La langue française

Épouvantement

Définitions du mot « épouvantement »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPOUVANTEMENT, subst. masc.

Littér., vieilli
A.− Emploi abs. Action d'épouvanter; résultat de cette action. Nos anciennes Bibles françoises appellent la Mort le Roi des épouvantements (Chateaubr., Itinér. Paris Jérus.,t. 2,1811,p. 120, note).La paix des uns et des autres ne reposera guère que sur la terreur qu'auront su s'inspirer réciproquement les colosses. Société d'épouvantement mutuel, compagnie d'intimidation alternante, cannibalisme organisé! (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 205).Mais tous les poils de mon corps se dressent dans l'horreur et l'épouvantement (Jouve, Paulina,1925, p. 139).
B.− P. méton., vx, gén. au plur. [Avec un compl. de nom introd. par la prép. de précisant l'orig. de l'épouvante] L'aspect épouvantable, horrifiant, horrible que présente quelque chose. Les épouvantements de la mort. Synon. épouvante (cf. ce mot B 2); (quasi-) synon. affres (cf. ce mot B), atrocité (cf. ce mot B).Des supplices aussi variés que les épouvantements de l'enfer (Nodier, Smarra,1821, p. 76).Je chanterai tes louanges durant l'épouvantement des tentations (Flaub., Tentation,1849, p. 491).Arracher la victoire par l'épouvantement des hécatombes (Proudhon, Guerre et paix,1861p. 279).
Rem. Selon certains dict., épouvantement a une valeur intensive p. rapp. à épouvante. Pour Ac. 1878-1932, l'épouvantement est une ,,épouvante portée au plus haut degré``.
Prononc. et Orth. : [epuvɑ ̃tmɑ ̃]. Ds Ac. 1878 et 1932. Étymol. et Hist. 1remoitié xiies. (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, 87, 16 : li tuen espoentement) − 1611 (Cotgr.); 1803 (Chateaubr., Génie, t. 1, p. 554 : c'est ainsi que l'Écriture appelle encore la mort, « le roi des épouvantemens »). Dér. du rad. de épouvanter*; suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 36. Bbg. Pamart (P.). Les Créations langagières d'André Gide. Vie Lang. 1973, p. 557.

Wiktionnaire

Nom commun

épouvantement \e.pu.vɑ̃t.mɑ̃\ masculin

  1. Épouvante portée au plus haut degré.
    • Les épouvantements de la mort.
    • Parmi ces dessins qui s’expliquent aisément, il y en a un tout à fait terrible et mystérieux, et dont le sens, vaguement entrevu, est plein de frissons et d’épouvantements. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Les épouvantements de cette nuit l’avaient réduit au plus complet hébétement, […] — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, pages 69-81)
    • Pourquoi m’avez-vous fait tomber sur cette terre,
      Où, bien qu’aimant sans fin, je reste solitaire
      Dans l’épouvantement du sang et des clameurs,
      Alors que par mes bras étendus, par mon cœur,
      Par mes yeux attentifs où l’univers s’amasse,
      Par mon agile esprit qui se nourrit d’espace,
      J’appartenais à votre ineffable lueur ?…
      — (Comtesse de Noailles (Anna de Noailles), Les Forces éternelles, Arthème Fayard & Cie, éditeurs, 1920 (éd. revue et corrigée), page 46)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPOUVANTEMENT. n. m.
Épouvante portée au plus haut degré. Il se dit surtout dans cette expression : Les épouvantements de la mort.

Littré (1872-1877)

ÉPOUVANTEMENT (é-pou-van-te-man) s. m.
  • Action d'épouvanter. Il se repose sur la parole de celui qui a promis à ceux qui le servent d'envoyer son épouvantement devant eux, Guez de Balzac, le Prince, 8. L'Écriture appelle la mort le roi des épouvantements, Chateaubriand, Génie, II, VI, 4.

HISTORIQUE

XIIe s. E li tuen espowentement conturberent mei, Liber psalm. p. 125.

XVe s. Et toutes parolles semblables de grans espoventemens, Commines, III, 2.

