La langue française

Fumigation

Sommaire

  • Définitions du mot fumigation
  • Étymologie de « fumigation »
  • Phonétique de « fumigation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fumigation »
  • Citations contenant le mot « fumigation »
  • Traductions du mot « fumigation »
  • Synonymes de « fumigation »

Définitions du mot fumigation

Trésor de la Langue Française informatisé

FUMIGATION, subst. fém.

A.− HYG. Action d'utiliser la fumée ou la vapeur de certaines substances brûlées ou chauffées pour assainir un local, désinfecter un objet, chasser des insectes. Fumigation de chlore, de formol, de soufre. Les fumigations muriatiques dans les lieux non habités, et les fumigations d'acide nitrique dans les lieux habités, leur semblent de précieux moyens de conservation (Latouche, L'Héritier, Lettres amans,1821, p. 134).Chaque objet qui passe de nous à eux est soumis d'abord à une rigoureuse fumigation, puis plongé dans un vase d'eau froide (Lamart., Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 439).Il sait que le soufre le détruit sûrement [cet acarus] quand on a le soin non seulement de frotter les malades, mais de soumettre les habits eux-mêmes aux fumigations (Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 73).
B.− MÉD. Action de soumettre certaines parties du corps à des fumées ou vapeurs obtenues en brûlant ou en chauffant certaines substances médicamenteuses. Mon cousin a des maux de tête nerveux et vraiment très douloureux et très opiniâtres. Les fumigations seules peuvent le guérir (Villiers de L'I.-A., Corresp.,1877, p. 235).
REM. 1.
Fumigateur, subst. masc.Appareil servant à faire les fumigations. D'abord les étuves municipales. Et après, pour être plus sûr, ces fumigateurs du pharmacien (Martin du G., Thib.,Mort père, 1929, p. 1354).
2.
Fumigatoire, adj.Qui sert à des fumigations. Appareil, médicament fumigatoire. On le couvre [l'arbre] d'une toile humide (...) et l'on introduit sous cette toile un soufflet fumigatoire (Du Breuil, Cult. arbres,1876, p. 449).
Prononc. et Orth. : [fymigasjɔ ̃]. Ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1314 (H. de Mondeville, Chirurgie, 1748 ds T.-L.). Empr. au b. lat. fumigatio « fumigation, parfum ». Fréq. abs. littér. : 27.

Wiktionnaire

Nom commun

fumigation \fy.mi.ɡa.sjɔ̃\ féminin

  1. (Médecine) Action d’appliquer un médicament, sous forme de fumée, de vapeur ou de gaz, à quelque partie du corps.
    • Fumigations sulfureuses. - Fumigations aromatiques. - Fumigations aqueuses.
  2. Action d’exposer à la fumée, à la vapeur certaines substances pour désinfecter certains lieux ou certains objets.
    • Locaux et matériel doivent être tenus dans le plus grand état de propreté au moyen de fumigations préalables et de lavages répétés. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Quelques fumigations opportunément et soigneusement faites, et tout vibrion est anéanti. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Nom commun

fumigation

  1. Fumigation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FUMIGATION. n. f.
T. de Médecine. Action d'appliquer un médicament, sous forme de fumée, de vapeur ou de gaz, à quelque partie du corps. Fumigations sulfureuses. Fumigations aromatiques. Fumigations aqueuses. Il se dit aussi de l'Action d'exposer à la fumée, à la vapeur certaines substances pour désinfecter certains lieux ou certains objets.

Littré (1872-1877)

FUMIGATION (fu-mi-ga-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1 Terme de médecine. Action d'exposer à des fumées, à des vapeurs le corps ou une partie du corps. Fumigations aromatiques, sulfureuses.
  • 2Action de répandre la fumée ou la vapeur d'une substance odorante ou désinfectante pour assainir un lieu. Faire des fumigations de chlore.

HISTORIQUE

XIVe s. Les fumigations chassantes les serpens et toutes autres choses venimeuses, H. de Mondeville, f° 83.

