La langue française

Fic

Sommaire

  • Définitions du mot fic
  • Étymologie de « fic »
  • Phonétique de « fic »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fic »
  • Citations contenant le mot « fic »
  • Traductions du mot « fic »
  • Synonymes de « fic »

Définitions du mot fic

Trésor de la Langue Française informatisé

FIC, subst. masc.

Grosse verrue à pédoncule étroit ressemblant à une figue et qui se développe sur diverses parties du corps des bovins et des équidés. Extirper un fic (Ac. 1835, 1878); ce cheval a un fic (Ac. 1835, 1878).
Rem. On rencontre ds la docum. herbe au fic. Synon. ellébore fétide, pied-de-griffon. Mais il [M. Jules] ne savait pas qu'elles [des plantes] s'appelaient aussi − surtout − petit éclair, herbe au fic, éclairette (Giono, Eau vive, 1943, p. 193).
Prononc. et Orth. : [fik]. Ds Ac. 1694-1878. Étymol. et Hist. Ca 1256 fi (A. de Sienne, Rég. du corps, 38, 23 ds T.-L.); 1377 fiez (Pratique de B. Gordon, V, 21 ds Gdf. Compl.). Du lat. impérial méd. ficus « fic, verrue »; fic par réfection étymologique. Fréq. abs. littér. : 1. Bbg. Arveiller (R.). Méd. et matière méd. R. Ling. rom. 1970, t. 34, p. 181. − Quem. DDL t. 3.

Wiktionnaire

Nom commun

fic \fik\ masculin

  1. Verrue à pédoncule étroit ressemblant à une figue.
    • ce cheval a un fic.

Nom commun

fic masculin

  1. Blessure, contusion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

FIC (fik) s. m.
  • 1 Terme de chirurgie. Excroissance, tumeur qui vient en différentes parties au corps.
  • 2 Terme de vétérinaire. Excroissance charnue à pédoncule étroit et à sommet granuleux et renflé. Les fics sont communs surtout dans les espèces de l'âne et du mulet.

    Fic à la fourchette, synonyme de crapaud.

HISTORIQUE

XIIIe s. Si est bons [un onguent] por fi, Ms. de St Germain, f° 89, dans LACURNE.

XVIe s. Saint Fiacre le medecin du phy et de celuy principalement qui vient au fondement, H. Estienne, Apol. d'Hérod. p. 589, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FIC, s. m. terme de Chirurgie, tumeur qui ressemble à une figue, & qui peut arriver dans toutes les parties du corps. Cette tumeur est quelquefois molle & de la nature des loupes graisseuses ; quelquefois elle est dure & skirrheuse. Elle est ordinairement indolente. Il y a des fics qui deviennent douloureux, & qui s’exulcerent. Cette terminaison rend cancereux les fics qui tenoient de la nature du skirrhe.

On coupe le fic avec des ciseaux ou avec le bistouri. Comme la base de la tumeur est étroite, on peut la lier & en étrangler le pédicule pour la faire tomber. Les fics qui viennent au fondement & autour des parties naturelles, & qui sont des symptomes de la maladie vénérienne, se flétrissent & se dessechent quelquefois dans le cours du traitement méthodique de cette maladie ; sinon il faut les détruire de l’une ou de l’autre des façons que nous venons d’indiquer. Ceux qui ne font pas reflexion que le mot fic ne caractérise aucun genre ni aucune espece particuliere de tumeur, & que c’est simplement un nom de similitude, croyent trouver dans une épigramme de Martial, une preuve que la maladie vénérienne existoit dans l’ancienne Rome.

Cum dixi ficus, rides quasi barbara verba ;
Et dici ficos, Cæciliane, jubes.
Dicemus ficus quas scimus in arbore nasci ;
Dicemus ficos, Cæciliane, tuos.

