Forniquer : définition de forniquer


Forniquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FORNIQUER, verbe intrans.

A.−
1. Domaine de la (théol.) morale.Commettre le péché de fornication, de luxure. Paul, présenté sous les traits d'un homme funeste, qui enseigne (...) à forniquer avec des païennes, est (...) désigné à la vindicte de tous (Renan, Antéchrist,1873, pp. 14-15).Une dame qui (...) sans forniquer précisément dans la manière que dit le prophète (...) employait à tenter les hommes le limon dont le créateur l'avait pétrie (France, Contes Tournebroche,1908, p. 110).
Rem. La plupart des dict. du xixeet du xxes. signalent cet emploi comme peu usité.
2. P. ext. Avoir des relations charnelles (généralement sans être marié avec le partenaire sexuel). Il faudrait me dit-on s'abstenir de deux choses de fumer et de forniquer et c'est impossible (Mérimée, Lettres Grasset,1870, p. 65).Voler pour l'industriel, flirter pour la femme honnête, forniquer pour l'homme, paraissent des besoins qui seraient des droits (Péladan, Vice supr.,1884, p. 333):
Elle tenait de la mère lapine primée aux Comices agricoles et de l'idole hindoue (...). Elle avait une clientèle d'amateurs qui venaient Chez Julia spécialement pour elle, et, pour arriver à forniquer avec ce monstre croupissant, le mâle, comme un insecte, devait se mettre à croupetons, par en-dessous, par-devant ou par-derrière, la femme, comme une reine termite, ne daignant se mouvoir. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 84.
Rem. La docum. atteste un emploi pronom. réfl., au fig. À force de se masturber la jugeote jour après nuit! « Je dis bien jour et nuit parce que vous savez Ferdinand qu'ils n'arrêtent même plus la nuit de se forniquer à longueur de rêves ces salauds-là!... » (Céline, Voyage, 1932, p. 522).
B.− Au fig., HIST. D'ISRAÊL. Se livrer à l'idolâtrie. Jahvé avait continué à aimer les Israélites, lors même qu'ils se tournaient vers d'autres dieux. S'ils cessent de forniquer, ils se convertiront et rechercheront Jahvé (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 988).
REM.
Fornicant, ante, part. prés. en emploi adj. p. métaph. et au fig.De la sève fornicante et coïtante répandue dans le livre de Zola, La Faute de l'Abbé Mouret (Goncourt, Journal,1875, p. 1059).
Prononc. et Orth. : [fɔ ʀnike], (il) fornique [fɔ ʀnik]. Ds Ac. 1798-1932. Étymol. et Hist. xives. (J. Lefèvre, Matheolus, éd. A. G. Van Hamel, livre II, 1055). Empr. au lat. chrét. fornicare « se donner à la corruption, forniquer ». Fréq. abs. littér. : 31.

Forniquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

forniquer \fɔʁ.ni.ke\ 1er groupe (voir la conjugaison) intransitif

  1. S’adonner aux plaisirs sexuels sans retenue (et le plus souvent hors des liens du mariage).
    • Elle tenait de la mère lapine primée aux Comices agricoles et de l’idole hindoue […] Elle avait une clientèle d’amateurs qui venaient Chez Julia spécialement pour elle, et, pour arriver à forniquer avec ce monstre croupissant, le mâle, comme un insecte, devait se mettre à croupetons, par en-dessous, par-devant ou par-derrière, la femme, comme une reine termite, ne daignant se mouvoir. — (Blaise Cendrars, Bourlinguer, Denoël, Paris, 1948)
    1. Se masturber.
      • Si quelqu’un, par concupiscence ou désir charnel, a forniqué avec lui-même…
      • À force de se masturber la jugeote jour après nuit ! « Je dis bien jour et nuit parce que vous savez Ferdinand qu’ils n’arrêtent même plus la nuit de se forniquer à longueur de rêves ces salauds-là !… ». — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, 1932)
    2. (Religion) Commettre le péché de fornication, de luxure.
      • Malgré ces défenses, les Israélites forniquèrent avec les consacrées et même avec les efféminés, et ils forniquèrent avec tant d’éclat, qu’Aza, roi de Juda, chassa ces efféminés du pays de sa domination.
  2. Être corrompu.
    • Non, tu ne verrais pas siéger dans nos Comices
      Tant de pâles tribuns tout gangrenés de vices,
      Qui, d’un mandat sacré trahissant les devoirs,
      Étalent au grand jour leur chaste indépendance,
      Et forniquent dans l’ombre, au prix fixé d’avance,
      N’importe ! avec tous les pouvoirs.
      — (Théodore Weustenraad, À la Statue de la Patrie, 1846)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Forniquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FORNIQUER. v. intr.
Commettre le péché de fornication.