XVe s. Un petit sac de toille, où il a plusieurs pierres pour faire fumigacions, De Laborde, Émaux, p. 326.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FUMIGATION, s. f. (Chimie.) est l’action par laquelle une vapeur corrode, dissout, ou pénetre un corps métallique dans la cémentation. V. cet art. On la distingue en seche & en humide ; & quelques auteurs, comme Cramer, donnent strictement le nom de fumigation à celle-là, & de vaporation à celle-ci. La fumigation proprement dite ou fumigation seche, est donc l’action d’exposer à une fumée ou vapeur, comme menstrue capable de devenir concrete par elle-même, le corps auquel on veut faire subir quelque changement ; comme quand on stratifie des lames de fer avec des matieres contenant du phlogistique (Voyez Fer & Acier, & Trempe en Paquet) ; du cuivre avec de la calamine ou ses produits (Voyez Cuivre & Laiton) ; du soufre & de l’arsenic au fer & au cuivre. Voyez Vaporation.

Fumigation, en latin moderne fumigatio, fumigium, (Medec. thérap.) medicament externe, appliqué sous la forme de vapeur ou de fumée, à diverses parties du corps humain, pour la guérison des maladies. Il résulte de-là, qu’on peut distinguer deux sortes de fumigations, les unes humides, & les autres seches.

Les fumigations humides se font en exposant toute la surface du corps, ou seulement la partie malade, aux vapeurs d’un médicament qu’on fait bouillir sur le feu ; telle est la vapeur des décoctions émollientes anodynes, que les Medecins conseillent de recevoir sur une chaise de commodité, pour appaiser les douleurs hémorrhoïdales. Telles sont encore les vapeurs du vinaigre que l’on tient sur le feu, & qui se répandent dans l’air, pour en purifier l’atmosphere dans les maladies contagieuses & pestilentielles.

On conçoit déjà que la matiere des fumigations humides est toute liqueur qui peut par l’action du feu se résoudre en vapeurs ; par exemple, l’eau, le lait, le petit-lait, le vin, le vinaigre, l’esprit-de-vin, l’urine, les préparations officinales, comme les eaux distillées, les teintures, les essences, les esprits, les infusions, les décoctions, &c. Les vapeurs humides se tirent de toutes ces choses, ou en les enflammant, ou ce qui est le plus ordinaire, en les faisant bouillir sur le feu. Ce seroit sans doute une chose ridicule, que d’employer pour fumigations humides, des mixtes dont la vertu ne pourroit se volatiliser par la chaleur de la liqueur bouillante. Par conséquent, les astringens, les extraits épaissis par la coction, les parties fixes des animaux & des fossiles, ne sauroient convenir.

S’il faut appliquer de fort près la vapeur humide sur le corps, on a inventé pour y parvenir des loges, des siéges, des coffres, des machines voûtées, où le malade debout, assis, couché, ayant la tête en-dehors, étant nud, ou simplement couvert d’un linge fin, reçoit la vapeur qui s’éleve de la liqueur bouillante ou enflammée. S’il s’agit de diriger les vapeurs dans quelque cavité du corps, par exemple, dans l’oreille, les narines, le pharynx, les bronches, le vagin. l’uterus, le fondement ; on se sert d’entonnoirs faits exprès.

Enfin, comme les vapeurs élevées par le feu sont d’une extrème pénétrabilité, & que le medecin n’a d’autre but que le soulagement & la guérison de son malade ; c’est à lui bien instruit, qu’il appartient dans chaque cas particulier de prescrire combien de tems doit durer la fumigation humide, combien de fois il faut la répéter, ce qu’il convient de faire avant, pendant, & après le remede.

Les fumigations seches, connues par quelques-uns sous le nom de parfums, se pratiquent en exposant la partie malade à la fumée de quelque médicament externe sec, inflammable, ou volatil, qu’on brûle sur des charbons ardens, & dont on introduit la fumée par artifice dans les ouvertures extérieures du corps humain. C’est ainsi qu’on employe la fumigation de l’ambre, du castoréum, du jayet, dans les suffocations de matrice ; la fumigation du soufre dans les maladies cutanées, & quelquefois les fumigations mercurielles dans les maux vénériens. Voyez Fumigation mercurielle.

On employe les fumigations seches dans la cure prophylactique & thérapeutique, pour fortifier, échauffer, résoudre, dessécher : en conséquence, on expose aux fumigations seches des morceaux de flanelle ou de toile, avec lesquels on peut frotter les parties malades, & de telles frictions méritent de n’être pas négligées. Voyez Friction.

