourg, au désespoir de se voir échapper une si facile campagne, se mit à deux genoux devant le roi et ne put rien obtenir, Saint-Simon, II, 127.

    Fig. Être à genoux, avoir des sentiments serviles par intérêt ou autrement. être à genoux devant quelqu'un. C'est un homme qui est toujours à genoux devant le pouvoir.

    Ironiquement. On dit d'un chauve : sa tête est comme un genou, comme son genou.

    Ce couteau-là coupe comme le genou de ma grand'mère, comme un genou, il ne coupe pas du tout.

  • 2Genou se dit aussi des animaux. Le genou de l'éléphant.

    Chez le cheval, genou, l'articulation complexe formée par le radius, les os carpiens et les métacarpiens.

    Genou de bœuf, genou trop volumineux. Genou de veau, genou petit, grêle et arrondi. Genou de mouton, genou creux. Genoux trop ouverts, genoux portés en dehors.

  • 3 Terme de mécanique. Boule de cuivre ou d'autre matière solide que l'on serre, avec une faible pression, entre deux capsules hémisphériques, et que l'on met en haut du pied qui sou tient certains instruments, de façon à leur permettre de tourner en tous sens. Un genou pour porter une lunette. Le genou d'un graphomètre.
  • 4Appareil qui, dans les chemins de fer, sert à commander les freins.
  • 5 Terme de marine. Pièce de bois courbe qui est entre les varangues et les allonges, pour former la rondeur et la côte d'un navire.

    Partie d'un aviron comprise entre la poignée et le point d'appui.

REMARQUE

L'Académie écrit genoux par un x au pluriel, tandis qu'elle écrit des verrous par une s ; mot qui vient d'une finale latine en uculum, veruculum, comme genou, de geniculum. Il serait mieux de conserver l'analogie et l'uniformité et de mettre partout des s.

HISTORIQUE

XIe s. Sur son genoill [il] en fiert son destre gant, Ch. de Rol. CLXXXVIII.

XIIe s. E Helyes muntad le sumet del munt de Carmele, si se mist par terre e sa face entre ses genuils, Rois, p. 318.

XIIIe s. Li mien genoil sunt affebli pour la geüne [le jeûne], Psautier, f° 137. Li empereres Baudoins estoit remès en Constantinoble, et li quens Hues de Saint Pol, qui malades estoit d'une grant maladie de goute qui le tenoit es genols et es piés, Villehardouin, CXXIX. À nus genous sur terre souvent [elle] s'agenoilloit, Berte, XXVIII. Lors [elle] se met à genous, la terre va baisier, Berte, XXXIX. Et est l'un [ami] à l'autre si comme li genoils à la jambe, Latini, Trésor, p. 322. Bele Erembors à la fenestre al jor Sur ses genoz tient paile de color, Romancero, p. 49. Au tier genoil [à la troisième génération], Liv. de just. 81.

XVe s. Jean qui se mit à un genou devant le roi, Froissart, I, I, 308. Le temps si mal se disposa, que par son ost à peine pouvoit-on aller, et estoient les gens en la boue jusques aux genouils, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1406. Faire le petit genoil [faire la révérence], Aresta amorum, p. 152, dans LACURNE.

XVIe s. …afin que tout genouil se fleschist devant lui, Calvin, Inst. 350. Elle se jeta à deux genoux devant son frere et lui dit…, Marguerite de Navarre, Nouv. X. Ces gens-là n'oyent la messe que d'un genou, Sat. Mén. p. 70. Resnier, le vendredi, oiant rompre les portes de sa chambre, estoit de genoux avec son vallet de chambre qu'il avoit convié de mourir en chrestien, D'Aubigné, Hist. II, 23. Ils sont à cheval et vous à genous, D'Aubigné, ib. II, 185. Le mal saint genou [la goutte], Oudin, Curios. fr. Il a les genoils gros, il profitera, Oudin, ib. Ils [les anciens] tomboient aux genouils pour requerir ou saluer un grand, Montaigne, I, 371.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GENOU. - REM. Ajoutez :

