La langue française

Dormition

Définitions du mot « dormition »

Trésor de la Langue Française informatisé

DORMITION, subst. fém.

RELIG., rare. Mort de la Vierge Marie, considérée comme un court moment qui précéda son Assomption. La Vierge ne mourut, ni de vieillesse, ni de maladie; elle fut emportée par la véhémence du pur amour; et son visage fut si calme, si rayonnant, si heureux, qu'on appela son trépas la dormition (Huysmans, Oblat,t. 2, 1903, p. 163).
Prononc. : [dɔ ʀmisjɔ ̃]. Étymol. et Hist. Fin xives. dormicion (Gloss. lat. fr. Richel. lat. 7684 ds Gdf.); 1752 théol. (Trév.). Empr. au lat. class.dormitio « faculté de dormir, sommeil » [au sens théol. av. 634 Encomium in dormitionem Dei Parae (St Modeste, 6, t. 86, col. 3288 sq. ds Théol. cath., s.v. Assomption 2134 b)]; cf. a. fr. dormison (mil. xiiies. Ph. Mousket, 13, 227 ds T.-L.). Fréq. abs. littér. : 2.

Wiktionnaire

Nom commun

dormition \dɔʁ.mi.sjɔ̃\ féminin, au singulier uniquement

  1. Action de dormir, sommeil. Il ne s’emploie guère que dans l’expression : Dormition de la Vierge.
  2. Endormissement.
  3. (Beaux-Arts) Œuvre d’art représentant la mort de la Vierge Marie.
  4. (Christianisme) Mort de la Sainte Vierge, des pieux fidèles et des saints, à l’exception de ceux décédés de manière violente.
    • Aussi, avant de nous parler de la dormition de la Mère de la vie, éprouve-t-il le besoin d’examiner les raisons pour lesquelles le Fils de Dieu est mort. — (Échos d’orient, Volumes 11 à 13, 1908)
    • Parmi les douze grandes Fêtes de l’Église orthodoxe, quatre lui sont consacrées (sa Nativité, sa Présentation au Temple, l’Annonciation et sa Dormition), dont la première et la dernière des douze. Pareil symbolisme s’avère du plus haut intérêt. — (Michel Quenot, La mère de Dieu: Joyau terrestre, icône de l’humanité nouvelle, Éditions Saint-Augustin, 2006, p. 25)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DORMITION (dor-mi-sion) s. f.
  • Terme ecclésiastique. La manière dont la sainte Vierge quitta la terre pour aller au ciel ; parce qu'une pieuse tradition apprend que sa mort ne fut qu'une espèce de sommeil, et qu'elle fut enlevée au ciel par une assomption miraculeuse, dont l'Église célèbre la fête le 15 d'août.

HISTORIQUE

XIIIe s. Une nuit iert [il était] en dormisons, Si li vint une avisions [vision]…, Ph. Mouskes, ms. p. 340, dans LACURNE. Dormition, Du Cange, dormia.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dormition »

(XVème siècle) Du latin dormitio (« même sens »). Dormitio étant le supin du verbe latin dormire (« dormir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du moyen français dormition (« même sens »), lui-même du latin dormitio (« sommeil »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. dormicio ; espagn. dormicion ; ital. dormizione ; du latin dormitionem, de dormire, dormir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dormition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dormition dɔrmisjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « dormition »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dormition »

  • La théologienne Barbara Hallensleben, professeur à l’Université de Fribourg et spécialiste de l’œcuménisme, éclaire la différence en s’appuyant sur la résurrection du Christ: «En Occident, une distinction est faite entre l’ascension de Jésus et l’assomption de la Mère de Dieu. Ainsi, on souligne le fait que Marie ne passe pas de la mort à la vie par ses propres forces, mais qu’elle est sauvée en vertu de la résurrection de son Fils. De son côté, l’Eglise orientale met davantage l’accent sur cet aspect en soulignant la dormition de la Mère de Dieu et donc son lien intime avec l’humanité mortelle.» cath.ch, 15 août: l’Assomption chez les catholiques, la Dormition chez les orthodoxes – Portail catholique suisse
  • Sundance est en négociations avec AustSino depuis 2018 afin de relancer enfin le projet de fer de Mbalam en dormition depuis 2011. La convention entre les deux entreprises prévoit la cession de parts majoritaires (58,250 millions $, soit environ 34,13 milliards de FCFA) de Sundance à AutSino, qui se chargera ensuite de développer ledit projet. Investir au Cameroun, Exploitation du fer de Mbalam : malgré l’échec du 30 juin, Sundance espère toujours finaliser son accord avec AustSino - Investir au Cameroun
  • Le terme de dormition, dans le vocabulaire chrétien, désigne la mort comme idée d’un sommeil provisoire. L’Église catholique célèbre l’Assomption de Marie, l’Église orthodoxe fête sa dormition. Cette peinture constituait la dernière décoration de la chapelle d’Olonzac. Cet édifice, consacré à saint Médard, isolé avec son presbytère et son cimetière sur le plateau du Puech Grignou, avait été réaménagé au XVIIIe siècle. Mais, la nef, la plus ancienne construction, une salle rectangulaire aux murs épais de 80 cm, daterait du XIe siècle. Intérieurement, l’abside semi-circulaire est voûtée en cul-de-four. midilibre.fr, La Dormition d’Olonzac - midilibre.fr

Traductions du mot « dormition »

Langue Traduction
Anglais dormition
Espagnol dormición
Italien dormition
Allemand mariä himmelfahrt
Chinois 休眠
Arabe الرقاد
Portugais dormitório
Russe успение
Japonais 休眠
Basque lokartzearen
Corse dormizione
Source : Google Translate API

Synonymes de « dormition »

Source : synonymes de dormition sur lebonsynonyme.fr

Dormition

Retour au sommaire ➦

Partager