Mais il faut remarquer que dans les fumigations seches, ainsi que dans les fumigations humides, le medecin doit toûjours faire attention à la porosité de toute l’habitude du corps, à la sensibilité, à la délicatesse des parties internes, enfin à cette force étonnante du feu, qui sépare le principe des corps concrets, & qui les change entierement. Ces sortes d’attentions sont nécessaires, afin de choisir les matieres qui conviennent au but qu’on se propose, & qui peuvent soulager les parties malades, sans nuire à celles qui sont saines. (D. J.)

Fumigation mercurielle, (Chirurgie.) espece particuliere de subfumigation employée par quelques personnes au traitement des maladies vénériennes, en faisant recevoir la vapeur du cinnabre, ou de quelque autre préparation mercurielle, pour exciter le flux de bouche dans la vérole.

Thierry de Hery, célebre chirurgien de Paris, qui a apporté vers le milieu du xv. siecle, d’Italie en France, la méthode des frictions, propose les fumigations mercurielles comme un moyen subsidiaire dans plusieurs cas. On a voulu depuis peu en faire une méthode universelle, & donner cette fumigation en couvrant entierement le malade d’un drap ou d’une couverture, les yeux & la bouche bandés, afin qu’il puisse recevoir la vapeur mercurielle par le nez. Les épreuves de cette méthode ont été faites aux Invalides & à l’hopital de Bicêtre, sous l’autorité des ministres & des magistrats ; elles ont trouvé pour protecteurs une partie des personnes chargées d’en examiner les effets. Les Chirurgiens guidés par l’expérience qu’ils ont acquise dans le traitement de cette maladie, n’ont point été les partisans de quelques réussites apparentes de ces tentatives ; elles ont eu en peu de tems le sort de presque toutes les nouveautés qui s’introduisent dans la pratique de l’art de guérir, & qu’on voit tomber peu-après dans l’oubli, jusqu’à ce que quelque homme entreprenant & avide tâche d’en tirer parti & d’en imposer au public, qui se laisse aisément séduire par ceux qui lui promettent guérison par des voies extraordinaires.

M. Col de Villars approuve dans son petit dictionnaire des termes de Medecine & de Chirurgie, l’usage des fumigations mercurielles. Elles réusissent sans inconvénient, dit cet auteur, pourvû que la dose du remede soit petite, & que la fumigation ne dure que deux ou trois minutes. De cette maniere le mercure ne cause point de salivation : quand elle paroît, continue M. de Villars, on cesse la fumigation, & on purge le malade.

Instruits par l’exercice & la pratique de l’Art, les Chirurgiens n’admettent point les fumigations, comme une méthode générale, complette, & qu’on puisse substituer aux frictions dont elles n’ont pas les avantages ; nous ne devons cependant pas les rejetter absolument : quoiqu’elles ayent été dans tous les tems la méthode de quelques empyriques, des mains habiles pourront quelquefois trouver des ressources dans leur usage. Les fumigations peuvent seconder efficacement & faciliter l’opération des frictions : celles-ci sont quelquefois insuffisantes pour déraciner entierement les maux vénériens. Lorsqu’on a emporté les principaux accidens, s’il y a des parties affligées de quelque reste de vérole, on peut les exposer aux fumigations. Hery, notre premier maître en cette partie, a traité des malades qui en ont éprouvé les plus heureux succès ; elles ont emporté des caries qui rongeoient les os du nez : voyez Ozene. Elles ont soulagé des affections même du poumon. Par quelle autre voie auroit-on pû appliquer le mercure immédiatement sur ces vices locaux ?

Lorsque le virus vénérien n’a point déconcerté toute l’économie animale, & que quelques parties en sont seulement infectées, leurs accidens peuvent être soûmis à l’administration locale du spécifique anti-vénérien par le moyen des fumigations. M. Bruyere de l’académie royale de Chirurgie, lut à la séance publique de cette compagnie le 7 Juin 1746, une observation sur une tumeur au genou, dont les douleurs étoient si violentes, que la personne ne pouvoit supporter l’application d’une simple compresse trempée dans une décoction anodyne. M. Bruyere après les préparations générales, jugea que l’administration du mercure étoit nécessaire : mais comme la méthode ordinaire lui étoit interdite, parce que la malade s’obstinoit à ne lui point faire l’aveu de la vraie cause de son mal ; entre plusieurs autres moyens accessoires, quoique moins sûrs, & souvent inefficaces, il se détermina en faveur des fumigations faites sur la partie malade ; elles procurerent une salivation très-médiocre, mais beaucoup d’évacuations par les selles, les sueurs, & les urines ; la tumeur & la douleur diminuerent de jour en jour, & enfin la malade fut parfaitement rétablie au bout de deux mois au moyen de vingt fumigations, des purgatifs, & de l’usage du lait. On peut lire le détail de cette cure dans le mercure de France, mois de Décembre 1746.

