La langue française

Discothèque

Définitions du mot « discothèque »

Trésor de la Langue Française informatisé

DISCOTHÈQUE, subst. fém.

A.− Salle, bâtiment où sont classés et conservés des disques que le public peut venir écouter, sous certaines conditions. Dans bien des villes de France, les bibliothèques municipales se sont adjoint une discothèque où l'on peut venir entendre des disques (Disque en Fr.,1963, p. 19).
P. ext. Organisme chargé du prêt de disques. La grande innovation de ces dernières années est la création de discothèques de prêt, appelées à prendre un très grand essor (Disque en Fr.,1963p. 20).
P. méton.
Collection de disques d'enregistrement. Aujourd'hui il existe dans les grands centres, un service des émissions enregistrées − avec une copieuse discothèque (Matras, Radiodiff. et télév.,1958, p. 42).
Meuble destiné au rangement et au classement des disques. Elle s'agenouilla devant la discothèque et se mit à déranger les disques (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 545).
P. métaph. :
M. Rezeau lisait beaucoup, non des romans, mais des ouvrages scientifiques. Son érudition, servie par une prodigieuse mémoire, ouvrait au hasard ce que Frédie appellera plus tard « la discothèque du vieux ». Certains disques revenaient souvent. D'autres, les plus intéressants généralement, ne se sont fait entendre qu'une ou deux fois. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 109.
B.− Établissement où l'on se rend le soir pour écouter des disques, de musique moderne en général, danser et boire. Elle (...) déjeunait au cinéma et, la nuit, buvait du whisky dans une discothèque (L. de Vilmorin, Lettre ds taxi,1958, p. 29).
Rem. Le subst. dér. masc. discothécaire est attesté ds Gilb. 1971, au sens de « personne qui dirige une discothèque de prêt », ainsi que ds Mét. 1955 et Neyron 1970.
Prononc. : [diskɔtεk]. Étymol. et Hist. 1928 13 nov. (Le Figaro in Nyrop, Études de gram. fr., 29, 12 ds Quem. Fichier). Composé des éléments préf. disco-* et suff. -thèque*. Fréq. abs. littér. : 4.

Wiktionnaire

Nom commun

discothèque \dis.kɔ.tɛk\ féminin

  1. (Un peu vieilli) Endroit où l’on va habituellement de nuit pour écouter de la musique et danser.
    • Au début des années 1970, les très populaires sorties en discothèque se font aux sons de la musique funk et du disco. Les DJ règnent en maîtres dans ces soirées, passant les derniers tubes et soignant les enchaînements rythmiques pour les danseurs. — (Goulven Hamel & ‎Laurence Schaack, Backstage : Le béton qui coule dans nos veines : Roman hip-hop, Éditions Nathan, 2011)
    • Église transformée en temple de la house et de l’électro, le Glória rappelle les discothèques européennes des années 1980 et attire une foule branchée alternative. — (Brésil : État de Sao-Paulo, éd. Lonely Planet, 2011)
    • Audrey ayant le permis de conduire et une voiture, nous allions au cinéma ou sortions en boîte à La Scala, une discothèque parisienne. C'était la belle vie. — (Lucie Decosse, Je suis restée debout, avec Brice Perrier, Éditions du Moment, 2015, chap. 3)
  2. Collection de disques.
    • La discothèque personnelle de Wills comprenait d'ailleurs une majorité de musique noire qu'il écoutait constamment. — (Gérard Herzhaft, La Country Music, Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ? n° 2134, 2010)
    • Elle faisait face à l'étagère où étaient regroupés mes vinyles. J'ai eu le sentiment qu'elle était en train de juger ma discothèque et qu'à travers elle, elle me jugeait moi. — (Olivier Martinelli, Une Légende, E-fractions éditions, 2014, chap.5)
  3. Meuble dans lequel on range les disques.
    • Mais c'est surtout le jazz, découvert pourtant assez tardivement (vers l'âge de 20 ans), qui occupe une très grande partie de sa discothèque, soigneusement classé dans différents tiroirs en sous–catégories […]. — (Bernard Lahire, La culture des individus: Dissonances culturelles et distinction de soi, La Découverte, 2016)
  4. Édifice ou pièce utilisée pour le rangement ou l'emprunt de disques.
    • C'est en 1977 qu'est conçue, à Genève, la première discothèque municipale ; il s'agissait de la troisième institution de ce type en Suisse après celles de Lausanne et Vevey. — (Bulletin d'informations de l'Association des bibliothécaires français, 1995, n° 166-169, page 46)
    • A titre indicatif, voici quelques chiffres qui parlent d'eux-mêmes : L'accroissement spectaculaire est dû évidemment à la création de 21 discothèques et 10 cassettothèques de Paris. Les conditions d' inscription sont les suivantes : il faut soit habiter, soit travailler dans le quartier, l'inscription pour l'année est de 5,00 francs et le prêt du disque, contrairement au livre est payant, […]. — (Mária Nyéki-Kőrösy, Les documents sonores: précis de discothéconomie, München, London, Paris : K.G. Saur, 1987, page 69)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « discothèque »

