La langue française

Gargouille

Définitions du mot « gargouille »

Trésor de la Langue Française informatisé

GARGOUILLE, subst. fém.

A. − Partie saillante d'une gouttière destinée à faire écouler les eaux de pluie à une certaine distance des murs, et qui est souvent ornée d'une figure animale ou humaine généralement monstrueuse. Des gargouilles, au pied des arcs-boutants, déversaient les eaux des toitures (Zola, Rêve,1888, p. 59).Le chéneau se dégorge par une gargouille à l'angle du toit, et l'eau choit avec un glou-glou hoquetant (Pourrat, Gaspard,1922, p. 204).
P. méton. Figure sculptée représentant le plus souvent un animal monstrueux, une chimère, etc. Une monstrueuse gargouille; une gargouille grimaçante; une grimace, une pose de gargouille :
Notre-Dame. Les gargouilles sont généralement des animaux : poissons, béliers, corbeaux, où la brutalité est fortement marquée par une longue oreille, portée en arrière. Michelet, Journal,1833, p. 113.
[Dans la tradition pop.] Dragon. La gargouille de Rouen. Serpent monstrueux qui, selon la légende, terrorisait la ville de Rouen et ses alentours, et qui fut tué par l'évêque saint Romain, aidé d'un condamné à mort. Le crocodile de l'île de Batz, lié par l'étole du saint breton, comme le fut plus tard la gargouille de Rouen par celle de saint Romain (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 354).
B. − P. ext.
1. Conduit, tuyau servant à l'écoulement des eaux de pluie. Vatard se délecta à écouter le chant plaintif d'une gargouille, le haut-de-cœur d'un tuyau mal soudé à un autre (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 39).
,,Nom qu'on donne aux trous des petits canaux pratiqués sur les corniches des bâtiments pour l'écoulement des eaux`` (Littré). Un chéneau percé de gargouilles reçoit les eaux de la terrasse, et les rejette dans la cour (Viollet-Le-Duc, Archit.,1872, p. 193).
P. anal. ,,Conduit qui amène les produits de la combustion dans la cheminée`` (Ac. 1932).
2. Caniveau, dalle creusée pour l'écoulement des eaux usées. À gauche de la fontaine, les pots de fleurs fanées de l'étalage achevaient d'agoniser, le long de la gargouille où l'on jetait les eaux grasses (Zola, Ventre Paris,1873, p. 653).
Prononc. et Orth. : [gaʀguj]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1294 gargoule « conduit pour l'écoulement des eaux » (Fabrique de St Lazare d'Autun ds R. archéol. t. 14, 1, p. 179); fin 1313 gargouille (cité par J.M. Richard, Une petite-nièce de St Louis, Mahaut comtesse d'Artois, p. 269). Gargoule est prob. composé de la racine onomat. garg- et de l'a.fr. goule, v. gueule. Cette racine, qui apparaît dans le vocab. de différentes langues (notamment : gr., v. gargariser, gargarisme; b.lat. garga[ri]la, nom de la trachée-artère, Oribase ds TLL; langues romanes et germaniques), évoque le bruit d'un liquide qui bout, bouillonne ou passe dans la gorge de celui qui avale gloutonnement, d'où la désignation de la gorge elle-même et des organes avoisinants, v. aussi gargantua, gargamelle, gargote. Le maintien de garg- s'explique par le caractère onomat. de la racine qui n'aurait plus été perçu dans *jarg-, résultat de l'évolution phonét. rég. Le type gargouille, prob. par croisement avec jargoillier, gargouiller. (Cf. FEW t. 5, pp. 60b-62b et DEAF col. 254-55). Fréq. abs. littér. : 94.

Wiktionnaire

Nom commun

gargouille \ɡaʁ.ɡuj\ féminin

  1. (Architecture) Partie d’une gouttière ou d’un tuyau par où l’eau tombe, et qui est souvent ornée d’une figure de dragon, de lion ou de quelque autre animal.
    • Les gargouilles qui existent encore à l’extérieur indiquent d’une manière certaine que le chemin de ronde supérieur était à ciel ouvert. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Elle levait les yeux sur le mur qu’ils longeaient, où des gargouilles s’avançaient comme des têtes effilées de serpents. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
  2. (Par extension) Ces figures mêmes.
    • Les gargouilles de Notre-Dame de Paris.
  3. (Par analogie) (Arts) Canal ou tuyau destiné à l’écoulement des eaux.
  4. Conduit qui amène les produits de la combustion dans la cheminée d’un haut fourneau.

