La langue française

Écailler

Sommaire

  • Définitions du mot écailler
  • Étymologie de « écailler »
  • Phonétique de « écailler »
  • Évolution historique de l’usage du mot « écailler »
  • Citations contenant le mot « écailler »
  • Images d'illustration du mot « écailler »
  • Traductions du mot « écailler »
  • Synonymes de « écailler »

Définitions du mot « écailler »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCAILLER1, verbe trans.

A.− [Avec valeur privative]
1. [Correspond à écaille A]
a) Enlever les écailles de. Poil de Carotte est en train d'écailler ses poissons, des goujons, des ablettes (Renard, Poil carotte,1894, p. 243).Tu écailleras et tu videras le poisson (Queffélec, Recteur,1944, p. 129).Des soles ou des turbots attendaient d'être écaillés (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 17).
b) P. anal.
Emploi factitif. Faire se détacher (une surface) en petites plaques. Les croûtes et les escarres de la lèpre ont écaillé ma peau (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p. 264).Nous nous assîmes côte à côte sur une de ces vieilles bombardes de fer que la pluie et l'embrun écaillent depuis cinq siècles (France, Balthazar, Œuf rouge, 1889, p. 129).
P. métaph. Elle commença à parler. Elle serrait les mots les uns contre les autres (...) pour qu'on ne puisse pas écailler, desceller ou démolir le grand édifice de ses mots (Giono, Eau vive,1943, p. 325).
Emploi pronom. Se détacher et tomber, par petites plaques minces et légères. S'écailler par endroits, par plaques; le vernis s'écaille; se rayer et s'écailler. La peinture des boiseries s'écaillait au long des fentes (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 104).La boue, séchant sur nos genoux, s'écaillait comme une peau qui tombe (Montherl., Olymp.,1924, p. 378).L'humidité, les variations hygrométriques peuvent provoquer une grave maladie qui fait se soulever et s'écailler la peinture (Musées Fr.,1950, p. 14).
Au fig. Je lui dévisagerais la frimousse, moi! Tu verrais bien si son honnêteté ne s'écaillerait pas (Huysmans, Marthe,1876, p. 115).Ce style se démode rapidement, on le voit s'écailler à vue d'œil (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 31).
2. [Correspond à écaille B] Écailler des huîtres. Les ouvrir.
B.− [Avec une valeur intensive non privative] Couvrir, garnir d'ornements en forme d'écailles.
Gén. au part. passé. Un méchant beffroi écaillé d'ardoises (Hugo, Rhin,1842, p. 24).La tunique de cuir écaillée de plaquettes de bronze (Gautier, Rom. momie,1858, p. 258).
[Avec une méton. de l'obj.] Le tambour-major rouge écaillé d'or balançait sa canne à boule d'argent (Hamp, Champagne,1909, p. 210).
Prononc. et Orth. : [ekaje] ou [ekɑje]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Début du xiiies. escaillier « enlever les écailles (d'un poisson) » (Gloss. Harley 2742, 58 ds T.-L.); 2. 1496 s'écailler « se détacher d'une surface par écailles » (Ordonnance ds Littré), attest. isolée; de nouveau 1690 (Fur.); 1611 écaillé (Cotgr.), attest. isolée; de nouveau 1755 (Encyclop.); 1869 écailler trans. (Lautréamont, loc. cit.); 3. 1690 « ouvrir des huîtres » (Fur.). B. 1. Ca 1256 escalié « qui a des écailles » (A. de Sienne, Régime du corps, 174, 27 ds T.-L.), attest. isolée; de nouveau 1544 (Jacq. Millet, Destruct. de Troye, fo43ads Gdf. Compl.); 2. 1838 écailler « couvrir d'ornements en forme d'écailles de poisson » (Ac. Compl. 1842). Dér. de écaille*; dés. -er. Au sens A, é- a pris la valeur privative restée propre au verbe, l'adj. ayant gardé le sens de « garni, couvert de ». Fréq. abs. littér. : 47.
DÉR.
Écaillage, subst. masc.1. a) Action d'ôter les écailles. Écaillage du poisson (Lar. Lang. fr.). b) Action d'ouvrir (les huîtres). Écaillage des huîtres (Rob.).2. Fait de s'écailler. Il est bon d'ajouter un pour cent de glycérine, pour éviter l'écaillage de la colle (Villon, Dessin. et impr. lithogr.,1932, p. 157). [ekajaʒ]. Ds Ac. 1932. 1resattest. a) 1755 terme de salines (Encyclop. t. 5); b) 1803 « état, défaut de ce qui s'écaille » (Boiste); c) 1823 « action d'ouvrir des huîtres » (ibid.); d) 1845 « action d'enlever les écailles des poissons » (Besch.); du rad. de écailler, suff. -age*.
BBG. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925] p. 150.

ÉCAILLER2, ÈRE, subst.

A.− Personne dont le travail consiste à ouvrir et à vendre des huîtres, des coquillages. À peine voit-on de loin en loin [dans Paris] une écaillère qui reste sur sa chaise, les mains sous ses jupes, à côté de son tas de coquilles (Balzac, Œuvres div.,t. 3, 1836-48, p. 608).
B.− Au fém. Instrument utilisé pour ouvrir les huîtres (d'apr. Lar. 19e-Lar. Lang. fr. et Quillet 1965).
Rem. On rencontre dans ces diverses acceptions, le synon. rare écailleur, subst. masc. [Il] regarda fixement sa famille pressée autour de l'écailleur (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Oncle Jules, 1883, p. 417; cf. Rob. Suppl. 1970).
Prononc. et Orth. : [ekaje] ou [ekɑje], fém. [-ε:ʀ]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1303 Hilot l'escailiere (Arch. Mun. Reims ds Gdf. Compl.); 1326 esquailliers (Archives Nationales, JJ 64, fo238 vo, ibid.); 2. 1870 écaillière « instrument servant à ouvrir les huîtres » (Lar. 19e). Dér. de écaille*; suff. -(i)er*. Fréq. abs. littér. : 26. Bbg. Rigaud (A.). La Vraie cour des Miracles. Vie Lang. 1969, p. 336.

Wiktionnaire

Verbe

écailler \e.kɑ.je\ ou \e.ka.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’écailler)

  1. Dépouiller les écailles d’un poisson, d’un reptile, etc.
    • Vous n’avez pas bien écaillé cette carpe, ce brochet. Écailler des huîtres.
  2. Couvrir d’un ornement, d’un décor en forme d’écaille.
  3. Donner la couleur de l'écaille de tortue à un objet.
  4. (Technique) Gratter le plomb avant de le souder.
  5. (Technique) Détacher au moyen d'un marteau des éclats pour en faire des pierres à fusil.
  6. (Pronominal) Se détacher par écailles, par plaques minces.
    • Et à deux lieues, dans les hangars de la douane de Mazagan, les matériaux d’un pont en fer, dont la construction avait été décidée il y a une cinquantaine d'années par Sidi Mohammed, s’oxydent et s’écaillent. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 144)
    • Je m’apprête à allumer la lampe. Je frotte une allumette. Elle ne prend pas, le phosphore s’écaille, elle se casse. Je la jette, et, un peu las, j’attends… — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • La porcelaine Philippe Deshoulières est cuite à 1400°C […] De ce fait, elle bénéficie d’une très grande résistance à la rayabilité. Elle ne s’écaille pas et ne se craquelle pas […] — (Dominique Auzias, Le Petit Futé : Châteaux de la Loire, 2010, page 143)

Nom commun

écailler \e.kɑ.je\ masculin (pour une femme on dit : écaillère)

  1. Personne qui ouvre des huîtres pour les vendre.
    • Elle avait d’ailleurs quelque argent, laissé par une marchande d’huîtres, qui l’avait recueillie quand elle fut déposée sur le quai du Havre par un capitaine américain. […] Venant au Havre, il y abandonna aux soins de cette écaillère apitoyée, ce petit animal noir caché à son bord […] — (Guy de Maupassant, Boitelle dans Les Contes normands)
    • Voilà l’écaillère qui, de sa grosse voix, se met à crier : « Pipelet, tu viens bien tard, mon ange ! » — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCAILLER. v. tr.
Dépouiller des écailles un poisson, un reptile, etc. Vous n'avez pas bien écaillé cette carpe, ce brochet. Écailler des huîtres.

S'ÉCAILLER signifie Se détacher par écailles, par plaques minces. Ce tableau commence à s'écailler. Cet enduit s'écaille. Cette émaillure s'est écaillée.

Littré (1872-1877)

ÉCAILLER (é-kâ-llé, ll mouillées, et non é-kâyé) v. a.
  • 1Dépouiller des écailles un poisson, une huître, etc. Écailler une carpe, des huîtres.
  • 2S'écailler, v. réfl. S'enlever par écailles comme les enduits de plâtre.

    On dit qu'un tableau s'écaille, lorsqu'il s'en détache de petites croûtes et parcelles.

HISTORIQUE

XIIIe s. Petit valt [vaut] noiz, qui ne l'esquaille ; Li noeax [noyau] gist dedans l'eschaille, Hist. de sainte Leoc. mss de Saint-Germain, dans LACURNE.

XVe s. Ailleurs avez escaillé noix, Vous sçavez tout le sens du monde ; Tout science en vous habonde, Deschamps, Poésies mss. dans LACURNE. Que nul paintre ne paygne ymage de bois viel, pour ce que la dicte ymage se retrairoit après qu'il seroit paint, et pour ce que la painture s'escailleroit et ne dureroit point, Ordonn. décemb. 1496.

XVIe s. Il trouva bien, en peu de temps, en quoi depenser l'argent qu'il avoit apporté, comme celui qui escailloit bien sa jeunesse, Yver, p. 640. Il a le corps armé d'un cuir escaillé et très dur comme celuy du crocodile, Paré, Licorne, 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écailler »

De écaille.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Écaille ; ital. scagliare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « écailler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écailler ekaje

Évolution historique de l’usage du mot « écailler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « écailler »

  • Toutes les fresques paraissent bonnes quand elles commencent à peler et à s'écailler. De Ernest Hemingway / L'adieu aux armes
  • Un bac professionnel « poissonnier, écailler, traiteur », c’est une nouvelle corde à l’arc déjà bien tendu des formations boulonnaises en lien avec les métiers de la mer. Il sera proposé dès septembre par le lycée Cazin et le CFPMT (Centre de formation aux produits de la mer et de la terre). La Voix du Nord, À Boulogne, un nouveau bac professionnel pour devenir poissonnier
  • Le Bistrot de l'écailler, sur le port de Kerdruc, à Nevez, dans le Finistère. "Le port de Kerdruc est un petit port à côté de Pont-Aven, où cet écailler prépare de façon très simple ses produits. Il faut absolument goûter une fois une huître plate n°000. C’est une huître immense, accompagnée d’une mayonnaise faite maison, un produit d’exception à un prix défiant toute concurrence", raconte Yves Camdeborde. Europe 1, Où trouver de bonnes tables pour manger local pendant ses vacances ?
  • → Le Bistrot de l'écailler avec la famille Cadoret. Adresse : port de Kerdruc, 29920 restaurant Nevez Europe 1, Laurent Mariotte avec Thomas Dutronc
  • Des équipements nouveaux font désormais partie du quotidien, c’est notamment le cas de la nouvelle Halle de Gameville réalisée sur les fondements de l’ancienne salle du Lauragais, qui accueille un espace de dégustation de produits en circuits courts, un stand écailler avec Eric, sa guirlande de fruits de mer, huîtres d’Arcachon, de Marennes et bio de l’Ile de Ré, plateaux à déguster sur place ou à emporter avec bulots, crevettes, etc. Puis tenu par Jessica et Pauline un groupement de producteurs locaux et fermiers, allant du Lauragais au département de l’Aude et l’Aveyron pour une bière locale et artisanale, vous y trouverez, viandes, volailles, fromages, fruits et légumes de saison, vins bière etc. Un espace gourmand, tenu par Emilie (qui gère en plus le restaurant La Pitcholina) et Caro, qui est à la fois un salon de thé et un lieu de déjeuner, avec salades composées à choisir soi-même, plat du jour, qui est ouvert du mardi au samedi, épicerie fine avec vins bios, produits locaux d’un rayon d’une dizaine de kilomètres, un nouveau petit centre commercial avec commerces de proximité qui animent ce nouveau cœur de ville et qui a été perturbé à son ouverture par la crise du covid et qui mérite d’être connu. La "Halle Gourmande" est désormais ouverte du mardi au samedi, mais le jour du marché Emilie et Eric, tous deux ont décidé d’amener un petit plus pour cette matinée et c’est ainsi qu’une animation vient de naître : Pierrot du Lauragais, guitariste et animateur de l’orchestre "Calicoba", animera la halle à partir 10 heures ; un grand moment de détente assuré pour tous les chalands, une belle initiative de ses deux commerçants de proximité. ladepeche.fr, Saint-Orens-de-Gameville. Animation sous la halle gourmande - ladepeche.fr
  • Elles font partie des incontournables pendant les fêtes de fin d’année. Au même titre que le foie gras et le champagne, les huîtres ravissent les convives lors du passage à table. Encore faut-il arriver à bien les ouvrir. Pour cela, un métier existe : écailler. Une science que maîtrise parfaitement Jonathan Buirette, écailler à la poissonnerie La Marée Montalbanaise. Pour ce meilleur ouvrier de France dans la catégorie poissonnier – écailler, sacré en 2015, ouvrir les huîtres n’est pas un secret : "J’ai appris sur le tas, à 19 ans. Il faut de la rapidité, de l’hygiène et de la qualité. Si l’aspect de l’huître n’est pas appétissant ou s’il y a des coquilles dedans, c’est loupé". ladepeche.fr, Montauban. Écailler : tout l’art de bien ouvrir les huîtres - ladepeche.fr
  • L'écailler, situé au pied de la grande roue du Cap d'Agde, est ouvert tous les week-ends et jours fériés à partir de 10h00 et l'après-midi à partir de 18h00. www.herault-tribune.com, ACTUALITÉS : LE CAP D'AGDE - Le bar à huîtres L'ÉCAILLER, confiné mais assurant la vente à emporter ! : Hérault Tribune

Images d'illustration du mot « écailler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « écailler »

Langue Traduction
Anglais scale
Espagnol escala
Italien scala
Allemand rahmen
Chinois 规模
Arabe مقياس
Portugais escala
Russe масштаб
Japonais 規模
Basque eskala
Corse scala
Source : Google Translate API

Synonymes de « écailler »

Source : synonymes de écailler sur lebonsynonyme.fr
Partager