La langue française

Gabelou

Définitions du mot « gabelou »

Trésor de la Langue Française informatisé

GABELOU, subst. masc.

Péjoratif
A. − HIST. Employé de la gabelle (cf. gabeleur rem. s.v. gabelle); p. ext. employé de l'octroi. Faire relâcher un malheureux traîné en prison, parce que les gabeloux ont trouvé chez lui quatre livres de sel (Erckmann-Chatrian, Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 77).
B. − Employé de la Douane ou de l'administration des Contributions Indirectes. Je le dis sans traîtrise [qu'il est contrebandier] ... car il ne s'en cache pas, il s'en vante au nez des gabelous (Sue, Myst. Paris, t. 1, 1842, p. 128).
Au fig. Celui qui fait obstacle à quelque chose. Quand donc les directeurs gabelous de la littérature laisseront-ils arriver au comité public tes œuvres... (Borel, Rhaps.,1831, p. 12).La campagne contre le jury du salon faisait un vacarme du diable, il ne resterait pas un morceau de ces gabelous de l'idéal, qui empêchaient la nature d'entrer (Zola, Œuvre,1886, p. 114).
Prononc. et Orth. : [gablu]. Ds Ac. 1932. Plur. gabelous. On rencontre néanmoins gabeloux, supra, Erckm.-Chatr., peut-être p. anal. avec la série bijoux, cailloux, choux, etc. ou par archaïsme. Étymol. et Hist. 1585 (N. Du Fail, Contes et discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 176 : gabeloux et sauniers du Croisil). Forme dial. de gabeleur (dep. 1548, Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, chap. 66, p. 264 : guabelleur; cf. gabeleur ap. N. Du Fail, loc. cit., p. 175; cf. agn. gabelator ds Du Cange, s.v. gabularii, dér. (comme gabelier, xives. − 1700 d'apr. FEW t. 19, p. 74a) de gabelle*. Fréq. abs. littér. : 24.

Wiktionnaire

Nom commun

gabelou \ɡa.blu\ masculin

  1. (Histoire) Préposé à la perception de la gabelle.
    • Vignacourt, en Picardie, le 5 mars 1753 : « environ cent hommes et plus de trois cents femmes » sont dans la rue, serrés en une double « haie hérissée de louchets et de bâtons » pour aider une faux-saunière conduite par trois employés à travers le bourg ; les gabelous tirent, la foule cogne, deux gardes sont blessés, la femme est libérée. — (Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Editions Gallimard (Folio Histoire), 2014, chap. 2)
  2. (Par extension) (Péjoratif) Agent de la douane, de l’octroi, du service des contributions indirectes.
    • Pas plus tard que cette nuit, à la Porte de Gentilly, les gabelous ont rattrapé un laitier qui se sauvait avec un million! Un million de francs en pièces d'or, dans sa carriole. Oui. — (Marcel Martinet; La maison à l'abri, 1919)
    • Ce jour-là, par un heureux hasard, il avait dépisté les gabelous de Villers et glissé entre les lignes de ceux du Luhier et de Fuans sans être obligé de prendre le pas de course, […], devant le représentant du fisc. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La garde du bateau avait été confiée à deux douaniers espagnols, Luis Ortega et Jose Perez, deux braves gabelous sans grande vaillance ni intelligence. — (Jean Ray, Harry Dickson, La Chambre 113, 1933)
    • Tout à coup, deux coups de feu brisent le silence de midi.[…]. Puisque la chasse est fermée, il ne peut s'agir que de braconniers, à moins qu'un fraudeur, surpris par des gabelous ne leur ait tiré dessus. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Un employé de l’octroi, qui avait gardé le nom de gabelou, vérifiait si l’on entrait des marchandises dans Paris : pour une douzaine d’œufs on devait payer un ou deux sous. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 28.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GABELOU. n. m.
Nom donné par dénigrement aux agents de la douane, de l'octroi.

Littré (1872-1877)

GABELOU (ga-be-lou) s. m.
  • Mot populaire et de dénigrement pour désigner autrefois les employés de la gabelle, aujourd'hui les employés de la douane et de l'octroi.

    Fig. Tous ceux qui ont ou prétendent avoir un droit à prélever sur une industrie étrangère. J'ai dit que tout ce qui dans Paris était spectacle, devait subir l'exercice des rats-de-cave, des gabelous de l'opéra (parce qu'alors toute réunion de plaisir, jusqu'aux marionnettes et aux puces travailleuses, lui payait une redevance), C. Blaze, l'Académie de musique, I, XV, p. 502.

HISTORIQUE

XVIe s. Tu as menti, meschant bourreau, gabeloux, que tu es, Noel Dufail, Cont. d'Eutrap. ch. XXIII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gabelou »

Forme dialectale de gabeleur, gabeleux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prononciation populaire de gabeleur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gabelou »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gabelou gablu

Évolution historique de l’usage du mot « gabelou »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gabelou »