Forme de verbe

gargouille \ɡaʁ.ɡuj\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de gargouiller.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de gargouiller.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de gargouiller.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de gargouiller.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de gargouiller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GARGOUILLE. n. f.
Partie d'une gouttière ou d'un tuyau par où l'eau tombe, et qui est souvent ornée d'une figure de dragon, de lion ou de quelque autre animal. Il se dit, par extension, de Ces figures mêmes. Les gargouilles de Notre-Dame de Paris. Il se dit par analogie, en termes d'Arts, de Quelques autres canaux ou tuyaux destinés à l'écoulement des eaux. Il se dit aussi du Conduit qui amène les produits de la combustion dans la cheminée d'un haut fourneau.

Littré (1872-1877)

GARGOUILLE (gar-gou-ll', ll mouillées, et non gar-gou-ye) s. f.
  • 1L'endroit soit d'une gouttière, soit d'un tuyau, par où l'eau tombe ; elle portait dans les bâtiments gothiques la figure de chimères, harpies et autres monstres, et reçoit aujourd'hui celle de masques d'animaux, de mufles de lion, etc.

    Canal rond et étroit, construit entre des murs pour faciliter l'entrée et la sortie des eaux.

    Nom qu'on donne aux trous des petits canaux pratiqués sur les corniches des bâtiments pour l'écoulement des eaux.

    Tuyau de fonte logé dans les trottoirs pour l'écoulement de l'eau.

    Terme de plombier. Cordon de pierre sur lequel sont assis les tuyaux de conduite.

  • 2 Terme de charpenterie. Gargouille, entaille au pied d'un poteau de cloison recevant le bout d'une solive.

    Terme d'éperonnier. Anneau de l'éperon, au bout de la branche, du côté de l'embouchure.

  • 3Conduit rassemblant, dans certains fourneaux, les produits de la combustion pour les amener dans la cheminée.
  • 4Figure d'un serpent monstrueux qu'on portait en procession à Rouen le jour des Rogations et le jour de l'Ascension, en souvenir de la victoire de saint Romain sur ce monstre. Un tel raisonnement finirait par introduire trop de pyrrhonisme… on finirait par douter de la gargouille de Rouen et du royaume d'Yvetot, Voltaire, Mél. litt. Lett. Chin. 2.

    Terme de blason. Certaines figures de serpent qu'on a nommées aussi gringoles.

HISTORIQUE

XIIIe s. Pro lapidibus qui vocantur gargoules, quadrigandis, Du Cange, gargoula.

XIVe s. Plusieurs lieux des entablements qui sont en droit les gargoles [d'une église] sont à refaire, Bibl. des chartes, 5e série, t. III, p. 226. En tous petis ymages, lions, gargoulles, Du Cange, gargoula.

XVIe s. Le poete, dit Platon, assis sur le trepied des muses, verse de furie tout ce qui lui vient en la bouche, comme la gargouille d'une fontaine, Montaigne, IV, 137. Esgouts faits à gargouilles et muffles de lyon, Belleau, Berger. t. I, p. 1, dans LACURNE. [Gondebaut] attira plusieurs grands seigneurs à sa cordelle, qui excita une estrange gargouille en France, Pasquier, Rech. p. 445, dans LACURNE. Saint Romain, archevesque de Rouen, sous le regne de Clothaire second, suivi d'un prisonnier condamné à mort, ayant avec son estole dompté un dragon qui depuis fut appelé gargouille, Pasquier, ib. p. 865.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GARGOUILLE, s. f. terme d’Architect. c’est un canal rond & étroit que l’on construit entre des murs, pour faciliter l’entrée & la sortie des eaux, lorsque l’on bâtit en des lieux sujets à des inondations, ou qui sert à dégager une terrasse.

Gargouille est aussi à une fontaine ou cascade, un mascaron d’où sort de l’eau. C’est encore, dans un jardin, une petite rigole où l’eau coule de bassin en bassin, & qui sert de décharge. Ce mot peut venir du latin gurgulio, le gosier.