XVIe s. Ces mouvements guerriers qui nous ravissent de leur horreur et espovantement, Montaigne, II, 107. Lors ce front [de Dieu] qui ailleurs porte contentement, Porte à ceux-ci la mort et l'espouvantement, D'Aubigné, Trag. VII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épouvantement »

 Dérivé de épouvanter avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Épouvanter ; provenç. espaventament ; ital. spaventamento.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « épouvantement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épouvantement epuvɑ̃tœmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « épouvantement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épouvantement »

  • Le tremblement de terre qui se produisit dans les Pyrénées bigourdanes le lundi 21 juin 1660 fut non seulement le séisme le plus violent que connut la France au XVIIe siècle mais encore le plus important de l'époque moderne et, ce faisant, l'un des tremblements de terre majeurs de l'histoire sismique française. Jean-Luc Laffont, maître de conférences en histoire moderne à l'Université de Perpignan Via Domitia, chercheur au Centre de recherches sur les sociétés et environnement méditerranéens grâce à un travail d'enquête, à la recherche des témoignages de ceux qui ont vécu l'événement, se propose de dresser un état des connaissances sur ce phénomène historique et à raviver la mémoire des populations face à un risque majeur qui peut à nouveau causer «épouvantement (et) branlement des maisons…» ladepeche.fr, Bagnères-de-Bigorre. 21 juin 1660 la Terre a tremblé - ladepeche.fr
  • La Maison Autrique exorcise les maléfices et les « épouvantements » de l’auteur le plus fantasmagorique de la littérature belge. Le Soir Plus, Jean Ray, maître de l’épouvante, entre ombre et mensonge - Le Soir Plus
  • Le 21 juin 1906 donc, trois fillettes furent emportées par la lame, à l’épouvantement de leurs camarades dont les cris alertèrent le voisinage : malheureusement, l’éloignement du Minou par rapport aux champs où travaillaient les hommes, et la route escarpée jusqu’aux lieux du drame retardèrent l’arrivée des secours. , Histoire : Un jour tragique à Plouzané | Côté Brest
  • Ne vous en faites pas un épouvantement : France Culture, Le Théâtre - Textes et sujet
  • Chateaubriand, moins avare d’effusions, ne cache pas son effroi à l’approche des remparts : « Quand je vivrais mille ans, jamais je n’oublierais ce désert qui semble respirer encore la grandeur de Jéhovah, et les épouvantements de la mort. » Très imprégné par la prose du grand homme, le peintre Forbin livrera en 1825 une Vue de Jérusalem près de la vallée de Josaphat surplombée par un ciel d’apocalypse. La mort, la vraie, Lamartine, la touche de très près. A son arrivée, le 18 octobre 1832, une épidémie de peste a entièrement vidé la cité : « La plus misérable bourgade des Alpes ou des Pyrénées, les ruelles les plus négligées de nos faubourgs abandonnés […] ont plus de propreté, de luxe et d’élégance que ces rues désertes de la reine des villes », maugrée-t-il. L’auteur des Méditations poétiques a raison de s’alarmer des conditions sanitaires. Jusque dans les années 1840, aucun hôpital n’y est construit et, tout au long du siècle, l’eau véhicule de terribles épidémies. Selon le géographe Yehoshua Ben-Arieh dans Jérusalem au XIXe siècle (éd. de l’éclat, 2003), les citernes, régulièrement « polluées par les excréments, les chats morts, etc. », ne sont jamais curées. Arrivé sur les lieux en août 1850, Flaubert se pince le nez : « Jérusalem est un charnier entouré de murailles. Tout y pourrit, les chiens morts dans les rues, les religions dans les églises. Il y a quantité de merdes et de ruines », écrit-il dans Voyage en Orient. Geo.fr, Jérusalem et l'orientalisme : la nostalgie d'une cité fantasmée - Geo.fr

Traductions du mot « épouvantement »

Langue Traduction
Anglais horror
Espagnol horror
Italien orrore
Allemand grusel
Chinois 恐怖
Arabe رعب
Portugais horror
Russe ужастик
Japonais ホラー
Basque beldurrezko
Corse horrore
Source : Google Translate API

Synonymes de « épouvantement »

Source : synonymes de épouvantement sur lebonsynonyme.fr

Épouvantement

Retour au sommaire ➦

Partager