La fig. 12. Pl. VII. chirur. représente un entonnoir pour recevoir les fumigations dans le vagin. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fumigation »

Du bas latin fumigatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fumigation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fumigation fymigasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « fumigation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fumigation »

  • Cette technique de fumigation, l'entreprise la maîtrise bien puisqu'elle l'a aussi utilisée pour traiter la résidence officielle des présidents de la République française, le fort de Brégançon. Elle a aussi été appelée pour s'occuper de l'Assemblée nationale, du Palais Longchamp à Marseille ou encore le Château d'Avignon aux Saintes-Maries-de-la-Mer. , GARD Haras nationaux : fumigation insecticide pour les voitures hippomobiles – Objectif Gard
  • Mondiale Produits fumigations industrie 2020 Rapport de recherche fournit des informations sur la taille du marché, la part, les tendances, la croissance, la structure des coûts, la capacité, les recettes et les prévisions 2024. Ce rapport comprend également létude globale et complète du marché Produits fumigations avec tous ses aspects qui influent sur la croissance du marché. Ce rapport est lanalyse quantitative exhaustive de lindustrie Produits fumigations et fournit des données pour faire des stratégies visant à accroître la croissance du marché et de lefficacité. , Impact de Covid-19 sur Produits fumigations marché: La croissance de lindustrie mondiale des fabricants, des régions, les types de produits, Major application Analyse et prévisions à 2024 – Derrière-l'Entente.com
  • Le rapport de recherche sur le marché mondial des lits de fumigation a prédit une croissance futuriste puissante du marché des lits de fumigation et la fusion de plusieurs statistiques sur l’industrie respective. En plus de cela, le rapport mondial sur le marché des lits de fumigation est considéré comme une découverte complète d’informations importantes liées au marché international. Instant Interview, Taille du marché des lits de fumigation 2020-26:, FUYUAN MEDICAL, MAIDI GROUP, LIANGDA MEDICAL – Instant Interview
  • Dans les dernières recherches sur la fumigation à la phosphine, nos experts ont fourni les dernières tendances de croissance industrielle en fonction des besoins du client. De plus, ce rapport de recherche vous permet de capturer des statistiques perspicaces et, en attendant, d’avoir une compréhension claire du marché mondial de la fumigation à la phosphine. De plus, il vous permet de garder une longueur d’avance sur la concurrence dans l’environnement industriel. Le rapport sur le marché de la fumigation à la phosphine est évalué comme une étude intelligente et systématique qui vous permet de renforcer votre point de vue lié à plusieurs facteurs tels que la croissance du marché de la fumigation à la phosphine, les tendances futures, la situation actuelle et les perspectives à venir pour des segments distincts. Journal l'Action Régionale, Taille du marché de la fumigation à la phosphine 2020-26:, BASF, Cytec Solvay, Adama Agricultural Solutions – Journal l'Action Régionale
  • Produits fumigations 2020 Rapport de recherche du marché si utile pour les investisseurs qui veulent investir et faire croître lentreprise dans le marché Produits fumigations. Intuition et lexpérience peuvent être utiles à tous les temps, mais les faits réels fournissent souvent une image plus précise de votre marché. Cette Produits fumigations 2020 présente le rapport de lindustrie en vue densemble des détails avec la taille du marché, le coût réel, les bénéfices et les opportunités de croissance de Produits fumigations 2020 lindustrie par les fabricants qui a reçu des commentaires positifs de la part des clients en utilisant différents types de produits, des applications dans différents pays et régions. , Impact de Covid-19 sur le marché Produits fumigations 2020: Production mondiale de lindustrie, le volume des ventes et la consommation, lindustrie Comparaison Analyse et prévisions – Derrière-l'Entente.com

Traductions du mot « fumigation »

Langue Traduction
Anglais fumigation
Espagnol fumigación
Italien fumigazione
Allemand begasung
Chinois 熏蒸
Arabe تبخير
Portugais fumigação
Russe окуривание
Japonais 燻蒸
Basque fumigazioa
Corse fumigazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « fumigation »

Source : synonymes de fumigation sur lebonsynonyme.fr
Partager