2. Au lieu de fléchir le genou ou les genoux, Bossuet a dit courber : Ils n'avaient point courbé le genou devant Baal, Instr. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GENOU, s. m. (Anat.) partie du corps humain située antérieurement entre la partie supérieure de la jambe & la partie inférieure de la cuisse, l’os du genou ou la rotule. Voyez Rotule. (L)

Genou, (Manége, Maréchal.) partie des jambes antérieures du cheval. Elle est formée principalement de sept os d’un très-petit volume, & qui lui sont propres & particuliers. Ces os par lesquels le cubitus ou l’avant-bras se trouve joint au canon, sont disposés de maniere qu’ils composent deux rangs ; il en est quatre au premier, & trois au second ; ils semblent néanmoins, attendu l’intimité de leur union qui est affermie par de forts ligamens, ne faire ensemble qu’un seul corps, à l’exception de l’un de ceux du premier rang qui paroît être détaché des autres, & d’où résulte une éminence en-arriere. Il sert d’attache à un ligament considérable qui se fixe encore & d’une autre part, à la partie supérieure du canon & aux petits osselets opposés à ce dernier os. De-là l’arcade ligamenteuse qui livre passage aux tendons fléchisseurs du pié, & à laquelle le petit os détaché dont il s’agit contribue, vû une sinuosité considérable que l’on observe à sa parttie interne. Cet assemblage de petites pieces osseuses ne peut que rendre cette articulation extrèmement libre & mobile.

En la considérant extérieurement, on doit observer d’abord que la beauté de sa conformation dépend de la régularité de sa proportion avec la jambe. Il faut encore remarquer que la rondeur & l’enflure de cette partie annoncent presque toujours des jambes travaillées ; il en est de même lorsqu’elle se trouve dénuée de poils dans sa partie antérieure. Si néanmoins l’animal s’est couronné en tombant, & si la chûte du poil ne peut point être attribuée à quelques accidens extraordinaires, ou à quelques heurts dans l’écurie, contre l’auge, ou ailleurs, contre un corps dur quelconque.

Souvent aussi on apperçoit une sorte d’inégalité dans l’une des portions latérales du genou, plus communément en-dedans qu’en-dehors, & à mesure de son union avec le canon. Cette inégalité est une tumeur du canon même désignée par le nom d’osselet, & dont les suites & les progrès ne peuvent être que funestes, puisqu’elle tend à détruire le mouvement articulaire, & à mettre le cheval hors d’état de servir.

Tout genou qui n’est pas effacé, c’est-à-dire, sur lequel l’os de l’avant-bras ne tombe pas perpendiculairement, est véritablement défectueux. Dans cet état l’animal est dit arqué ou brassicourt ; arque, lorsque sa jambe n’est en quelque façon courbée en arc, que conséquemment à un travail excessif, annoncé d’ailleurs par son âge, & par une infinité de maux qu’un exercice violent & outré peut attirer & produire ; brassicourt, lorsque cette difformité lui est naturelle. Ce défaut est plus essentiel dans le premier que dans le second ; car l’un est entierement ruiné, mais il faut convenir aussi à l’égard de l’autre, que vû cette fausse position du genou, la jambe perd considérablement de la force qu’elle auroit dans une situation perpendiculaire.

Il est de plus des chevaux dont les genoux se rapprochent, & sont extrèmement serrés l’un contre l’autre, tandis que leurs piés demeurent écartés. Ces sortes de genoux sont appellés genoux de bœuf, & ce vice doit toûjours être imputé à la nature.

Enfin il n’arrive que trop fréquemment en-arriere & dans le plis de cette articulation, des especes de crevasses que l’on nomme tantôt malandres, tantôt rapes. Quelquefois la partie la plus subtile de l’humeur qui y donne lieu s’étant évaporée & dissipée par la voie de la suppuration, la partie la plus grossiere se durcit, & forme une espece de tumeur capable d’embarrasser & de gêner le mouvement, & assez douloureuse pour occasionner une claudication. Voyez Malandres & Rapes. (e)