Il y a apparence que ce Cæcilianus avoit le visage défiguré par de grosses verrues ; car il n’y auroit eu aucun lieu à la plaisanterie, si ces tubercules eussent été dans une partie cachée. (Y)

Fic, (Manége, Maréchall.) terme par lequel nous désignons certaines excroissances legeres, dûres, indolentes, dénuées de poils, qui naissent indistinctement sur les parties quelconques du corps de l’animal, & qui sont en tous points comparables à ces élévations cutanées, que nous nommons verrues ou porreaux dans l’homme. Leurs causes, leurs effets, leur forme & les remedes qu’elles exigent, sont précisement les mêmes. Elles doivent toûjours être envisagées comme le résultat de quelqu’obstacle qui, dans le lieu où elles se montrent, s’est opposé au cours du suc nourricier, soit que les tuyaux exigus qui charrient ce suc, ayent été obstrués, comprimés, ou ayent éprouvé d’autres atteintes, soit que ce suc lui-même ait péché par sa grossiereté & par sa viscosité. Ces sortes de fics n’ont rien de dangereux ; & d’ailleurs en supposant que relativement à la place qu’ils occupent, ils produisent quelqu’incommodité, ce qui peut arriver, eu égard aux parties exposées à des frotemens, ou eu égard à des parties de la sensibilité desquelles nous profitons, comme celle que nous appellons la barbe, il est très-facile de les détruire. Il est néanmoins très-important, pour se déterminer sur le choix des moyens que l’on doit employer à cet effet, d’examiner l’espece du fic. Ces excroissances varient quant à leur forme & quant à leur volume ; mais il ne s’agit ici que d’en considérer la figure. Les unes sont plus ou moins applaties, & leur base est très-large ; le siége de celles-ci est communément dans les lieux où le tissu de la peau est assez ferme pour les empêcher de s’élever considérablement. Les autres ont une tête ronde ou oblongue, & sont suspendues par une sorte de pédicule très-mince, attendu le petit nombre de fibres qui ont obéi & cédé à l’impulsion du suc dont quelques globules ont été contraints de s’arrêter. Il est rare que l’on soit obligé de recourir aux remedes internes, tels que les diaphorétiques, les fondans, &c. pour la guérison de ces sortes de tumeurs. Les fics, qui relativement au corps humain sont appellés verruæ pensiles, & qui dans l’animal sont de la même nature, peuvent être très-aisément emportés ou par la ligature, ou par le fer. Liez-les par leur base étroite avec un crin de cheval ou de la soie, serrez la ligature de tems en tems, vous intercepterez par cette voie toute communication ; & le fic ne recevant plus aucune nourriture, se desséchera & tombera infailliblement ; coupez encore avec des ciseaux très-près de la peau, & appliquez ensuite un caustique comme la pierre infernale, par exemple, dèslors non-seulement vous étancherez le sang, mais vous consumerez toutes les racines qui pourroient donner naissance à un autre tubercule. L’huile de tartre par défaillance, ou l’esprit de sel, conviendront parfaitement dans le cas où le fic sera considérablement applati ; on l’ouvrira d’abord par sa pointe avec un instrument tranchant, & on mettra précisément sur l’ouverture pratiquée, des gouttes de cette huile ou de cet esprit ; si l’effet n’en est pas aussi prompt ou aussi évident qu’on l’esperoit, substituez-y l’eau-forte ou l’huile de vitriol, ou le beurre d’antimoine, observant soigneusement que ces médicamens ne s’étendent pas au-delà de la tumeur & sur les parties voisines, qu’ils ne pourroient qu’endommager. On peut employer avec plus d’avantage le cautere actuel. Prenez un fer dont la forme réponde au volume du fic ; faites-le chauffer de façon qu’étant appliqué sur ce même fic, il puisse le détruire & le consumer jusque dans ses plus profondes racines ; graissez ensuite la partie brûlée avec parties égales de miel commun & d’onguent d’althæa : cette maniere de pratiquer qui peut être mise en usage pour l’extirpation des tubercules à base large, qui n’avoisinent & qui ne sont situées sur aucune partie délicate du corps de l’animal, me semble préférable à toute autre, vû la promptitude & la certitude du succès qui l’accompagne. (e)