  • L’histoire veut que, dans le tas, certains se soient fait surprendre. Le 31 août 1941, Ignace D., habitant de Morgins venu avec quatre paquets de tabac, a rendez-vous avec Marcel C., qui transporte depuis Châtel, dernier village de la vallée d’Abondance (Haute-Savoie), une motte de 4 kilos de beurre. Un douanier découvre l’échange. Si le Suisse est capturé par le « gabelou » – surnom des hommes en uniforme bleu nuit –, Marcel réussit à s’enfuir. Mais le monde est petit dans ce coin du Chablais, et Marcel a été reconnu. Alors, le lendemain, il est convoqué au bureau de douane, où l’attend une amende de 750 francs. L'Obs, Sur la piste des contrebandiers de Haute-Savoie
  • Les mariniers étaient naturellement aux premières loges pour se lancer dans l'approvisionnement clandestin des régions ligériennes. Autour de Saint Nazaire, de Guérande et d'ailleurs, les sauniers fournissaient sous le manteau cet or blanc qu'il fallait dissimuler aux méchants gabelous ! Car, le roi, dans sa folie fiscale avait eu la délicatesse de créer une escouade redoutable, « pourchasseuse » des fraudeurs et de toutes les contrebandes. AgoraVox, Un régime draconien ! - AgoraVox le média citoyen
  • « Une langue cryptée et homogène comme le louchébem » L’affaire du douanier marseillais est cocasse en ce que le « gabelou » parlait de ses affaires à son épouse en « javanais ». « En bon douanier, il avait supputé qu’un jour on le coincerait d’où l’usage du "javanais" mais je ne sais pas pourquoi il éprouvait ce besoin de rendre compte pratiquement quotidiennement de ses affaires à son épouse. Il aurait pu le faire dans la confidentialité de leur cuisine le soir venu. » Sur l’usage de cette langue inhabituelle, le linguiste explique qu’« il n’y a rien de très nouveau comme avec le "verlan" qui a 150 ans d’âge même si ces dernières années cela a été remis en selle par les lascars de cité qui savent utiliser des mots très imagés bien à eux. Tout cela est mâtiné de trois mots d'argot, cinq mots de français, deux mots d’arabe mais ces gamins ne sont pas capables de parler une novlang de façon pleine et continue », explique-t-il. « Le "louchébem" qui était le parler des bouchers des Halles, ou le "javanais" sont des langues cryptées et homogènes avec lesquelles on peut s’exprimer mais elles ne sont plus utilisées. Prenez le "louchébem" qui se préfixe, la première lettre tombe pour être remplacée par un L et c’est suffixé en "ébem" ou "épen". Un "boucher" cela donne "Louchébem". Les Apaches s’en étaient accaparés car le but était que le "cave", le "flic", le non initié ne pige que dalle. Ces dernières années des mots remplacent d’autres ce qui n’est pas nouveau, tout cela est assez éventé. On remplace cocaïne ou cannabis par "chemise", "liquette", "chnouf" ou "horse", cela se faisait déjà dans les années 70 mais on n’a plus une langue complète parlé à un débit normal voire accéléré qui rende l’ensemble complètement incompréhensible pour le profane. Moralité : même en "javanais" il faut savoir la fermer ! », sourit le linguiste. www.lamarseillaise.fr, La zonzon pour le gabelou ripou détronché
  • Intégré à la prestigieuse communauté française du renseignement, le service d’élite de la douane a connu de nombreuses secousses depuis sa création. Mais jamais aussi violentes. Un service aujourd’hui hanté par les procédures fantômes, les coups plus ou moins tordus et les indics sans visages, qui voit soudain ses pratiques dévoilées au grand jour et épinglées par la justice. Les magistrats cherchent notamment à comprendre les conditions dans lesquelles les gabelous ont mis la main sur 43 tonnes de café contrefait en juillet 2015. Une saisie record qu’ils suspectent avoir été montée de toutes pièces pour faire du chiffre avec la complicité active d’un des principaux aviseurs du service, Zoran P. (lire Libération du 25 mai). Libération.fr, Les gabelous ébranlés par leurs ripoux - Libération
  • Ils se nommaient «réveilleur», «gindre» ou «gabelou», mais ont disparu avec la révolution technologique. Connaissez-vous ces métiers qui peuplaient encore il y a quelques siècles les rues de France ? Le Figaro.fr, Cinq noms de métiers qui n'existent plus
  • C'est une nouvelle affaire mêlant indicateurs et fonctionnaires d'Etat qui risque de faire grand bruit. Cinq douaniers ainsi que deux aviseurs â?? des indicateurs dans le langage douanier â?? ont été placés en garde à vue, lundi matin, dans les locaux de la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) de la police judiciaire parisienne. Hier soir, les auditions de ces cinq « gabelous » ( NDLR : surnom des douaniers) ainsi que de leurs informateurs se poursuivaient et pourraient durer quatre jours. leparisien.fr, Il y a un loup chez les « gabelous » - Le Parisien
  • Pour beaucoup « gabelou » est un terme inconnu. C’était sous l’Ancien Régime l’employé de la gabelle, celui qui percevait les impôts. Et comme les chemins de la contrebande transfrontaliers proposent de s’immiscer dans la peau de personnages emblématiques de ce patrimoine historique de la vallée du Doubs, l’itinéraire des Gabelous permet aux VTTistes de devenir un douanier français en quête des contrebandiers qui cherchent à passer illicitement de la marchandise des deux côtés de la frontière. I-Voyages, Les Gabelous à VTT: le chemin de la contrebande franco-suisse - I-Voyages
  • Le français s’est fait le miroir des révolutions sociales et technologiques du siècle dernier. On parle aujourd’hui de «startupper», de «chief happiness officer» et de «scrum master» («entraîneur, conseiller» en bon français). Qui se souvient alors du «bonnetier», du «fagoteur» ou bien encore du «gabelou»? Qu’en est-il par ailleurs de leur histoire? Le Figaro.fr, Connaissez-vous ces noms de métiers oubliés?

Traductions du mot « gabelou »

Langue Traduction
Anglais gabelou
Espagnol gabelou
Italien gabelou
Allemand gabelou
Chinois 加贝卢
Arabe غابيلو
Portugais gabelou
Russe gabelou
Japonais ガベル
Basque gabelou
Corse gabelou
Source : Google Translate API

Synonymes de « gabelou »

Source : synonymes de gabelou sur lebonsynonyme.fr

Gabelou

Retour au sommaire ➦

Partager