Genou, (Manége.) Expression par laquelle nous désignons le pli ou la courbure que l’on donne quelquefois aux branches du mors en-avant, & entre le coude & la gargouille. C’est ordinairement dans la partie la plus éminente de cette courbure, que l’œil destiné à recevoir par un touret la chainette la plus élevée, se trouve placé. Voyez Mors. (e)

Genou, (Marine.) ce sont des pieces de bois très courbes qui s’empatent sur les varangues & fourcats, c’est-à-dire, que le genou est placé à la moitié de sa longueur sur le côté de la varangue, où il est assujetti par de forts clous rivés qui percent toute l’épaisseur de la varangue & des genous ; ainsi la varangue est alongée de la moitié de la longueur du genou, qui prolonge verticalement le contour du vaisseau.

On distingue ces pieces en genoux de fond & genoux de revers.

Les genoux de fond s’assemblent sur les varangues de fond, de façon qu’ayant leur convexité au-dehors du vaisseau, ils en augmentent les capacités.

Les genoux de revers sont assemblés sur les varangues acculées & sur les fourcats ; mais comme leur convexité est en-dedans du vaisseau, ils en diminuent la capacité. Voyez Pl. V. fig. 1. les genoux cotés 27. & dans la Pl. IV. fig. 1. cotés 27. Voyez aussi Pl. VI. fig. 65. la forme de cette piece de bois qui dans les vaisseaux du premier rang doit avoir un pié deux ou trois pouces d’épaisseur sur le droit. (Z)

Genou, s. m. (Hydr.) est la partie au-dessous d’un niveau qui le soûtient, & qui sert à le monter au moyen des douilles où se forment de longs bâtons ferrés. Voyez Douilles & Genou (Arts.) (K)

Genou, (Econom. rustiq.) se dit en parlant des grains tels que le blé, l’avoine & autres ; ce sont des nœuds qui se voyent le long de leurs tiges, & qui servent beaucoup à les faire croître, & à leur donner assez de force pour se soûtenir. (K)

* Genou, s. m. (Arts méchaniques.) espece d’assemblage de pieces de fer, de cuivre, de bois, &c. dont le nom a été pris de la nature du mouvement des pieces assemblées. Si un corps concave est fixe & se meut sur un corps convexe emboîté dans sa cavité, ces corps sont assemblés & se meuvent à genou. Quelquefois on limite ce mouvement ; en d’autres occasions on lui laisse toute l’étendue qu’il peut avoir. Le mouvement à genou est très-doux, & l’arrêt en est solide, parce qu’il dépend de l’application exacte de deux surfaces.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « genou »

Bourguig. genon ; provenç. genolh, ginolh ; catal. genoll ; anc. espagn. ginojo ; ital. ginocchio ; du lat. geniculum, diminutif de genu, genou ; allem. Knie ; sanscrit, jāanu. Pour dire à genoux, l'ancienne langue disait souvent à genoillons.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin populaire *genuculum, altération de *geniculum, « petit genou », dérivé du latin classique gĕnŭ (« genou »), mot issu d’une racine indo-européenne *gen- signifiant « articulation, angle », d’où est issu également le grec ancien γένυς, génys (« mâchoire inférieure »), ou γνάθος, gnáthos (« mâchoire »), apparenté au latin genae signifiant « joues ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « genou »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
genou ʒœnu

Évolution historique de l’usage du mot « genou »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « genou »