Fic, vulgairement appellé Crapaud, (Manége, Maréchall.) excroissance fongueuse qui naît ordinairement dans le corps spongieux d’où la fourchette tire sa forme & sa figure. Les chevaux épais, grossiers, chargés d’humeurs, dont les piés sont extremement caves, dont les talons sont amples & larges, sont plus sujets à cette maladie que tous les autres. Le caractere en est plus ou moins benin. Si elle n’a d’autre cause que l’épaississement de la lymphe arrêtée dans cette partie qui, par sa propre nature, est très-disposée à l’y retenir, & qu’elle ne soit point négligée ou irritée par des médicamens peu convenables, ses progrès n’auront rien de funeste ; mais si outre cet excès de consistence il y a une grande acrimonie dans la masse, les accidens se multiplieront bien-tôt. La tumeur, qui dans son principe n’occasionnoit pas la claudication, contraindra l’animal de boiter, vû les douleurs plus ou moins vives qu’il éprouvera ; au leger suintement que l’on appercevoit d’abord, succédera une supuration considérable ; l’inflammation augmentera sans cesse, le cheval souffrira toûjours de plus en plus : enfin le mal dégénérant en véritable ulcere chancreux que l’on reconnoîtra à la qualité de la matiere, qui dèslors sera ichoreuse, sanieuse & extrèmement fœtide, s’étendra promptement, si l’on n’en arrête le cours, jusqu’aux talons, à la sole, aux quartiers ou à la pince. L’engorgement de tous les vaisseaux du pié, causé par l’arrêt des sucs dans les tuyaux qui s’y distribuent, rendra cette partie difforme, évasée ; & toutes les portions tant aponévrotiques que ligamenteuses de cette extrémité, étant incessamment altérées & corrompues, l’animal sera absolument incapable de service.

On ne sauroit trop tôt entreprendre la cure de cette espece de fic.

Il est d’abord à propos de saigner une ou deux fois l’animal, selon les degrés divers de l’inflammation & de la douleur. On le tiendra à une diete atténuante & adoucissante ; on lui administrera des lavemens émolliens, qui seront suivis d’un ou deux breuvages purgatifs ; & on le mettra à l’usage des remedes propres à détruire la viscosité des humeurs & à accélerer la circulation, tels que les atténuans, les apéritifs, &c.

Quant à l’excroissance, on l’attaquera en l’emportant avec l’instrument tranchant, & en s’efforçant de consumer tout ce qui aura été soustrait à l’action de la feuille de sauge, avec laquelle l’incision doit être faite. Si le fic ne présage rien de fâcheux ; s’il n’est point trop étendu, trop enflammé ; s’il ne suinte que legerement, on pourra se dispenser de dessoler l’animal. On se contentera de parer le pié jusqu’au vif, on coupera ensuite la sole avec l’instrument dont j’ai parlé, en cernant profondement autour du fic ; après quoi on emportera la tumeur, on consumera exactement avec des cathérétiques appropriés toutes les racines par lesquelles elle semble attachée au corps spongieux de la fourchette, & quelquefois à l’expansion aponévrotique, & qui ne sont autre chose que le prolongement des vaisseaux lymphatiques, qui sans cette précaution susciteroient inévitablement une nouvelle excroissance. Lorsque le crapaud est accompagné de tous les signes qui peuvent en faire redouter les suites, il sera plus à propos de dessoler le cheval, afin de mettre parfaitement à découvert toute la partie malade, & de pouvoir juger exactement des progrès du mal, & l’on pratiquera plus sûrement encore ce que j’ai prescrit dans le premier cas. J’ai guéri plusieurs fics du genre de ceux dont le génie ne doit point effrayer, sans avoir recours au fer dont je n’ai fait usage que sur la sole & par la simple consomption ; mais la méthode que je viens d’indiquer est préférable à tous égards. Tout dépend principalement au surplus des pansemens, de la sagacité avec laquelle le maréchal les diversifie, & des lumieres qui le guident en pareilles circonstances. (e)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fic »