Forniquer : définition du Littré (1872-1877)

FORNIQUER (for-ni-ké) v. n.
  • Commettre le péché de fornication. Ta bru a forniqué, car son ventre commence à s'enfler, Voltaire, Phil. IV, 101.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « forniquer »

Étymologie de forniquer - Littré

Provenç. fornicar, fornigar ; espagn. fornicar ; ital. fornicare ; du lat. fornicari, de fornix, voûte, parce que c'était sous des voûtes qu'à Rome les prostituées se tenaient.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de forniquer - Wiktionnaire

(XIVe siècle) Du latin fornicari, venant de fornix (« voûte, arcade »), et par extension « prostitué(e) ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « forniquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
forniquer fɔrnike play_arrow

Conjugaison du verbe « forniquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe forniquer

Évolution historique de l’usage du mot « forniquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « forniquer »

  • La remontée du sort de la sorcière dans notre psyché, c’est ce qu’explore Isabelle Sorente, avec un courage que l’on doit saluer, et dont on doit la remercier. Elle nous livre, nous offre, sa réflexion sur son propre inquisiteur. Non, pas sa réflexion, mais son apparition, son dévoilement. Nous sommes, soudain, sur les bancs du collège. Nous sommes elle, Isabelle, celle dont les camarades ne prononcent jamais le prénom. Isabelle, c’est « ça », ou « la conne ». Harcèlement scolaire. Des gifles en plus des réflexions. On la moque, elle est une pestiférée. Elle a une amie, Sandrine, qui n’ose pas dire qu’elle est son amie. Qui fait celle qui la moque aussi, en classe et dans la cour. Qui lui demande, parfois, pourquoi elle ne réagit pas aux attaques, aux baffes. La narratrice ne sait que répondre qu’elle est paralysée, qu’elle ne peut pas faire un geste, ou s’exprimer. C’est que l’inquisiteur en elle a toujours pris le dessus : on lui dit ce qu’elle est – un rien, un ça, une conne – et elle avale le discours, s’y conforme. Comme la femme déclarée sorcière à qui l’on a fait avaler qu’elle allait forniquer avec le diable les jours de sabbat, et qui répond oui, c’est vrai, j’ai fait ça. Elle est dans le désir de l’autre, toujours. Elle lui donne ce qu’il veut voir, elle lui renvoie l’image qu’il veut recevoir.  La Règle du Jeu, Christine Bini, Le Complexe de la sorcière - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • Petit rappel pour ceux qui ne savent pas en quoi consiste cette fête. A l’arrivée du printemps, tous les lycéens et étudiants américains ont une semaine de vacances. Ils en profitent pour se réunir et faire la fête, souvent dans les états du Sud, plus chauds, là où ils peuvent danser, se baigner, forniquer et boire plus que de raison. lindependant.fr, De choses et d’autres - Aux USA, la jeunesse ignare - lindependant.fr

Traductions du mot « forniquer »

Langue Traduction
Corse fornicà
Basque fornicate
Japonais 乱す
Russe блудить
Portugais fornicar
Arabe زنى
Chinois 通奸
Allemand unzucht treiben
Italien fornicare
Espagnol fornicar
Anglais fornicate
Source : Google Translate API

Synonymes de « forniquer »

Source : synonymes de forniquer sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires