La langue française

Enfariner

Définitions du mot « enfariner »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENFARINER, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1. Recouvrir de farine. On enfarine souvent des articles qu'on veut poêler ou frire. En ce cas, lorsque leur taille le permet, on les roule dans la farine (Ac. Gastr.1962).
2. P. anal. Recouvrir d'une substance blanche. Qu'un frater, cuistre nomade, Lave, enfarine et pommade Des cheveux (...) Cela fait une perruque, C'est-à-dire un magistrat (Hugo, Marion Del.,1831, p. 248).Gaston se traîne dans la nuit; il titube, s'appuyant aux murailles dont le lait de chaux lui enfarine les doigts (La Varende, Centaure de Dieu,1938, p. 137).
P. ext. Rendre blanc. De rares ombres se glissent à l'entrée de la nuit, semblables à des funambules, aux Pierrots et Arlequins, aux Gilles et aux Colombines, la face enfarinée par l'astre (Jammes, Mém.,1921, p. 173).
3. Au fig. Tromper quelqu'un. (Quasi-)synon. rouler dans la farine.Pendant plus de trois ans, ils [les trois princes] avaient été bernés, roulés, enfarinés (Druon, Roi de fer,1955, p. 224).
B.− Emploi pronom., avec une nuance péj.
1. Se poudrer, se maquiller de façon maladroite :
Lui voyant toujours peindre des figures maquillées, un soir qu'il était absent, elle se secoua sur la tête une houppe à poudre, s'enfarina le nez, prit un crayon de pastel et se farda de rouge. Cette peinturlure exécutée sans habitude et sans goût la fit ressembler à une femme sauvage. Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 260.
2. Au fig., vx. S'enfariner de.
a) Se donner une légère teinture de science. Je reviendrais à Paris pour m'y enfariner de grec et de latin autant qu'on l'exige (M. de Guérin, Corresp.,1837, p. 272).
b) Se prendre d'un amour fou pour quelqu'un/quelque chose. (Quasi-)synon. s'enticher.Il a fallu être amoureux fou, comme l'était Restaud, pour s'être enfariné de Mademoiselle Anastasie (Balzac, Goriot,1835, p. 89).
Rem. On rencontre ds la docum. enfarinement, subst. masc. Action d'enfariner, de recouvrir de farine, d'une substance blanche; résultat de cette action. Dans le visage d'un clown entouré de clarté, l'enfarinement met la netteté, la régularité et le découpage presque cassant d'un visage de pierre (E. de Goncourt, Zemganno, 1879, p. 152). Au fig. L'enfarinement du bloc national (Proust, Temps retr., 1922, p. 854).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃faʀine], (j')enfarine [ɑ ̃faʀin]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1393 « saupoudrer, couvrir de farine » (Ménagier, II, 185 ds T.-L.); 1675 fam. un air de gueule enfarinée (Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, t. 4, p. 285); 2. 1704 pronom. « avoir une connaissance superficielle de quelque chose » (Trév.). Dér. de farine*; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 13.

Wiktionnaire

Verbe

enfariner \ɑ̃.fa.ʁi.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Poudrer de farine.
    • Je me suis tout enfariné dans ce moulin.
    • (Par analogie)Un clown qui s’enfarine le visage.
    • La comtesse témoigna le désir de voir la figure enfarinée d’un acteur qui faisait les délices de quelques gens d’esprit, et j’obtins l’honneur de la conduire à la première représentation de je ne sais quelle mauvaise farce. — (Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831)
    • C’est le comble de l’aridité et de la désolation. Tout est couleur de liège et de pierre ponce. Le feu du ciel semble avoir passé par là ; une poussière grise, fine comme du grès pilé, enfarine encore le tableau. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Châteaubedeau montra son nez enfariné, ses lèvres rougies et il n’osait lever les yeux tant il était penaud. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 60)
    • Il y avait même une amie de ma mère qui avait la figure tout enfarinée comme une sardine crue, avec la bouche peinte, et les paupières charbonneuses. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 65)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENFARINER. v. tr.
Poudrer de farine. Je me suis tout enfariné dans ce moulin. Par analogie, Un clown qui s'enfarine le visage. Fig. et pop., Venir la bouche, le bec enfariné, Venir avec une sotte confiance, avec un espoir mal fondé et qui sera déçu.

Littré (1872-1877)

ENFARINER (an-fa-ri-né) v. a.
  • 1Poudrer de farine. Tous ceux qui l'entendront parler sans le connaître, au lieu de croire qu'il ait la barbe blanche, s'imagineront qu'il se sera enfariné le visage, Guez de Balzac, liv. III, lett. 11.
  • 2S'enfariner, v. réfl. Se couvrir de farine. [Le chat] Blanchit sa robe, s'enfarine ; Et de la sorte déguisé, Se niche et se blottit dans une huche ouverte, La Fontaine, Fabl. III, 18. Le lendemain notre amant se déguise Et s'enfarine en vrai garçon meunier, La Fontaine, Mandrag.

    Fig. et familièrement. Prendre une légère teinture de quelque science.

HISTORIQUE

XVIe s. Les aprentifs [comédiens] et qui ne sont pas de si haulte leçon, s'enfarinent le visage, Montaigne, II, 104. Nous ne sçavons pas distinguer la peau, de la chemise ; c'est assez de s'enfariner le visage, sans s'enfariner la poictrine, Montaigne, IV, 158. … Quand la neige enfarine à gros flocons les bords de la marine, Am. Jamyn, Poésies, f° 29, dans LACURNE. Aux champs où les filles ne sont encore enfarinées de ces belles furtives amourettes et beaux miroirs des villes, Noel Dufaïl, Contes d'Eutrap. Chap. 30.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « enfariner »

En 1, et farine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Composé de fariner et du préfixe en-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « enfariner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enfariner ɑ̃farine

Évolution historique de l’usage du mot « enfariner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enfariner »

  • Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille, S'écria-t-il* de loin au général des chats. Jean de La Fontaine, Fables, le Chat et un vieux rat
  • L’activiste basé en France, Abdoulaye Thyam dit Calibri Calibro dans un entretien avec la Radio ABK, a évoqué les raisons l’ayant poussée à enfariner le journaliste Ernest Obama à Paris le 13 février 2020. Le Bled Parle : Actualité Cameroun info - journal Cameroun en ligne, L’activiste Calibri Calibro explique pourquoi il a agressé Ernest Obama à Paris
  • Je pense sincèrement que les 3 ans restants, IBK ne changera rien et qu’il va plutôt chercher à enfariner davantage les gens. IBK est de la vieille école, celle de Bongo et je pense qu’il est incapable de changer. Ce qu’il n’a pas fait en 7 ans, il ne fera pas en 3 ans. , Crise socio-politique au Mali : la France encourage la mise en œuvre des mesures visant l’apaisement | maliweb.net
  • Saler, poivrer et enfariner chaque cordon bleu.   Salut Bonjour, Poulet cordon bleu | Salut Bonjour

Traductions du mot « enfariner »

Langue Traduction
Anglais flour
Espagnol harina
Italien farina
Allemand mehl
Chinois 面粉
Arabe طحين
Portugais farinha
Russe порошок
Japonais 小麦粉
Basque irina
Corse farina
Source : Google Translate API

Synonymes de « enfariner »

Source : synonymes de enfariner sur lebonsynonyme.fr

Enfariner

Retour au sommaire ➦

Partager