La langue française

Gaupe

Définitions du mot « gaupe »

Trésor de la Langue Française informatisé

GAUPE, subst. fém.

Vx. Femme malpropre et désagréable. Synon. souillon.Une grande dame (...) te fait les yeux doux (...) et tu n'as pas l'esprit de courir après elle? Tu mérites d'avoir toute ta vie pour maîtresses des caillettes, des gaupes, des gotons, des maritornes aux mains rendues calleuses par le balai (Gautier, Fracasse,1863, p. 237).Qu'est-ce que vous faites, gaupe? Ces dernières paroles s'adressaient à une servante qui, avec un linge humide, tâchait de nettoyer la jupe de doña Urraca, étendant ainsi les taches de vin sans les faire disparaître (Toulet, Mar. Don Quichotte,1902, p. 114).
En partic., mod. Prostituée de bas étage; p. ext. femme dévergondée, d'une conduite lamentable. Synon. garce, putain.Les prunelles quémandeuses des gaupes de faubourg (Lorrain, Phocas,1901, p. 282).Bien des vieilles gaupes ont profité de ce miracle car, depuis, je ne puis en rencontrer une, la nuit, aux Champs-Élysées, sans l'inviter à venir gueuletonner et boire le coup (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 202).
Prononc. et Orth. : [go:p]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1401 gauppe « femme de mauvaise vie » (Archives Nationales, JJ 156, pièce 38 ds Gdf.); 2. 1585 « femme malpropre » (Cholières, 5eMatinée, p. 196 ds Hug.). Prob. empr. au terme all. qui est aussi à l'orig. de l'all. Walpe, attesté dans buschwalpe « entremetteuse » (1595, v. DEAF, s.v. gaupe2), bavarois walpe, walp, walpel « femme sotte » (ibid.; FEW t. 17, p. 494a). Fréq. abs. littér. : 18. Bbg. Gebhardt (K.). Les Francoprovençalismes de la langue française R. Ling. rom. 1974, t. 38, pp. 194-195. - Mat. Louis-Philippe. 1951, p. 259. - Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, pp. 291-533. - Sain. Sources t. 1 1972 [1925] p. 160, 311, 342; t. 3 1972 [1930] p. 363.

Wiktionnaire

Nom commun

gaupe \ɡop\ féminin

  1. (Vieilli) (Familier) (Péjoratif) (Injurieux) Femme de bas étage, méprisable, malpropre et désagréable.
    • Jour de Dieu ! je saurai vous frotter les oreilles ; Marchons, gaupe, marchons. — (Molière, Tartuffe, I, 1)
    • Trois juges sournois […] Qu’accompagnaient trois gaupes effroyables. — (Voltaire, Songe creux)
    • Puis, il se remit, tenta de se raisonner, parvint à se persuader que cette tour était un puits, un puits se dressant en l’air au lieu de s’enfoncer dans le sol ; mais enfin un puits ; un seau de bois cerclé de fer posé sur la margelle l’attestait du reste ; alors tout s’expliquait ; cette abominable gaupe, c’était la Vérité. — (Joris-Karl Huysmans, En rade, La Revue indépendante, Paris, 1886)
    • J’arrive, sans qu’ils m’aient seulement deviné, car ils ne sont attentifs qu’à cette vieille gaupe qui agrippe et crie d’une voix stridente, une voix qui les gêne, dans leur sale coup, comme une lumière trop vive. — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 50.)
    • Alors, elle ne put s'empêcher de regarder ça, attendant les becs de gaz, suivant des yeux le chahut de son ombre. Ah! elle avait là une belle gaupe qui marchait à côté d'elle! Quelle touche! Ça devait attirer les hommes tout de suite. — (Émile Zola, L'assomoir, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, page 467.)

Nom commun

gaupe \Prononciation ?\

  1. Lynx.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GAUPE. n. f.
Femme de bas étage, méprisable. Il est populaire et ancien.

Littré (1872-1877)

GAUPE (gô-p') s. f.
  • Terme d'injure et de mépris. Femme malpropre et désagréable. Jour de Dieu ! je saurai vous frotter les oreilles ; Marchons, gaupe, marchons, Molière, Tart. I, 1. Trois juges sournois… Qu'accompagnaient trois gaupes effroyables, Voltaire, Songe creux.

HISTORIQUE

XVe s. Villain, tu as appelé Agnès qui est ici, gauppe, et as dit villenie d'elle, Du Cange, gausape.

XVIe s. Maintenant celui qui aura une belle femme s'ira accointer de sa chambriere, qui sera un touillon, un salisson, une gaupe, Les neuf matinées du seigneur de Cholières, édit. 1586, f° 140 recto, mat. v, Des laides et belles femmes.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GAUPE. - ÉTYM. Ajoutez : M. Devic, Dict. étym., signale guappa, qui, dans le patois napolitain, signifie une femme hardie ; et il demande si gaupe ne viendrait pas de l'arabe gahba, vieille femme. Mais on ne voit pas comment ce mot se serait introduit chez nous dès le XVe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gaupe »

Le terme gauppe est attesté en 1401 (« femme de mauvaise vie »). Emprunté peut-être à l’allemand, qui est aussi à l’origine de l’allemand Walpe (« femme sotte et laide »). Certains disent que ce terme tire son origine de Gaupy, qui fût une prostituée opérant dans Lyon. Mais Marcel Devic se demande non sans raison s’il ne viendrait pas de l’arabe قحبة, cahba (« prostituée »), (« cahba »), ayant le même sens, à travers la forme napolitaine du mot guappa[1].
On cite aussi une étymologie latine gausape (« tissus épais et grossier »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. une belle gaupe, grosse femme, grosse fille, sans aucun sens défavorable. Du Cange le tire du latin gausape qui s'est dit dans le moyen âge pour une sorte de manteau, le nom du vêtement ayant passé à celle qui le portait ; mais tout intermédiaire manque. Diez le rattache à l'ancien anglais wallop, morceau de graisse ; mais cela est peu plausible, les intermédiaires de sens et de forme manquant ici aussi. Il rejette l'ancien haut allemand wulpâ, louve, qui, dit-il, aurait donné goupe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gaupe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gaupe gɔp

Évolution historique de l’usage du mot « gaupe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gaupe »

  • Parmi ces «mots de l'ombre», nous avons retenus les plus insolites, les plus curieux, les plus oubliés ou négligés aussi, et dont le sens et tout le sel sont à découvrir séance tenante: brême, ménesse, cocodette, gaupe (que l'on retrouve dans un vers de Baudelaire), ribaud(e), (de l'ancien français riber, se livrer à la débauche), rouchie, poniffe, entauleuse ou entôleuse, en y ajoutant les gisquettes et autres escaladeuses de braguettes. Mais c'est le joli mot de calège qui a retenu toute notre attention. Il apparaît notamment dans un texte de Vidocq, le père de la police judiciaire: «C'est du fruit nouveau que d'allumer une calège de la haute», le mot désignant une prostituée de luxe ou une femme richement entretenue. Le Figaro.fr, Nanas, hétaïres et gourgandines

Images d'illustration du mot « gaupe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gaupe »

Langue Traduction
Anglais gaupe
Espagnol gaupe
Italien gaupe
Allemand gaupe
Chinois 高比
Arabe جوبي
Portugais gaupe
Russe gaupe
Japonais ゴープ
Basque gaupe
Corse gaupe
Source : Google Translate API

Synonymes de « gaupe »

Source : synonymes de gaupe sur lebonsynonyme.fr

Gaupe

Retour au sommaire ➦

Partager