(Siècle à préciser) Du latin ficus (« fic, verrue ») avec réfection étymologique depuis l'ancien français fi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin ficus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. ficus, figue (voy. ce mot), et, par assimilation de forme, fic.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fic »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fic fik

Évolution historique de l’usage du mot « fic »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fic »

  • Autre initiative : le Cybersecurity Act adopté en juin 2019 par le Conseil de l’Union Européenne qui prévoit d’ instituer l’ENISA, l’Agence européenne pour la cybersécurité, au coeur d’un dispositif commun aux membres de l’UE et définir ensuite un cadre européen de certification de cybersécurité. Silicon, FIC 2020 : l'ANSSI veut accélérer la souveraineté européenne | Silicon
  • De nombreux acteurs de l’écosystème ont d’ores et déjà annoncé leur intention de prendre part à ce projet, qu’il s’agisse d’acteurs publics, d’industriels, de PME, de start-ups, d’entreprises utilisatrices, de centres de formation et de recherche, de fédérations professionnelles, d’associations… Atos, Capgemini, Orange et Thales se sont engagés à y installer des équipes (en moyenne une centaine de personnes par entité) et à contribuer au développement de ce pôle d’innovation. L’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) est également fortement impliquée dans ce projet et y positionnera une partie de son équipe opérationnelle (de 30 à 100 personnes). Outre ces organisations, un certain nombre d’acteurs privés ont d’ores et déjà officialisé leur soutien au projet, comme Ace Management, Advens, Airbus Cybersecurity, Alsid, Axa, Beijaflore, BNP Paribas, CEIS, Citalid, Cyber Test Systems, EDF, Enedis, Gatewatcher, L’Oréal, Oodrive, Schneider Electric, Sopra Steria, Wavestone et Yes We Hack. Du côté des acteurs publics, le projet a notamment obtenu le soutien du ministère de l’Economie et des Finances, de la DGE, du ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse, de Bpifrance, du CEA, de Cybermalvaillance.gouv.fr, de la Gendarmerie nationale, de la Police nationale et de l’INRIA. Plusieurs organismes de formation ont également répondu présents (EPITA, ESD Cybersecurity Academy, ESIEA, HS2, ISEP, Simplon.co), au même titre que certaines associations (CESIN, CLUSIF, Pôle d’Excellence Cyber, France Digitale, System X, Syntec numérique), etc. Certains acteurs prévoient même d’y installer l’ensemble de leurs équipes. Global Security Mag Online, FIC : les lignes du futur « Campus Cyber » se dessinent - Global Security Mag Online
  • Face à la diversité des menaces, l’humain sera cependant de moins en moins démuni grâce à l’intelligence artificielle. Ne perdons pas de vue que celle-ci est encore naissante. Mais elle commence déjà à être employée pour alerter l’utilisateur lorsqu’il clique sur un lien potentiellement risqué, pour faire le tri dans les emails des collaborateurs, pour détecter les comportements atypiques au sein du système d’information, pour seconder les développeurs en pointant des lignes de code susceptibles de se transformer en vulnérabilités. InformatiqueNews.fr, Le FIC 2020 démarre aujourd'hui et recentre la sécurité sur l'humain
  • Pour sa douzième édition, le Forum International de la sécurité (FIC) s’est donné pour mission de « Replacer l’humain au cours de la cybersécurité ». Dans un contexte de forte croissance de la menace virale, la cybersécurité ne repose plus uniquement sur la performance des outils mais également sur l’efficacité des humains au sein de l’entreprise. InformatiqueNews.fr, Au FIC, l’humain replacé au cœur de la sécurité

Traductions du mot « fic »

Langue Traduction
Anglais fic
Espagnol fic
Italien fic
Allemand fic
Chinois 菲克
Arabe fic
Portugais fic
Russe фик
Japonais フィック
Basque fic
Corse fic
Source : Google Translate API

Synonymes de « fic »

Source : synonymes de fic sur lebonsynonyme.fr
Partager