  • Tordu, compressé, frotté, le nouvel hydrogel fabriqué par l'Université de Duke aux Etats-Unis est le premier à soutenir la comparaison avec ce que peut encaisser le cartilage de nos genoux. Ce nouveau matériau pourrait un jour soulager les douleurs de millions de Français. Sciences et Avenir, Arthrose du genou : un hydrogel pour remplacer le cartilage - Sciences et Avenir
  • Je ne me soutiens plus ; ma force m'abandonne. Mes yeux sont éblouis du jour que je revoi, Et mes genoux tremblants se dérobent sous moi. Jean Racine, Phèdre, I, 3, Phèdre
  • Un baiser au creux du genou est un papillon de nuit sur une moustiquaire... De Anne Sexton
  • Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genou. De Etienne de La Boétie
  • Le coeur n'est pas un genou pour qu'on le plie. De Proverbe peul
  • Je ne plie le genou devant rien ni personne : j’ai de l’arthrose. De Louis Scutenaire
  • Le genou ne porte jamais le chapeau quand la tête est sur le cou. De Ahmadou Kourouma / Allah n’est pas obligé
  • La jeunesse et la beauté sont partout des idoles qui nous font plier le genou. De George Sand / La dernière Aldini
  • Se connaître nous fait plier le genou, posture indispensable à l'amour. Car la connaissance de Dieu engendre l'amour, et la connaissance de soi engendre l'humilité. De Mère Teresa
  • SPIELBERG, Autriche – Les pilotes de Formule 1 qui avaient mis le genou à terre contre le racisme avant le Grand Prix d'Autriche dimanche dernier ont reproduit leur geste sur la grille de départ du Grand Prix de Styrie dimanche, sur le même circuit. RDS.ca, F1 : les pilotes posent un genou au sol au Grand Prix de Styrie | RDS.ca
  • Au début de la rencontre contre New England Revolution, dans le cadre du tournoi organisé par la ligue nord-américaine de football (MLS), Thierry Henry, vêtu d'un t-shirt « Black Lives Matter », s'est agenouillé pendant 8 minutes et 46 secondes. leparisien.fr, Thierry Henry, genou à terre, affiche son soutien à Black Lives Matter - Le Parisien
  • Les sportifs ne le savent que trop bien, le genou subit de très nombreuses contraintes. Or, l’ennemi numéro un du genou n’est autre que l’arthrose. Il s’agit d’une maladie chronique résultant justement de contraintes répétées sur le cartilage et conduisant à sa destruction. Dans notre pays, l’arthrose du genou touche 35% des femmes et 21% des hommes âgés entre 65 et 75 ans. Sciencepost, Des chercheurs ont mis au point un hydrogel pour remplacer le cartilage du genou !
  • Eléments concourant à la décision d’arthroplastie du genou et du choix de la prothèse. HAS. Février 2013 ( accessible en ligne). Doctissimo, Arthrose du genou : un hydrogel comme alternative à la pose de prothèse ? - Doctissimo
  • Le jeune et prometteur milieu de terrain de Chelsea Billy Gilmour (19 ans) a subi une opération chirurgicale à un genou et pourrait être absent quatre mois, a indiqué l'entraîneur Frank Lampard vendredi.  « Billy Gilmour a été opéré d'un genou vendredi matin et il sera indisponible pour une durée estimée entre trois et quatre mois, malheureusement », a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse à la veille du match contre Sheffield United, samedi. L'Équipe, Opéré du genou, Billy Gilmour (Chelsea) sera absent entre trois et quatre mois, selon Frank Lampard - Foot - ANG - Chelsea - L'Équipe
  • Ce sont des chercheurs originaires de l’université de Duke qui ont mis au point cette invention. Il s’agit d’un matériau gélatineux qui peut remplacer les cartilages défectueux. Ce gel est ultra solide et particulièrement résistant, et permettrait d’éviter la prothèse de genou. Il faut savoir qu’en France, chaque année, ce sont 90 000 prothèses de genoux qui sont posées par des chirurgiens. HelloBiz, Innovation & Startup : Ce gel remplace une prothèse de genou ! | HelloBiz
  • 14 pilotes ont posé le genou à terre devant une banderole "End Racism" (cessez le racisme), juste avant le départ du Grand Prix d'Autriche, ce dimanche 5 juillet, à Spielberg. (Photo by Mark Thompson / POOL / AFP) LExpress.fr, Black Lives Matter : pourquoi tous les pilotes de F1 n'ont pas posé un genou à terre - L'Express

Images d'illustration du mot « genou »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « genou »

Langue Traduction
Anglais knee
Espagnol rodilla
Italien ginocchio
Allemand knie
Chinois 膝盖
Arabe الركبة
Portugais joelho
Russe колено
Japonais
Basque belauna
Corse u ghjinochju
Source : Google Translate API

Synonymes de « genou »

Source : synonymes de genou sur lebonsynonyme.fr

Genou

Retour au sommaire ➦

Partager