La langue française

Futaine

Sommaire

  • Définitions du mot futaine
  • Étymologie de « futaine »
  • Phonétique de « futaine »
  • Évolution historique de l’usage du mot « futaine »
  • Citations contenant le mot « futaine »
  • Traductions du mot « futaine »
  • Synonymes de « futaine »

Définitions du mot « futaine »

Trésor de la Langue Française informatisé

FUTAINE, subst. fém.

Vx, TEXT. Étoffe croisée et pelucheuse, de fil et de coton qui servait à faire des jupons, des doublures, des camisoles. Brassière, camisole de futaine (Ac.). (Quasi-)synon. basin, coutil.Leur jupe de futaine et leur grand bonnet blanc (Coppée, Poés.,t. 1, 1865-1908, p. 71).Les divers tissus de futaine (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 65).
P. méton. Vêtement taillé dans cette étoffe. Paysans qui, en toute saison, étaient vêtus de toile ou de grosse futaine (Sand, Beaux MM. Bois-Doré,t. 1, 1858, p. 282).Ils étaient tous deux étrangement pareils, vêtus de futaine grise que la pluie recouvrait d'une fine buée de gouttelettes (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 2).
Prononc. et Orth. : [fytεn]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. xiies. fustaine (ds Beauvillé, Recueil doc. Picardie, t. 4, p. 10). Francisation du lat. médiév. fustaneum « id. » (1103-13 ds Nierm.) [dér. du lat. class. fustis « bois d'arbre » v. fût], trad. du grec de la Septante ξ υ ́ λ ι ν α λ ι ́ ν α « tissu de coton » littéralement « fils qui viennent d'un arbre » plur. du neutre λ υ ́ ν ο ν « lin, fil » et ξ υ ́ λ ι ν ο ς « de bois » dér. de ξ υ ́ λ ο ν « bois, arbre », cf. lat. médiév. xilivum « coton ». Fréq. abs. littér. : 25. Bbg. George (K. E. M.). Faire la futaine/flûtaine/fuitaine. In : [Mél. Orr. (J.)]. R. Ling. rom. 1967, t. 31, pp. 272-281.

futaine, -

Wiktionnaire

Nom commun

futaine \fy.tɛn\ féminin

  1. (Textile) Étoffe à armure type toile ou sergé, dont la trame est en coton et la chaîne en lin ou en soie..
    • Un torse enveloppé d’un surtout de futaine avec une fourrure dont on voyait moins de poil que de cuir. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Je m’aperçus en m’habillant que je possédais pour tout vêtement une culotte courte en futaine et un gilet rouge à grandes basques, défroques théâtrales que j’avais sur moi au moment de l’enlèvement. — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, réédition Le Livre de Poche, page 251)
    • Quand son hôte eut fini, Misère l’enveloppa dans sa vieille couverture de futaine, et le força de se coucher sur sa paillasse. — (Charles Deulin, « Le Poirier de Misère », in Cambrinus et autres Contes, circa 1847–1875)
    • Son démon tout-puissant se rebella et n'attendit pas la fin du jour pour transpercer les plus lourdes futaines. — (Jean Sabran, Ombre et son reflet, Nouvelle, Hard-Boiled Dicks n°12, 1984, page 60)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FUTAINE. n. f.
Étoffe de fil et de coton. Brassière de futaine. Camisole de futaine.

Littré (1872-1877)

FUTAINE (fu-tâ-n') s. f.
  • Étoffe de fil et de coton. Une camisole de futaine. Futaines à poil : chaîne, chanvre ou lin ; trame, coton, Tableau annexé aux lettres pat. 30 sept. 1780.

    Courir la futaine, se disait pour mener une vie oisive, vagabonde, passer le temps en promenades inutiles.

HISTORIQUE

XIIIe s. S'ot vestu un rouge fustaingne, Mès que par leus [endroits] ert detrouez, Ren. 7620.

XVe s. Et si dira [la femme] encor : je vueil Une fustaine, monseigneur, Et me faut un mantel greigneur Que je n'ay, à droit fons de cuve, Deschamps, Miroir du mariage.

XVIe s. Fustaine ou bombasin et toutes autres choses faites de coton, R. Estienne, Dict.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FUTAINE, s. f. terme de Commerce, étoffe de fil & de coton, qui paroît comme piquée d’un côté. Voyez Coton. Il y a de la futaine à poil, & de la futaine à grain d’orge. Il y a aussi de la futaine à deux envers, qu’on appelle autrement bombasin, qui vient de Lyon, & qui est doublement croisée. Il y a aussi un grand nombre de futaines dont la trame est de lin, ou même de chanvre. Voyez les dictionnaires de Trévoux & du Commerce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « futaine »

Picard, fustane, futane ; prov. fustani ; espagn. fustan ; portug. fustão ; ital. fustagno ; de Fouchtân, nom d'un faubourg du Caire d'où on apportait cette étoffe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) Apparenté à fustanelle (« jupe des soldats grecs »), à l’espagnol fustal, fustán (« futaine, jupon »), à l’italien fustagno, au grec φουστάνι, foustani (« robe »), en ancien français fustaine, d’origine discutée :
  1. Avec le sens de « étoffe de coton », dérivé[1] de fust (« bois »). Le sens vient du grec ancien ξύλινο λινό, xulino lino (« lin d'arbre ») désignant le coton ;
  2. Avec le sens de « étoffe importée d’Égypte, du Caire », de l’arabe فستان, fostân (« étoffe, voile, robe »)[2], de Fostat[3], ancienne capitale égyptienne d'où on importait cette étoffe → voir gaze (« toile de Gaza »), alexandrine (« toile d’Alexandrie »), bougran (« toile de Boukhara »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « futaine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
futaine fytɛn

Évolution historique de l’usage du mot « futaine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « futaine »

  • Les teinturiers, appelés « ongles bleus » piétinent les draps dans des bains de colorants, de mordants et d'alun. Le pastel appelé « guède ou waide » en Picardie donne un bleu très prisé faisant la fortune des villes qui le produisent ( Amiens Toulouse). Le bois du brésil donne la couleur rose, la guaude le jaune et le vert, le brou de noix le noir et le Kermès ou cochenille, le rouge. Une fois teint le tissu est à nouveau rasé pour obtenir un meilleur moelleux. Les drapiers Parisiens fabriquent la « biffe » une étoffe renommée. Les marchands entrepreneurs font ainsi travailler cinq métiers différents : les tisserands (tissant également le lin et le chanvre) les tondeurs, les foulons, les teinturiers et les tailleurs. En fin de Moyen Âge apparaissent les tissus mixtes : la futaine qui mêle coton et lin, la « saye » laine et lin, et le feutre laine et poils d'animaux (lapin ou castor).  , Les métiers du Moyen Age
  • Découvert dans une propriété médiévale qui abritait autrefois une école dans le Surrey, ce papier présente sans aucun doute une influence française. Le motif de treillis floral est très probablement inspiré du design textile. Les tissus de futaine et de lin imprimés de ce style sont devenus très populaires vers le milieu du XVIIIème siècle.  Cotemaison.fr, Papier peint Little Greene : réédition pour la décoration intérieure - Côté Maison

Traductions du mot « futaine »

Langue Traduction
Anglais fustian
Espagnol fustán
Italien fustagno
Allemand barchent
Chinois 福斯蒂安
Arabe فوستيان
Portugais fustão
Russe напыщенный
Japonais 騒々しい
Basque fustian
Corse fustianu
Source : Google Translate API

Synonymes de « futaine »

Source : synonymes de futaine sur lebonsynonyme.fr
Partager