(1928)[1] Composé de disco- et de -thèque, sur le modèle de bibliothèque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « discothèque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
discothèque diskɔtɛk

Évolution historique de l’usage du mot « discothèque »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « discothèque »

  • Pour un mélomane la plus belle pièce de musique est celle qu'il écoute ; pour un collectionneur c'est celle qu'il n'a pas dans sa discothèque. De Jean Brassard
  • Depuis le début du déconfinement, presque tout a fini par ouvrir, sauf les discothèques. Les gérants de boîte de nuit se sentent oubliés. Et s’interrogent sur les conséquences d’une réouverture sur leur activité. La Voix du Nord, Retour de la fièvre du samedi soir? Les gérants de discothèque audomarois s’impatientent
  • D'autant plus dur qu’à la faveur du déconfinement, des beaux jours,  ils voient se multiplier "les soirées sauvages ou des bars transformés en discothèque", ce qui ne fait que renforcer leur amertume. Le coup économique est dur. Certaines tentent de s’en sortir différemment, d’autres se mobilisent. Petit tour d’horizon de diverses situations. LCI, "Des fêtes partout, sauf en discothèque !" : ces initiatives des clubs et des patrons pour exister | LCI
  • Il ajoute d’ailleurs que « fermer les discothèques n’empêchera pas les gens de s’amuser et des faire des soirées. Elles seront justes clandestines et pas encadrées et laisseront place à plus de débordements à l’inverse de soirées encadrées par les clubs ». , Discothèque. L'impossible réouverture | Le Réveil Normand
  • Les discothèques sont fermées depuis le 6 mars, alors que les bars et les restaurants accueillent du public. Les boîtes de nuit pourraient rouvrir le 1er septembre.Mais cette éclipse prolongée est une catastrophe pour ces établissements. Des dizaines des DJ vont manifester ce mercredi soir à Paris. France Bleu, La relance éco : pas de virée en discothèque cet été en Alsace
  • Des discothèques revisitées en mode Covid-19, sans brassage, ni piste de danse mais rouvertes pour la saison estivale, après plus de 3 mois de fermeture. A l'issue d'une réunion interministérielle, les syndicats des établissements de nuit étaient satisfaits de l'avancée des négociations. France 3 Occitanie, En Occitanie, les patrons de discothèques espèrent rouvrir le 10 juillet, malgré les contraintes liées au coronavirus
  • Avec la levée de l' Etat d'urgence sanitaire le 10 juillet, les patrons de discothèques de Charente-Maritime espèrent pouvoir rouvrir. Une réunion interministérielle à Paris ce mercredi leur a permis de défendre leur cause. France Bleu, Charente-Maritime: un espoir d'ouverture le 10 juillet pour les discothèques
  • Le patron de la discothèque toulousaine le Purple poursuit : , Réouverture des discothèques à Toulouse. "La nuit doit revoir le jour, mais pas n'importe comment" | Actu Toulouse
  • Le 10 juillet. La date focalise toutes les attentes du secteur. C’est ce jour, date de la levée de l’urgence sanitaire, que clubs et discothèques espèrent pouvoir avoir le droit de rouvrir leurs portes. Mais cela sera-t-il possible ? C'est en tout cas pour quoi milite le Comité de filière "nuit, lieux musicaux et festifs et de vie". Il a été créé en mai pour trouver des solutions à ce secteur sinistré, qui regroupe établissements, producteurs et organisateurs d’événements, festivals, artistes et auteurs. LCI, Les discothèques pourraient rouvrir le 10 juillet : à quoi ressemblerait une piste de danse en mode Covid-19 ? | LCI
  • C’est dans l’hypothèse de cette seconde option que Marion Brodu, leur propriétaire, se manifeste. Elle tient la ferme équestre jouxtant Le Bûcher. Ses quatre chèvres (deux femelles et deux mâles) ont l’habitude d’aller s’y promener en journée pour se régaler des ronces entourant les discothèques abandonnées (d’abord le Love-Love et le Cotton Club, suivies du Village), puis elles rentrent le soir à la ferme. Sauf que dimanche 28 juin, leur disparition a été constatée. SudOuest.fr, Dordogne : où sont passées les chèvres de la discothèque abandonnée ?

Images d'illustration du mot « discothèque »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « discothèque »

Langue Traduction
Anglais nightclub
Espagnol club nocturno
Italien discoteca
Allemand nachtclub
Chinois 夜店
Arabe ملهى ليلي
Portugais boate
Russe ночной клуб
Japonais ナイトクラブ
Basque gaueko klub
Corse nightclub
Source : Google Translate API

Synonymes de « discothèque »

Source : synonymes de discothèque sur lebonsynonyme.fr

Discothèque

Retour au sommaire ➦

Partager