On appelle aussi gargouilles les petites ouvertures-cimaises d’une corniche, par où les eaux qui tombent dessus sa saillie, s’échappent ; & qui auparavant de tomber, s’assemblent dans une goulotte pratiquée sur le talud ou revers d’eau de la corniche, tel qu’il est pratique à celle du pérystile du louvre. Ces gargouilles sont souvent ornées de masques, de têtes d’animaux, & particulierement de mufles de lion. (P)

Gargouille, terme d’Eperonnier, espece d’anneau diversement contourné, qui termine les branches des mors. Communément sa partie la plus basse présente une sorte de plate-forme ronde, legere, & percée dans son milieu d’un trou que l’on nomme l’œil du touret. Ce trou est pratiqué dans la direction de la ligne du banquet, ou parallelement à cette même direction, selon que la branche est droite, hardie ou flasque. Quelquefois aussi cette plate-forme est placée en-arriere, & dans la direction que doivent avoir les renes.

Outre l’œil destiné à loger le touret, c’est-à-dire la demi-S, qui supérieurement est terminé par une tête ronde dont le contour repose librement sur la plate-forme, tandis que l’anneau résultant inférieurement de sa courbure, reçoit un autre anneau rond & beaucoup plus considérable, auquel on boucle la rene ; il en est encore un plus petit, placé tantôt dans la partie supérieure de la gargouille, plus ou moins près du lieu où elle commence, & où finit la branche ; tantôt dans sa partie inférieure, immédiatement au-dessus de la plate-forme, mais toûjours postérieurement : celui-ci reçoit la chaînette par un autre touret plus délié. Voyez Mors. (e)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gargouille »

De l’ancien français gargouille, gargoule « gorge, tuyau de descente », composé de garg- (cf. jargon), du latin tardif gargarizare, lui-même issu du grec ancien γαργαρίζειν, gargarízein (« se gargariser »), et de -goule → voir gueule.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. gargola ; bas-lat. gargula, gosier ; du radical garg, qui, comme on peut voir à l'étymologie de gargamelle, appartient à toutes les langues romanes. L'italien, qui a à la fois gargagliare et gorgogliare, montre que ce radical garg n'est qu'une modification du radical gorg (voy. GORGE). Le sens de gargouille est donc étymologiquement celui de gosier ; et il a particulièrement celui de ces gosiers en pierre vomissant de l'eau que portent les édifices gothiques. Le sens de serpent ne se présente nulle part ; et en effet un mot signifiant gosier ne pourrait signifier serpent qu'avec quelque épithète déterminative. La langue populaire donna, par assimilation, le nom de ces gargouilles au serpent, figuré aussi sur les églises, que les saints avaient vaincu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gargouille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gargouille garguj

Évolution historique de l’usage du mot « gargouille »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gargouille »

  • Gargouille qui ne cesse de couler, un jour de pluie, et femme acariâtre sont pareilles ! , Ancien Testament, Livre des Proverbes XXVII, 15
  • La réalité s'affronte bien facilement, lorsque disparaissent les gargouilles impitoyables de l'imagination. De Jean Beaudry / Mamba
  • La gargouille représentant un Juif embrassant les fesses d’un cochon ne peut pas être retirée de la façade de l’église protestante Saint-Étienne de Calbe, à 130 km au sud de Berlin. La paroisse a dû se résoudre à la conserver car l’église est classée monument historique. Le pasteur et son conseil d’Eglise ont dû faire un compromis. La sculpture antisémite, restaurée en même temps que d’autres haut-reliefs sera replacée sur la façade, mais couverte . Evangeliques.info, Allemagne : Forcée de conserver une sculpture antisémite du 15e siècle une Eglise la couvre - Evangeliques.info
  • Nous avons fait ça à 4 heures du matin, histoire d’avoir le lever de soleil. Il y a des passages techniques. Et pour le coup, nous avons décidé de nous encorder. Il a fallu un peu d’escalade : on essaye de trouver une gouttière, une gargouille pour s’encorder… Nous avons mis 20-30 minutes pour arriver au sommet. Mais en prenant le temps de se balader, notamment dans la charpente à l’intérieur. CAMEROON MAGAZINE - CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU, Insolite - Deux explorateurs urbains ont gravi la cathédrale de Clermont-Ferrand au lever du jour - CAMEROON MAGAZINE - CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Images d'illustration du mot « gargouille »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gargouille »

Langue Traduction
Anglais gargoyle
Espagnol gárgola
Italien doccione
Allemand wasserspeier
Chinois 石像鬼
Arabe مرغول
Portugais gárgula
Russe горгулья
Japonais ガーゴイル
Basque gargoyle
Corse gargola
Source : Google Translate API

Synonymes de « gargouille »

Source : synonymes de gargouille sur lebonsynonyme.fr

Gargouille

Retour au sommaire ➦

Partager